LE DIVIN PLAN DES AGES

 

1886

Chapitre I—INTRODUCTION SUR LE SUJET ET LA METHODE DE CETTE OEUVRE

 

Une nuit de pleurs et un matin de joie. -Deux méthodes pour chercher la vérité. -La méthode suivie ici. -Différence entre l’étude révérencielle des Ecritures et l’habitude dangereuse des spéculations. -Le but de la prophétie. -La situation religieuse présente du monde contemplée à deux points de vue. -Ténèbres égyptiennes. -Un arc de promesse. -Le sentier des justes est un sentier progressif. -La cause de la grande apostasie. -La Réformation. -La même cause empêche de nouveau un progrès réel. -La perfection de la connaissance est une chose de l’avenir, non du passé.

 

Le titre Aurore du Millénium suggère la pensée d’une nuit obscure faisant place à un beau et glorieux jour. Et cela exprime fidèlement la pensée principale de cette oeuvre. Nous croyons que les enseignements de la Révélation divine ne peuvent être reconnus, à la fois beaux et harmonieux, qu’à ce point de vue et à aucun autre. La période dans laquelle le péché était permis a été pour l’humanité une nuit sombre qui ne sera jamais oubliée ; mais le jour glorieux de justice et de faveur divines, qui éclatera avec le Messie, -lequel, comme le " soleil de la justice, " doit se lever pleinement et clairement en tous et sur tous, apportant guérison et bénédiction, -compensera bien au

 

A2

 

delà la terrible nuit de pleurs et de soupirs, de douleurs, de maladies et de la mort, dans laquelle la création gémissante a du rester si longtemps. " Les pleurs logent le soir [la nuit], mais le chant de triomphe survient au matin. "- Ps. 30:6. Comme par instinct, la création tout entière attend et désire, tout en étant en travail et tout en gémissant, le jour qu’elle appelle " l’âge d’or, " mais ne connaissant pas le gracieux dessein du suprême Jéhovah, elle n’en a qu’un vague pressentiment ; ses plus hautes conceptions au sujet d’un tel âge sont bien au-dessous de ce que sera la réalité. Le grand Créateur prépare un " festin de mets succulents " qui étonnera ses créatures et répondant à leurs prières dépassera leur attente. Et à ses créatures ravies de merveilles, contemplant la longueur et la largeur, la hauteur et la profondeur de l’amour de Dieu, il déclare: " Mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies... Car autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies et mes pensées au-dessus de vos pensées. "- Esaïe 55:8,9. On s’efforce dans ce livre-et nous croyons avoir réussi-de présenter au lecteur bienveillant et non prévenu, le plan de Dieu dans ses justes rapports, et d’expliquer sa marche passée, présente et future d’une manière plus harmonieuse, plus glorieuse et plus raisonnable qu’on ne le fait ordinairement. L’auteur ne s’arroge cependant en ceci aucune sagesse, aucun talent extraordinaire, mais il attribue ce travail à la lumière du Soleil de la Justice, qui dans cette aube matinale du jour de mille ans, révèle ces choses comme " vérité présente ", juste à temps maintenant pour qu’elle soit appréciée par les sincères- " les purs de coeur ". Depuis que le scepticisme est à l’ordre du jour, le fondement

 

A3

 

entier de la vraie religion et de la vérité est souvent controversé, même par les sincères. Nous avons essayé de découvrir ou de dévoiler ce fondement, -la parole de Dieu, sur laquelle toute foi doit être bâtie, -et de le mettre suffisamment en lumière, pour donner, même à l’incrédule, certitude et confiance en son témoignage. Et nous avons essayé d’y parvenir en faisant appel à la raison, qui pourra être acceptée comme juge. Ensuite, nous nous sommes efforcés d’édifier les doctrines de l’Ecriture sur ce fondement de façon à ce que même un jugement purement humain puisse, avec la mesure (ou règle de justice) la plus exacte qui soit à sa disposition, en mesurer les coins et les angles. C’est dans la conviction que les Ecritures révèlent un plan ferme et harmonique qui, une fois reconnu, se recommande de lui-même à chaque conscience sanctifiée, que cet ouvrage a été publié ; il l’a été dans l’espérance d’aider ceux qui étudient la parole de Dieu, en leur suggérant une suite de pensées en harmonie entre elles-mêmes et avec la parole inspirée. Ceux qui reconnaissent la Bible comme étant la révélation du plan de Dieu-nous nous adressons spécialement à ceux-là-admettront sans doute que, si elles sont inspirées de Dieu, les doctrines de la Bible, prises en entier, révèlent un plan s’harmonisant en lui-même et qui est d’accord avec les perfections de son divin Auteur. Notre objet, comme chercheur de vérité, devrait être d’obtenir l’harmonie complète du plan révélé de Dieu dans son entier ; et, comme enfants de Dieu, nous avons toute raison de l’espérer, puisqu’il est promis que l’esprit de vérité nous conduira dans toute la vérité. -Jean 16:13. Comme investigateurs, deux méthodes se présentent à nous ; l’une est d’examiner toutes les vues et toutes les opinions acceptées parmi les diverses sectes de l’Eglise, et

 

A4

 

de tirer de chacune d’elles l’élément que nous puissions considérer comme vérité, -ce serait une entreprise sans fin. La principale difficulté que nous rencontrerions dans cette méthode serait que si notre jugement était faux, ou troublé d’avance, ou que si nos préjugés inclinaient vers une direction quelconque, -et chez qui cela n’arrive-t-il pas ?- notre choix ne serait pas correct ; nous pourrions accepter l’erreur et rejeter la vérité. En outre, en adoptant cette méthode, nous perdrions beaucoup, parce que la vérité progresse constamment ; son éclat va croissant jusqu’au plein jour, pour tous ceux qui la cherchent et marchent dans sa lumière, tandis que les divers credo des nombreuses sectes sont fixés et demeurent stationnaires depuis plusieurs siècles. Chacun d’eux doit contenir une large proportion d’erreur, puisqu’ils se contredisent eux-mêmes dans d’importantes questions. Cette méthode nous conduirait dans un labyrinthe d’embrouillements et de confusion. L’autre méthode est de renoncer à tous préjugés et de penser que personne ne peut savoir du plan divin plus que ce que Dieu en a révélé dans sa parole et qu’il a promis de dévoiler aux débonnaires et aux humbles de coeur (Ps. 25:9 ; Esaïe 61:1) ; et si, dans cette condition, nous cherchons sérieusement et sincèrement sa ligne de conduite et ses instructions, nous serons guidés par son grand Auteur à comprendre la parole divine, telle qu’elle doit l’être, en nous aidant des différents guides et études bibliques que la Providence divine met à notre disposition. Voyez Eph. 4:11-16. Cette oeuvre-ci est spécialement destinée à servir de guide à cette classe de chercheurs. On remarquera que les argumentations ne sont tirées que de l’Ecriture, excepté là où l’on a dû rappeler l’histoire séculaire pour prouver l’accomplissement des Ecritures. Aucune valeur n’a été attachée au témoignage des théologiens modernes, et celui

 

A5

 

des soi-disant saints Pères, ou Pères de l’Eglise, a été laissé de côté. Plusieurs d’entre eux ont attesté et certifié la véracité de pensées exprimées en ce livre, mais nous croyons que c’est un défaut commun à notre temps et aux âges précédents, d’admettre certaines doctrines pour la simple raison que d’autres, en lesquels on avait confiance, le firent. Il y a là manifestement une source féconde d’erreurs, car plusieurs gens de bien ont cru et enseigné l’erreur en parfaite bonne conscience (Actes 26:9). Les chercheurs de vérité devraient vider de leurs vases les eaux bourbeuses de la tradition, les remplir à la source de la vérité-la parole de Dieu-et n’attacher aucune importance à une doctrine religieuse, si elle ne conduit à cette source. Cette oeuvre est beaucoup trop restreinte même pour un examen court et général de toute la Bible et de son enseignement ; malgré cela, connaissant la fièvre de notre temps, nous avons essayé d’être aussi bref que l’importance du sujet semblait le permettre. Nous aimerions faire remarquer au lecteur intéressé qu’il serait inutile pour lui de parcourir cet ouvrage, de l’écrémer, pour ainsi dire:de cette façon il ne verra point la force et l’harmonie du plan qui y est représenté et les preuves scripturaires qui y sont citées. Nous avons essayé de présenter d’un bout à l’autre les divers fragments de la vérité, non seulement dans un tel langage, mais aussi dans un tel ordre, qu’il soit plus facile à toutes les classes de lecteurs de saisir clairement l’objet et le plan en général. Mais si l’appréciation d’une science quelconque nécessite une étude générale et régulière, c’est tout spécialement le cas dans la science de la révélation divine. Et dans cette oeuvre-ci, cela est doublement nécessaire, puisque ce livre est un traité des vérités divinement révélées et, de plus, une étude du sujet à un point de vue qui-pour autant

 

A6

 

Que nous le sachions-diffère entièrement de toute autre oeuvre. Nous ne nous faisons aucun scrupule de traiter plusieurs sujets communément négligés chez les chrétiens, -entre autres, ceux du retour du Seigneur, des prophéties et du symbolisme de l’Ancien et du Nouveau Testament. Au contraire, nous estimons que tout système de théologie qui omet ces traits si saillants des doctrines de l’Ecriture, ne mérite pas d’être présenté ni d’être accepté. Nous espérons toutefois qu’on comprendra ce qu’est l’étude sérieuse, sage et respectueuse des prophéties et d’autres écrits bibliques examinés à la lumière des faits historiques et, aussi, prouvés évidents par le sens commun sanctifié. On reconnaîtra quelle différence existe entre cette étude approfondie et une interprétation trop généralement pratiquée à l’égard des prophéties divines, interprétation risquant de donner trop libre cours à une imagination vague et désordonnée. Tous ceux qui tombent dans cette dangereuse méthode peuvent se donner généralement comme prophètes (?), mais non comme gens qui étudient les prophéties.

 

Aucune oeuvre n’est plus belle et n’ennoblit davantage que l’étude révérencielle des desseins révélés de Dieu, " dans lesquels les anges désirent plonger leurs regards "( 1 Pierre 1:12). Le fait que la sagesse de Dieu pourvut à des prophéties concernant l’avenir, ainsi qu’à des prédictions regardant le présent et le passé, est en lui-même, de la part de Jéhovah, une censure de la folie de quelques-uns de ses enfants, qui ont excusé leur ignorance et leur négligence de l’étude de sa parole en disant: " Il y a assez dans le cinquième chapitre de Matthieu pour sauver tout homme. " Il ne nous faut pas supposer non plus que la prophétie ait été donnée simplement pour satisfaire la curiosité relativement à l’avenir. Il est évident que le but de la prophétie est de familiariser l’enfant consacré de

 

A7

 

Dieu avec les plans de son Père, afin de réveiller son intérêt et sa sympathie à l’égard de ces mêmes plans, et afin de le rendre apte à contempler tant le présent que l’avenir au point de vue de Dieu ; et qu’ainsi familiarisé avec l’oeuvre du Seigneur, il puisse servir non seulement en serviteur, mais plutôt en enfant et en héritier. La révélation de ce qui sera, empêche l’influence de ce qui est maintenant. L’effet d’une étude soigneuse ne peut que fortifier la foi et pousser à la sainteté.

 

La situation religieuse du monde actuel, -alors que l’Evangile a été prêché près de dix-neuf siècles, -est telle (dans l’ignorance où l’on est généralement du plan de Dieu au sujet de la délivrance du monde, du péché et de ses conséquences, et avec l’idée fausse que l’Eglise nominale dans sa condition présente est la seule voie pour la conversion du monde) que dans chaque esprit pensif, mal renseigné sur ce point, des doutes sérieux doivent s’éveiller. Et il n’est pas facile de surmonter de pareils doutes par d’autres moyens que par la vérité. En effet, pour tout observateur réfléchi, de deux choses, l’une:ou bien l’église a commis une grande méprise en supposant que sa tâche dans l’âge présent et dans sa condition actuelle, était de convertir le monde, ou bien le plan de Dieu a eut un triste et misérable insuccès. Quel côté de l’alternative devons-nous accepter ? Plusieurs ont accepté, et beaucoup plus encore saisiront le dernier, pour enfler et grossir les rangs de l’incrédulité, soit secrètement, soit publiquement. Relever ceux qui tombent ainsi honnêtement, telle est une partie du but de ce livre.

 

Ci-après, nous présentons un diagramme publié premièrement par la " London Missionary Society ", ensuite, aux Etats-Unis, par le " Conseil de missions des dames presbytériennes ". On l’intitula: " Un appel muet pour secourir les missions étrangères ". Il raconte une triste histoire de ténèbres et d’ignorance à l’égard du seul nom

 

A8

 

Exhibiting the actual and relative numbers of manking classified according to religion:

 

Heathen 856 millions Mohamedans 170 millions Jews 8 millions Roman Catholics 190 millions Greek Catholics 84 millions Protestants 116 millions

 

A9

 

donné sous le ciel, parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. Le Watchmann-le journal de l’Union chrétienne de jeunes gens de Chicago-publia aussi ce même diagramme, et dit dans son commentaire: " Les idées de plusieurs sur la situation religieuse du monde sont très nébuleuses et incertaines. Nous entendons parler d’oeuvres grandioses de renouvellement ou de renaissance, au milieu de nous et dans le lointain, de nouveaux efforts missionnaires dans toutes les directions, de pays s’ouvrant à l’Evangile ; on nous dit que des sommes considérables sont vouées à sa propagation et l’idée pourrait s’emparer de nous que des efforts suffisants sont accomplis pour l’évangélisation des peuples de la terre. On estime que la population du monde s’élève aujourd’hui à 1,424,000,000 d’âmes, et, par l’étude du diagramme, nous nous apercevons que plus de la moitié-près des deux tiers-est encore totalement païenne, et le reste est composé en grande partie de disciples de Mahomet, ou de membres des deux grandes églises apostasiées de la foi, dont la religion n’est pratiquement qu’une idolâtrie christianisée, et desquelles on peut à peine dire qu’elles tiennent ou enseignent encore l’Evangile de Christ. Touchant les 116,000,000 de protestants de nom, il faut aussi se rappeler quelle grande quantité en Allemagne, en Angleterre et aux Etats-Unis sont embourbés dans l’incrédulité, -une obscurité plus profonde encore que celle du paganisme, si c’est possible, -et combien sont aveuglés par la superstition, ou plongés dans l’extrême ignorance ; de sorte que, tandis que 8 millions de Juifs rejettent Jésus de Nazareth et que plus de 300 millions portant son nom ont fait apostasie quant à la foi, plus de 170 millions rendent hommage à Mahomet, et l’énorme masse du reste de l’humanité est, jusqu’à ce jour, adoratrice de troncs et de pierres, de ses propres ancêtres, de héros morts, ou même du diable:tous, plus ou moins, " ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur qui est Dieu béni éternellement ". N’est-ce pas assez pour attrister profondément les coeurs des chrétiens compatissants et réfléchis ?" Triste image en vérité ! Et encore que le diagramme représente des nuances différentes entre païens, mahométans et juifs, ils sont néanmoins tous égaux dans une totale ignorance du Christ. Quelques-uns pourraient tout

 

A10

 

d’abord supposer que ce tableau du nombre proportionnel des chrétiens est trop sombre, plutôt exagéré, mais nous croyons que c’est le contraire. Il montre la chrétienté nominale sous les plus brillantes couleurs. Par exemple, les 116,000,000 comptés comme protestants, excèdent de beaucoup le nombre véritable. Seize millions, croyons-nous, exprimeraient plus exactement le nombre des membres adultes de l’Eglise professante, et nous craignons qu’un million ne soit une estimation beaucoup trop élevée du " petit troupeau ", des " sanctifiés en Jésus-Christ ", qui " marchent non selon la chair, mais selon l’Esprit ". Il ne faut pas oublier qu’une grande partie des personnes comptées au nombre des membres de l’Eglise sont des enfants encore mineurs. Cela est spécialement le cas dans les contrées de l’Europe. Dans maintes de ces contrées, les enfants sont comptés comme membres de l’Eglise dès leur plus tendre enfance. Mais si sombre que puisse paraître cette image, ce n’est pas la plus sombre que l’humanité déchue présente. Le diagramme ci-dessus représente seulement la génération qui vit à l’heure actuelle. Cette pensée devient vraiment horrible, quand nous considérons le fait que siècle après siècle des six mille années écoulées, d’autres grandes multitudes ont été emportées, qui se trouvaient presque toutes enveloppées dans la même ignorance et dans le péché. Scène lugubre ! Au point de vue populaire, en vérité, c’est une image terrible ! Les divers credo (symboles et confessions de foi) d’aujourd’hui, enseignent que tous ces milliards de l’humanité, ignorant le seul nom donné sous le ciel par lequel il nous faut être sauvés, se trouvent tout droit sur la route des tourments éternels ; non seulement cela:ils enseignent aussi que le même sort attend tous ces 116 millions de protestants, à l’exception des quelques saints. Rien de

 

A11

 

surprenant, alors, que ceux qui croient de si horribles choses des plans et des conseils de Jéhovah, déploient un si grand zèle dans la poursuite d’entreprises missionnaires, c’est même merveilleux qu’ils ne se voient pas poussés au désespoir. Croire et admettre réellement de telles conclusions, serait dépouiller notre vie de tout plaisir ; chaque regard ne rencontrerait que deuil et tristesse. Comme preuve que nous n’avons pas représenté faussement " l’orthodoxie "( la conformité avec le dogme religieux), au sujet du destin des païens, nous citons la conclusion de la feuille volante:- " Un appel muet pour secourir les missions étrangères "- dans laquelle le diagramme a été publié ; voici cette conclusion: " Evangélisez les générations innombrables au loin, -les mille millions d’âmes qui, dans la proportion de 100,000 par jour, meurent hors de Christ, sans aucune espérance. " Mais en opposition à cette triste perspective qu’offrent les credo humains, les Ecritures offrent une perspective plus brillante:le but de ces pages est de nous le démontrer. Nous ne pouvons croire que le grand plan de salut de Dieu ait rencontré ou rencontrera un tel échec (ou insuccès), parce que nous sommes mieux instruits par la parole de Dieu. Quel soulagement pour le coeur d’un enfant de Dieu, dans l’inquiétude à cet égard, s’il reconnaît que le prophète Esaïe a prédit longtemps d’avance la vraie situation et le remède, en disant: " Car voici, les ténèbres couvriront la terre, et l’obscurité profonde les peuples; mais sur toi se lèvera l’Eternel, et sa gloire sera vue sur toi. Et les nations marcheront à (ou viendront vers) ta lumière !"( Esaïe 60:2, 3-Darby). L’obscurité profonde est éclairée clans cette prophétie par cet arc-en-ciel de la promesse: " Les nations (les peuples de la terre en général) viendront vers ta lumière. "

 

A12

 

La misère prolongée et les ténèbres du monde, ainsi que le progrès lent de la vérité, n’ont pas été un mystère seulement pour l’Eglise, mais le monde lui-même en a senti l’existence. Semblables à celles qui enveloppèrent l’Egypte, ces ténèbres ont été si épaisses, qu’on pouvait les toucher. Pour preuve, remarquez l’esprit des lignes suivantes tirées d’un journal de Philadelphie. Les doutes et l’obscurité des credo des diverses écoles, opposés les uns aux autres, ne sont pas encore dissipés, à ce qu’il paraît, des pensées de l’écrivain, par les rayons de la vérité divine provenant directement de la parole de Dieu:

 

" Vie ! Ô quel mystère ! Quel secret ! Qui peut dire De ce pauvre vase si Dieu même l’admire ? De ce grand chef d’oeuvre qui formé de sa main (Esprit, raison, matière et volonté sans frein), N’est né que pour mourir, -son sort, la mort tranchante. Et ensuite où va bien cette haleine volante ? Nous dire et raconter quel est le grand dessein, -L’avenir de nous tous, que nous sondons en vain, Pas même un de toute cette foule sans nombre, Qui vécut et mourut, n’est revenu du sombre. O Dieu ! nous te prions pour un rayon nouveau De lumière éclairant le sentier du troupeau Se basant non sur foi, mais sur plus claire vue, Dissipant ce sombre d’une nuit continue ; Ces grosses ténèbres, cette tremblante peur ; Ces doutes, ces remords qui troublent le bonheur ; Cet esprit remuant qui hardiment consterne Et rejette la règle et le dogme moderne, -Enfin des églises tout cet enseignement Captivant la raison et le discernement. Nous scrutons ton plan et cherchons à te connaître Selon ta nature, -grand et tout-puissant Etre. Ecarte ce voile, ce rideau tant étroit ; Commande de nouveau: " Que la lumière soit !" Créateur infini qu’appartient la louange Pour que la frayeur en juste crainte se change. Révèle ce secret du trône de bonté ; Nous cherchons l’inconnu dans toute obscurité. "

 

A13

 

A cela nous répliquons:

 

Le secret de la vie ouvert sous peu va dire Que des bontés de Dieu ce vase en est la mire, Que ce grand chef d’oeuvre, qu’à son image Il fit (Le tout si sage-corps, volonté, coeur, esprit), N’est pas né pour mourir, non, une autre naissance, Dite la seconde, succède à la sentence (1). C’est que du haut du ciel un Sauveur accourut, Vécut, souffrit beaucoup, puis en son temps mourut, Montrant de l’avenir le grand dessein du Père, L’avenir de tout être au ciel et sur la terre. Sa parole étale ce beau rayon nouveau De lumière éclairant le sentier du troupeau, Dont la base est sur foi si sûre qu’à la vue, Et dissipant déjà l’obscurité Touffue:les grosses ténèbres, la peur et la frayeur, Les doutes, les remords qui troublent le bonheur. Maintenant donc, Seigneur, cet esprit vif et libre, -Rejetant les dogmes qui, provenant du Tibre Et plus tard enseignés par l’Eglise en conflit, N’ont fait que captiver la raison et l’esprit, -Peut vraiment te cherche, et s’il veut, te connaître Selon ta nature, -doux et bienveillant Etre. Aussi nous nous plongeons dans ce plan merveilleux, Créateur tout-puissant, et le sondons au mieux. Tu lèves le voile et révèles ta doctrine A tous ceux qui suivent la lumière divine, Le secret de ton trône et du grand Jubilé, Caché de tout temps, mais maintenant révélé.

 

De semblables bénédictions sont maintenant en voie d’échoir au monde, et cela par la révélation de la parole et du plan divins, et nous avons la confiance que ce livre est une partie de ces bénédictions et de ces révélations. Celui qui se détourne des vaines spéculations humaines et voue son temps à sonder les Ecritures, sans exclure la raison dont Dieu nous invite à user (Esaïe 1:18), trouvera

 

——-

 

(1) " Tu es poussière, et tu retourneras en poussière ".

 

A14

 

qu’un arc béni de la promesse embrasse toute l’étendue des cieux. Mais ce serait une erreur de croire, que ceux qui sont sans la foi et sans la justification qui en est la conséquence, puissent aussi saisir clairement la vérité:non, elle n’est point pour ceux-là. Le Psalmiste dit: " La lumière est semée pour le juste "( Ps. 97:11). Une lampe a été dévolue à l’enfant de Dieu, lampe dont la lumière dissipe beaucoup de ténèbres de son sentier. " Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. "( Ps. 119:105). Mais il n’y a que le sentier des justes, qui soit comme l’éclat du soleil, dont la lumière croisse jusqu’au plus haut point du jour (Prov. 4:18). Actuellement, il n’y a aucun juste, " point de juste, pas même un seul "( Rom. 3:10) ; nous parlons ici de ceux qui sont " justifiés par la foi ". Ceux-là seuls ont le privilège de suivre le sentier qui augmente sa lumière, -de voir non seulement le développement actuel du plan de Dieu, mais aussi les choses à venir. Bien qu’il soit vrai que le sentier de chaque croyant soit un sentier resplendissant, l’application spéciale de cette expression a toutefois trait à une classe de justes (justifiés). Les patriarches, les prophètes, les apôtres et les saints du passé et du présent marchèrent dans sa lumière toujours croissante ; et cette lumière ira encore croissant au delà du temps présent, - " jusqu’au plus haut point du jour ". C’est un sentier continu, sur lui brille cette lumière unique, -le Rapport divin, -s’accentuant toujours plus et illuminant le sentier aussi loin qu’il le faut et aussitôt qu’il en est temps. C’est pourquoi, " justes, réjouissez-vous en l’Eternel " et attendez l’accomplissement de cette promesse. Beaucoup de chrétiens ont si peu de foi qu’ils ne s’attendent point à plus de lumière, et, par suite de leur incrédulité et de leur indifférence, ils sont laissés dans les ténèbres, alors qu’ils auraient pu marcher dans la lumière toujours croissante.

 

A15

 

L’Esprit de Dieu, donné pour conduire l’Eglise dans la vérité, veut prendre de ce qui est écrit et nous le révéler ; nous tenant donc à ce qui est écrit nous ne manquons de rien, car les Ecritures saintes peuvent rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. -2 Tim. 3:15. Quoiqu’il soit encore vrai que " les ténèbres couvrent la terre et l’obscurité profonde les peuples ", le monde ne restera pas toujours dans cette condition. Nous sommes certains que " le matin vient "( Esaïe 21:12). Comme Dieu fait lever maintenant le soleil sur les justes et sur les injustes, ainsi le Soleil de la Justice brillera au jour du Millénium en faveur de tout le monde, et " mettra en lumière les choses cachées dans les ténèbres "( 1 Cor. 4:5). Il dissipera les vapeurs pernicieuses du mal et apportera la vie, la santé, la paix et la joie. Regardant en arrière, dans le passé, nous trouvons qu’alors la lumière ne brillait que faiblement. Obscures et indéterminées étaient les promesses des âges passés. Les promesses faites à Abraham et à d’autres, et représentées en types, dans la loi et les cérémonies d’Israël selon la chair, n’étaient que des ombres, et ne donnaient qu’une idée vague des merveilleuses et bienveillantes intentions de Dieu. Aussitôt qu’on atteint les jours de Jésus la lumière augmente. La plus vive attente jusqu’alors, était que Dieu enverrait un libérateur qui sauverait Israël de ses ennemis, l’élèverait à la tête des nations ; et qu’après lui avoir donné cette puissance, Dieu se servirait de ce peuple comme de son intermédiaire pour bénir toutes les familles de la terre. Mais à les considérer au point de vue purement humain, les conditions posées pour obtenir cette puissance dans le royaume de Dieu, étaient si différentes de ce que les Juifs attendaient, elles paraissaient si difficiles à réaliser pour la classe élue que tous, excepté un petit nombre, furent aveuglés à l’égard de la bonne nouvelle. Leur aveuglement

 

A16

 

et leur hostilité contre elle allèrent en croissant, c’est tout naturel, lorsque, dans le développement du plan de Dieu, le temps fixé vint pour étendre à toute créature sous le ciel l’invitation de participer au royaume promis en devenant par la foi enfants d’Abraham et héritiers des promesses qui lui furent faites. Mais lorsque, après la Pentecôte, l’Evangile prêché par Jésus fut compris, l’Eglise vit que les bénédictions promises au monde seraient d’une nature durable, que, pour les obtenir, le royaume devait être spirituel, composé de " vrais Israélites ", d’un " petit troupeau " qui, choisi à la fois parmi les Juifs et les Gentils, serait élevé à la nature et à la puissance spirituelles. Ainsi nous lisons que Jésus a mis en évidence la vie et l’immortalité par l’Evangile (2 Tim. 1:10). Et une lumière plus vive encore brille depuis les jours de Jésus, comme il le prédit lui-même en disant: " J’ai encore beaucoup de choses à vous dire ; mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité... et il vous annoncera les choses à venir. "- Jean 16:12, 13. Après la mort des apôtres, il vint toutefois un temps où la majorité de l’Eglise commença à négliger la lampe et à en confier l’entretien à des docteurs humains ; et ces docteurs, enflés d’orgueil, s’attribuèrent dès le début titres et charges et commencèrent à régner sur l’héritage de Dieu. Puis, par degrés, il se forma une classe spéciale nommée " le clergé ", dont les membres se considérèrent eux-mêmes, et furent considérés par les autres, comme des guides en la foi et dans la vie pratique, contrairement à la parole de Dieu. Par cette soumission à la doctrine d’hommes faillibles et par la négligence de la parole du Dieu infaillible, le grand système de la papauté ne tarda pas à se développer.

 

A17

 

Il n’est pas nécessaire de rappeler les résultats fâcheux de cette négligence de la vérité, puisque chacun sait que l’Eglise, et avec elle le monde civilisé, furent presque totalement enchaînés par ce système et réduits à la bassesse de l’adoration de traditions et de confessions d’hommes. Pour s’affranchir de cet esclavage un coup hardi et béni fut porté par la " Réformation ". Dieu suscita de vaillants champions ou lutteurs pour sa parole, Luther, Zwingli, Mélanchton, Calvin, Farel, Wiclef, Knox et bien d’autres. Ils attirèrent l’attention sur le fait que la papauté avait mis de côté la Bible en lui substituant les décrets et les dogmes de l’Eglise ; ils montrèrent du doigt quelques unes de ses doctrines erronées et de ses pernicieuses pratiques, en prouvant qu’elles étaient fondées sur des traditions contraires à la vérité et opposées à la parole de Dieu. Ces réformateurs et leurs adhérents furent nommés protestants, parce qu’ils protestèrent contre la papauté, et qu’ils firent valoir la parole de Dieu comme la seule règle correcte de la foi et des moeurs. Plusieurs âmes fidèles marchèrent aux jours de la Réformation dans la lumière aussi loin qu’elle brillait alors. Mais depuis, les protestants n’ont fait que peu de progrès, parce que, au lieu de marcher dans la lumière, ils serrèrent les rangs autour de leurs conducteurs préférés, ne voulant voir que ce que ceux-ci virent et pas davantage. Ils posèrent des bornes à leur progrès sur le chemin de la vérité, et ils enfermèrent ou clôturèrent avec le peu de vérités qu’ils possédaient, une grande quantité d’erreurs qu’ils avaient apportées avec eux de " la mère-église ". La majorité des chrétiens, supposant que rien de plus ne peut être connu, du plan de Dieu, en ce jour, que ce qui fut connu par les réformateurs, professe un respect superstitieux pour les credo et les symboles formulés depuis tant d’années. Cette faute coûta bien cher ; car, indépendamment du

 

A18

 

fait qu’alors ou ne put sauver des décombres de l’erreur que quelques grands principes de vérité, il y a des traits spéciaux de la vérité qui se réalisent constamment et dont les chrétiens se sont privés au moyen des haies ou clôtures que constituent leurs confessions de foi. Pour illustrer ce qui Précède:c’était une vérité aux jours de Noé qu’un déluge viendrait, et une vérité qui alors réclamait la foi de tous ceux qui voulurent suivre le sentier de la lumière, tandis qu’Adam et d’autres n’en surent rien. Ce ne serait pas prêcher la vérité d’annoncer maintenant un déluge, mais il y a d’autres vérités propres à être dispensées (ou conformes à l’ordre des temps) qui mûrissent ou se réalisent constamment, ce que nous devons reconnaître, si nous marchons à la lumière de la lampe ; aussi, si nous ne possédions que toute la lumière échue aux siècles passés, et rien de plus, nous serions maintenant relativement dans les ténèbres. La parole de Dieu est un grand magasin de provisions pour les pèlerins affamés voyageant sur le sentier resplendissant. Là il y a du lait pour les enfants nouveau-nés et de la nourriture solide pour les hommes faits (1 Pierre 2:2 ; Hébr. 5:14) ; bien plus, elle contient une nourriture appropriée aux différentes saisons et aux diverses conditions ; et Jésus dit que le dispensateur fidèle donnera à ses gens leur ration de blé au temps convenable et tirera du trésor des " choses nouvelles et des choses anciennes "( Luc 12:42 ; Matt. 13:52). Il serait impossible de tirer de pareilles choses du trésor du credo d’une secte. Nous pourrions bien en tirer quelques choses anciennes et bonnes de chacune, mais rien de nouveau. La vérité contenue dans les dogmes des diverses sectes est tellement couverte et mêlée d’erreurs que la beauté qui lui est inhérente et sa valeur réelle ne sont pas perceptibles. Les divers credo se heurtent et se contrarient continuellement l’un l’autre ; et

 

A19

 

comme tous prétendent être basés sur la Bible, la confusion des pensées et la discorde qui en résultent sont imputées à la Bible; c’est ce qui donna naissance au proverbe si répandu: " La Bible est un vieux violon, sur lequel on peut à loisir jouer n’importe quel air. " Que ce dicton exprime bien l’incrédulité de notre temps, propagée grâce aux traditions humaines qui ont défiguré la parole et le caractère de Dieu ! Mais l’incrédulité provient aussi de l’accroissement de l’intelligence de l’homme qui ne se prosterne plus dans un respect aveugle et superstitieux à l’égard des opinions de son semblable, mais " demande raison de l’espérance qui est en nous ". Chaque fidèle croyant et lecteur de la Bible devrait donc être capable de donner en tout temps raison de l’espérance qui est en lui. La parole de Dieu seule peut nous " rendre sages à salut " et est utile à l’enseignement, à l’instruction, etc., " afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre "( 1 Pierre 3:15 ; 2 Tim. 3:15-17). Ce dépôt unique contient seul une provision inépuisable de choses nouvelles et anciennes, -de la nourriture dans le temps qu’il faut pour les serviteurs de la maison. Sûrement aucun de ceux qui ajoutent foi à ce passage de l’Ecriture sainte: " Le sentier des justes augmente son éclat jusqu’à ce que le jour soit en sa perfection ", ne soutiendra que le jour fut en sa perfection au temps de Luther ; c’est pourquoi nous faisons bien de veiller sur notre lampe " comme sur une lampe (un flambeau) qui brille dans un lieu obscur jusqu’à ce que le jour vienne à paraître "- 2 Pierre 1:19. Il ne suffit pas non plus que nous nous trouvions maintenant sur le sentier de la lumière ; il nous faut marcher dans la lumière, continuer à faire des progrès ; autrement la lumière, qui ne s’arrête point, poursuit son chemin et nous laisse dans les ténèbres (Jean 12:35). La difficulté à

 

A20

 

l’égard de plusieurs est qu’ils restent assis et ne marchent pas sur le sentier de la lumière. Prenez une table analytique concordante, et examinez les passages aux mots s’asseoir et s’arrêter, puis comparez-les avec ceux trouvés aux mots marcher et courir, et vous remarquerez un grand Contraste:des hommes " habitent dans les ténèbres "," s’asseyent avec les moqueurs " et " s’arrêtent " sur la voie des pécheurs, tandis que d’autres " marchent à la lumière " et " courent " pour remporter le prix. -Esaïe 42:7 ; Ps. 1 ; 1 Cor. 9:24 ; Hébr. 12:1. La perfection de la connaissance n’est point une chose du passé, mais de l’avenir, -d’un avenir très proche, nous le croyons avec confiance ; et avant d’avoir reconnu ce fait nous ne sommes pas en état d’apprécier et d’attendre de nouveaux développements du plan de notre Père. Il est vrai que nous retournons encore aux paroles des prophètes et des apôtres pour toutes les connaissances du présent et de l’avenir, non, cependant, parce qu’ils auraient toujours mieux compris que nous, les plans et les conseils de Dieu, mais parce que Dieu se servit d’eux comme de canaux pour nous communiquer, ainsi qu’à toute l’Eglise, à travers l’âge de l’Evangile, la vérité relative à son plan, aussitôt qu’elle serait mûre pour être comprise. Ce fait est surabondamment prouvé par les apôtres. Paul nous raconte que Dieu a fait connaître à l’Eglise chrétienne le secret de sa volonté, selon qu’il l’avait résolu auparavant en lui-même, mais qu’il ne l’a jamais manifesté dans les autres âges, bien qu’il l’y déposât sous forme de discours obscurs. Ces discours ne pouvaient être compris qu’à l’époque de leur maturité, afin que les yeux de notre esprit s’éclaircissent pour pouvoir apprécier " l’appel céleste " destiné exclusivement pour les croyants de l’ère évangélique (Eph. 1:9, 10, 17, 18 ; 3:4-6). Cela nous montre clairement que ni les prophètes, ni les anges ne comprenaient

 

A21

 

la pensée des prophéties qu’ils ont émises. Pierre nous dit que lorsque les prophètes cherchèrent avec anxiété à connaître leur signification, Dieu leur déclara que les vérités cachées dans leurs prophéties n’étaient pas pour eux-mêmes mais pour nous de l’âge de l’Evangile. Et il exhorte l’Eglise à espérer d’autres grâces (faveurs ou bénédictions) ultérieures dans cette direction, -encore plus de connaissances des plans de Dieu. -1 Pierre 1:10-13. Il est évident que lorsque Jésus promit que l’Eglise serait conduite dans toute la vérité, ce devait être par un développement graduel. Aux jours des apôtres, l’Eglise fut libre de bien des erreurs qui apparurent sous la papauté ; nous ne pouvons cependant admettre que l’Eglise primitive ait vu aussi profondément ou clairement dans le plan de Dieu qu’il est possible de le faire aujourd’hui. Il est évident aussi que les divers apôtres avaient des degrés différents de lumière sur le plan de Dieu (ce qui n’affaiblit nullement le fait que tous leurs écrits ont été dirigés et inspirés par Dieu, aussi véritablement que le furent les paroles des prophètes). Pour preuve, nous n’avons qu’à rappeler la conduite chancelante de Pierre et des autres apôtres, à l’exception de Paul, pendant un certain temps, lorsque l’Evangile commença à se propager chez les Gentils (Actes 10:28 ; 11:1-3 ; Gal. 2:11-14). L’incertitude de Pierre était en contraste frappant avec l’assurance de Paul puisée aux paroles des prophètes, aux procédés antérieurs de Dieu et aux révélations qui lui avaient été faites directement. Paul a évidemment reçu des révélations plus abondantes qu’aucun autre apôtre. Il ne lui était pas permis de communiquer ces révélations à l’Eglise, ni même pleinement aux autres apôtres (2 Cor. 12:4 ; Gal. 2:2) ; mais nous pouvons reconnaître tout de même la valeur que ces visions données à Paul avalent pour l’Eglise entière:car, s’il est vrai qu’il ne lui fut pas permis de raconter ce qu’il

 

A22

 

vit, ni de décrire tout ce qu’il connaissait des mystères de Dieu, relativement aux " âges à venir ", il n’en est pas moins vrai que ce qu’il vit donna à ses paroles une force, un caractère et une profondeur, qui, -à la lumière d’événements subséquents, d’accomplissements de prophéties et sous la direction de l’Esprit, -nous rendent capables d’en savoir plus que l’Eglise primitive. Pour corroborer ou confirmer ce qui précède, nous renvoyons au dernier livre de la Bible, -à l’Apocalypse, écrite environ l’an 96 de l’ère chrétienne. Les paroles introductives l’annoncent comme une révélation spéciale de choses inconnues auparavant. Cela prouve clairement qu’au moins jusqu’à cette époque, le plan de Dieu n’avait pas été révélé pleinement. De même, ce livre n’a été jusqu’à présent rien de moins que ce que son nom indique, -un dévoilement, une Révélation. En tant que cela concerne l’Eglise primitive, personne n’a probablement compris aucune partie de ce livre. Même Jean, qui a eu les visions, ignorait probablement la signification de ce qu’il voyait. Il était les deux à la fois, et prophète et apôtre ; et tandis que, comme apôtre, il comprit et enseigna ce qui était alors de " la nourriture au temps convenable, " en qualité de prophète, il prononça des choses qui devaient fournir une " nourriture  aux gens de la maison dans des saisons futures. Durant l’âge de l’Evangile, quelques-uns des saints cherchèrent à découvrir l’avenir de l’Eglise par l’examen et l’étude de ce livre symbolique ; et indubitablement tous ceux qui le lurent furent richement bénis, d’après la promesse (Apoc. 1:3), même s’ils ne comprenaient qu’une partie de ses enseignements. Ce livre continua à s’ouvrir toujours davantage pour eux ; et, dans les jours de la Réformation, il fut pour Luther un facteur important dans son affirmation que la papauté, dont il avait été lui-même

 

A23

 

un serviteur consciencieux, était vraiment " l’Antéchrist " mentionné par l’apôtre Paul ; et comme nous le voyons maintenant, l’histoire de l’Antéchrist remplit une grande partie de cette prophétie. C’est ainsi que Dieu nous ouvre graduellement sa vérité et nous révèle les immenses richesses de sa grâce ; et, conséquemment, il a été révélé plus de lumière à notre époque que dans aucune période précédente de l’histoire de l’Eglise.

 

Il se dissipe, le mystère ; Les promesses vont s’accomplir ; Il va se lever sur la terre, Le jour où Jésus doit venir.

 

Montre bientôt ton Fils unique, O Père saint ! à nos regards ; Et que sa gloire magnifique Eclate enfin de toutes parts.

 

Tenons nos lampes allumées Préparons-nous pour ce beau jour ; Et que nos âmes ranimées Soient pour Jésus pleines d’amour.

 

A toi, notre unique espérance, Notre justice, ô Jéhovah ! Soient empire et magnificence, Alléluia ! Alléluia !

 

Pour nous luit la brillante AURORE D’une félicité sans Fin:seigneur, quelques instants encore, Et tu nous prendras dans ton sein.

 

Comme au matin quand la lumière, De l’horizon chasse la nuit, Tel ce JOUR sur notre carrière, Brille déjà, l’ombre s’enfuit.

Chapitre II—DEMONSTRATION DE L’EXISTENCE D’UN CREATEUR SOUVERAINEMENT INTELLIGENT

 

A24

 

Preuves extra-bibliques, examinées à la lumière de la raison. -Une théorie insoutenable. -Une théorie raisonnable. -Exposition de la nature de Dieu. -Déductions raisonnables.

 

Même au point de vue sceptique, une recherche éclairée et impartiale dans l’inconnu, à la lumière de ce qui est connu, peut conduire le penseur intelligent et sincère dans la direction de la vérité. Il est vrai que sans une révélation directe des plans et des conseils de Dieu, l’homme ne peut que s’approcher de la vérité, et n’arriver qu’à des conclusions incertaines. Essayons cependant de laisser pour un moment la Bible de côté et d’envisager les choses uniquement au point de vue de la raison. Celui qui, au moyen d’un télescope, ou aussi à l’oeil nu, regarde au ciel et aperçoit l’immensité de la création, sa symétrie, sa beauté, son ordre, son harmonie et sa diversité, et doute encore que le Créateur de tout cela lui soit infiniment supérieur en sagesse ainsi qu’en puissance, -ou qui peut supposer un seul moment qu’un tel ordre soit survenu par le hasard, sans Créateur, -a perdu ou méconnaît sa faculté de raisonnement à un tel degré qu’il peut être considéré en toute justice et selon la Bible comme un insensé (un individu qui manque de raison ou n’en fait pas usage) : " L’insensé dit en son Coeur:il n’y a point de Dieu. " Quoi qu’il en soit tout être raisonnable

 

A25

 

conviendra qu’en cela du moins la Bible dit vrai ; car c’est une vérité évidente en elle-même que tout effet doit avoir sa cause positive. Chaque plante, chaque fleur en rend mille fois témoignage. Sa structure, sa beauté exquise, son organisation, tout en elle parle d’une habileté et d’une sagesse surhumaines. Qu’elle est donc myope la présomption qui fait parade de l’habileté et de la sagacité humaines, et qui attribue au hasard la régularité, l’uniformité et l’harmonie de la nature ; qui reconnaît les lois de la nature, tout en niant que la nature ait un législateur intelligent ! Ceux qui nient l’existence d’un Créateur intelligent prétendent que la nature est le seul et unique Dieu, et que toutes les formes de développement du règne animal et végétal en sont sorties, pour ainsi dire, comme d’elles-mêmes, sans l’ordre d’un être intelligent, mais gouvernées, comme ils disent, par " la loi de la survivance des plus aptes " dans une loi d’évolution. Toutes preuves manquent à cette théorie, car tout autour de nous nous voyons que les diverses espèces de créatures ont chacune une nature fixe, distincte et ne se développent pas à une nature plus haute ; et quoique ceux qui tiennent à cette théorie en aient maintes fois fait l’essai, ils ne sont jamais arrivés à fondre les différentes espèces, ou à produire une nouvelle variété fixe. Aucun exemple n’est connu où une espèce se soit transformée en une autre (1). Bien qu’on trouve des poissons volants qui, pendant un moment, peuvent se servir de leurs nageoires comme d’ailes et voler hors de l’eau, et des grenouilles qui savent chanter, on n’a pourtant jamais entendu que ces animaux se soient métamorphosés en oiseaux ; et quoique parmi les bêtes, il s’en trouve quelques-unes ayant

 

——-

 

(1) Pour l’utilité de quelques lecteurs nous remarquons que des changements tels que la métamorphose des chenilles en papillons, ne sont pas des changements de nature ; la chenille n’est que la larve éclose de l’oeuf du papillon.

 

A26

 

une légère ressemblance avec l’homme, rien ne prouve que ce dernier provienne de celles-là. Au contraire, des recherches démontrent que des différentes variétés de la même espèce peuvent bien être produites, mais qu’il est impossible de mêler les diverses espèces, ou d’en tirer une hors d’une autre. Pour la même raison on ne peut prétendre que l’âne et le cheval soient parents, malgré leur ressemblance, car chacun sait que leurs rejetons sont imparfaits et ne peuvent propager aucune des deux sortes. Si la nature, qui n’a pas d’intelligence, était l’élément créateur ou évolutionniste, elle continuerait sûrement la loi de l’évolution, et il n’y aurait aucune trace d’espèces fixes, puisque sans intelligence rien n’arrive à une condition stable. L’évolution serait encore un fait actuel, et nous verrions autour de nous des poissons devenir des oiseaux et des singes devenir des hommes. Nous concluons donc que cette théorie est aussi contraire à la raison humaine qu’à la Bible, si elle prétend que des êtres intelligents ont été créés par une puissance manquant d’intelligence. Voici le résumé d’une théorie contre laquelle nous n’avons aucune sérieuse objection et qui envisage la création [à l’exception de l’homme] d’après une loi d’évolution. Cette théorie admet que les diverses espèces actuelles sont fixes et invariables en ce qui concerne la nature et le genre ; et quoique la nature actuelle puisse être développée à un bien plus haut degré, voire même jusqu’à la perfection, l’espèce ou la nature restera toujours la même. Elle admet de plus qu’aucune de ces espèces déterminées n’a été originellement créée ainsi, mais que dans un passé très reculé elles se sont développées de la terre, et que, par un progrès d’évolutions graduelles, elles ont passé d’une forme à une autre. Ces évolutions, d’après des lois divinement établies, dans lesquelles les changements de

 

A27

 

nourriture et de climat ont joué un rôle important, peuvent avoir continué jusqu’à ce que les espèces fixes que nous voyons maintenant fussent établies, au delà desquelles tout changement est impossible, le but final du Créateur à cet égard ayant été atteint selon toute apparence. Quoique chacune des différentes familles de plantes et d’animaux soit susceptible d’amélioration et de dégradation, aucune d’elles ne peut être métamorphosée en une espèce ou famille, ou être produite d’une autre. Et quoique chacune d’elles puisse atteindre la perfection de sa propre nature déterminée, un changement ultérieur sous ce rapport est impossible après que le but assigné par le Créateur a été atteint. On dit que les plantes et les animaux originels, desquels les variétés fixes d’à présent descendent, se sont éteints avant la création de l’homme. Des squelettes et fossiles d’animaux et de plantes qui n’existent plus maintenant, mais qui ont été trouvés très bas sous la surface de la terre, confirment cette théorie. Ce point de vue ne rejette et n’ignore point l’enseignement de la Bible, qui nous dit que l’homme fut une créature directe et parfaite, faite à l’image mentale et morale de son Créateur, et non le produit d’un développement par une loi d’évolution, à laquelle probablement le reste de la création fut soumis. Cette opinion n’infirme en aucun sens, mais appuie plutôt, l’enseignement de la Bible, qui affirme que la nature, telle qu’elle est en ce jour, a été ordonnée par un Etre intelligent qui fut sa cause première. Que la raison cherche de son mieux à rapporter des faits connus à des causes raisonnables et efficaces, tenant en tout cas pleinement compte des lois de la nature:derrière ce mécanisme embrouillé et confus il se trouvera toujours la main de son grand Auteur, le Dieu intelligent et omnipotent. Nous avons donc le droit d’affirmer que l’existence d’un

 

A28

 

Créateur intelligent est une vérité clairement démontrée, dont la preuve se trouve partout autour de nous:oui, même au dedans de nous ! Car nous sommes son oeuvre, une oeuvre dont la force d’esprit et le corps témoigne d’une si merveilleuse habileté qu’elle dépasse notre compréhension. Et il est de même le législateur, l’architecte et le créateur de ce que nous appelons la nature. Nous prétendons que c’est lui qui régla et établit les lois de la nature, dont nous voyons et admirons la belle harmonie. Ce Dieu unique, dont la sagesse projeta l’Univers et dont la puissance le conserve et le dirige, nous l’adorons et nous l’honorons instinctivement ; car sa sagesse et sa puissance surpassent infiniment la nôtre. Reconnaître l’existence de ce Dieu puissant et souverain ne peut que faire trembler devant sa force infinie, à moins de reconnaître aussi que sa bonté et sa bienveillance égalent sa puissance. Nous sommes aussi absolument certains de ce fait que de celui qui prouve si évidemment son existence, sa puissance et sa sagesse. Nous sommes non seulement obligés de conclure qu’il y a un Dieu et que sa puissance et sa sagesse sont bien au dessus de la nôtre, mais aussi la simple raison nous oblige de croire que la plus grande chose créée n’est pas supérieure à son Créateur ; il s’ensuit donc que la plus grande manifestation de bienveillance et de justice entre les hommes est très inférieure en étendue à celle du Créateur, de même que la sagesse et la puissance de l’homme sont inférieures à la sienne. Et par ce qui précède nous avons en vue le caractère et les attributs du grand Créateur. Il est sage, juste, charitable et tout-puissant ; et l’extension de ses attributs est sans aucun doute infiniment plus grande que celle de sa création grandiose. Allons plus loin:ayant atteint cette conclusion raisonnable, relative à l’existence et au caractère de notre Créateur,

 

A29

 

nous nous demandons:que pouvons-nous attendre d’un tel être ? La réponse sera que la possession de tels attributs réclame sans doute leur exercice et leur fonctionnement. Il faut que la puissance de Dieu soit utilisée, et cela en harmonie avec sa propre nature, -sagement, justement et d’une façon charitable. Quels que soient les moyens pour atteindre ce but, quel que soit l’effet de la puissance de Dieu, il faut que le résultat final s’accorde avec sa nature et son caractère, et chaque pas doit être conforme à sa sagesse infinie. Qu’y aurait-il de plus raisonnable qu’un exercice de puissance tel que celui que nous voyons se manifester autour de nous, dans la création de mondes innombrables et d’une variété merveilleuse sur la terre ? Qu’y aurait-il de plus raisonnable que la création de l’homme, richement doué de raison et de jugement, capable d’apprécier les oeuvres de son Créateur et de réfléchir sur sa sublimité, -sur sa sagesse, sa justice, sa puissance et sur son amour ? Tout cela est raisonnable et en parfait accord avec les faits qui nous sont connus. Et voici maintenant notre proposition finale. N’est-il pas raisonnable de croire qu’un être si infiniment bon et sage qui donna le jour à une créature capable de le comprendre lui et son plan, se verrait aussi poussé par son amour et sa justice à satisfaire les désirs naturels de cette créature en lui donnant quelque REVELATION ? Ne serait-ce pas une supposition raisonnable de croire que Dieu veut fournir aux hommes des renseignements concernant leur existence et ses intentions à l’endroit de leur avenir ? Au contraire, nous demandons, ne serait-ce pas tout à fait déraisonnable de penser qu’un tel Créateur ferait une créature, telle que l’homme, la douant de la puissance d’intelligence qui la rend capable de méditer sur l’avenir, mais ne ferait aucune révélation de ses plans pour satisfaire

 

A30

 

à ces désirs ? Un procédé pareil serait dépourvu de sens, parce qu’il serait en contradiction avec la nature que nous attribuons par notre raison à Dieu ; en contradiction avec l’essence d’un être qui est tout justice et tout amour. Si lors de la création, la Sagesse divine n’avait pas jugé à propos de donner à l’homme une connaissance de sa destinée future et de la part qui lui est faite dans les plans de son Créateur, à coup sûr, la Justice divine, aussi bien que la Charité divine, eussent insisté pour que son être à lui fût limité dans ses capacités afin qu’il ne fût pas constamment tourmenté et tracassé par des doutes, des craintes et de l’ignorance ; en conséquence aussi la Puissance divine n’aurait agi que jusqu’à ces limites-là. Donc, le fait que l’homme possède la capacité d’apprécier une révélation du plan divin, en connexion avec la nature de son Créateur, est une raison surabondante pour que Dieu accorde cette révélation, dans la mesure où sa sagesse le juge convenable. Ainsi donc, en présence de ces considérations, même si nous ignorions la Bible, notre raison nous obligerait à attendre une révélation telle que la Bible le prétend. Et de plus, si nous pensons à l’ordre et à l’harmonie de la création en général ; si nous considérons que les sphères et les systèmes planétaires, dans leur procession grandiose, gardent leur position et se tiennent au temps qui leur sont assignés, nous devons admettre que les irrégularités d’ordre secondaire, telles que tremblements de terre, cyclones, etc., indiquent tout au plus un travail de perfectionnement dans l’ensemble des divers éléments. Chercher l’assurance qu’un jour tout sera parfait et harmonieux sur la terre comme dans les cieux, demander des éclaircissements afin de savoir pourquoi cela n’est point ainsi actuellement, ce sont là des questions que l’homme réfléchi peut raisonnablement poser et auxquelles peut répondre le Créateur, dont la sagesse, la puissance

 

A31

 

et l’amour sont démontrés. Voilà pourquoi nous devrions nous attendre à ce que la révélation désirée contienne et cette assurance et ces éclaircissements. Ayant donc vu combien il est raisonnable d’attendre une révélation du plan et de la volonté de Dieu concernant notre race, nous examinerons dans le chapitre suivant le caractère général de la Bible qui, sans réserve, prétend être une révélation de ce genre. Et si elle présente le caractère de Dieu en parfaite harmonie avec ce que, d’après les considérations précédentes, la raison nous dicte, alors nous conclurons que, par cela, elle fournit elle-même la preuve de cette révélation divine très nécessaire qu’attend notre raison, et nous pourrons accepter son témoignage comme venant de Dieu. Donc, si la Bible vient de Dieu, ses doctrines, une fois pleinement comprises, seront en parfait accord avec le caractère de Dieu, qui, comme la raison nous le dicte, est parfait en sagesse, en justice, en amour et en puissance.

 

L’Eternel seul est Seigneur, Seul Il est Dominateur, Sur les peuples de la terre. Il est Maître souverain Des ouvrages que sa main Pour sa gloire a voulu faire.

Chapitre III—LA BIBLE:REVELATION DIVINE VUE A LA LUMIERE DE LA RAISON

 

A32

 

Prétentions de la Bible et preuves évidentes de son authenticité. -Son antiquité et sa préservation. -Son influence morale. Les nubiles des auteurs. -Caractère général des Ecritures. -Les livres de Moïse. -La loi de Moïse. -Particularités du gouvernement institué par Moïse. -Ce n’était point un système de pouvoir sacerdotal. -Instructions pour les officiers d’état civil. -Riches et pauvres au même niveau devant la loi. -Sauvegarde contre ceux qui veulent jouer avec les droits du peuple. -La prêtrise, une classe non favorisée, comment entretenue, etc. -Protection contre l’oppression des étrangers, veuves, orphelins et domestiques. -Les prophètes de la Bible. -Y a-t-il un lien commun d’unité entre la loi, les prophètes et les écrivains du Nouveau Testament ?- Les miracles ne sont point contre la raison. -Conclusion raisonnable.

 

La Bible est le flambeau de la civilisation et de la liberté. Son influence pour le bien de la société a été reconnue par les plus grands hommes d’état, quoiqu’ils ne l’aient regardée principalement qu’à travers les lunettes des divers credo contradictoires qui, tout en soutenant la Bible, défigurent pourtant cruellement ses doctrines. Le bon vieux livre a été, sans qu’ils l’aient voulu, tristement maltraité par ses amis, ce qui ne veut pas dire que plusieurs d’entre eux en cas de besoin ne donneraient pas leur vie pour elle. Oui, franchement, ils lui font plus de tort que ses ennemis eux-mêmes, car ils prétendent appuyer sur la Bible leurs idées fausses concernant la

 

A33

 

vérité, idées qui ont été si longtemps reçues et entretenues par les traditions de leurs pères. Puissent-ils se réveiller, examiner de nouveau leur oracle et confondre par là ses ennemis en les désarmant ! Puisque la lumière naturelle nous permet d’attendre une révélation plus parfaite que celle qu’elle nous offre elle-même, tout esprit réfléchi et raisonnable sera disposé à examiner les prétentions de toute religion qui se donnera pour une révélation divine, à condition toutefois que cette révélation divine paraisse être conforme à la raison et à la vérité. La Bible prétend être une révélation de ce genre, elle vient à nous avec une évidence extérieure suffisante pour que ses prétentions puissent être autant que possible justifiées, et elle nous donne l’espérance bien fondée que si nous l’examinons à fond elle nous fournira les preuves plus complètes et plus certaines d’être en effet la parole de Dieu. La Bible est le livre le plus ancien qui existe ; elle a survécu aux orages de trente siècles. On a essayé par tous les moyens possibles de la bannir de la surface de la terre:on l’a cachée, enterrée, on a fait de sa possession un crime digne de mort, et ceux qui ont cru en elle ont subi les plus amères et les plus impitoyables persécutions ; mais le livre vit encore. Aujourd’hui, beaucoup de ses ennemis dorment dans la poussière, des centaines de volumes écrits pour la dénigrer et détruire son influence sont oubliés depuis longtemps, alors que la Bible a fait son chemin chez tous les peuples et dans toutes les langues de la terre ; on en a déjà fait plus de deux cents traductions différentes. Le fait que ce livre a survécu à tant de siècles, malgré les efforts sans pareils tentés pour le bannir et le détruire, est certes une preuve évidente du fait que le grand Auteur duquel se réclame la Bible en a été aussi le Préservateur. Il est également vrai que la Bible a exercé partout une

 

A34

 

bonne influence morale. Celui qui sonde et examine soigneusement ses pages, s’élèvera inévitablement à une vie plus pure. D’autres écrits sur la religion et sur les sciences ont jusqu’à un certain point fait beaucoup de bien à l’humanité, l’ont ennoblie et lui ont été en bénédiction ; mais tous les autres livres, pris dans leur ensemble, n’ont point été capables d’apporter à la création gémissante, la joie, la paix et le bonheur que la Bible a apportés au riche comme au pauvre, au savant comme à l’ignorant. La Bible n’est point un livre à parcourir superficiellement ; c’est un livre qui doit être étudié et médité avec soin ; car les pensées de Dieu sont plus élevées que nos pensées et ses voies plus élevées que nos voies. Et si nous voulons comprendre le plan et les pensées de Dieu, il s’agit d’employer toutes nos forces à cette oeuvre importante. Les plus riches trésors de la vérité ne se trouvent pas toujours à la surface. D’un bout à l’autre la Bible tend à mettre constamment en relief un caractère transcendant, Jésus de Nazareth, qui, comme elle nous l’apprend, est le Fils de Dieu. Du commencement à la fin, tout ce qui le concerne:son nom, son ministère et son oeuvre dominent le reste. Qu’un homme nommé Jésus de Nazareth vécut à peu près dans le temps indiqué par les écrivains de la Bible, est un fait historique, en dehors de la Bible et qui a été diversement et pleinement confirmé. Que ce Jésus a été crucifié parce qu’il était devenu un scandale aux Juifs et à leurs prêtres, c’est encore un autre fait prouvé par l’histoire et confirmé par les écrivains du Nouveau Testament. Les auteurs du Nouveau Testament (à l’exception de Paul et de Luc) étaient des connaissances personnelles et des disciples de Jésus de Nazareth ; ce sont eux qui ont exposé ses doctrines. L’apparition de n’importe quel livre fait supposer que l’auteur a eu un but en l’écrivant. Nous nous demandons

 

A35

 

en conséquence, quels motifs pouvaient donc avoir ces gens à épouser la cause de Jésus-Christ ? Il fut condamné à mort par les Juifs et crucifié comme un malfaiteur:les plus scrupuleux parmi eux en matière religieuse étaient d’accord pour exiger sa mort, comme de quelqu’un indigne de vivre. Et pendant que ces hommes défendaient sa cause et propageaient ses doctrines, ils bravaient les privations, le mépris et les persécutions les plus amères, risquant leur vie et souffrant même parfois le martyre. En admettant que Jésus fut une personne remarquable aussi bien dans sa vie que dans son enseignement, quel autre motif encore aurait pu avoir qui que ce fût de prendre sa cause après sa mort ?- D’autant plus que sa mort fut extrêmement ignominieuse. Et si nous supposions que ces écrivains ont inventé leur narration, et que Jésus a été leur héros idéal ou imaginaire, ne serait-il pas absurde d’admettre que des gens sains d’esprit eussent écrit comme ils l’ont fait, après avoir prétendu:que Jésus était le Fils de Dieu, qu’il avait été engendré d’une manière surnaturelle, qu’il possédait des forces surnaturelles par lesquelles il guérissait les lépreux, rendait la vue aux aveugles-nés, l’ouïe aux sourds et réveillait même les morts ? C’eût été puéril au dernier point de raconter qu’au moment critique tous ses amis et disciples, et parmi eux les écrivains même, l’abandonnèrent et s’enfuirent, pendant qu’une poignée de ses ennemis l’exécutaient comme imposteur ! Le fait que l’histoire profane n’est pas d’accord en tout point avec ces écrivains, ne doit pas nous porter à conclure tout de suite que leurs récits sont faux. Celui qui voudrait raisonner ainsi devrait indiquer et démontrer ce qui a déterminé ces écrivains à faire de fausses déclarations. Quels motifs pouvaient les exciter ? Pouvaient-ils, raisonnablement parlant, espérer obtenir par là quelque fortune, de la gloire, de la puissance ou tout autre avantage

 

A36

 

terrestre ? Déjà la pauvreté des amis de Jésus et l’impopularité de leur héros, parmi la corporation religieuse de la Judée, contredisent une telle pensée, tandis que ces faits:qu’il mourut comme un malfaiteur et un perturbateur, qu’il fut le méprisé et le dernier des hommes, n’offraient aucune espérance de gloire, aucun avantage terrestre à ceux qui auraient voulu faire revivre sa doctrine. Au contraire, si telle avait été l’intention de ceux qui annonçaient Jésus, n’y auraient-ils pas renoncé aussitôt, lorsqu’ils découvrirent que cette doctrine ne rapportait que déshonneur, persécution, emprisonnement, coups et même la mort ? La raison nous dit clairement que des hommes qui sacrifièrent patrie, réputation, honneur et vie, qui ne vécurent point pour les jouissances temporelles, mais dont tous les efforts tendaient à relever au plus haut degré le niveau moral chez leurs contemporains, n’agissaient pas seulement pour arriver à un but quelconque, mais pour atteindre par le plus pur mobile au but le plus noble et le plus élevé. La raison nous dit en outre que le témoignage d’hommes pareils, poussés uniquement par un mobile aussi pur et aussi sublime, est dix fois plus digne d’être pris en considération que le témoignage d’écrivains ordinaires. Ces hommes n’étaient pas non plus des fanatiques:c’étaient des hommes sains d’esprit et d’intelligence, toujours disposés en toute occasion à rendre raison de leur foi et de leur espérance ; persévérant jusqu’à la fin dans leurs convictions qui étaient en tout point conformes à la raison. Et ce que nous avons remarqué ici peut s’appliquer également aux divers écrivains de l’Ancien Testament ; l’essentiel, c’est qu’ils étaient des hommes connus par leur fidélité à l’Eternel ; et l’histoire biblique rapporte et censure leurs fautes et leurs faiblesses aussi impartialement qu’elle recommande leurs vertus et leur fidélité. Cela doit

 

A37

 

surprendre ceux qui prétendent que la Bible est une histoire inventée, destinée à inspirer aux hommes une sainte crainte en présence d’un système religieux tout particulier. Il y a de la droiture et de la franchise dans la Bible, ce qui lui donne son cachet de vérité. Un imposteur qui voudrait faire paraître un homme bien grand et qui désirerait ardemment faire passer ses écrits pour inspirés de Dieu, aurait soin de donner à son personnage un caractère irréprochable et noble, sans aucune tare. Un pareil procédé n’a pas été suivi dans la Bible, c’est donc une preuve suffisante qu’elle n’a pas été combinée pour séduire ni pour tromper. Nous avons donc raison d’attendre une révélation du plan et de la volonté de Dieu ; nous avons vu que la Bible prétend être cette révélation, qu’elle fut écrite par des hommes que nous n’avons aucun motif de suspecter quant au but qu’ils se sont proposé, mais auxquels nous devons donner au contraire notre pleine approbation. Examinons maintenant le caractère des écrits prétendus inspirés, pour voir si leurs enseignements répondent aux perfections que nous avons attribuées avec raison à Dieu, et si leur contenu porte l’empreinte de la vérité. Les cinq premiers livres du Nouveau Testament et différents autres de l’Ancien Testament, sont des narrations ou des histoires d’événements qui sont arrivés pendant la vie des écrivains et qui par cela même sont authentiques. Chacun conviendra qu’une révélation spéciale n’est pas nécessaire pour raconter des choses parfaitement connues, et qu’il suffit de dire la vérité. Mais si Dieu voulait donner une révélation à l’homme, en rapport avec certains événements de son histoire, n’est-il pas naturel qu’il ait dirigé et conduit les circonstances de manière à ce que ces intègres narrateurs aient été mis en contact avec ces événements ? L’authenticité des parties historiques de la Bible

 

A38

 

repose presque entièrement sur le caractère et les mobiles de leurs auteurs. Des gens de bien ne diront point de mensonges. Une source pure ne peut pas donner de l’eau amère. Et le témoignage réuni de ces écrits impose le silence à quiconque prétendrait que leurs auteurs ont pu dire ou faire le mal pour qu’il en arrive du bien. L’authenticité de certains livres de la Bible, tels que les Rois, les Chroniques et les Juges, n’est en aucune manière affaiblie si nous disons qu’ils ne sont que des histoires écrites avec soin et véracité, et qui concernent les personnages et les événements importants de ces temps. Les écrits hébraïques contiennent des histoires aussi bien que la loi et les prophéties ; leurs histoires et leurs généalogies sont d’autant plus détaillées dans leur exposé, qu’on était dans l’attente du Messie promis, lequel devait descendre d’une lignée spéciale d’Abraham. Cela explique suffisamment pourquoi sont mentionnés certains actes historiques que la lumière de ce dix-neuvième siècle considère comme peu raffinés. Par exemple, c’est pour donner un aperçu clair de l’origine des nations moabite et ammonite, et de leur parenté avec Abraham et les Israélites, que l’historien jugea nécessaire, selon toute probabilité, d’enregistrer toute leur descendance (Gen. 19:36-38). Un rapport très détaillé est pareillement donné des enfants de Juda, dont David fut le descendant, et par lui les généalogies de Marie, mère de Jésus (Luc 3:23, 31, 33, 34), et de Joseph, son mari (Matth. 1:2-16), remontent jusqu’à Abraham. La nécessité d’établir exactement l’arbre généalogique était sans doute d’autant plus importante que c’était de là que devait sortir aussi bien le Roi qui devait régner sur Israël que le Messie promis (Gen. 49:10) :voilà pourquoi tant de détails minutieux qui ne se trouvent pas ailleurs. -Gen. 38. Il peut y avoir eu des raisons semblables, ou même différentes

 

A39

 

de celles indiquées plus haut pour que la Bible ait mentionné d’autres faits historiques; l’utilité pourra en être reconnue peu à peu:si les écrits bibliques étalent simplement des traités de morale, les citations historiques auraient pu être supprimées sans aucun préjudice ; mais en tout cas personne ne peut affirmer avec raison que la Bible sanctionne, n’importe où, l’impureté. En outre, on fait bien de se rappeler que les mêmes faits peuvent être racontés avec plus ou moins de tact, et suivant les langues, tandis que les traducteurs de la Bible étalent, à bon droit, trop consciencieux pour omettre quoi que ce soit ; ils vivaient, au reste, dans un temps qui n’est pas le nôtre et où on n’y regardait pas de si près quant au choix des expressions ; on peut en dire autant des époques les plus reculées de la Bible quant à leur manière de s’exprimer. Certes, l’individu le plus dédaigneux ne peut trouver d’objection, dans ce sens, à aucune expression du Nouveau Testament.

 

Les livres de Moïse et les lois qui y sont promulguées.

 

Les cinq premiers livres de la Bible sont reconnus pour être les cinq livres de Moïse, quoiqu’ils ne déclarent nulle part qu’il en est l’auteur. Il est admis, et avec raison, qu’ils furent écrits par Moïse ou sous sa surveillance, et que, cela va sans dire, le récit de sa mort et de son ensevelissement y a été ajouté par son secrétaire. S’il n’existe pas la déclaration positive que ces livres ont été écrits par Moïse, ce n’est point une preuve pourtant que ce ne soit pas le cas ; car si quelqu’un d’autre l’avait fait par fraude, il n’aurait certainement pas manqué, pour cacher sa tromperie, d’attribuer ces livres au grand conducteur, au grand homme d’Etat d’Israël (Voyez Deut. 31:9-27). Nous sommes certains d’une chose, c’est que Moïse a conduit le

 

A40

 

peuple des Hébreux hors d’Egypte. Il l’organisa en nation soumise aux lois déposées dans ces livres; et pendant plus de trois mille ans la nation hébraïque, d’un commun accord, a prétendu avoir reçu ces livres de Moïse comme un legs, qu’elle a religieusement conservé, en sorte que nul n’osa changer un iota ni un trait de lettre, ce qui nous garantit la pureté du texte. Ces écrits de Moïse contiennent la seule histoire authentique ou digne de foi, qui existe de l’époque qu’elle représente. L’histoire chinoise essaie de commencer la sienne par la création, en racontant comment Dieu sortit en canot sur l’eau, tenant en sa main un monceau de terre qu’il lança dans l’eau, et elle prétend que ce monceau de terre devint ce monde-ci, etc. Mais cette histoire est tellement dépourvue de sens qu’une candide intelligence d’enfant même ne saurait s’y méprendre. Par contre, l’exposé de la Genèse suppose l’existence d’un Dieu, d’un Créateur, d’une intelligence suprême comme cause première. Il ne parle pas de Dieu comme ayant eu un commencement, mais de son oeuvre et du commencement de celle-ci, puis de ses progrès successifs: " Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. " Alors, sans entrer dans d’autres détails ou explications sur l’origine de la terre, le récit continue rapidement à travers les six jours [époques] qui préparent la venue de l’homme. Ce compte rendu est, dans son essence, confirmé par la science qui, vieille de quatre mille ans, et aidée par les millions et les moyens des temps modernes, a profité largement de cette accumulation de lumières. Il est donc beaucoup plus raisonnable d’admettre que son auteur, Moïse, a été divinement inspiré que de prétendre à l’intelligence supérieure d’un seul homme sur celle du reste de l’humanité depuis trois mille ans. Regardez d’abord l’arrangement des lois déposées dans

 

A41

 

ces écrits. Certes, elles n’eurent pas leurs égales, ni alors, ni plus tard, jusqu’au dix-neuvième siècle ; et les lois de notre siècle sont basées sur les principes contenus dans la loi mosaïque, et rédigées aussi pour la plupart par des hommes qui reconnurent l’origine divine de la loi de Moïse. Le Décalogue est un sommaire de toute la loi. Ces dix commandements prescrivent un code d’adoration et de morale qui doit frapper d’admiration tout observateur sérieux ; et s’ils n’avaient jamais été connus auparavant, et qu’on les eût trouvés maintenant parmi les ruines et les antiquités de la Grèce, de Rome ou de Babylone (nations qui se sont élevées et puis sont tombées en décadence, longtemps après que ces lois furent données), ils seraient regardés sinon comme surnaturels, du moins comme des merveilles. Mais la longue habitude de les avoir et de connaître leurs exigences a produit une assez grande indifférence:donc leur vraie grandeur n’est remarquée que par le petit nombre. Ces commandements n’enseignent rien de Christ, il est vrai ; aussi n’ont-ils point été donnés aux chrétiens, mais aux Hébreux ; non pour enseigner la foi en une rançon, mais pour convaincre l’homme de sa condition pécheresse et de la nécessité d’une rançon. Et la substance de ces commandements a été glorieusement résumée par l’illustre fondateur du christianisme en ces mots: " Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de toute ton âme, de toute ta pensée et de toute ta force ;" et " tu aimeras ton prochain comme toi-même. "- Marc 12:30, 31. Le gouvernement institué par Moïse diffère de tous les autres, anciens et modernes, parce qu’il prétend être celui du Créateur même, et parce que le peuple était responsable envers lui:ses lois et ses institutions civiles et religieuses prétendaient émaner de Dieu, et étaient, comme nous le verrons tout à l’heure, en parfaite harmonie avec ce que la

 

A42

 

raison nous enseigne du caractère de Dieu. Le tabernacle dans le centre du camp avait dans son " saint des saints " une manifestation de la présence de Jéhovah comme du roi des Hébreux ; le peuple y recevait d’une manière surnaturelle l’instruction pour l’administration régulière de ses affaires comme nation. Un ordre de prêtres fut établi qui avait la charge complète du tabernacle ; par eux seuls était permis l’accès auprès de Jéhovah et la communion avec lui. La première pensée de quelques-uns pourrait être: " Ah ! voilà le but de leur organisation  là, comme chez les autres nations, les prêtres gouvernèrent le peuple et abusèrent de sa crédulité en lui inspirant la crainte, pour leur propre honneur et pour leur profit. " Mais, halte-là, mes amis ; n’admettons pas trop vite de pareilles suppositions. Lorsqu’il existe une si bonne occasion de les éprouver à la lumière des faits, il ne serait pas raisonnable de tirer les conclusions sans apprécier les faits. Voici une preuve irréfutable contre de telles suppositions:les droits et les privilèges des prêtres étaient limités ; il ne leur était donné aucun pouvoir civil, et ils étaient privés de toute occasion d’abuser de leur charge et d’agir contrairement aux droits et à la conscience du peuple ; et cet arrangement fut créé par Moïse, qui était lui-même un membre de la famille sacerdotale. Lorsque Moïse, en sa qualité de représentant de Dieu, conduisit Israël hors de la servitude d’Egypte, la force des choses centralisa le gouvernement entre ses mains et fit de cet homme " fort doux " un autocrate en pouvoir et en autorité ; bien que, à cause de la douceur de son caractère, il fût réellement le serviteur surchargé de son peuple et que toute sa force vitale fût épuisée par les soucis accablants de sa position. C’est ici que vient se greffer l’établissement d’un gouvernement, lequel fut virtuellement une démocratie. Mais hâtons-nous d’ajouter ceci afin qu’il n’y

 

A43

 

Ait point de Malentendu:envisagé par les incrédules, le gouvernement d’Israël était une démocratie, mais considéré à la lumière des idées mêmes d’Israël, il était une théocratie, c’est à dire un gouvernement divin ; car les lois, données par Dieu à Moïse, ne subissaient aucun changement:on n’osait rien ajouter au code de la loi, ni y retrancher la moindre chose. Par cela même le gouvernement d’Israël était différent de tout antre gouvernement antérieur ou postérieur. L’Eternel dit à Moïse: " Assemble auprès de moi soixante-dix hommes des anciens du peuple d’Israël, de ceux que tu connais comme anciens du peuple et ayant autorité sur lui ; amènes-les à la tente d’assignation, et qu’ils s’y présentent avec toi. Je descendrai, et là je te parlerai ; je prendrai de l’esprit qui est sur toi, et je le mettrai sur eux, afin qu’ils portent avec toi la charge du peuple, et que tu ne la portes pas à toi seul "( Nomb. 11:16, 17, -voyez de même les versets 24 à 30 comme exemple d’humilité et de fidèle et franc gouvernement). Quand il relate cet ordre, Moïse dit: " Je pris alors les chefs de vos tribus, des hommes sages et connus [par leur influence], et je les mis à votre tête comme chefs de mille, chefs de cent, chefs de cinquante et chefs de dix, et comme ayant autorité dans vos tribus. "- Deut. 1:15 ; Exode 18:13-26. Ainsi nous voyons que, loin de chercher à agrandir ou à perpétuer son propre pouvoir, en plaçant le gouvernement du peuple sous le contrôle de sa parenté directe, avec la tribu de Lévi, et en permettant à celle-ci de se servir de l’autorité religieuse pour entraver les droits et les libertés du peuple, ce législateur admirable introduisit au contraire chez le peuple une forme de gouvernement qui était plutôt de nature à développer l’esprit de liberté. Les histoires d’autres nations et d’autres gouverneurs ne fournissent aucun exemple semblable. Partout le gouverneur

 

A44

 

chercha sa propre élévation et l’augmentation de son pouvoir. Même là où les dirigeants aidèrent à établir des républiques, les événements subséquents prouvèrent qu’ils l’avaient fait par politique, afin d’obtenir la faveur du peuple et d’augmenter leur propre pouvoir. Dans les circonstances où Moïse se trouvait, tout homme ambitieux, dominé par la politique et tachant de captiver le peuple par des promesses trompeuses, aurait travaillé à une plus grande centralisation du pouvoir à son profit et à celui de sa famille. Cela paraissait une tâche d’autant plus facile que l’autorité religieuse était déjà inféodée à cette tribu et que cette nation avait le sentiment d’être gouvernée par Dieu depuis le tabernacle. On ne peut pas supposer non plus qu’un homme capable de former des lois pareilles et de gouverner un tel peuple ait possédé si peu d’intelligence qu’il n’ait pas vu tout le profit qu’il aurait pu recueillir d’un autre système. Le gouvernement était si complètement remis entre les mains du peuple que, quoiqu’il fût convenu de porter devant Moïse les causes difficiles à l’égard desquelles les gouverneurs ne pouvaient prendre de décision, c’était au peuple lui-même à décider quels cas devaient être soumis à Moïse: " Lorsque vous trouverez une cause trop difficile, vous la porterez devant moi, pour que je l’entende. "- Deut. 1:17. Ainsi nous voyons qu’Israël était une république dont les magistrats agissaient par commission divine. Et, à l’étonnement de ceux qui prétendent dans leur ignorance que la Bible sanctionna et établit des empires dominant le peuple, au lieu " d’un gouvernement du peuple par le peuple ", remarquons que cette forme républicaine de gouvernement civil dura plus de quatre cents ans. Et alors, elle fut changée en celle d’un royaume ; à la demande des " anciens ", sans l’approbation de l’Eternel, qui dit à Samuel, fonctionnant alors comme une sorte de président:

 

A45

 

" Ecoute la voix du peuple dans tout ce qu’il te dira ; car ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux. " Sur les instances de Dieu, Samuel expliqua au peuple comment ses droits et ses libertés seraient foulés aux pieds, comment il deviendrait lui-même serviteur par un tel changement ; mais le peuple avait été entraîné par le courant général et par l’exemple des autres nations qui avoisinaient les Hébreux (1 Sam. 8:6-22). Comment ne pas supposer, en tenant compte de ce désir d’Israël soupirant après un roi, que Moïse aurait pu se mettre sans difficulté à la tête d’un grand empire ? Tandis qu’Israël dans son ensemble représentait une nation, la division en tribu fut cependant toujours reconnue après la mort de Jacob. D’un commun accord chaque famille ou tribu élut ou reconnut certains membres comme ses représentants ou chefs. Cette coutume se conserva même pendant le temps-si long-de son esclavage en Egypte. Ceux-ci furent nommés chefs ou anciens, et c’est à eux que Moïse transmit l’honneur et le pouvoir du gouvernement civil ; au lieu que, s’il avait voulu concentrer le pouvoir dans ses mains et dans sa famille, ceux-là auraient été les derniers qu’il eût honorés du pouvoir et auxquels il eût remis des fonctions. Les instructions regardées comme venant de Dieu et données à ces commissaires désignés pour le gouvernement civil, sont un modèle de simplicité et de pureté. Moïse déclara au peuple, en présence de ses juges: " Je donnai, dans le même temps, cet ordre à vos Juges:ecoutez vos frères et jugez selon la justice les différends de chacun avec son frère ou avec l’étranger. Vous n’aurez point égard à l’apparence des personnes dans vos jugements ; vous écouterez le petit comme le grand ; vous ne craindrez aucun homme, car c’est Dieu qui rend la justice. Et lorsque vous trouverez une cause trop difficile, vous la porterez

 

A46

 

devant moi pour que je l’entende "( Deut. 1:16, 17). Après la mort de Moïse ces causes furent portées directement à l’Eternel par le grand prêtre, la réponse consistait en oui ou non, au moyen de " l’urim " et du " thummim "( lumière et perfection). Au vu de ces faits, que devons-nous dire de la théorie qui tend à accréditer que ces livres furent écrits par des prêtres trompeurs pour s’assurer l’influence et le pouvoir sur le peuple ? De tels hommes auraient-ils forgé dans cette intention des documents qui ne tendaient qu’à détruire le but qu’ils auraient, dit-on, poursuivi ;- des documents qui prouvaient clairement que le grand conducteur d’Israël, qui appartenait lui-même à la tribu de Lévi, excluait, sur l’instance de Dieu, la prêtrise, du pouvoir civil, en le plaçant dans les mains du peuple ? Quelqu’un pourrait-il appeler une telle conclusion raisonnable ? Il est, de plus, digne de remarque que les lois de la civilisation la plus avancée, dans ce dix-neuvième siècle, ne prennent pas des mesures plus délicates pour que les riches et les pauvres se trouvent sur le même pied de responsabilité devant la loi civile. La loi de Moïse ne faisait absolument pas de distinction. Quant à la protection du peuple contre le danger d’une pauvreté extrême et d’une richesse excessive et puissante, aucune autre loi nationale ne fut jamais décrétée qui surveillât si soigneusement ce point. La loi de Moïse prévoyait une restitution chaque cinquantième année-leur année de jubilé. Cette loi, tout en empêchant l’aliénation absolue de la propriété, prévint son accumulation dans les mains d’un petit nombre (Lév. 25:9, 13-23, 27-30). De fait, les Israélites furent habitués à se considérer comme frères et à agir en conséquence ; à s’assister sans compensation et à ne tirer aucun intérêt l’un de l’autre. Voyez Exode 22:25 ; Lév. 25:36, 37 ; Nomb. 26:52-56.

 

A47

 

Toutes les lois furent publiées, ce qui empêchait les fourbes de tourner à leur profit les droits du peuple. Les lois étaient affichées, de sorte que chacun pouvait les copier s’il le voulait ; et, afin que les pauvres et les plus illettrés ne les ignorassent pas, c’était le devoir des prêtres de les lire au peuple à l’occasion de ses grandes fêtes septennales (Deut. 31:10-13). Est-il raisonnable de supposer que de pareilles lois et ordonnances aient été inventées par des hommes mauvais, ou par des gens qui cherchaient à tromper le peuple dans ses libertés et à lui ravir son bonheur ? Une telle assertion ne serait-elle pas dénuée de raison ? Pour ce qui concerne les droits et les intérêts de l’étranger et même de l’ennemi, la loi mosaïque fut en avance sur notre temps de trente-deux siècles, -en admettant que les lois les plus civilisées d’aujourd’hui l’égalent en beauté et en équité. Nous lisons: " La même loi existera pour l’indigène comme pour l’étranger en séjour au milieu de vous ; car je suis l’Eternel votre Dieu ".- Exode 12:49 ; Lév. 24:22. " Si un étranger vient séjourner avec vous dans votre pays, vous ne l’opprimerez point. Vous traiterez l’étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous ; vous l’aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d’Egypte. "- Lév. 19:33,34. " Si tu rencontres le boeuf de ton ennemi ou son âne égaré, tu ne manqueras point de le lui ramener. Si tu vois l’âne de celui qui te hait abattu sous son fardeau, donne-toi garde de l’abandonner; tu ne le laisseras point là, "" tu t’aideras à le décharger. "- Exode 23:4, 5. Les animaux eux-mêmes-privés du don de la parole, -n’étaient point oubliés. La cruauté envers les bêtes aussi bien qu’envers les êtres humains était sévèrement interdite. Un boeuf ne devait pas être muselé pendant qu’il

 

A48

 

foulait le grain ; pour l’excellente raison qu’un ouvrier est digne de son salaire. L’âne et le boeuf ne devaient pas labourer ensemble, à cause de l’inégalité de leurs pas et de leurs forces ; c’était considéré comme une cruauté. On pourvut aussi à leur repos. -Deut. 25:4 ; 22:10 ; Exode 23:12. On pourrait croire que le sacerdoce a été une institution égoïste, parce que la tribu de Lévi fut entretenue grâce au dixième annuel ou dîme du produit individuel de ses frères des autres tribus. Cette conception injuste est assez répandue chez les sceptiques qui, probablement par ignorance, placent sous un faux jour une des preuves les plus éclatantes de la part que Dieu eut dans l’organisation de ce système, lequel ne fut pas l’oeuvre d’une prêtrise égoïste et hypocrite. A vrai dire, il n’est pas rare que ce système soit représenté sous de fausses couleurs par une prêtrise moderne qui cherche fort à établir un système semblable, et à le donner en exemple, sans mentionner quels étaient, à la base, les principes et le mode de paiement. Ce système reposait en effet sur la plus stricte équité. Lorsque Israël entra en possession du pays de Canaan, les Lévites avaient certainement autant de droits à une portion du pays que les autres tribus ; toutefois, d’après le commandement formel de Dieu, ils n’en reçurent aucune ; quelques villes leur furent cependant assignées comme résidences ; ces villes étaient dispersées parmi les autres tribus, dont les affaires religieuses étaient confiées à ces Lévites. Cette défense fut prononcée neuf fois avant la division du pays. En compensation d’une part du pays, il fallut leur assurer un équivalent, et la dîme fut ce dédommagement juste et naturel. Mais ce n’est pas tout:quoique la dîme, ainsi que nous venons de le voir, leur revînt comme un juste dédommagement, elle ne fut pas imposée comme une taxe, niais elle fut payée comme une contribution

 

A49

 

volontaire. Aucune menace n’obligea les frères des Lévites à fournir cette contribution:tout dépendait de leur équité. Les seules exhortations au peuple à ce sujet étaient les suivantes: " Garde-toi, pendant tout le temps que tu vivras sur la terre, d’abandonner le Lévite "( Deut. 12:19). " Tu ne délaisseras point le Lévite qui sera dans tes portes, car il n’a ni part ni héritage avec toi. "- Deut. 14:27. Est-il raisonnable, nous le demandons, de supposer que cet état de choses ait été organisé par des prêtres égoïstes et ambitieux ?- bel avantage pour eux que celui de se déshériter eux-mêmes et de se rendre dépendants de leurs frères pour leur entretien ! La raison n’enseigne-t-elle pas le contraire ? Le fait qu’aucune mesure spéciale ne fut prise pour honorer la prêtrise, vient encore corroborer ce qui précède et prouver une fois de plus que Dieu fut l’auteur de ces lois. Des imposteurs se seraient occupés avant tout de prescrire pour eux-mêmes des égards et le respect de tous, et ils auraient frappé de peines sévères et de malédictions ceux qui auraient manqué à ces égards. Mais rien de pareil n’apparaît:ni révérence spéciale, ni honneurs particuliers n’ont été prévus ; il n’existe aucune immunité pour violences ou pour insultes. La loi commune, qui ne faisait point de distinction entre les classes et qui n’avait point d’égards pour personne, était la seule protection. Cela est d’autant plus remarquable que le traitement des domestiques, des étrangers et de la vieillesse était l’objet d’une législation spéciale. Par exemple: " Tu ne maltraiteras point l’étranger et tu ne l’opprimeras point ;... tu n’affligeras point la veuve, ni l’orphelin. Si tu les affliges, et qu’ils viennent à moi, j’entendrai leurs cris ; ma colère s’enflammera, et je vous détruirai par l’épée ; vos femmes deviendront veuves et vos enfants orphelins "( Exode 22:21-24 ; 23:9 ; Lév. 19:33, 34). " Tu n’opprimeras

 

A50

 

point le mercenaire, pauvre et indigent, qu’il soit l’un de tes frères, ou l’un des étrangers demeurant dans ton pays, dans tes portes. Tu lui donneras le salaire de sa journée avant le coucher du soleil ; car il est pauvre et il lui tarde de le recevoir. Sans cela, il crierait à l’Eternel contre toi, et tu te chargerais d’un péché "( Deut. 24:14-15 ; Lév. 19:13 ; Exode 21:26, 27). " Tu te lèveras devant les cheveux blancs et tu honoreras la personne du vieillard  (Lév. 19:32 ; voyez aussi le verset 14). Tout cela existe, et pourtant il n’y a rien de spécial en faveur des prêtres (ou Lévites), ou de leurs dîmes. Les ordonnances sanitaires de la loi, si nécessaires pour un peuple pauvre et longtemps opprimé, conjointement avec les arrangements et délimitations au sujet d’animaux purs et impurs qui pouvaient ou ne pouvaient pas être mangés, sont remarquables, et seraient, ainsi que d’autres traits, dignes d’être relevées si l’espace permettait leur examen ; il suffit de dire qu’elles démontrent que cette loi peut être placée hardiment en face des résultats les plus récents obtenus dans ce domaine par la science médicale, et qu’elle peut soutenir la comparaison, à moins qu’elle ne les devance. La loi de Moïse a aussi un côté typique que nous sommes obligés de réserver pour un examen futur ; mais ce simple et rapide coup d’oeil prouve jusqu’à l’évidence que cette loi, qui constitue en vérité la charpente du système entier de la religion révélée, développé dans les autres livres de la Bible, est vraiment une merveille de sagesse et de justice, surtout si l’on prend en considération sa date. Chacun est obligé d’admettre, à la lumière de la raison, qu’il n’existe aucune preuve que cette loi soit l’oeuvre d’intrigants ouvriers d’iniquité, mais qu’elle correspond exactement avec ce que la nature enseigne des perfections de Dieu. Elle démontre clairement sa sagesse, sa justice et sa charité. De plus, Moïse qui fut évidemment

 

A51

 

un pieux et noble législateur, nie que la loi vienne de lui et l’attribue à Dieu (Exode 24:12 ; Deut. 9:9-11 ; Lév. 1:1 ; Exode 26:30). Etant donné son caractère en général et la règle qu’il donna au peuple de ne faire aucun faux témoignage et d’éviter l’hypocrisie et le mensonge, est-il raisonnable de supposer qu’un tel homme porta lui-même un faux témoignage et qu’il fit passer ses propres vues et ses lois pour celles de Dieu ? Rappelons aussi que nous examinons les éditions actuelles de la Bible, et que par conséquent l’authenticité et l’intégrité qui la caractérisent à un si haut degré sont de même applicables aux copies faites par les successeurs de Moïse. Quoiqu’il y eût de méchants hommes parmi ses successeurs, qui cherchèrent leur propre bien et non celui du peuple, il est évident qu’ils ne se permirent aucune liberté avec les Ecrits sacrés qui sont restés intacts et purs jusqu’à ce jour.

 

Les prophètes de la Bible.

 

Jetons maintenant un regard sur le caractère des prophètes de la Bible et sur leurs témoignages. Un fait digne de remarque, c’est que les prophètes (sauf quelques exceptions) ne furent point des prêtres et que, à leur apparition, leurs prophéties répugnaient généralement aussi bien à la prêtrise dégénérée et esclave de son temps, qu’au peuple, toujours enclin à l’idolâtrie. Ces messages de Dieu au peuple renfermaient en général des reproches à propos de ses péchés et des menaces de punitions à venir ; à l’occasion, ils renfermaient aussi des promesses de bénédictions futures, après que le peuple aurait délaissé le péché et serait retourné à la grâce de l’Eternel. Le sort des prophètes fut, pour la plupart, bien loin d’être enviable ; ils furent généralement outragés, plusieurs furent emprisonnés et moururent de mort violente (Voyez 1 Rois 18:4, 10, 17, 18 ; 19:10 ; Jér. 38:6 ; Hébr. 11:32-38). Pour quelques-uns

 

A52

 

ce ne fut que des années après leur mort, que leur vrai caractère de prophètes de Dieu fut reconnu. Nous parlons ici surtout des auteurs prophétiques qui prétendent être inspirés directement par Dieu. On fera bien dans ce rapprochement de ne pas perdre de vue que la loi fut donnée à Israël sans aucune entremise sacerdotale ; elle fut communiquée par Dieu au peuple par la bouche de Moïse (Exode 19:17-25 ; Deut. 5:1-5). Et de plus, c’était le devoir de chacun, lorsqu’il constatait une violation de la loi, de reprendre le pécheur (Lév. 19:17). Ainsi tous eurent le droit d’enseigner et de reprendre ; mais, comme c’est le cas de nos jours, la majorité était absorbée par le souci des affaires ; elle devint indifférente et irréligieuse ; et bien peu relativement remplirent leur devoir en reprenant le péché et en exhortant à la piété. Ces prédicateurs sont nommés " prophètes " dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament. L’expression " prophète ", employée ordinairement, signifie interprète public, et les prêtres publics de l’idolâtrie, eux aussi, furent appelés ainsi ; par exemple " les prophètes de Baal " etc. (Voy. 1 Cor. 14:1-6 ; 2 Pierre 2:1 ; Matth. 7:15 ; 14:5 ; Néh. 6:7 ; 1 Rois 18:40 ; Tite 1:12). Prophétiser, dans le sens ordinaire d’enseigner, devint plus tard le privilège d’une certaine classe et dégénéra en pharisaïsme, en ce que, à la place des commandements de Dieu, elle enseigna la tradition des anciens ;- s’opposant par là à la vérité, les pharisiens devinrent de faux prophètes ou de faux docteurs. -Matth. 15:2-9. Hors de cette grande classe appelée prophètes, l’Eternel en élut de temps à autre quelques-uns ; il les chargea spécialement de messages qui se rapportaient parfois à des choses du temps présent et d’autres fois à des événements encore futurs. C’est aux écrits de cette classe de prophètes qui parlaient et écrivaient selon l’Esprit saint, que nous

 

A53

 

voulons maintenant consacrer notre attention. Ils peuvent en toute justice être désignés comme des

 

Prophètes ou voyants (ou commissaires divins).

 

Si l’on se rappelle que ces prophètes étaient pour la plupart des laïques, n’ayant aucune part à la dîme sacerdotale, et si l’on ajoute qu’ils n’étaient pas seulement les censeurs des rois et des juges, mais aussi ceux des prêtres (bien qu’ils ne blâmassent pas le sacerdoce, mais les péchés personnels de ceux qui en remplissaient les fonctions), il est clair que l’on ne pourrait prétendre avec raison que ces prophètes fussent ligués avec les prêtres, ou avec qui que ce fût, pour établir des erreurs au nom de Dieu. Un examen raisonnable, à la lumière des faits, s’oppose à un tel soupçon. Si donc nous ne trouvons aucune raison d’incriminer les divers mobiles des auteurs de la Bible, mais que nous reconnaissions que ses diverses parties sont inspirées par un esprit de droiture et de vérité, recherchons maintenant la question de savoir s’il n’existe pas une connexion ou un enchaînement entre les écrits de Moïse, ceux des prophètes et ceux des écrivains du Nouveau Testament. Si nous trouvions un même ordre d’idées formant une chaîne d’un bout à l’autre de la Loi, des Prophètes et des écrits du Nouveau Testament (qui remplissent ensemble une période de quinze cents ans), ce serait, d’accord avec le caractère des écrivains, une raison suffisante, pour nous, d’admettre leur prétention, -d’être inspirés de Dieu, -surtout si le thème qui leur est commun est noble et sublime, et s’accorde bien avec ce que le sens commun sanctifié nous apprend de la nature et des attributs de Dieu. Voici ce que nous Trouvons:un seul plan, un esprit, un dessein, un but pénètre le livre tout entier. Ses premières pages nous racontent la création et la chute de l’homme ;

 

A54

 

ses dernières, le relèvement de l’homme depuis cette chute ; et les pages intermédiaires démontrent les progrès successifs du plan de Dieu dans l’accomplissement de ce dessein. L’harmonie, en même temps que le contraste, des trois premiers et des trois derniers chapitres est frappante. Les premiers décrivent la création originelle, les derniers la création renouvelée et restaurée, avec l’éloignement du péché et de sa malédiction ; ceux-là montrent comment Satan et le mal se frayèrent une entrée dans le monde pour séduire et détruire, ceux-ci montrent les oeuvres de Satan détruites, l’homme déchu et perdu restauré, le mal extirpé et Satan anéanti ; les uns montrent le gouvernement perdu par Adam, les autres montrent ce pouvoir restauré et rétabli pour toujours par Christ, et la volonté de Dieu s accomplissant sur la terre comme au ciel ; les uns montrent le péché comme la cause efficiente de la dégradation, de l’ignominie et de la mort, les autres montrent que la récompense de la droiture sera la gloire, l’honneur et la vie. Quoique écrite par plusieurs plumes, à des époques différentes et dans des circonstances diverses, la Bible n’est pas simplement une collection de prescriptions morales, de sages maximes et de mots pleins de consolations. Elle est plus:elle est une exposition raisonnable, philosophique et harmonieuse de la cause du mal actuel dans le monde, de son seul remède et du résultat final prévu par la sagesse divine, à qui la fin de son plan était connue avant son commencement ; et cette sagesse marquait aussi bien le sentier du peuple de Dieu qu’elle le soutenait et le fortifiait par les plus grandes et les plus précieuses promesses, qui se réaliseront au temps fixé. La doctrine de la Genèse, que l’humanité fut éprouvée en son état de perfection originelle, dans son représentant ; que ce dernier tomba et que les défauts actuels, les maladies

 

A55

 

et la mort en sont les conséquences ; mais que Dieu ne la délaissa point, au contraire, qu’il la délivrera finalement par un rédempteur né d’une femme (Gen. 3:15) ; est conservée et développée tout le long du Livre. La nécessité de la mort d’un rédempteur comme un sacrifice pour les péchés, et de sa justice pour couvrir nos péchés, est indiquée dans les robes de peaux qui couvrirent Adam et Eve ; dans l’acceptation de l’offrande d’Abel ; dans Isaac sur l’autel ; dans les divers sacrifices par le moyen desquels les patriarches avaient accès auprès de Dieu ; et dans les sacrifices institués par la loi et perpétués à travers tout l’âge judaïque. Les prophètes, malgré leur faible compréhension de la signification de plusieurs de leurs prophéties (1 Pierre 1:12), parlent distinctement de l’imposition des péchés sur une personne en lieu et place d’un animal ; et, en vision prophétique, ils voient celui qui doit racheter et délivrer la race humaine " comme un agneau mené à la boucherie "; ils disent que " le châtiment qui nous apporte la paix est tombé sur lui ", et que " c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris ". Ils le dépeignent comme " le méprisé et le dernier des hommes, un homme de douleurs et qui sait ce que c’est que la langueur ", et déclarent que " l’Eternel a fait venir sur lui l’iniquité de nous tous "( Esaïe 53:3-6). Ils disent où ce libérateur naîtrait (Michée 5:2), et en quel temps il mourrait, nous assurant que ce ne serait " pas pour lui-[même] "( Dan. 9:26). En ce qui concerne sa propre personne, ils mentionnent diverses particularités:qu’il serait " juste " et libre de " fraude "," d’outrage ", ou de quelque cause justifiant la mort (Esaïe 53:8, 9, 11) ; qu’il serait trahi pour trente pièces d’argent (Zach. 11:12) ; que dans sa mort il serait compté parmi les transgresseurs (Esaïe 53:12) ; qu’aucun de ses os ne serait rompu (Ps. 34:21 ; Jean 19:36) ; et que, quand bien même il mourrait et serait enseveli, sa

 

A56

 

chair ne verrait point la corruption, et que lui-même ne resterait pas dans le sépulcre. -Ps. 16:10 ; Act. 2:31. Les écrivains du Nouveau Testament démontrent clairement, d’une manière simple et convaincante, l’accomplissement de toutes ces prédictions en la personne de Jésus de Nazareth, et prouvent par des raisonnements logiques qu’une rançon, semblable à celle que Jésus donna (celle prédite dans la loi et les prophètes), était nécessaire avant que les péchés du monde puissent être effacés (Es. 1:18). Ils tracent le plan entier de la manière la plus logique et la plus forte, ne faisant point appel aux préjugés ni aux passions de leurs auditeurs, mais seulement à leur intelligence éclairée ; ils l’étayent des raisonnements les plus remarquables possibles en exactitude et en force, n’importe où qu’on les cherche et dans n’importe quel sujet. Voyez Rom. 5:17-19 et plus loin jusqu’au chapitre 12. Moïse souligne dans la loi, non seulement un sacrifice, mais aussi une extinction des péchés et une bénédiction du peuple sous ce grand Libérateur, dont la puissance et l’autorité, quoique semblables aux siennes (Deut. 18:15, 19), les dépasseraient infiniment. Le Libérateur promis ne doit pas seulement bénir Israël, mais par Israël " toutes les familles de la terre "( Gen. 12:3 ; 18:18 ; 22:18 ; 26:4). Et malgré les préjugés contraires du peuple juif, les prophètes continuent sur le même ton et déclarent que le Messie sera aussi " la lumière qui doit éclairer les nations "( Esaïe 49:6 ; Luc 2:32) ; que les nations viendront à lui " des extrémités de la terre "( Jér. 16:19); que son nom " sera grand parmi les nations "( Mal. 1:11) ; et que la " gloire de l’Eternel sera révélée et toute chair ensemble la verra ".- Esaïe 40:5. Voyez aussi Esaïe 42:1-7. Les écrivains du Nouveau Testament prétendent avoir l’onction divine qui les rend capables de reconnaître l’accomplissement des prophéties dans le sacrifice de Jésus.

 

A57

 

Et si, en qualité de Juifs, ils avaient, eux aussi, d’abord cru que toutes les bénédictions n’étaient que pour leur peuple seul (Act. 11:1-18), ils voient maintenant, forts de cette onction, que lorsque leur nation serait bénie, toutes les familles le seraient également avec elle et par elle. Ils reconnaissent aussi qu’avant la bénédiction de chacun d’eux d’Israël et du monde, il se ferait une élection d’un " petit troupeau " composé de juifs et de Gentils (nations), lequel, une fois éprouvé, serait trouvé digne d’être fait cohéritier de la gloire et de l’honneur du Grand Libérateur, et participerait avec lui à l’honneur de bénir Israël et toutes les nations. -Rom. 8:17. Ces mêmes écrivains attestent et démontrent l’harmonie de cette vue d’ensemble avec ce qui est écrit dans la loi et les prophètes ; et la grandeur et la largeur du plan qu’ils nous présentent surpasse de beaucoup la plus sublime conception qu’on puisse imaginer:c’est " une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout le peuple ". La pensée du Messie comme souverain non seulement d’Israël, mais aussi du monde, suggérée dans les livres de Moïse, est le thème de tous les prophètes. La pensée du royaume prédominait aussi dans les enseignements des apôtres, et Jésus nous apprit à prier: " que ton règne vienne " et promit que tous ceux y participeraient qui, premièrement, souffriraient pour la vérité, et par là prouveraient qu’ils sont dignes de cette dignité royale. Cette espérance du glorieux royaume qui vient, donna à tous les croyants fidèles le courage d’endurer la persécution et de souffrir l’opprobre, les privations, les pertes et même la mort. Et dans les grandioses prophéties allégoriques, par lesquelles se clôt le Nouveau Testament, tout est fidèlement dépeint:le digne " Agneau qui a été immolé "( Apoc. 5:12), les dignes " vainqueurs "( 1 Jean 5:4 ; Apoc. 2:26 ; 3:12, 21 ; 21:7) qu’il fera rois et prêtres

 

A58

 

dans son royaume, les épreuves qu’ils ont à soutenir et les obstacles qu’ils doivent surmonter pour être dignes de participer à ce royaume. Puis, des représentations symboliques à l’égard des bénédictions qui s’ensuivront pour le monde, sous ce règne millénaire, lorsque Satan sera lié, lorsque la mort adamique et les douleurs seront anéanties, et lorsque toutes les nations de la terre marcheront à la lumière du royaume céleste-la nouvelle Jérusalem. Du commencement à la fin de la Bible s’étend une doctrine qui ne se trouve nulle part ailleurs et qui est en opposition avec les théories de toutes les religions païennes, -à savoir, qu’une vie future est à venir pour les morts par une résurrection des morts. Tous les écrivains inspirés expriment leur confiance en un rédempteur, et l’un d’eux déclare qu’à " ce matin-là ", lorsque Dieu les appellera hors de la tombe et qu’ils en sortiront, les méchants n’auront plus l’autorité sur la terre, -que " les hommes droits auront domination sur eux dès le matin "( Ps. 49:15). La résurrection des morts est enseignée par les prophètes ; et les écrivains du Nouveau Testament font reposer sur ce point l’accomplissement de toutes leurs espérances. Paul l’exprime ainsi: " Car s’il n’y a point de résurrection des morts, Christ aussi n’est point ressuscité ; et si Christ n’est point ressuscité, notre prédication est donc vaine et votre foi aussi est vaine... ceux donc aussi qui dorment en Christ sont péris ! Mais maintenant Christ est ressuscité des morts, et il a été fait les prémices de ceux qui dorment... Car comme tous meurent en Adam, de même aussi tous seront vivifiés en Christ. "- 1 Cor. 15:13-22. La Bible est semblable à une montre, dont la quantité de roues paraît d’abord superflue, mais dont la plus lente a son importance ; elle est un ensemble complet et harmonieux, quoiqu’elle soit composée de plusieurs parties et rédigée par plusieurs plumes. Aucune partie n’est superflue,

 

A59

 

et si quelques-unes occupent une place considérable et proéminente, toutes les parties sont cependant utiles et nécessaires. C’est l’habitude des " penseurs " soi-disant " avancés " et des " grands théologiens " de nos jours, de mentionner à peine ou d’ignorer les " miracles " de l’Ancien Testament, si même ils ne les nient pas, en les nommant " fables de vieilles femmes ". Au nombre de celles-ci on compte le récit de Jonas et du grand poisson, celui de Noé et de l’arche, d’Eve et du serpent, du soleil qui s’arrêta selon le commandement de Josué, et de l’ânesse de Balaam qui parla. Apparemment ces hommes sages négligent de voir que la Bible est tellement unie et entrelacée dans ses diverses parties que lui arracher ces miracles ou les discréditer, revient à discréditer et à détruire la Bible entière. Car si les comptes rendus originaux sont faux, ceux qui les répétèrent étaient alors ou des falsificateurs ou des dupes, et en tout cas il serait impossible d’accepter leur témoignage comme divinement inspiré. Eliminer de la Bible les miracles mentionnés serait invalider le témoignage de ses principaux auteurs, outre celui de notre Seigneur. L’histoire de la chute est attestée par Paul (Rom. 5:17) ; ainsi que la séduction d’Eve par le serpent (2 Cor. 11:3 ; 1 Tim. 2:14). -Voyez aussi le renvoi de notre Seigneur dans Apoc. 12:9 et 20:2. L’arrêt du soleil à la défaite des Amorrhéens, preuve de la puissance du Seigneur, était évidemment le type de la puissance qui sera déployée dans l’avenir par la main de celui que Josué symbolisait ou représentait. Trois prophètes attestent cela. (Esaïe 28:21 ; Hab. 3:2-11 ; Zach. 14:1, 6, 7). Le récit de l’ânesse qui parla est confirmé par Jude (vers. 11) et par Pierre (2 Pierre 2:16). Et le grand docteur, Jésus, confirme les narrations de Jonas et du grand poisson, et de Noé et du déluge (Matt. 12:40 ; 24:38, 39 ; Luc 17:26. Voyez aussi 1 Pierre 3:20.)

 

A60

 

En réalité ce ne sont pas de plus grands prodiges que ceux qui furent accomplis par Jésus et les apôtres, tels que l’eau changée en vin, la guérison des maladies, etc. ; et comme miracle, la résurrection des morts est le plus merveilleux de tous, le prodige des prodiges. Ces miracles que notre expérience considère comme étranges, trouvent leurs parallèles en d’autres prodiges surprenants qui se passent chaque jour autour de nous, mais que, à cause de leur fréquence, on laisse passer sans y faire attention. La reproduction de l’organisme vivant, animal ou végétal, est au-dessus de notre compréhension, ainsi qu’au-dessus de notre pouvoir, -conséquemment miraculeuse. Nous pouvons voir l’exercice du principe de la vie, mais nous ne pouvons ni le comprendre ni le produire. Nous plantons deux graines l’une à côté de l’autre ; les conditions, l’eau, l’air et le sol sont les mêmes ; elles croissent, nous ne pouvons dire comment, et le plus savant des naturalistes ne saurait expliquer ce miracle. Ces graines développent des organismes de tendances opposées ; l’une rampe, l’autre se dresse ; la forme, les fleurs, les couleurs, tout diffère, et pourtant les conditions ont été les mêmes. Nous nous habituons à ces prodiges à tel point que sitôt que nous quittons l’admiration de l’enfance nous cessons de les contempler comme des merveilles. -Pourtant ils révèlent une puissance qui surpasse de beaucoup notre intelligence limitée ; il en est de même aussi des quelques miracles de la Bible, qui y sont enregistrés dans des intentions spéciales et qui eurent lieu afin de manifester l’omnipotence et la faculté du grand Créateur, en vertu desquelles il surmonte chaque obstacle et exécute toute sa volonté, oui, même la résurrection des morts promise, l’extermination du mal et le règne définitif de l’éternelle justice. Ici nous nous arrêtons. Chaque point qui précède a été

 

A61

 

éprouvé par la raison. Nous avons trouvé qu’il y a un Dieu suprême, un Créateur intelligent, en qui la sagesse, la justice, l’amour et la puissance abondent en parfaite harmonie. Nous avons reconnu raisonnable l’attente d’une révélation de ses plans à ses créatures capables de les apprécier et de s’y intéresser. Nous avons trouvé la Bible qui prétend être cette révélation digne de considération. Nous avons examiné ses auteurs et leurs buts possibles à la lumière de ce qu’ils enseignèrent eux-mêmes ; et nous avons été étonnés, parce que notre raison nous dit qu’une telle sagesse, unie à une telle pureté de motifs, ne pouvait être un tour adroit d’hommes rusés voulant le faire servir à un but égoïste. Notre raison nous a engagé à admettre qu’il est bien plus probable que des lois et des sentiments si justes et si bienfaisants émanent de Dieu et non de l’homme, elle déclare aussi avec force qu’ils ne peuvent être l’oeuvre de prêtres intrigants. Nous avons vu l’harmonie du témoignage concernant Jésus, son sacrifice de rançon, et la résurrection et les bénédictions pour tous comme résultat final dans son glorieux royaume à venir ; et la raison nous dit qu’un projet si vaste, si grandiose-et construit sur des déductions aussi logiques, au delà de tout ce qu’autrement nous pourrions raisonnablement attendre, doit être en effet le plan de Dieu cherché par nous. Ce ne peut être la simple invention de l’homme, car même étant révélé, il est presque trop élevé pour être cru par l’homme. Lorsque Colomb découvrit l’Orénoque, quelqu’un lui dit qu’il avait trouvé une île. A quoi il répondit: " Un fleuve comme celui-ci ne coule pas d’une île. Ce puissant torrent doit faire écouler les eaux d’un continent. " De même la profondeur, la puissance, la sagesse et l’étendue du témoignage de la Bible nous convainquent que ce n’est pas l’homme, mais le Dieu tout-puissant qui est l’auteur de

 

A62

 

ces plans et de ces révélations. Nous avons jeté un regard rapide à la surface des Ecritures, -elles prétendent être d’origine divine, -et nous avons trouvé cela raisonnable. Dans les chapitres suivants, nous essayerons de déployer et de développer les diverses parties du plan de Dieu, ce qui fournira, nous l’espérons, à chaque coeur sincère, des preuves évidentes que la Bible est une révélation divinement inspirée, et que la longueur et la largeur, la hauteur et la profondeur du plan qu’elle déploie, reflètent glorieusement le caractère divin, reconnu obscurément jusqu’ici, mais qu’on verra plus clairement maintenant, grâce à la lumière du jour du Millénium qui mugit déjà l’horizon.

Chapitre IV—LES EPOQUES ET LES DISPENSATIONS DE TEMPS MARQUEES DANS LE DEVELOPPEMENT DU PLAN DIVIN

 

A63

 

Le plan de Dieu, un plan défini et systématique. -Trois grandes époques de l’histoire universelle. -Leurs traits distinctifs. -La terre subsiste toujours. -Le monde à venir, les nouveaux cieux et la nouvelle terre. -Subdivisions de ces grandes époques. -Les traits importants du plan de Dieu qui en ressortent-La juste dispensation de la parole de la vérité.

 

De même qu’il arrive facilement à un homme de se faire une fausse idée de l’adresse et de la sagesse d’un grand architecte et constructeur, s’il n’a devant lui qu’une oeuvre inachevée, ainsi en est-il de plusieurs, qui, dans leur ignorance, se permettent un jugement sur l’oeuvre inachevée de Dieu ; mais, peu à peu, lorsque le grossier échafaudage du mal, permis jusqu’ici pour la discipline de l’homme, mais qui finalement doit être dominé pour son bien, sera démoli et les décombres enlevés, alors l’oeuvre de Dieu, achevée, annoncera universellement sa sagesse et sa puissance infinies, et son plan paraîtra en parfaite harmonie avec son caractère. Puisque Dieu nous dit qu’il a un conseil fixé définitivement, et que tous ses desseins doivent s’accomplir, il convient, comme enfants, de nous informer diligemment de ce que sont ces plans, afin que nous puissions entrer

 

A64

 

dans leur réalisation. Remarquez comme Jéhovah nous affirme solennellement la fermeté de ses intentions. " L’Eternel des armées l’a juré, en Disant:oui, ce que j’ai décidé arrivera, ce que j’ai résolu s’accomplira... L’Eternel des armées a pris cette résolution, qui s’y opposera ? Sa main est étendue:qui la détournera ?"" je suis Dieu et il n’y en a point d’autre, je suis Dieu et nul n’est semblable à moi... Mes arrêts subsisteront et j’exécuterai toute ma volonté... je l’ai dit et je le réaliserai:je l’ai conçu et je l’exécuterai "( Esaïe 14:24, 27 ; 46:9-11). Quelque mystérieux et obscurs que nous paraissent donc les procédés de Dieu avec l’homme, ceux qui croient en ce témoignage de sa parole doivent avouer que son plan originel et inaltérable s’est rapproché pas à pas et systématiquement de son achèvement, et s’en rapproche encore. Tandis que la grande masse de l’humanité, tâtonnant dans les ténèbres de l’ignorance, est obligée d’attendre que le plan de Dieu soit dévoilé avant de pouvoir comprendre le glorieux caractère de l’Architecte divin, c’est le privilège de l’enfant de Dieu de voir, par la foi et la lumière de sa lampe (la parole de Dieu), la gloire prédite de l’avenir, et de pouvoir par ce moyen comprendre les procédés, autrement si mystérieux, du passé et du présent. Voilà pourquoi, en notre qualité d’enfants (fils) de Dieu, appelés à son héritage, nous nous tenons à l’infaillible Parole de notre Père, afin d’arriver à comprendre ses conseils par les plans et les indications qu’elle renferme. Nous apprenons d’elle que le plan de Dieu, par rapport à l’homme, embrasse trois grandes périodes, commençant à la création de l’homme et plonge dans un avenir sans limites. Pierre et Paul considèrent ces périodes comme " trois mondes ", que nous représentons dans le diagramme suivant:

 

A65

 

Grandes époques nommées " mondes ".

 

Ces trois grandes époques représentent trois manifestations distinctes de la Providence divine. La première, depuis la création jusqu’au déluge, était sous l’administration des anges, et est nommée par Pierre: " Le monde d’alors ".- 2 Pierre 3:6. La seconde grande époque, depuis le déluge jusqu’à l’avènement du royaume de Dieu, est sous le pouvoir limité de Satan, " le prince de ce monde ", et est nommée " Le présent siècle (monde) mauvais. "- Gal. 1:4 ; 2 Pierre 3:7. La troisième comme un " monde sans fin "( 1) sera sous l’administration divine, le royaume de Dieu, et est nommée " Le monde à venir-où la justice habite. "- Hébr. 2:5 ; 2 Pierre 3:13. La première de ces périodes ou " mondes ", sous le ministère des anges, fut un projet manqué (une non-réussite) ; la seconde, sous la domination de Satan, l’usurpateur, a été en effet un " monde mauvais "; mais la troisième sera une ère de justice et de bénédiction pour toutes les familles de la terre. Les deux derniers de ces " mondes " sont tout particulièrement mentionnés, et les dépositions

 

——-

 

(1) Les mots ad olme ad, dans Esaïe 45:17, rendus par " vous ne serez point honteux et vous ne serez jamais confus, " ont été traduits plus correctement en anglais, comme ci-dessus, ou, suivant Segond: " jusque dans l’éternité ;" les versions de Lausanne et Darby les rendent par " aux siècles des siècles ", et celle de Perret-Gentil, - " dans tous les âges ": Litt. " jusqu’à des âges continus, " dont plusieurs ensemble forment un monde ou une époque.

 

A66

 

qui s’y rapportent montrent combien est grand leur contraste. La présente ou seconde période, n’est pas nommée " le présent monde mauvais " parce qu’elle ne contient rien de bon, mais parce qu’il est permis au mal d’y avoir la prédominance: " Maintenant nous estimons heureux les hautains ; oui, les méchants prospèrent ; oui, ils tentent Dieu et ils échappent !"- Mal. 3:15. La troisième époque est mentionnée comme le " Monde à venir-où la justice habite ", non parce qu’il ne s’y trouvera plus de mal, mais parce que le mal ne prédominera plus. L’extinction du mal se fera graduellement et exigera les premiers mille ans complètement. Le mal ne régnera plus il ne prospérera plus ; ce ne seront plus les méchants qui fleuriront ; mais " le juste fleurira. "( Ps. 72:7), " ceux qui obéiront volontairement mangeront le meilleur [les biens] du pays "( Esaïe 1:19), et "  les méchants seront retranchés. "- Ps. 37:9. Considérée ainsi, la prochaine économie sera, dans presque tous ses détails, tellement différente de la présente qu’elle en sera juste le contraire. Les paroles de notre Seigneur montrent pourquoi il y aura une différence entre les économies présente et future. C’est parce que c’est lui qui sera le prince ou le dominateur du monde à venir, afin que la justice et la vérité puissent y prospérer ; tandis qu’à présent, parce que Satan est le prince du présent monde mauvais, le mal prospère et le méchant fleurit. Le prince de ce inonde " n’a rien en moi ", dit Jésus ; il hait donc les disciples de Jésus, il les tente, les tourmente et les soufflette (Jean 14:30 ; 2 Cor. 12:7), -et tous ceux qui veulent vivre pieusement dans ce " présent monde mauvais " sont persécutés, tandis que " le méchant terrible s’étend comme un laurier vert. "- 2 Tim. 3:12 ; Ps. 37:35. Jésus dit: " Mon royaume n’est pas de ce monde, " et jusqu’à ce que cette ère-là, le " monde à venir, " vienne

 

A67

 

réellement, le royaume du Christ ne dominera point sur la terre. Et pour cela nous avons appris à attendre et à prier: " Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre. " Satan est " le prince des ténèbres de ce monde "; c’est pourquoi " les ténèbres couvrent la terre et l’obscurité profonde les peuples. " Il règne et agit maintenant dans les fis de la rébellion. -Eph. 2:2 ; 6:12. Une partie très importante du plan du grand Architecte pour le salut de l’homme ne doit pas encore être achevée, sans cela le nouveau prince et la nouvelle économie auraient été dès longtemps manifestés. La raison pour laquelle cela est ajourné à un temps fixé, et aussi la manière dont s’opérera le changement du règne actuel du mal sous Satan en un règne de la Justice sous Christ:tels sont les points intéressants qui seront discutés plus à fond dans la suite. Qu’il suffise maintenant de dire que les royaumes de ce monde, assujettis actuellement encore à Satan, deviendront les royaumes de notre Seigneur et de son Christ au temps déterminé (Apoc.11:15). Le contexte montre que le transfert s’accomplira par un temps général de troubles. Se rapportant à cela, Jésus dit: " Nul ne peut entrer dans la maison d’un homme fort et piller son bien, s’il n’a auparavant lié cet homme fort ; et alors il pillera sa maison "( Marc 3:22-27). Nous en concluons qu’il faut que Satan soit premièrement lié, dépouillé et déposé, avant que le règne de paix et de justice du Christ s’établisse. Il en ressort donc que la première oeuvre de la nouvelle ère est de lier Satan. -Apoc. 20:2. Il ne faudrait pas oublier que cette terre forme la base de tous ces " mondes " ou dispensations de temps, et que, malgré les âges, les générations et les périodes historiques, elle subsiste toujours- " la terre demeure toujours ferme "( Eccl. 1:4). Poursuivant la même image, Pierre nomme chacune de ces périodes:des cieux et une terre

 

A68

 

séparés. Ici le mot cieux symbolise les puissances supérieures, ou les puissances spirituelles dominantes, et terre symbolise le gouvernement humain et l’ordre social. Ainsi finirent, lors du déluge, les premiers cieux et la première terre, ou l’ordre de choses qui existait alors, après avoir servi au but proposé. Mais les cieux physiques (le firmament, l’atmosphère) et la terre physique n’ont point passé, ils subsistent toujours. Ainsi passera le monde d’à présent (cieux et terre) avec le bruit d’une effroyable tempête (avec fracas), et il se dissoudra dans le feu de l’affliction, dans la confusion, le trouble et la corruption. Car l’homme fort (Satan), quand il sera lié, et pour faire opposition, s’efforcera de conserver son pouvoir. L’ordre actuel de gouvernement et de société passera, mais non le ciel et la terre physiques. Il faut que les cieux actuels (le régime des puissances spirituelles) fassent place aux " nouveaux cieux "- le règne spirituel du Christ. Et de même, il faut que la terre actuelle (la société humaine ainsi qu’elle est organisée sous le pouvoir de Satan) se fonde et se dissolve (symboliquement), et cela dans le commencement du " jour de l’Eternel ", qui " doit brûler comme un four "( Mal. 4:1). Une " nouvelle terre ", c’est à dire la société réorganisée en harmonie avec le nouveau Prince de la terre, le Christ, y succédera. La justice, la paix et l’amour régneront parmi les hommes, sitôt que l’ordre actuel aura fait place au nouveau royaume, qui sera meilleur et basé sur la plus stricte justice. Il fut permis à Paul de jeter un regard dans la prochaine dispensation, ou le " monde à venir, " comme il l’appelle. Il dit qu’il fut " ravi "( physiquement ou mentalement, ou les deux, il ne peut le dire, tant les choses lui parurent réelles et naturelles) en aval du temps jusqu’à la nouvelle condition des choses, au " nouveau ciel ", c’est à dire au troisième. Là il vit et entendit des choses comme elles seront

 

A69

 

sous le règne spirituel de Christ, des choses non seulement " ineffables " en paroles, mais qu’il n’était pas permis alors à l’homme de rapporter (2 Cor. 12:2-4). C’étaient sans doute les mêmes choses que Jean vit plus tard, et qu’il lui fut permis de communiquer en symboles à l’Eglise, ces dernières ne pouvant être comprises qu’au temps voulu. Jean, lui aussi, dans la révélation que lui donna notre Seigneur, dans l’île de Patmos, fut emporté en vision à travers cet âge de l’Evangile avec ses scènes changeantes de l’Eglise et de l’Etat, jusqu’à la fin du présent mauvais monde:il y vit en visions prophétiques, Satan lié, Christ régnant et le nouveau ciel et la nouvelle terre établis ; car la terre et les cieux précédents avaient disparu. -Apoc. 21:1.

 

Ages ou dispensations des temps de salut.

 

Promenons maintenant notre regard sur les âges qui subdivisent encore ces grandes époques comme l’indique le diagramme suivant:

 

La première de ces grandes époques (" mondes ") n’était pas subdivisée. La ligne de conduite de Dieu envers l’homme ne varia point durant tout ce temps-là, de la chute d’Adam au Déluge:dieu donna sa loi à l’homme, l’écrivit dans le sein de sa nature ; mais depuis que l’homme a péché, Dieu l’a abandonné en quelque sorte à ses propres penchants, qui le menaient toujours plus bas, et " n’étaient que méchanceté en tout temps ", afin que l’homme puisse reconnaître

 

A70

 

sa folie et que la sagesse de Dieu puisse se manifester par l’exigence d’une obéissance absolue. Cette époque se termina par un déluge qui fit périr tous les hommes excepté le fidèle Noé et sa famille. Ainsi la première économie divine ne manifesta pas seulement les effets désastreux du péché, mais démontra aussi que sa tendance est de descendre encore plus dans la corruption et la misère, ce qui prouve la nécessité de l’intervention de Jéhovah, si jamais le recouvrement de ce " qui était perdu "- le premier état de l’homme-doit s’accomplir. La seconde époque, ou le " monde d’à présent ", comprend trois âges (1), dont chacun est un pas en avant pour le renversement du mal. Chaque âge est supérieur d’un degré à celui qui le précède, faisant avancer le plan et l’amenant plus près de son achèvement. La troisième grande époque, - " le monde à venir ",

 

——-

 

(1) Le mot âge est la meilleure et la plus correcte traduction du mot grec aiôn. (Voyez les meilleurs dictionnaires français et le dictionnaire concordant analytique de la Bible de Rob. Young, Edimbourg, 1879). Les traducteurs, auxquels manquait la lumière qui brille maintenant, l’ont rendu moitié par " monde " et moitié par " siècle ". Les deux ne peuvent être Corrects:le mot " monde " est faux en tout cas, si l’on comprend sous ce mot le monde matériel et non une forme de temps:ainsi les passages dans Matt. 13:39, 40, 49 ; 24:3 et 28:20, où le mot grec aiôn se trouve, auraient dû être traduits par " fin de l’âge, " ou " consommation du siècle "( Selon les traductions Lausanne, Darby, Stapfer et celle de M. le Maistre de Saci, Paris, 1759). Le mot " siècle " est exact, sauf que sa vraie signification n’est que l’espace de cent ans, tandis qu’un âge, quoiqu’un espace de temps limité, peut se composer de plusieurs siècles. Toutefois, d’un autre côté, le mot aiôn ne peut signifier éternité ou éternel sans commencement ni fin, ni même ses dérivatifs, qui cependant peuvent signifier un temps illimité. Le grec n’a aucun mot qui corresponde exactement à notre mot éternité ; s’il voulait rendre cette expression, il se servait d’autres mots, par exemple-immortel, toujours, constamment, etc. Il faut ajouter ici que les saints écrits du Nouveau Testament (écrit dans la langue plus populaire), se sont souvent servis du mot aiôn, pour exprimer notre mot:éternité, mais ils firent précéder un eis et y ajoutèrent la lettre a ou o, -jusqu’à ou dans la durée des âges. Par exemple:eis aiôna, Jean 6:51 ; 8:35, dans la durée des âges. Continuellement:aiônios (Matth. 19:29 ; 25:46 ; Phm. V. 16), constante, durable ou continue. Voulait-on faire la durée bien longue, s’approcher encore plus de notre définition éternité, l’on disait:eis aiônas aiônôn, comme dans Apoc. 14:11, et même eis toûs aiônas tôn aiônôn, -aux âges des âges (Apoc. 20:10). Rem. du traducteur.

 

A71

 

-après la seconde venue de Christ, comprend l’âge du Millénium, " les temps du rétablissement "( Actes 3:21) -et les " siècles (âges) à venir " qui les suivront, siècles dont les particularités ne sont pas révélées. Les révélations présentes ne traitent que du relèvement du péché de l’homme et non de l’éternité de gloire qui doit suivre. Nous nommons le premier âge du " monde d’à présent " l’Age patriarcal (la dispensation ou l’ordre du temps de salut pendant ce temps), parce que durant cette période les procédés et les faveurs de Dieu n’existaient que pour quelques individus, tandis que le reste de l’humanité était presque totalement ignoré. Les patriarches Noé, Abraham, Isaac et Jacob furent ainsi favorisés. Il paraît que chacun à son tour fut le favori de Dieu. Avec la mort de Jacob se termina cet âge ou ce mode d’agir. C’est après la mort de Jacob que ses descendants furent appelés pour la première fois " les douze tribus d’Israël " et, ensemble, furent reconnus par Dieu comme son " peuple acquis "- et par des sacrifices typiques ils furent typiquement de même " une sainte nation ", séparée des autres nations pour un but particulier ; aussi jouissaient-ils de certaines faveurs spéciales. Nous appelons le temps destiné à l’exécution de cette partie du plan divin, qui commença à l’époque précitée et finit à la mort de Christ, l’Age judaïque ou la dispensation de la loi. Dieu bénit tout spécialement cette nation durant cet âge. Il lui donna sa loi ; il fit une alliance spéciale avec elle, il lui donna le tabernacle, dont la schékina de gloire dans le " saint des saints " représentait la présence de Jéhovah au milieu d’elle comme son conducteur et son roi. C’est aux Israélites qu’il envoya les prophètes et finalement son Fils. Jésus accomplit ses miracles et enseigna au milieu d’eux ; il n’alla pas lui-même et ne laissa pas aller ses disciples chez les peuples circonvoisins. Il les envoya en disant: " N’allez point vers les gentils, et

 

A72

 

n’entrez point dans aucune ville des Samaritains ; mais allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël "( Matt. 10:5, 6). Et une autre fois il dit: " Je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël "( Matt. 15:24). Il est démontré par les paroles de Jésus que cette faveur nationale cessa avec le rejet et le crucifiement du Christ, quand cinq jours avant son crucifiement il déclara: " votre demeure vous est laissée déserte. " Matt. 23:38. A la mort de Jésus un nouvel âge commença, -l’Age évangélique ou chrétien (la dispensation de l’Evangile), dans lequel la bonne nouvelle de la justification devait être annoncée non seulement aux Juifs, mais à toutes les nations ; car Jésus-Christ, par la grâce de Dieu, souffrit la mort pour tous. Durant l’âge de l’Evangile il y a aussi une classe appelée à une faveur spéciale et à laquelle il est fait des promesses particulières ; ce sont ceux qui par la foi acceptent Jésus-Christ comme leur Rédempteur et Seigneur et suivent ses traces. La diffusion de l’Evangile eut lieu tantôt ici, tantôt là, à travers le monde durant près de dix-neuf siècles, et l’on peut dire maintenant qu’il a été prêché plus ou moins parmi toutes les nations. Il n’a point converti les nations, -il n’était pas destiné à le faire dans cet âge ; mais cet évangile a attiré quelques fidèles par-ci, par-là, en tout un " petit troupeau ", auquel, comme Jésus l’a prédit (Luc 12:32), c’est le bon plaisir du Père de donner le royaume dans un âge qui suivra celui-ci. Avec cet âge se consomme le présent " monde mauvais "; et, remarquez bien que, tandis que Dieu, en apparence au détriment de sa cause, laissa la prédominance et le règne au mal, ses desseins si sublimes s’accomplissent néanmoins sans interruption, selon un plan fixe et défini et selon l’ordre exact des saisons qu’il a déterminées. A la

 

A73

 

fin de cet âge et à l’aube de celui qui le suivra, l’âge millénaire, Satan sera lié et son pouvoir renversé, pour préparer l’établissement du royaume de Christ et pour inaugurer le " monde à venir, -où la justice habite. " Millénium ou Millénaire signifie un mille, et est employé d’un commun accord pour désigner la période mentionnée dans Apoc. 20:4, -les mille ans du règne de Christ, le premier âge du " monde à venir ". Durant l’âge du Millénium, une restitution de toutes les choses perdues par la chute d’Adam aura lieu (Actes 3:19-21), et avant que cet âge se termine, toutes les larmes seront essuyées. Au-delà de ses bornes, dans les bienheureux " âges à venir ", il n’y aura plus ni mort, ni deuil, ni cri, ni peine ; car ce qui était auparavant aura passé (Apoc. 21:4). Les révélations ne vont pas plus loin, aussi nous arrêtons-nous ici. Nous n’avons fait que jeter simplement un coup d’oeil rapide sur les traits extérieurs du plan des âges. Et plus nous l’examinons, plus nous le trouvons parfait en harmonie, en beauté et en ordre. Chaque âge a sa part nécessaire à accomplir, pour le développement complet du plan de Dieu, comme un tout ou un entier. C’est un plan progressif, se développant graduellement d’âge en âge, plus avant et plus haut jusqu’au glorieux achèvement du projet originel de l’Architecte divin, qui " opère toutes choses d’après le conseil de sa volonté "( Eph. 1 :11). Pas une de ces périodes n’est trop longue ou trop courte d’une heure pour l’accomplissement de sa tâche. Dieu est un sage économe en ce qui concerne les temps et les moyens, quoique ses ressources soient inépuisables ; et aucune puissance, si maligne qu’elle puisse être, ne peut retarder ses desseins ou s’y opposer pour un seul moment. Toutes choses, les mauvaises ainsi que les bonnes, concourent, sous la surveillance divine, à l’accomplissement de sa volonté.

 

A74

 

A un esprit non instruit et non docile, qui n’aperçoit que très peu de ce mécanisme compliqué, le plan de Dieu apparaît comme de l’anarchie, de la confusion et même comme ayant failli, ainsi que les rouages compliqués d’une machine peuvent apparaître à un enfant. Son intelligence non encore développée ne les comprend pas, et les mouvements divers des rouages et des courroies ne sont pour lui que confusion. Mais l’âge mur et les études lui feront voir dans cette apparente confusion une belle et admirable harmonie, qui ne peut produire que de bons résultats. La machine était cependant un vrai chef d’oeuvre aussi bien avant que l’enfant comprit son mécanisme qu’après. De même, pendant que le plan de Dieu se développait à travers les âges et que ses desseins s’accomplissaient, l’humanité a reçu l’ensemble de connaissances nécessaires non seulement pour comprendre ce travail compliqué, mais aussi pour faire l’expérience de ses résultats bénis. En poursuivant l’étude du plan divin, il est essentiel que nous gardions en mémoire les âges avec leurs particularités et leurs tâches respectives ; car le plan ne peut être aperçu en l’un de ces âges seulement, mais en tous, dans leur ensemble, de même qu’un anneau n’est pas la chaîne, mais que plusieurs ensemble la forment. Nous obtenons une idée correcte du plan entier, si nous notons les traits distinctifs de chaque partie, et de cette manière nous sommes capables de dispenser justement la parole de la vérité. Une expression de la Parole qui appartient à une époque, ou économie, ne devrait pas être appliquée à une autre, car des choses qui ont rapport à un âge ne sont pas toujours vraies d’un autre. Ce serait, par exemple, contre la vérité que de dire du temps présent que la terre est remplie de la connaissance de l’Eternel, ou qu’on n’a plus besoin maintenant de dire à son Prochain:connaissez

 

A75

 

l’Eternel (Esaïe 11:9 ; Jér. 31:34.) Cela n’est pas vrai dans cet âge, et ne sera vrai que lorsque le Seigneur sera de retour et aura établi son règne ; car à travers tout cet âge plusieurs tromperies séduisantes ont régné, et il nous est tout spécialement dit de la propre fin de cet âge-ci, - " dans les derniers jours, ... que les hommes méchants et imposteurs iront en empirant, séduisant, et étant séduits "( 2 Tim. 3:1, 13). Ceci sera le fruit du règne du Messie durant l’âge millénaire:que la connaissance et la justice rempliront la terre comme les eaux couvrent le fond de la mer. Une méprise analogue, qui est assez commune, consiste à supposer que le royaume de Dieu est déjà établi, qu’il domine sur la terre et que sa volonté se fait parmi les nations. Cela est évidemment bien loin de la vérité, car les royaumes de ce monde sont soutenus et s’agrandissent par l’oppression, l’injustice et la fraude, pour autant que l’intelligence croissante des peuples le permet. Il faut premièrement que Satan le " prince (actuel) de ce monde " soit lié, et que ces royaumes, maintenant encore sous son gouvernement, deviennent les royaumes de notre Seigneur et de son Oint, quand il prendra en main sa grande puissance et son règne. Par la lumière accordée maintenant aux serviteurs de la foi, nous reconnaissons et discernons l’ordre systématique qui marque la trace majestueuse de notre Dieu à travers les âges écoulés ; et les belles lignes de Cowper-(célèbre poète anglais) qui croyait, même quand il ne pouvait comprendre le tout-puissant Jéhovah, nous reviennent forcément en mémoire:

 

L’oeuvre et les sages procédés de Dieu Sont voilés de profonds Mystères:la mer porte la trace de ses pieds, Il chevauche sur la tempête.

 

A76

 

En mines de profondeurs insondables

 

-De main de maître sans pareil-Sont entassés ses projets grandioses ; Il accomplit sa volonté.

 

Les nuages noirs que vous redoutez, O saints craintifs ! sont pleins de Grâce:c’est pour vous combler des bienfaits d’en haut Qu’ils s’amoncellent sur vos têtes.

 

Ne jugez point Dieu par votre esprit faible, Mais confiez-vous en sa grâce. Derrière une Providence irritée Se cache un Dieu de charité.

 

Ses conseils mûrissent rapidement, Se développant d’heure en heure. Le bouton peut avoir un goût amer, La fleur sera d’autant plus douce.

 

L’incrédule aveugle est certain d’errer, Il scrute en vain le plan divin, Dieu, l’Eternel, est son propre interprète, Il le fera connaître à tous.

Chapitre V—LE MYSTERE CACHE DE TOUT TEMPS ET DANS TOUS LES AGES, MAIS REVELE MAINTENANT A SES SAINTS. -Col. 1:26

 

A77

 

La faible lueur que jeta la lumière de la première promesse. -La promesse faite à Abraham. -L’espérance retardée. -Le mystère commence à se déployer à la Pentecôte. -Ce qu’est le mystère. -Pourquoi fut-il si longtemps tenu secret ?- Toujours un mystère pour le monde. -Il sera manifesté à tous en son temps. -En quel temps le mystère sera accompli.

 

Pendant que l’humanité était sous la discipline du mal, et était incapable d’en comprendre la nécessité, Dieu lui annonça à plusieurs reprises sa résolution de la restaurer et de la bénir en lui envoyant un libérateur. Mais durant quatre mille ans le voile du mystère cacha la personne de ce libérateur et ce ne fut qu’après la résurrection de Christ, au commencement de l’âge de l’Evangile, que ce voile fut déchiré. Regardant en arrière, à l’époque où nos premiers parents perdirent la vie et furent exclus du bonheur du Paradis, nous voyons Adam et Eve sous la juste peine du péché, pleins de soucis et sans un autre rayon d’espoir que celui renfermé dans la promesse obscure:que la postérité de la femme écraserait la tête du serpent. Expliquée par les événements et les développements subséquents, cette parole de l’Eternel est pour nous suffisamment claire ; pour ceux qui l’entendirent les premiers elle n’était qu’une lueur incertaine. Et de longs siècles s’écoulèrent sans que son éclat grandît.

 

A78

 

Environ deux mille ans plus tard, l’Eternel adressa à Abraham son appel et lui promit que toutes les familles de la terre seraient bénies en sa postérité. Dieu n’avait donc point renoncé à ses projets d’autrefois, il allait les réaliser ! Le temps s’écoule ; Canaan, le pays promis, appartient toujours à ses possesseurs païens ; Abraham et Sara vieillissent sans avoir d’enfant. Le patriarche suppose qu’il doit venir en aide à l’Eternel pour l’accomplissement de la Promesse:ismaël vient au monde. Mais Abraham s’est trompé ; car l’enfant de la promesse et de l’espérance c’est Isaac, qui naît au temps fixé. Celui qui doit gouverner et bénir les nations semble être venu. Mais point du tout ; les années se succèdent et rien n’arrive. Isaac, et Jacob son héritier, meurent comme si Dieu avait manqué à ses engagements. La foi d’un petit nombre tient ferme cependant à la promesse qui fut entretenue par Dieu lui-même: " Le traité qu’il a conclu avec Abraham " fut assuré par " le serment " que l’Eternel " a fait à Isaac... et confirmé à Jacob et à Israël pour être une ordonnance, une alliance éternelle. "- 1 Chron. 16:16, 17. A la mort de Jacob, quand ses descendants furent appelés pour la première fois les douze tribus d’Israël et reconnus de Dieu comme le " peuple élu "( Gen. 49:28 ; Deut. 26:5), on put croire que l’attente de cette nation approchait de sa réalisation, que la postérité promise d’Abraham posséderait Canaan, régnerait et bénirait le monde ; car les Israélites, grâce à la faveur dont ils jouissaient en Egypte, étaient déjà une nation puissante. Mais tout espoir parut s’évanouir et la promesse de Dieu semblait oubliée durant la longue période de servitude qui suivit. Vraiment les promesses de l’Eternel étaient enveloppées d’un voile mystérieux et ses voies semblaient incompréhensibles. Toutefois, au temps fixé, parut Moïse, le grand

 

A79

 

libérateur, par la main duquel Dieu délivra les Israélites de la servitude d’Egypte, faisant des prodiges en leur faveur. Avant d’entrer en Canaan, ce grand libérateur meurt, mais il laisse cet oracle de Dieu: " Le Seigneur, votre Dieu, vous suscitera d’entre vos frères un prophète comme moi "( Deut. 18:15 ; Act. 3:22). Cette déclaration éclaire de nouveau le plan de Dieu, elle montre que non seulement la nation dans son ensemble doit être en quelque mesure associée au règne futur de bénédiction, mais que de son sein doit sortir l’élu qui les conduira à la victoire et par lequel s’accomplira la promesse. C’est Josué, ensuite, dont le nom signifie libérateur ou sauveur, qui devient le conducteur, et, sous sa direction, Israël triomphe et conquiert en effet le pays promis par l’alliance. Cette fois, à coup sûr, tout annonce que le vrai conducteur est là, et que la promesse est sur le point de s’accomplir entièrement. Mais Josué meurt ; Israël, comme peuple, ne grandit plus jusqu’aux règnes de David et de Salomon. Il atteint alors à l’apogée de sa puissance ; mais bientôt le déclin commence ; au lieu de voir la promesse accomplie, Israël perd ses conquêtes et devient tributaire des nations voisines. Les croyants néanmoins tiennent ferme à la promesse et attendent le grand Libérateur dont Moïse, Josué, David et Salomon n’étaient que des types. Au temps où naquit Jésus, chacun en Israël était dans l’attente du Messie, du futur roi d’Israël, et, par Israël, du roi du monde. Mais s’attachant de préférence aux types et aux prophéties qui parlaient de la gloire, de la grandeur et de la puissance de leur roi futur, la plupart des Israélites oubliaient d’autres oracles et d’autres types qui annonçaient une oeuvre de souffrance et de mort, une rançon donnée pour les pécheurs, rendant possible le retour de la bénédiction. Tel était le sens de la Pâque, instituée avant la sortie d’Egypte, celui de l’oblation des animaux lors de

 

A80

 

la conclusion de l’alliance mosaïque (Hébr. 9:11-20 ; 10:8-18), celui des sacrifices d’expiation présentés chaque année par la prêtrise. De même, Israël ne faisait pas attention aux prophètes qui avaient rendu d’avance témoignage des souffrances du Christ et de la gloire dont elles devaient être suivies (1 Pierre 1:11). Aussi ne sut-il pas voir en Jésus l’Agneau de Dieu, il ne le reconnut point ; il ne connut point le temps de sa visitation (Luc 19:44). Les premiers disciples eux-mêmes furent douloureusement scandalisés par la mort de Jésus ; ils se disaient tristement: " Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël "( Luc 24:21) :leur confiance en lui avait faibli. Ils n’avaient pas compris que la mort de leur Chef, accomplissement partiel du testament de la promesse, était une ratification de la nouvelle Alliance sous laquelle les bénédictions devaient arriver. Leurs espérances reprirent vie, toutefois, lorsqu’ils apprirent que Jésus était sorti de son tombeau (1 Pierre 1:3) ; et quand leur Maître fut sur le point de les quitter, c’est sur la réalisation de ce qu’ils attendaient depuis si longtemps-mais qui avait été si souvent différé-qu’ils l’Interrogèrent:seigneur, sera-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ?" La réponse du Sauveur prouva que leurs espérances se réaliseraient, bien qu’ils dussent rester dans l’ignorance quant au moment de l’accomplissement. " Ce n’est pas à vous, leur dit-il, de connaître les époques ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. "- Actes 1:6,7. Après l’ascension de Jésus la question que se posent les disciples doit être celle-Ci:qu’en est-il maintenant du plan de Dieu ? où en sont ses desseins ? Les enseignements du Seigneur touchant le Royaume avaient été donnés, en effet, sous forme de paraboles et de discours plus ou moins obscurs, et il avait dit: " j’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter

 

A81

 

maintenant. Quand le Consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité. "" Il vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit "( Jean 16:12, 13 ; 14:26). Ils ne pouvaient donc pas comprendre, avant d’avoir reçu le don de la Pentecôte. Même après l’envoi de l’Esprit, ils ne parvinrent que lentement à une conception pleine et claire de l’oeuvre qui allait s’accomplir et de son rapport avec l’alliance primitive (Act. 11:9 ; Gal. 2:2, 12, 14). Il semble qu’ils aient été les interprètes de Dieu même avant d’avoir compris pleinement la portée de leurs expressions et que leurs paroles inspirées soient ailées plus loin que leur intelligence. Voyez à cet égard le discours de Jacques à l’assemblée de Jérusalem: " Simon a raconté comment Dieu a pour la première fois visité les nations afin d’en prendre un peuple à son nom [une épouse]. Et les paroles des prophètes s’y accordent selon qu’il est Écrit:après ces choses [après que ce peuple aura été choisi parmi les nations] je retournerai et je réédifierai la tente de David qui est tombée [le royaume terrestre] ; et j’en réédifierai les parties ruinées et je la redresserai. "- Act. 15:14, 16. La conversion du premier des gentils par Pierre, la prédication de l’Evangile aux nations en général par Paul, firent comprendre à Jacques que durant cet âge-ci les plans de la Providence réservaient une faveur égale aux gentils et aux juifs croyants. Consultant ensuite les prophéties Jacques les trouva conformes à ce qui se passait et il y lut qu’au terme de la période de l’Evangile les promesses faites à l’Israël selon la chair s’accompliraient. Le grand mystère, caché si longtemps, commença peu à peu à être compris d’un petit nombre:les saints, " les amis " particuliers de Dieu. Paul déclare (Col. 1:27) que ce mystère caché de tout

 

A82

 

temps et à toutes les générations, mais que Dieu a révélé maintenant à ses saints, c’est:

 

"  Christ en vous, l’espérance de la gloire. "

 

Le voilà, le grand mystère de Dieu, caché durant tous les âges antérieurs, caché aujourd’hui encore à tous, excepté à une classe spéciale-aux saints, aux croyants consacrés. Mais que signifient ces mots: " Christ en vous ?" Jésus a été oint de l’Esprit saint (Act 10:38), et ainsi nous le connaissons comme le Christ-l’Oint-Christ, en effet, signifie oint. L’apôtre Jean dit que l’onction que nous (les croyants consacrés) avons reçue de lui demeure en nous (1 Jean 2:27). Ainsi les saints de l’âge de l’Evangile sont oints, oints comme rois et prêtres devant Dieu (2 Cor. 1:21 ; 1 Pierre 2:9) ; avec Jésus leur chef et Seigneur, ils constituent l’oint de Jéhovah, le Christ. Si Jean déclare que nous sommes oints, Paul, d’accord avec lui, assure que le mystère, tenu caché dans les siècles passés, maintenant révélé aux saints, est que le Christ (l’Oint) " n’est pas un seul membre, niais plusieurs "; de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, ne sont qu’un seul corps, ainsi en est-il du Christ (1 Cor. 12:12-28). Jésus est oint pour être le chef (litt. la tête) ou le Seigneur de l’Eglise, qui est son corps (son épouse, d’après une autre Image:eph 5:25-30) ; ensemble ils constituent la " semence promise, "  le grand Libérateur: " Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc [la] semence d’Abraham, et héritiers selon [la] promesse. "- Gal.3:29. L’apôtre met l’Eglise en garde contre toute pensée présomptueuse en disant de Jésus que " Dieu a tout mis sous

 

A83

 

ses pieds, et qu’il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps, "" afin d’être en tout le premier "( Eph. 1:22 ; Col. 1:18). Mais en empruntant sa comparaison au corps humain, il montre néanmoins combien est intime et glorieuse notre relation avec le Seigneur. Jésus lui-même n’a pas dit autre chose dans cette déclaration: " Je suis le cep, vous êtes les sarments. "- Jean 15:5. Notre union avec Jésus en tant que membres du Christ-de la troupe consacrée-est très bien représentée par l’image d’une pyramide. La partie supérieure (pierre de l’angle) forme à elle seule une pyramide parfaite. D’autres pierres peuvent y être ajoutées par dessous, et si elles continuent les lignes caractéristiques de la pierre du somment, la masse entière formera aussi une pyramide parfaite ? Voilà qui illustre admirablement notre position de membres de la " semence ", du Christ. Rattachés à lui, conformes à Celui qui est le chef, la tête, -pierres vivantes-nous sommes parfaits ; séparés de lui, nous ne sommes rien. Jésus, seul parfait, a été souverainement élevé ; consacrés à lui, il nous forme et nous façonne à sa ressemblance, afin que nous puissions entrer dans la structure de

 

A84

 

l’édifice, dans la maison de Dieu. Dans un bâtiment ordinaire il n’y a pas de  principale  pierre d’angle ; dans notre édifice elle existe ; c’est la pierre d’angle du sommet, comme il est écrit: " Voici je mets en Sion une  pierre angulaire, élue précieuse ",-" duquel vous approchant (comme) d’une pierre vivante, ... vous mêmes aussi, comme des pierres vivantes, êtes édifiés une maison spirituelle, une sainte sacrificature pour offrir des sacrifices (1) agréables à Dieu par Jésus-Christ "( 1 Pierre 2:4-6). Nous avons cette confiance que bientôt l’union entre Jésus, le chef, et l’Eglise, qui est son corps, sera complète. Et, bien aimés, il nous faut subir bien des coups et beaucoup de polissage, -il nous faut, sous la direction du grand Maître-constructeur, devenir bien conformes à son exemple et être beaucoup transformés ; et afin que le talent et l’idéal du constructeur se déploient en nous, nous avons besoin de regarder à n’avoir point de volonté propre, fuyant la croix, qui empêcherait l’accomplissement de Sa volonté en nous ou s’y opposerait. Il nous faut être bien humbles, semblables à des enfants, - " ornés d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. " Humilions-nous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il nous élève au temps convenable (1 Pierre 5:5, 6), comme il a élevé notre chef, notre précurseur. -Phil. 2:8, 9. C’est là, en effet, un merveilleux message, et, en venant à l’Ecriture pour nous informer au sujet de notre grand " haut appel ", nous trouvons les prophètes tous éloquents en proclamant la grâce (faveur ou bénédiction) qui nous est faite (1 Pierre 1:10) ; pendant que les types, les paraboles et les discours obscurs jusqu’ici deviennent lumineux et projettent leur lumière sur le " chemin étroit " que la troupe ointe [du Christ est appelée à courir en vue du prix désormais

 

——-

 

(1) Le M.S. du Sinaï omet le mot " spirituels " après " sacrifices ".

 

A85

 

visible devant elle. C’est un mystère auquel personne n’avait songé avant l’effusion de l’Esprit:que Dieu avait décrété d’envoyer un Libérateur qui nous unirait en lui, et partant un Libérateur composé de plusieurs membres. C’est là la vocation céleste (le haut appel), privilège adressé à tous les croyants consacrés de l’ère de l’Evangile. Jésus n’essaya pas d’expliquer ce point à ses disciples tant qu’il les vit encore à l’état de l’homme naturel ; il attendait que la Pentecôte eût fait d’eux des oints, des hommes engendrés à la nouvelle nature. Paul déclare que seules des " nouvelles créatures " peuvent maintenant apprécier et comprendre cet appel céleste. Nous prêchons, dit-il, " la sagesse [le plan] de Dieu en mystère, la [sagesse] cachée, que Dieu avait préordonnée avant les siècles pour notre gloire ; qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, ...- mais selon qu’il est Écrit:ce que l’oeil n’a pas vu et que l’oreille n’a pas entendu, et qui n’est pas monté au coeur de l’homme, ce que Dieu a préparé pour ceux qui l’aiment, -mais Dieu nous l’a révélée par son Esprit. "- 1 Cor. 2:6-14. Dans l’épître aux Galates, le même apôtre dévoile le mystère tout entier en montrant comment s’accomplira l’alliance conclue avec Abraham. Il fait voir que la loi donnée à Israël n’a point annulé l’alliance primitive (Gal. 3:15-18), que la postérité d’Abraham qui doit bénir toutes les nations, c’est le Christ (v. 16). Puis il donne à entendre que le Christ renferme en lui tous ceux qui sont oints de l’Esprit. " Vous tous, dit-il, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ ;... or, si vous êtes de Christ, vous êtes donc [avec Jésus] la semence d’Abraham, et l’héritier selon la promesse " faite à ce dernier (v. 27 et 29). Poursuivant sa pensée, l’auteur montre (Gal. 4) qu’Abraham fut un type de Jéhovah, Sara un type de l’alliance de la promesse et Isaac un type du Christ

 

A86

 

(tête et corps) ; il ajoute ensuite: " Pour vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse "( v. 28). Ainsi le plan de Dieu demeura voilà sous des types et des images jusqu’à ce que l’âge de l’Evangile commençât à développer le Christ. Il était nécessaire de garder ce secret, autrement le mystère n’aurait pas été si longtemps un mystère. Faire connaître prématurément au monde les intentions de Dieu, c’eût été lui fournir le moyen de s’opposer à leur accomplissement. Si les hommes avaient connu entièrement le plan d’amour, ils n’eussent point crucifié le Seigneur de gloire, ni l’Eglise qui est son corps (1 Cor. 2:8). La mort de Christ, prix de la Rédemption du monde, n’aurait pas eu lieu, l’épreuve de la foi de l’Eglise, appelée à participer aux souffrances du Christ, n’eût pas été faite ; car " le monde ne nous connaît pas [comme cohéritiers du Christ] ", pour les mêmes raisons qui l’ont empêché de le connaître, Lui. -1 Jean 3:1. Si le plan de Dieu, et le Christ, en qui il a pris corps, sont pour le monde un grand mystère, la vie ou la marche spéciale de ce " petit troupeau " de ceux qui sont en Christ fait d’eux aussi un " peuple particulier "( Tite 2:14). Qu’un homme comme Jésus de Nazareth ait consacré ses remarquables facultés, non à la politique, au droit, au commerce ou à la fondation d’une religion populaire, mais à l’accomplissement d’une tâche vaine et insignifiante au point de vue du monde, voilà ce que ses contemporains n’ont pas compris. A leurs yeux il perdait inutilement son temps et ses peines ; aussi disaient-ils: " Il est possédé du démon, il est hors de sens "( Jean 10:20). Ils ne pouvaient pas plus pénétrer sa vie que saisir sa doctrine. De même, la conduite des apôtres et de leurs compagnons, parut une énigme inexplicable, quand ils abandonnèrent le travail de leur vocation et sacrifièrent leurs intérêts terrestres

 

A87

 

pour prêcher la rémission des péchés au nom de Jésus crucifié et méprisé. " Tu as perdu le sens, Paul, ton grand savoir te fait déraisonner !" disait Festus à l’apôtre des gentils qui avait renoncé aux destinées les plus glorieuses, selon le monde, pour prêcher Christ et rechercher, à travers les privations les plus dures, une couronne invisible préparée pour tous les vrais disciples. Tous ceux qui, à l’exemple du grand apôtre, suivent les traces du Maître, sont considérés comme fous à cause de Christ. Mais le plan de Dieu ne restera pas toujours un mystère caché. L’approche du Millénium apporte aux hommes la pleine lumière de Dieu. La terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel (Hab. 2:14). Le soleil de la justice qui doit se lever, répandant la santé dans ses rayons, dissipant les ténèbres de l’ignorance, c’est le Christ dans la gloire de son règne millénaire, non pas le Chef seul, mais aussi les membres de son corps, car il est écrit que, si nous souffrons avec lui, nous serons aussi glorifiés avec lui, et que quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. "-" Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père ".- Rom. 8:17 ; 2 Tim. 2:11, 12 ; Col. 3:4 ; Matt. 13:43. Les promesses auxquelles nous croyons et les espérances qui nous sont devenues chères en acceptant " la pensée de Christ ", sont de pures imaginations dans l’opinion de tous, sauf de ceux qui sont engendrés à un nouvel esprit ; elles semblent trop chimériques pour être acceptées, ou pour être posées en règles de conduite. Dans l’âge qui vient, quand Dieu " répandra son Esprit sur toute chair, " comme il l’a répandu, durant cet âge, sur " ses serviteurs et sur ses servantes, " tous alors comprendront vraiment les promesses et les apprécieront ; ils se réjouiront de l’obéissance et de l’élévation de l’Eglise:

 

A88

 

-"Réjouissons-nous, diront-ils, et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, et son épouse s’est préparée "( Apoc. 19:7). Les hommes se réjouiront de la glorification de l’Eglise, par le moyen de laquelle des fleuves de bénédictions couleront sur eux ; et tandis qu’ils apprendront que " les plus grandes et les plus précieuses promesses, " héritées par l’Oint (le Christ, tête et corps), ne sont pas pour eux, mais qu’elles furent accomplies en nous, ils seront bénis par la leçon apprise par l’Eglise ; et tandis qu’ils courront aux bénédictions qui leur seront alors présentées, ils profiteront de l’exemple de l’Eglise et glorifieront Dieu à cause d’elle. Mais cette connaissance n’éveillera dans leur coeur aucune jalousie, parce que, sous le nouvel ordre de choses, leur appel à la parfaite nature humaine leur semblera plus enviable qu’une transformation de la nature. Alors le " mystère " sera accompli ; car les hommes verront que c’était l’Esprit de Dieu en Christ, et l’Esprit de Christ en nous-Dieu manifesté en chair-qu’ils avaient jusqu’ici mal compris ou mal interprété. Alors ils verront que nous n’étions point fous, ni insensés ; mais que nous avions choisi la meilleure part, lorsque nous courrions pour obtenir la richesse, l’honneur et la couronne, invisibles pour eux, mais éternels. Pour ce qui concerne le temps, le mystère de Dieu s’accomplira au son de la septième trompette (symbolique) (Apoc. 10:7). Cela s’applique au mystère dans les deux sens où on l’emploie:le mystère ou les traits secrets du plan de Dieu qui seront révélés et connus pleinement alors, ainsi que, le " mystère de Dieu ", l’Eglise, qui est l’essence de ce plan. Les deux seront alors achevés. Le plan secret, caché, aura trié la plénitude, le nombre complet des membres du corps de Christ ; alors le corps de Christ sera achevé ; et le plan cessera d’être un mystère,

 

A89

 

parce qu’il n’y aura plus aucun motif d’en perpétuer le secret. La grandeur du mystère, tenu si longtemps secret et caché sous des promesses, des types et des images, l’incomparable grâce mise de côté pour ceux qui sont appelés à l’association de ce mystère (Eph. 3:9), nous fait penser que l’oeuvre qui succédera à son achèvement, pour lequel Jéhovah a conservé l’humanité durant six mille ans dans l’attente et dans l’espoir, doit être une oeuvre immense, une oeuvre grandiose, puisqu’elle est digne de si étonnants préparatifs. Combien ne pouvons-nous pas attendre de bénédictions pour le monde, lorsque le voile du mystère sera enlevé et que les ondées de bénédictions descendront. C’est après ce moment " que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire, souffre les douleurs de l’enfantement, " attendant l’accomplissement de ce mystère, " la révélation des fils de Dieu, " la " postérité promise " en laquelle tous seront bénis. -Rom. 8:19, 21, 22.

 

Roc séculaire, frappé pour moi, Sur le Calvaire, je viens à toi. Ma main tremblante ne t’offre rien, Ta croix sanglante est mon seul bien.

 

Roc des âges ouvert pour moi, Laisse-moi m’abriter en toi. A90

Chapitre VI—LA VENUE DE NOTRE SEIGNEUR. -SON BUT, LE RETABLISSEMENT DE TOUTES CHOSES

 

Le second avènement du Seigneur, -un avènement personnel et prémillénaire. -Son rapport avec le premier avènement. -L’élection de l’Eglise et la conversion du monde. -Election et grâce libre. -Les captifs de l’espérance. -Témoignage prophétique concernant le rétablissement. -Le retour du Seigneur est manifestement l’espoir de l’Eglise et du monde.

 

" Et qu’Il envoie celui qui vous a été prêché [ou désigné] d’avance, Jésus-Christ, que le ciel doit retenir jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé dès les siècles par la bouche de tous ses saints prophètes ".- Actes 3:20-21. Notre Seigneur a voulu faire comprendre à ses disciples qu’il reviendrait dans un certain but, d’une certaine manière et à un certain temps ; c’est, nous le présumons, admis et cru par tous ceux à qui les Ecritures sont familières. Il est vrai que Jésus a dit: " Voici, je suis toujours avec vous jusqu’à la fin de [l’aiôn] l’âge "( Matt. 28:20), et, par son esprit, et par sa parole, il a été continuellement avec l’Eglise, guidant, dirigeant, réconfortant, et soutenant ses saints et les consolant au milieu de toutes leurs afflictions. Mais quoique l’Eglise ait su pour son bonheur que le Seigneur connaissait toutes ses voies et qu’il lui prodiguait constamment ses soins et son amour, elle désire pourtant vivement son retour personnel et promis ; car s’il dit: " Et quand je m’en serai allé... je reviendrai "( Jean 14:3), il

 

A91

 

fait certainement allusion à sa seconde venue personnelle. Plusieurs croient qu’il voulait parler de la descente du saint Esprit lors de la Pentecôte ; d’autres, de la destruction de Jérusalem, etc. ; Mais selon toute apparence, ils ferment les yeux sur le fait que Celui qui a été mort et qui vit, en parle dans le dernier livre de la Bible, -écrit une soixantaine d’années après la Pentecôte et vingt-six ans après la destruction de Jérusalem, -comme d’un événement encore futur, en disant: " Voici, je viens bientôt, et ma récompense est avec moi. " Et Jean, poussé par l’Esprit, répond: " Oui, viens, Seigneur Jésus !"- Apoc. 22:12,20. Un assez grand nombre de chrétiens croient que lorsque des pécheurs se convertissent, cela forme un acheminement à la venue du Seigneur, et qu’il continuera à venir ainsi jusqu’à ce que tout le monde soit converti, et alors il serait, d’après eux, venu entièrement. Evidemment, tous ceux-là perdent de vue sur ce point le témoignage de la Bible qui déclare le contraire de ce qu’ils attendent:que, à l’époque du second avènement de Jésus, le monde se trouvera bien loin d’être converti à Dieu ;" qu’aux derniers jours il surviendra des temps fâcheux. Car les hommes seront... amis des voluptés [des plaisirs] plutôt que de Dieu "( 2 Tim. 3:1-4) ; que " les hommes méchants et séducteurs iront en empirant, séduisant et étant séduits "( v. 13). Ils oublient l’avertissement spécial de Jésus à son petit troupeau: " Veillez sur vous-mêmes, de peur... que ce jour-là ne vous surprenne inopinément. Car il surviendra comme un filet sur tous ceux qui habitent la surface de la terre [et qui ne prennent pas garde] "( Luc 21:34,35) (Stapfer). Puis nous pouvons être certains qu’aucune allusion n’est faite à la conversion des pécheurs, quand il est dit: " Toutes les tribus de la terre

 

A92

 

se lamenteront à cause de lui " quand elles le verront venir (Apoc. 1:7). Les hommes se lamentent-ils à cause de la conversion des pécheurs ? Bien au contraire, si ce passage se rapporte, comme presque tous l’admettent, à la présence de Christ sur la terre, il enseigne que tous sur la terre n’aimeront pas son apparition, ce qu’ils feraient certainement s’ils étaient tous convertis. Plusieurs attendent une venue et une présence réelles du Seigneur, mais il reculent de beaucoup l’époque de cet événement, prétendant qu’il faut que le monde soit converti par les efforts de l’Eglise dans sa condition actuelle, et qu’ainsi l’âge du Millénium commencera. Ils disent que lorsque le monde aura été converti, Satan lié, que la connaissance de l’Eternel aura rempli toute la terre et que les nations n’apprendront plus la guerre, alors l’oeuvre de l’Eglise, dans sa condition présente, sera achevée ; et que lorsqu’elle aura accompli cette tâche difficile et grande, le Seigneur viendra pour clore les affaires terrestres, pour récompenser les croyants et condamner les pécheurs. Quelques passages de l’Ecriture pris séparément semblent appuyer cette manière de voir, mais si la parole et le plan de Dieu sont regardés comme un tout, il se trouve que tous favorisent l’opinion contraire, c’est à dire que Christ viendra avant la conversion du monde et régnera en vue de Sa conversion; que maintenant l’Eglise est mise à l’épreuve; que le salaire promis à l’Eglise après sa glorification consistera dans sa part du règne du Seigneur Jésus ; et que c’est la promesse de Dieu de bénir le monde par son moyen, et de faire arriver toute créature à la connaissance de l’Eternel. Telles sont les promesses spéciales du Seigneur: " Le vainqueur, je lui donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône. "" Ils vécurent et régnèrent mille ans avec le Christ. "- Apoc. 3:21 ; 20:4.

 

A93

 

Il y a deux textes auxquels en appellent principalement tous ceux qui prétendent que le Seigneur ne viendra qu’après le Millénium. L’un est: " Cet Evangile du Royaume sera prêché par toute la terre et attesté à toutes les nations. Et c’est alors que viendra la fin "( Matt. 24:14.- Stapfer). On prétend que cela se rapporte à la conversion du monde avant la fin de l’âge de l’Evangile. Mais attester au monde n’implique pas la conversion du monde. Le texte ne dit rien concernant le témoignage et la façon dont il sera reçu. Ce témoignage a déjà été donné. Les rapports des sociétés bibliques démontrèrent en 1861 que l’Evangile avait été publié en toutes les langues de la terre, quoique tous les millions d’habitants de la terre ne l’eussent pas reçu. Non, -bien loin de là, -la moitié-pas même la moitié-des quatorze cent millions d’êtres humains vivants n’a jamais entendu le nom de Jésus. La condition du texte est néanmoins accomplie ; l’Evangile a été prêché dans tout le monde pour servir de témoignage-à chaque nation. L’apôtre (Actes 15:14) raconte que le but principal de l’Evangile dans l’âge présent, c’est " de tirer un peuple hors des gentils ", pour le nom de Christ, -l’Eglise victorieuse, qui sera unie avec lui lors de son second avènement et recevra son nom:le témoignage au monde durant cet âge-ci est un but secondaire. L’autre texte est celui-ci: " Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied "( Ps. 110:1). L’idée vague et indéfinie sur ce texte paraît être celle que Jésus s’assied sur un trône matériel, quelque part dans les cieux, jusqu’à ce que l’oeuvre de l’assujettissement de toutes choses soit accomplie pour lui par l’Eglise, et qu’alors il viendra pour régner. C’est une conception fausse. Le trône de Dieu, dont il est question, n’est pas un trône matériel, mais signifie son autorité et sa

 

A94

 

domination suprême ; et le Seigneur Jésus a été élevé pour avoir part à cette domination. Paul déclare que " Dieu a souverainement élevé [Jésus] et lui a donné un nom qui est au-dessus de tout nom (Phil. 2:9). Il lui a conféré une autorité qui surpasse toute autre, qui est la plus rapprochée de celle du Père. Si le Christ s’asseyait sur un trône matériel jusqu’à ce que ses ennemis fussent faits son marchepied (tous subjugués), alors, naturellement, il ne pourrait venir que lorsque toutes choses lui auraient été assujetties. Mais si la " droite " dans ce texte ne signifie point endroit ou siège fixe, mais, comme nous le prétendons, puissance, autorité et domination, il s’en suit que le texte, que nous examinons, ne s’oppose nullement à la déclaration de Paul:que Jésus vient " s’assujettir toutes choses "( Phil. 3:21), en vertu du pouvoir dont il est revêtu. Pour illustrer cela:nous disons que l’empereur Guillaume est assis sur le trône d’Allemagne, et cependant nous ne pensons pas à son siège royal, qu’il occupe, en effet, très rarement. Si nous disons qu’il est sur le trône, nous entendons par là qu’il règne sur l’Allemagne. La droite signifie la place principale, une position d’excellence et de faveur, la plus rapprochée de l’altesse régnante. Ainsi le prince Bismarck fut élevé ou établi à la droite du pouvoir par l’empereur d’Allemagne, et Joseph fut à la droite de Pharaon dans le royaume d’Egypte-non au sens littéral, niais suivant l’expression courante. Les paroles de Jésus devant Caïphe s’accordent avec cette idée: " Désormais vous verrez le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance [de Dieu], et venant sur les nuées du ciel "( Matth. 26:64). Il sera à la droite lors de sa venue, il restera à la droite durant l’âge du Millénium et pour toujours. En examinant plus à fond les plans révélés de Dieu, nous aurons une plus large vue sur l’objet du premier et

 

A95

 

du second avènement ; et nous devons nous rappeler que les deux événements sont en rapport comme des parties d’un seul et même plan. L’oeuvre spéciale du premier avènement était de racheter le genre humain ; et celle du second est de restaurer, de bénir et de délivrer les rachetés. Ayant donné sa vie en rançon pour tous, notre Sauveur monta au ciel pour présenter ce sacrifice au Père, et faisant ainsi l’expiation des péchés du peuple (Hébr. 9:12, 24 ; 2:7). Il retarde sa venue et permet que " le prince de ce monde " prolonge l’empire du mal jusqu’à ce que l’élection de " l’Epouse, la femme de l’Agneau ", soit accomplie ; car il faut que chacun de ses membres triomphe des influences du " présent monde mauvais ", afin de pouvoir être digne d’un tel honneur. Alors l’oeuvre de distribuer à tout le monde les grandes bénédictions acquises par son sacrifice pourra commencer, et Christ sortira pour bénir toutes les familles de la terre. Assurément, la restauration et la bénédiction auraient pu commencer tout de suite, lorsque le prix de la rançon fut payé par le Rédempteur:alors la venue du Messie n’aurait été qu’un événement seul ; le règne et la bénédiction auraient commencé sur le champ, comme les apôtres s’y attendaient en premier lieu (Act. 1:6). Mais " Dieu avait en vue quelque chose de meilleur pour nous "- l’Eglise chrétienne-(Hébr. 11:40) ; c’est donc dans notre intérêt que le règne du Christ est séparé des souffrances du Chef par ces dix-huit siècles. Cette période entre le premier et le second avènement, entre la rançon pour tous et la bénédiction pour tous, est assignée pour l’épreuve et à l’élection de l’Eglise, qui est le corps du christ ; autrement il n’y aurait eu qu’un seul avènement, l’oeuvre qui se fera durant la période de sa seconde présence, dans le Millénium, aurait suivi la résurrection de Jésus. Ou bien, au lieu de dire que l’oeuvre du second avènement

 

A96

 

Aurait suivi immédiatement l’oeuvre du premier, disons plutôt que si Jéhovah n’avait pas formé le dessein de choisir un " petit troupeau "," le corps du Christ ", le premier avènement n’aurait eu lieu alors qu’il a eu lieu réellement, mais serait survenu au temps du second avènement et ainsi il n’y en aurait eu qu’un seul. Car Dieu désigna évidemment la permission du mal pour six mille ans, ainsi que la purification et la restitution de toutes choses doivent s’accomplir dans le septième millénaire. Ainsi l’on voit que la venue de Jésus, comme sacrifice et rançon pour les pécheurs, précéda le temps de bénédiction et de restauration d’assez longtemps pour permettre l’élection de son " petit troupeau " de " cohéritiers ". Cela explique un peu le retard de la part de Dieu dans la distribution des bénédictions promises après que la rançon le rendit possible. Les bénédictions viendront au temps déterminé, comme proposé originairement, bien que, pour un but glorieux, le prix fût payé longtemps d’avance et avant que les hommes s’y soient attendus. L’apôtre nous apprend que Jésus était absent de la terre-dans le ciel-durant tout l’intervalle compris entre son ascension et le début des temps du rétablissement de toutes choses, ou de l’âge millénaire, - " lequel il faut que le ciel retienne jusqu’aux temps du rétablissement de toutes choses ", etc. (Act. 3:21). Du moment que les Ecritures enseignent que le but du second avènement de notre Seigneur est le rétablissement de toutes choses, et qu’à l’époque de son apparition les nations seront si loin d’être converties qu’elles seront irritées de sa venue (Apoc. 11:18), et en opposition les unes avec les autres, il nous faut admettre que l’Eglise ait manqué à sa mission et que jusque-là le plan de Dieu ait échoué ; ou, comme nous le prétendons et l’avons démontré, que la conversion du monde dans l’âge présent n’était pas attendue

 

A97

 

de l’Eglise, mais que sa mission a été celle de prêcher l’Evangile pour un témoignage et de se préparer elle-même sous la direction divine pour son grand oeuvre futur. Dieu n’a nullement épuisé sa puissance de convertir le monde. Non ! Qu’avons-nous dit ? Il n’a pas même encore essayé la conversion du monde. Cela peut paraître à plusieurs une parole étrange, mais réfléchissons un Peu:si Dieu a réellement tenté une telle oeuvre n’a-t-il pas échoué d’une manière évidente ? Car, comme nous l’avons déjà constaté, parmi les nombreux millions qui habitent sur la terre, une petite fraction seulement a entendu parler intelligemment du seul nom par lequel tous peuvent être Sauvés. Nous n’avons fait qu’exprimer un peu fortement les vues et les doctrines de quelques-unes des sectes principales (des baptistes, des presbytériens et d’autres), savoir, que Dieu élit ou choisit maintenant un " petit troupeau ", une Eglise hors de ce monde. Ils croient que Dieu ne fera rien de plus que de choisir cette Eglise, tandis que nous trouvons que l’Ecriture enseigne quelque chose de plus dans le plan divin, -une Restitution qui sera accomplie pour le monde par l’Eglise élue, aussitôt qu’elle sera complétée et glorifiée. Le " petit troupeau "-( les vainqueurs) de cet âge de l’Evangile-n’est que le corps de " la postérité ", par laquelle toutes les familles de la terre seront bénies. Combien il doit être difficile pour ceux qui maintiennent que Jéhovah tente depuis six mille ans de convertir le monde et qu’il échoue toujours, de faire concorder de pareilles idées avec la Bible, qui nous assure que le plan de Dieu s’exécutera et que sa parole ne retournera pas à lui sans effet, mais qu’elle prospérera dans les choses pour lesquelles elle fut envoyée (Esaïe 55:11). Le fait que le monde n’a pas encore été converti et que la connaissance de l’Eternel n’a pas encore rempli la terre, nous prouve que

 

A98

 

cette parole n’a pas encore été envoyée pour cette mission. Cela nous amène à deux doctrines qui ont divisé la chrétienté pendant des siècles, savoir:élection et grâce libre ou universelle. Aucun lecteur sérieux de la Bible ne niera que ces deux doctrines aient un fondement biblique, malgré leur contraste apparent. Ce fait devrait nous faire supposer tout de suite que les deux doivent être vraies en quelque sorte ; mais elles ne peuvent être mises en harmonie que par l’observation de la loi céleste, l’ordre, et par " la juste dispensation de la parole de la vérité " à ce sujet. Cet ordre, si nous l’observons ainsi qu’il est représenté dans le plan des âges, nous montre clairement qu’une élection a eu lieu dans l’âge présent et dans les âges passés, et que, pour ce qui est du monde en général, Dieu y a pourvu pendant l’économie du Millénium, ce qui, pour éviter la confusion, est appelé grâce libre. Si les traits distinctifs des époques et des économies, traits qui ont été esquissés dans un chapitre précédent, sont encore présents à la mémoire du lecteur, et si tous les passages qui ont rapport à l’élection et à la grâce libre sont examinés et classés, il se trouvera que tous ceux qui traitent de l’élection sont applicables aux âges passés et à l’âge présent, tandis que ceux qui enseignent la grâce libre s’appliquent complètement à l’âge prochain. L’élection, toutefois, comme la Bible l’enseigne, n’est point une coercition arbitraire, ou du fatalisme, comme on le croit généralement et comme ses défenseurs l’enseignent, mais elle est un choix conforme à ce qui est favorable et propre au but que Dieu s’est proposé pendant la période assignée à cet effet. La doctrine de la grâce libre, représentée par les arminiens (1), est de même un déploiement plus grand de la

 

——-

 

(1) Dans l’Eglise réformée, les partisans de la doctrine de la grâce libre ou universelle sont nommés arminiens ou remontrants, d’après Arminius, un prophète réformé de Leyde en Hollande (1560-1600), qui combattait une partie des doctrines de Calvin.

 

A99

 

grâce abondante de Dieu que celui que les plus zélés défenseurs de cette doctrine aient jamais enseigné. La grâce ou les faveurs de Dieu sont toujours libres en ce sens qu’elles sont immérités ; mais, depuis la chute de l’homme dans le péché jusqu’au temps présent, certaines faveurs de Dieu sont restreintes à des personnes, classes et nations particulières, tandis que dans l’âge suivant tout le monde sera invité à participer aux faveurs offertes, à des conditions qui seront alors manifestées à tous ;" que celui qui [alors] voudra de l’eau vive, en prenne gratuitement " Apoc. 22:17. Si nous portons nos regards en arrière, nous remarquons le choix ou l’élection d’Abraham et de certains de ses descendants qui furent comme des canaux par lesquels devait venir celui qui doit bénir toutes les familles de la terre, la semence promise (Gal. 3:29). Nous remarquons aussi Israël choisi par Dieu, qui fut la seule nation en laquelle Dieu illustra d’une manière typique comment le grand oeuvre pour le monde s’accomplirait ;- Sa délivrance d’Egypte, son Canaan, ses alliances, ses lois, ses sacrifices pour les péchés, pour l’effacement de sa culpabilité et pour l’aspersion du peuple ; et son sacerdoce pour accomplir tout cela, était une image et une représentation typique du vrai sacerdoce et des vrais sacrifices pour la purification de toute l’humanité. Dieu dit de ce peuple: " je n’ai connu que vous d’entre toutes les familles de la terre "( Amos 3:2). Ce peuple seul fut reconnu jusqu’à ce que Christ vînt ; et il fut reconnu encore après, car le ministère de Christ était limité à lui, et Jésus ne permit d’abord pas à ses disciples d’aller chez d’autres peuples. Lorsqu’il les envoya, il leur dit: " N’allez point vers les gentils et n’entrez dans aucune ville des Samaritains. "-

 

A100

 

Pourquoi Seigneur ? C’est parce que, leur répondit-il, je ne suis envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël "( Matt. 10:5, 6 ; 15:24). Tout sont temps jusqu’à sa mort fut dévoué à ce peuple, et c’est là que s’accomplit sa première oeuvre pour le monde, la première manifestation de sa grâce libre et abondante pour tous, et qui, en un temps déterminé, doit tourner à la bénédiction de tous. Ce don-ci, le plus grand de Dieu, ne fut point limité à une nation ou à une classe. Il n’était point pour Israël seul, mais pour tout le monde ; car Jésus-Christ, par la grâce de Dieu, souffrit la mort pour tous. Hébr. 2:9. Et maintenant aussi, dans l’âge de l’Evangile, une certaine élection a lieu. Quelques parties du monde sont plus favorisées que d’autres par l’Evangile (qui est libre pour tous ceux qui l’entendent). Jetez un coup d’oeil sur une mappemonde et voyez comme elle est petite la partie illuminée ou bénie à un degré appréciable. Comparez-vous, avec tous vos privilèges et toutes vos connaissances, aux millions d’hommes qui, en ce jour, sont encore dans les ténèbres païennes, qui n’entendirent jamais l’appel et qui conséquemment ne furent jamais appelés. Quand la troupe élue (pour être fils de Dieu, héritiers de Dieu et cohéritiers de Jésus-Christ notre Seigneur, -tous ceux qui auront affermi leur vocation et leur élection) sera complète, alors seulement le plan de Dieu pour le salut du monde commencera. La semence ne brisera pas la tête du serpent avant qu’elle ne soit élue, développée et élevée à la puissance. " Le Dieu de paix écrasera bientôt Satan sous vos pieds "( Rom. 16:20; Gen. 3:15). L’âge de l’Evangile prépare la chaste vierge, l’Eglise fidèle, pour l’Epoux qui vient. Et à la fin de l’âge, lorsqu’elle sera " préparée "( Apoc. 19:7), l’Epoux vient et celles des vierges qui seront prêtes entrent avec lui aux noces, -le second Adam et la seconde

 

A101

 

Eve deviennent un, et alors l’oeuvre glorieux de rétablissement commencera. Dans l’économie prochaine, les nouveaux cieux et la nouvelle terre, l’Eglise ne sera plus la vierge fiancée, mais l’Epouse ; et alors " l’Esprit et l’Epouse Diront:viens. Que celui aussi qui entend, Dise:viens. Et que celui qui [alors] a soif vienne; et quiconque [alors] veut de l’eau de la vie en prenne, sans qu’elle lui coûte rien ".- Apoc. 22:17. L’âge de l’Evangile, bien loin d’être la fin de la mission de l’Eglise, n’est que la préparation nécessaire pour le grand oeuvre futur. La création tout entière soupire, après cette bénédiction promise et souffre les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce jour ; elle attend avec ardeur et anxiété la révélation des fils de Dieu (Rom. 8:19-22). C’est là une précieuse vérité:la grâce libre a été prévue complètement dans le plan de notre Père, aussi bien pour ceux qui sont morts que pour les vivants, et il en est de même de l’opportunité bénie de l’âge qui vient. La plupart de ceux qui peuvent apercevoir quelque chose des dons dus à cette seconde venue, et qui savent apprécier le fait que le Seigneur vient pour distribuer les grandes bénédictions conquises par sa mort, oublient de voir jusqu’à présent que ceux qui sont dans leurs tombeaux ont tout autant d’intérêt à ce glorieux règne du Messie que ceux qui, à ce moment-là, ne seront pas aussi complètement dans les liens de la corruption, -de la mort. Mais, aussi vrai que Jésus mourut pour tous, aussi sûrement faut-il que tous reçoivent les biens et les grâces occasionnels qu’il a rachetés par son  propre sang. Il s’ensuit donc que, dans le Millénium, nous devons attendre des bénédictions pour tous ceux qui sont dans la tombe ainsi que pour ceux qui n’y seront pas ; et nous trouverons d’abondantes preuves sur ce point, si nous pénétrons plus avant dans le témoignage du Seigneur. C’est

 

A102

 

justement parce que, dans son plan, l’Eternel a décidé de les relâcher, que ceux qui sont dans la tombe sont appelés " les captifs de l’espérance ". On estime à peu près à cent quarante-trois milliards le nombre des êtres humains qui ont vécu sur la terre dans les six mille ans écoulés depuis la création d’Adam. D’après l’estimation la plus large qui puisse se faire, le nombre des saints de Dieu ne compterait pas même un milliard d’entre eux. De cette large estimation il resterait l’immense multitude de cent quarante-deux milliards (142,000,000,000) qui s’en sont allés dans la mort sans foi et sans espoir dans le seul nom, donné sous le ciel ou parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. Oui, la grande majorité d’entre eux n’a jamais connu Jésus ni entendu parler de lui, elle ne put donc croire en Celui de la mission duquel elle n’avait jamais rien entendu. Nous nous demandons ce qu’il est advenu de cette vaste multitude d’hommes dont les chiffres ne donnent qu’une idée imparfaite ? Quel est, et quel sera leur sort ? Dieu ne disposa-t-il rien pour ceux de la vie desquels il doit avoir prévu les conditions et les circonstances ? Ou conçut-il, dès la fondation du monde, des projets inhumains et cruels pour les tourmenter éternellement, comme plusieurs de ses enfants le prétendent ? Ou a-t-il préparé une voie dans la hauteur et la profondeur, dans la longueur et la largeur de son plan, de manière à ce que tous puissent encore arriver à la connaissance du seul nom, et qu’en devenant obéissants à ses ordonnances, ils puissent goûter et posséder la vie éternelle ? A ces questions, que chaque chrétien réfléchi se pose et qu’il souhaite voir résolues fidèlement et en harmonie avec le caractère de Jéhovah, diverses réponses sont faites:

 

A103

 

L’athéisme Répond:ils sont morts pour Toujours:il n’y a point de vie à venir:ils ne vivront plus jamais. Le calvinisme Répond:ils ne furent point élus pour être sauvés. Dieu les préordonna et les prédestina à la perdition pour qu’ils aillent en enfer, -et les y voilà maintenant, se tordant dans l’angoisse et dans l’agonie, -et pour y rester à tout jamais, sans aucun espoir. L’arminianisme Répond:nous croyons que Dieu excusera plusieurs d’entre eux en tenant compte de leur ignorance. Celui qui fit et agit au mieux de son savoir, sera certain d’appartenir à " l’Eglise des premiers-nés ", quand bien même il n’eut jamais entendu parler de Jésus. Cette dernière conception a l’assentiment de la majorité des chrétiens de toutes confessions (encore que les dogmes de quelques dénominations disent le contraire), ce qui provient du sentiment que toute autre manière de voir serait incompatible avec la justice de Dieu. Mais les Ecritures appuient-elles cette dernière conception ? Enseignent-elles que l’ignorance est une cause de salut ? Non ; le seul fondement du salut mentionné dans les Ecritures repose sur la foi en Christ, comme notre Rédempteur et Seigneur. " Vous êtes sauvés par grâce, par la foi "( Eph. 2:8). La justification par la foi est le principe fondamental de tout le système du christianisme. Lorsque la Question:que faut-il faire pour être sauvé ? leur fut posée, Paul et Silas répondirent: " Crois au Seigneur Jésus-Christ. "" Car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés "( Actes 4:12); et " quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. "- Rom. 10:13. Mais Paul conclut qu’un homme doit entendre l’Evangile avant qu’il puisse croire, en disant: " Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler ?"-

 

A104

 

Plusieurs prétendent que Paul enseigne, dans Rom. 2:14, que l’ignorance sauve les hommes: " Les païens, dit-il, qui n’ont point la loi, se tiennent lieu de loi à eux-mêmes. " Ils concluent de cela que la loi prescrite par leur conscience suffit pour les justifier. Mais ceux-là comprennent Paul très mal. Il veut justement prouver par là que tout le monde est coupable devant Dieu (Rom. 3:19) ; que les nations, qui n’ont point la loi écrite, sont condamnées et non justifiées par la lumière de la conscience ; qu’elle les accuse ou les défende, elle prouve que les gentils n’ont pas atteint la perfection et sont indignes de la vie, de même que les juifs étaient condamnés par la loi écrite qu’ils avaient: " Car c’est la loi qui donne la connaissance du péché "( Rom. 3:20). La loi donnée au juif révéla ses faiblesses, et avait pour but de lui montrer qu’il était incapable de se justifier lui-même devant Dieu ;" car nulle chair ne sera justifiée devant lui par les oeuvres de la loi. " La loi écrite condamnait les juifs ; les gentils possédaient assez de lumière de conscience pour qu’elle les condamnât eux-mêmes ; et ainsi aucune bouche ne peut s’ouvrir pour prétendre à un droit à la vie, et tout le monde est reconnu coupable devant Dieu. Si nous rappelons l’expression de Jacques (Jac. 2:10) :que quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous et ne peut réclamer aucune bénédiction promise par l’alliance de la Loi, alors nous pouvons en inférer qu’en vérité " il n’y a point de juste, pas même un seul "( Rom. 3:10). Et ainsi les Ecritures ferment toute porte à l’espoir sauf une, qui montre que pas un seul des condamnés n’est capable de s’assurer la vie éternelle par des oeuvres méritoires ; et qu’il est également inutile d’alléguer l’ignorance comme une cause de salut. L’ignorance ne donne à personne le droit à la récompense de la foi et de l’obéissance.

 

A105

 

Beaucoup de chrétiens, peu disposés à croire que tant de millions d’enfants et de païens ignorants seront éternellement perdus, ce qui, selon leur compréhension, signifie qu’ils seront envoyés dans un lieu de tourments éternels, insistent, malgré les révélations de la Bible, et avancent que Dieu ne condamnera point les ignorants. Nous admirons la générosité de leur coeur et leur appréciation de la bonté de Dieu, mais nous les prions de ne pas trop se précipiter en ce qui concerne le rejet ou l’ignorance des enseignements de la Bible. Dieu a un salut pour tous, et par une meilleure voie que par celle de l’ignorance. Mais ces chrétiens agissent-ils aussi d’après ce qu’ils prétendent croire ? Non:tout en professant leur croyance que l’ignorant sera sauvé par son ignorance, ils continuent à envoyer des missionnaires chez les païens et dépensent des milliers de précieuses vies et l’argent par millions. Si tous, ou du moins la moitié d’entre eux, étaient sauvés par l’ignorance, alors on commet positivement une injustice à leur égard en leur envoyant des missionnaires pour les instruire en Christ ; car il y en a seulement à peu près un sur mille qui devient chrétien, quand les missionnaires leur apportent la bonne nouvelle. Si cette croyance était correcte, il vaudrait bien mieux les laisser dans l’ignorance ; alors un plus grand nombre serait sauvé. En poursuivant le même ordre d’arguments, n’en pourrions-nous pas conclure que tous les hommes seraient sauvés, si Dieu les avait tous laissés dans l’ignorance ? Si c’était le cas, la venue comme la mort de Christ seraient inutiles, ainsi que la prédication et les souffrances des apôtres et de tous les saints, et le soi-disant Evangile au lieu d’être une bonne nouvelle serait une mauvaise nouvelle. L’envoi de missionnaires aux païens par ceux qui partagent les vues des calvinistes et des fatalistes sur l’élection, c’est à dire qui croient que la destinée de chaque individu est déterminée

 

A106

 

d’une manière immuable avant sa naissance est encore plus déraisonnable et plus absurde. Mais la Bible, qui est pleine d’esprit missionnaire, n’enseigne point qu’il y a plusieurs chemins de salut, -l’un par la foi, un autre par les oeuvres et un troisième par l’ignorance. Elle ne nous enseigne pas non plus la doctrine du fatalisme, qui déshonore Dieu. Tout en montrant toutes les autres portes fermées à l’espoir, elle en ouvre vivement une toute grande, et proclame que, quiconque le veut, peut avoir par là la vie ; elle montre que tous ceux qui ne voient et n’apprécient pas maintenant le privilège béni d’y entrer, seront amenés au temps fixé à l’apprécier en pleine connaissance. Le seul chemin par lequel toute la race condamnée peut venir à Dieu, n’est point celui des oeuvres méritoires ni celui de l’ignorance, mais celui de la foi dans le précieux sang de Christ, qui ôte le péché du monde (1 Pierre 1:19 ; Jean 1:29). C’est là l’Evangile, la bonne nouvelle de grande joie, " qui sera pour tout le peuple " Voyons maintenant ce que Dieu nous en dit et laissons Dieu se justifier lui-même. Eh bien, qu’est-il advenu des cent quarante-deux milliards d’êtres qui ont vécu sur la terre ? Quoi qu’ils puissent être devenus, nous sommes sûrs qu’ils ne sont pas dans un état de souffrance ; parce que les Ecritures enseignent non seulement que l’Eglise ne reçoit pas son plein et complet salaire avant la venue de Christ, où il rendra à chacun selon ses oeuvres (Matt. 16:27), mais encore parce que les injustes ne recevront leur punition qu’alors. Quelle que soit leur condition présente, elle ne peut consister dans leur pleine rétribution ; car Pierre dit: " Le Seigneur sait réserver les injustes pour être punis au jour du jugement "( 2 Pierre 2:9) ; et c’est aussi ce qu’il fera.

 

A107

 

Mais la pensée que tant de nos semblables pourraient être perdus parce qu’il leur manquait la connaissance nécessaire pour leur salut, serait vraiment horrible pour tous ceux qui ont une étincelle de charité et de pitié. D’ailleurs, il se trouve de nombreux passages de l’Ecriture qu’il semble impossible de faire concorder avec cette interprétation. Voyons un peu ! Si nous admettons que cette vie est le seul temps de salut (en laissant de côté toute espérance d’une restitution dans l’âge qui vient), comment devons-nous alors, à la lumière du passé et du présent, comprendre les passages suivants: " Dieu est amour ", et " Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point ?"( 1 Jean 4:8, Jean 3:16). Ne semble-t-il pas que si Dieu a tant aimé le monde il n’aura non seulement pris des précautions pour que les croyants puissent être sauvés, mais aussi pour que tous puissent ouïr l’Evangile afin de pouvoir croire ? Plus loin, si nous lisons: " Cette lumière était la véritable, qui éclaire tout homme venant au monde "( Jean 1:9), notre raison nous Dit:non, jamais tout homme n’a été éclairé, autant que nous pouvons en juger, notre Seigneur n’a éclairé qu’un bien petit nombre des milliards d’habitants de la terre. De nos jours où la lumière est plus répandue, des millions de païens ne donnent pas plus signe d’une telle illumination que n’en donnaient les Sodomites et des myriades d’autres païens dans les âges passés. Nous lisons que Jésus-Christ par la grâce de Dieu souffrit la mort " pour tous "( Hébr. 2:9). Mais s’il souffrit la mort pour ces cent quarante-trois milliards et que pour une autre cause ce sacrifice ne devint efficace que pour un milliard seulement, la Rédemption n’était-elle pas relativement un projet manqué ? Et dans ce cas, le message de l’apôtre n’est-il pas trop large ? Si nous lisons plus loin: " Je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout

 

A108

 

le peuple le sujet d’une grande joie "( Luc 2:10), et si, regardant autour de nous, nous nous apercevons que ce ne fut une bonne nouvelle que pour un " petit troupeau " et non pour tout le peuple, cela ne doit-il pas nous étonner fortement et nous faire supposer que les anges avaient peut-être exagéré la bonté et la largeur de leur message, et estimé trop haut l’importance de l’oeuvre à accomplir par le Messie qu’ils annoncèrent ? Un autre passage: " Il y a un seul Dieu et un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l’homme Christ Jésus qui s’est donné lui-même en rançon pour tous "( 1 Tim. 2:5, 6). Une rançon pour tous ? Alors pourquoi tous n’auraient-ils pas quelque bénéfice de la mort de Christ ? Pourquoi tous ne devraient-ils pas arriver à la connaissance de la vérité, afin qu’ils puissent croire ? Que ces expressions paraissent obscures et incompréhensibles sans la clef ! Mais si nous trouvons la clef du plan de Dieu, tous ces textes, d’une voix unanime, déclarent: " Dieu est amour. " Cette clef se trouve dans la dernière partie du texte que nous venons de citer: " qui s’est donné lui-même en rançon pour tous, le témoignage en son propre temps. " Dieu a pour toute chose un temps convenable. Il aurait pu le témoigner à tous ceux-là, lors de leur vivant ; mais puisqu’il ne le fit pas, cela prouve que leur " temps convenable " est encore futur. Pour ceux qui font encore partie de l’Eglise, de l’Epouse du Christ, et qui participeront à l’honneur du royaume des cieux, le temps présent est le temps convenable pour ouïr ; que celui qui a maintenant des oreilles pour ouïr, entende et soit attentif, et il sera béni conformément. Quoique Jésus paya notre rançon avant que nous fussions nés, notre " temps convenable " pour ouïr ne vint que longtemps après, et ce n’est que la compréhension qui créa notre responsabilité, concurremment avec l’extension de notre capacité et de

 

A109

 

notre connaissance. Le même principe s’applique à tous:au temps déterminé par Dieu, il sera témoigné à tous, et tous auront alors l’occasion de croire et d’être bénis par ce moyen. L’opinion dominante est celle que la mort met fin à toute épreuve ; mais il n’y a aucun passage qui l’enseigne ainsi ; et tous ceux que nous venons de citer et plusieurs autres, seraient insignifiants ou pires, si la mort mettait fin à tout espoir pour la masse ignorante du monde. Voici le seul passage qu’on cite pour prouver cette manière de voir communément soutenue: " Si un arbre tombe vers le midi ou vers le septentrion, en quelque lieu qu’il soit tombé, il y demeurera "( Eccl. 11:3). Mais pour que ce verset se rapporte vraiment à l’avenir de l’homme, il faut qu’il indique que, en quelque condition qu’il descende dans la tombe, aucun changement n’aura lieu jusqu’à sa résurrection:cela est aussi la doctrine unanime de toutes les Ecritures qui traitent de ce sujet, comme on le montrera dans les chapitres suivants. Puisque Dieu n’a aucunement l’intention de sauver l’homme en raison de son ignorance, mais " qu’il veut que tous les hommes soient sauvés, et qu’ils parviennent à la pleine connaissance de la vérité "( 1 Tim. 2:4) ; puisque la masse de l’humanité mourut dans l’ignorance ; et puisque " dans le sépulcre, où l’homme va, il n’y a ni oeuvre, ni discours [pensées], ni science, ni sagesse "( Eccl. 9:10) ; Dieu a conséquemment pourvu au réveil des morts, pour qu’ils puissent parvenir à la connaissance et, s’ils le veulent, à la foi et au salut. Son plan est donc que " comme tous meurent en Adam, de même tous revivront en Christ, " mais chacun en son " propre rang ",   premièrement l’Eglise, l’Epouse, le corps du Christ ; ensuite, durant le Millénium, tous ceux qui deviendront siens pendant ces mille ans de sa présence (1)

 

——-

 

(1) Version de Lausanne

 

A110

 

[traduit à contresens par avènement ou venue], le " temps convenable " du Seigneur, où tous le connaîtront depuis le plus petit jusqu’au plus grand d’entre eux. -1 Cor. 15:22. Comme la mort est venue par le premier Adam, ainsi la vie vient par Christ, le second Adam. Tout ce que l’humanité perdit par le premier Adam sera restitué à ceux qui croiront au second Adam. Quand les hommes seront ramenés à la vie, avec l’avantage de l’expérience du mal, qui faisait défaut à Adam, derrière eux, s’ils acceptent avec reconnaissance la Rédemption comme le don de Dieu, ils pourront vivre éternellement en se conformant à la condition originelle d’obéissance envers Dieu. Sous le juste règne du Prince de la paix une parfaite obéissance sera exigée, mais la capacité parfaite de pouvoir obéir sera aussi donnée. C’est en cela que consiste le salut assuré au monde. Considérons maintenant un autre texte qui est presque ignoré de tous, excepté des universalistes (ceux qui croient au salut final de tout homme) ; car, sans être universalistes, nous prétendons avoir le droit d’employer et de croire chaque témoignage de la parole de Dieu et de nous en réjouir. On lit: " Nous espérons au Dieu vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants "( 1 Tim. 4:10). Dieu veut sauver tous les hommes, cependant il ne sauvera personne principalement (c’est à dire entièrement, dans le sens éternel du mot) que ceux qui viendront à lui par le Christ. Le salut de Dieu pour tous les hommes n’est pas tel, qu’il doive se heurter contre leur libre arbitre ou contre leur libre choix, en leur donnant la vie contre leur volonté: " J’ai mis devant toi et la vie et la mort... Choisis donc la vie, afin que tu vives. " Siméon mit en contraste ces deux saluts lorsqu’il dit:

 

111

 

" Mes yeux ont vu ton salut, ... la lumière qui doit éclairer les nations, et la gloire de ton [vrai] peuple d’Israël. " Cela est en harmonie avec la déclaration de l’apôtre:que le fait que Jésus-Christ, le médiateur, se donna lui-même en rançon pour tous, doit être témoigné à tous en son propre temps. C’est ceci qui doit parvenir à la connaissance de tous les hommes, sans égard à la foi et à la volonté de leur part. Cette bonne nouvelle d’un Sauveur sera pour tout le peuple (Luc 2:10, 11), mais son peuple seul (Matt. 1:21) sera sauvé du péché et de la mort, ceux-là seulement qui croient en lui ; car nous lisons que la colère de Dieu continue à demeurer sur l’incrédule. -Jean 3:36. Nous voyons donc que le salut général, qui doit parvenir à chaque individu, consiste dans la lumière venant de la vraie lumière et dans l’occasion de choisir la vie ; et comme la plus grande partie de la race est dans la tombe, il sera nécessaire de l’en faire sortir, afin que la bonne nouvelle d’un Sauveur puisse lui être annoncée. Et nous voyons de même que le salut spécial, dont les croyants jouissent maintenant en espérance (Rom. 8:24), et dont la réalisation sera aussi révélée dans le Millénium à ceux qui " auront cru en ce jour-là ", est une pleine délivrance de l’esclavage du péché et de la corruption de la mort, en la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Mais avant d’accorder toutes ces bénédictions, Dieu exige une soumission du coeur aux lois du royaume de Christ, -la rapidité avec laquelle chacun atteint la perfection, indique son degré d’amour de chacun envers le Roi et envers Sa loi d’amour. Si quelqu’un, éclairé par la vérité, parvenu à la connaissance de l’amour de Dieu et rétabli dans la perfection humaine (que cela soit actuel ou compté comme tel), " se retire " et " se soustrait "( Hébr. 10:38), celui-là sera exterminé du milieu du peuple (Actes 3:23), avec les

 

A112

 

incrédules. C’est là la seconde mort. -Apoc. 21:8. Nous voyons ainsi que tous les passages, paraissant si difficiles jusqu’ici, s’expliquent facilement par la déclaration, - " le témoignage en son propre temps. " Au propre temps, ce sera la " bonne nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie. " Au propre temps, la véritable lumière éclairera tous les hommes qui sont venus au monde. Et ces passages ne peuvent être expliqués en aucune autre manière sans être dénaturés. Paul présente cet ordre d’arguments avec beaucoup d’énergie dans Rom. 5:18, 19. Il conclut que, comme tous les hommes furent condamnés à la mort par la transgression d’Adam, ainsi, de même, la justice et l’obéissance de Christ jusqu’à la mort, les justifient tous pour la vie ; et que, comme tous perdirent la vie par le premier Adam, ainsi tous, malgré leur démérite personnel, peuvent recevoir la vie par l’acceptation du second Adam. Pierre nous dit qu’il a été fait mention de ce rétablissement par la bouche de tous les saints prophètes (Act. 3:19-21). Tous en parlent. Ezéchiel parle de la vallée d’ossements fort secs: " Ces os sont toute la maison d’Israël ":" Mon peuple, voici, je vais ouvrir vos sépulcres, et je vous tirerai hors de vos sépulcres, et je vous ferai rentrer dans la terre d’Israël. Et vous, mon peuple, vous saurez que je suis l’Eternel, quand j’aurai ouvert vos sépulcres, et que je vous aurai tirés hors de vos sépulcres. Et je mettrai mon esprit en vous, et vous revivrez, et je vous poserai sur votre terre ; et vous saurez que moi, qui suis l’Eternel, aurai parlé et que je l’aurai fait, dit l’Eternel. "- Ezéch. 37:11-14. Avec ceci s’accordent les paroles de Paul (Rom. 11:25-26-Darby). " C’est qu’un endurcissement (ou aveuglement) partiel est arrivé à Israël jusqu’à ce que la plénitude des nations [le peuple élu, l’épouse du Christ], soit

 

113

 

entrée ; et ainsi tout Israël sera sauvé, [ou ramené de son état d’être rejeté] ;" car " Dieu n’a point rejeté son peuple, qu’il a préconnu  (vers. 2). Les Israélites ont été rejetés de sa faveur pendant que l’épouse du Christ fut choisie, mais ils seront réinstallés aussitôt que cette oeuvre sera accomplie (vers. 28-33). Les prophètes abondent en descriptions, montrant comment Dieu les replantera et ne les arrachera plus. " Ainsi a dit l’Eternel, le Dieu d’Israël:...je les regarderai d’un oeil favorable, et je les ferai retourner en ce pays, et je les y rebâtirai et ne les détruirai plus ; je les planterai et ne les arracherai plus. Et je leur donnerai un coeur pour connaître que je suis l’Eternel, et ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu ; car ils reviendront à moi de tout leur coeur. "( Jér. 24:5-7 ; 31:28 ; 32:40-42 ; 33:6-16). Toutes ces déclarations ne peuvent pas se rapporter simplement aux délivrances des captivités de Babylone, de Syrie, etc., car les Israélites furent de nouveau arrachés depuis. Plus loin l’Eternel dit encore: " En ces jours-là, on ne dira Plus:les pères ont mangé des raisins verts et les dents des enfants en sont agacées. Mais chacun [qui y meurt] mourra pour son iniquité  (Jér. 31:29-30). Cela n’est pas le cas maintenant. Chacun ne meurt pas pour ses propres péchés maintenant, mais à cause du péché d’Adam:- " Tous meurent en Adam. " C’est lui qui mangea les raisins verts du péché, et nos pères continuèrent à en manger, transmettant toujours plus de maladies et de misères à leurs enfants et hâtant par là le salaire du péché, -la mort. Le jour auquel " chacun [qui meurt] mourra pour sa propre iniquité " seulement, est le jour millénaire du rétablissement. Si plusieurs des prophéties et des promesses de bénédictions futures semblent s’appliquer à Israël seul, il faut se rappeler qu’Israël était un peuple typique, et qu’en

 

A114

 

vertu de cela les promesses faites à lui, bien qu’elles aient parfois une application spéciale à lui-même, s’appliquent généralement à tout le monde, dont Israël fut le type. Tandis qu’Israël comme nation était le type du monde entier, son sacerdoce était le type du " petit troupeau " élu (la tête et le corps du Christ), la " sacrificature royale "; et les sacrifices, les purifications et les propitiations pratiqués pour Israël, symbolisaient les " sacrifices plus excellents ", les purifications plus complètes et la propitiation ou l’expiation réelle " pour les péchés de tout le monde ", dont Israël forme une partie. Et de plus Dieu parle d’autres nations qu’il nomme et dont il promet la restauration. Comme forte preuve à l’appui, nous mentionnons les Sodomites. Si nous trouvons le rétablissement des Sodomites clairement enseigné, nous pouvons nous réjouir, à coup sûr, de la vérité de cette glorieuse doctrine du rétablissement de tout le genre humain, exprimée par la bouche de tous les saints prophètes. Et pourquoi les Sodomites n’auraient-ils pas, eux aussi, une occasion d’atteindre la perfection et la vie éternelle aussi bien qu’Israël, ou que l’un d’entre nous ? Ils n’étaient point justes, c’est vrai, mais Israël ne le fut point non plus, de même nous ne le fûmes pas, nous, qui maintenant entendons l’Evangile. " Il n’y a point de juste, non pas même un seul, " en dehors de la justice qui nous est imputée par Christ, qui mourut pour tous. Les propres paroles de Jésus nous disent, que quoique Dieu fit pleuvoir des cieux du soufre et du feu et les détruisît tous à cause de leurs iniquités, les Sodomites ne furent néanmoins pas d’aussi grands pécheurs à ses yeux que les Juifs, qui avaient plus de connaissances (Gen. 19:24 ; Luc 17:29). Aux Juifs de Capernaüm, Il dit: " Si les miracles qui ont été faits au milieu de toi eussent été faits à Sodome, elle subsisterait encore aujourd’hui.  Matt. 11:23.

 

A115

 

Par là notre Seigneur nous apprend que les Sodomites n’avaient pas encore eu une pleine occasion de salut ; mais il la leur garantit lorsqu’il ajoute: " Mais je vous dis que le sort du pays de Sodome sera plus supportable au jour du jugement que le tien "( vers. 24-Darby). Le caractère du jour du jugement ainsi que son oeuvre seront démontrés dans des âges suivantes. Ici nous attirons particulièrement l’attention sur le fait que ce sera un temps supportable pour Capernaüm et encore plus supportable pour Sodome ; parce que, quoique aucune des deux n’eût encore eu une pleine connaissance, qu’aucune n’eût goûté les bénédictions à venir par la " semence ", Capernaüm toutefois pécha contre plus de lumière. Et si Capernaüm et tout Israël ne sont pas oubliés, mais doivent être bénis, sous la " nouvelle Alliance ", scellée par le sang de Jésus, pourquoi les Sodomites ne devraient-ils pas eux aussi être bénis parmi " toutes les familles de la terre ?" Assurément ils le seront. Et n’oublions pas que, comme Dieu " fit pleuvoir du ciel du feu et du soufre, qui les fit tous périr ", plusieurs siècles avant le temps de Jésus, lorsqu’il est parlé de leur rétablissement, cela implique en même temps leur résurrection, leur venue hors de la tombe. Examinons maintenant la prophétie d’Ezéchiel 16:48-63. Lisons-la Attentivement:ici Dieu parle des Israélites et les compare à leurs voisins les Samaritains et aussi aux Sodomites, desquels il dit: " Je les ai fait disparaître quand j’ai vu cela "( v. 50). Ni Jésus ni le prophète ne fournissent aucune explication au sujet de cette inégalité apparente des procédés de Dieu, détruisant la ville de Sodome et laissant impunies d’autres, plus coupables qu’elle. Tout cela viendra au jour lorsqu’au " temps fixé " ses grands desseins seront manifestés. Le prophète dit simplement que Dieu trouva bon d’agir ainsi, et Jésus ajoute que le sort

 

A116

 

sera plus supportable pour elle, au jour du jugement, que pour d’autres plus coupables. Mais dans la supposition que la mort mette fin à toute épreuve et que, d’après cela, plus personne ne puisse avoir, à la résurrection, une occasion de parvenir à la connaissance de la vérité et de lui obéir, nous Demanderons:pourquoi Dieu trouva-t-il bon de détruire ce peuple sans lui donner une possibilité d’accepter le salut par la connaissance du seul nom par lequel on peut être sauvé ? La réponse Est:parce que ce n’était pas encore le temps convenable pour lui. Au " temps convenable " les Sodomites seront réveillés de la mort et amenés à la connaissance de la vérité et seront bénis ensemble avec tous les autres peuples, par la " semence " promise. Alors ils seront mis à l’épreuve pour la vie éternelle. Par cette pensée (et par aucune autre) nous pouvons comprendre la conduite du Dieu d’amour envers Amalek ou les Amalécites et d’autres nations. Non seulement, il permit à Israël de les détruire, mais il l’ordonna, disant: " Va maintenant, et frappe Amalek, et détruisez, à la façon de l’interdit, tout ce qu’il a, et ne l’épargnez point, mais fais mourir tant les hommes que les femmes, tant les grands que ceux qui tètent, tant les boeufs que les brebis et tant les chameaux que les ânes  (1 Sam. 15:3). Cette destruction de vie, impitoyable et sans égards, semble être inconciliable avec le caractère de charité attribué à Dieu et avec l’enseignement de Jésus, " aimez vos ennemis ", etc., jusqu’à ce que nous arrivions à reconnaître que le plan de Dieu est conçu systématiquement, qu’il y a un " temps déterminé " pour chaque partie de ce plan et qu’en effet chaque membre de la race humaine y trouve sa place. Nous pouvons voir maintenant que ces Amalécites, Sodomites et autres, ont été mis en avant comme exemples de la juste indignation de Dieu et de sa résolution de détruire

 

A117

 

finalement et complètement les ouvriers d’iniquité:exemples qui serviront non seulement à d’autres, mais aussi à eux-mêmes, quand viendra leur jour de jugement ou d’épreuve. Ces peuples pouvaient tout aussi bien mourir de cette manière que par la peste ou un autre fléau. Cela avait bien peu d’importance pour eux, puisqu’ils ne devaient connaître que le mal, afin qu’au temps prévu ils puissent apprendre la justice et la droiture, lorsqu’ils seront mis à l’épreuve et seront capables de faire la distinction et de choisir le bien pour avoir la vie. Toutefois continuons à examiner la prophétie. Après avoir comparé Israël à Sodome et à Samarie et avoir déclaré Israël le plus blâmable (Ez. 16:48-54), le Seigneur dit: " Quand je ramènerai leurs captifs, savoir, les captifs de Sodome et des villes de son ressort, les captifs de Samarie et des villes de son ressort, je ramènerai aussi les captifs de ta captivité parmi elles. " La captivité dont il est question ici, ne peut être que la captivité de la mort ; car les peuples mentionnés, en particulier les Sodomites, étaient déjà tous morts alors. Tous sont captifs dans la mort et Christ vient pour ouvrir les portes de la fosse et pour mettre en liberté les captifs (Esaïe 61:1 ; Zach. 9:11). Au verset 55 cela est appelé un retour à " l’état précédent "( ou " au premier état "),- un rétablissement. Il y a des chrétiens qui sont assez disposés à accepter la miséricorde de Dieu par Christ pour la rémission de leurs propres offenses et faiblesses commises à la suite de lumières et de connaissances plus abondantes, mais qui ne peuvent concevoir que la même grâce soit aussi applicable à d’autres sous le Nouveau Testament ; quoiqu’ils semblent admettre la déclaration de l’apôtre que Jésus-Christ, par la grâce de Dieu, souffrit la mort pour tous. D’aucuns ont même l’idée que le Seigneur doit avoir parlé ironiquement aux juifs dans cette prophétie, en faisant croire qu’il

 

118

 

voulait tout aussi bien ramener les Sodomites qu’eux, mais qu’il n’avait aucune intention de restaurer ni les uns ni les autres. Mais regardons si les versets suivants s’accordent avec cette idée. L’Eternel dit: " Mais toutefois je me souviendrai de l’alliance que j’avais traitée avec toi dans les jours de ta jeunesse, et j’établirai avec toi une alliance éternelle. Alors tu te souviendras de ta conduite et tu en seras confuse, quand tu recevras tes soeurs ;... car j’établirai mon alliance avec toi, et tu sauras que je suis l’Eternel ; afin que tu t’en souviennes et que tu sois honteuse, et que tu n’aies plus la hardiesse d’ouvrir la bouche, à cause de ta confusion, après que j’aurai été apaisé envers toi, pour tout ce que tu auras fait, dit le Seigneur, l’Eternel. " Quand une promesse est signée ainsi par le Grand Jéhovah, tous ceux qui ont écrit sur leur sceau que " Dieu est véritable " peuvent avec pleine confiance se réjouir de la certitude de son accomplissement ; spécialement ceux qui reconnaissent que ces dons de salut de la nouvelle Alliance ont été confirmés par Dieu en Christ, qui scella l’alliance par son propre et précieux sang. A cela, Paul ajoute aussi son témoignage en disant: " Et ainsi tout Israël [les vivants et les morts] sera sauvé [ramené de son endurcissement], selon qu’il est Écrit:le Libérateur viendra de Sion, et il détournera de Jacob les infidélités [Impiétés] ; et c’est là l’alliance que je ferai avec eux, lorsque j’ôterai leurs péchés.... Ils sont bien-aimés eu égard à l’élection, à cause des pères. Car les dons et la vocation [ou l’appel] de Dieu sont sans repentance. "- Rom. 11:26-29. Les Juifs, les Sodomites, les Samaritains et tout le genre humain seront confus et honteux ; il ne faut nullement s’étonner quand, en son temps, Dieu manifestera les immenses richesses de sa grâce. Oui, plusieurs de ceux qui sont maintenant enfants de Dieu seront confondus et émerveillés,

 

A119

 

quand ils verront combien Dieu aima le monde et combien ses plans et ses pensées étaient plus élevés que les nôtres. Le peuple chrétien croit généralement que les bénédictions de Dieu ne sont que pour l’Eglise élue et seulement pour elle, mais maintenant nous apercevons que le plan de Dieu est plus large que nous ne l’avions supposé ; et que s’il a donné à l’Eglise " les plus grandes et les plus précieuses promesses ", il n’a pas négligé non plus de préparer d’abondantes provisions pour le monde qu’il a assez aimé pour le racheter. Les Juifs commirent une erreur tout à fait semblable, en admettant que toutes les promesses de Dieu n’étaient que pour eux et pour eux seuls ; mais lorsque le temps convenable vint et que les gentils furent favorisés, l’élite (les élus) d’Israël, dont le coeur était assez large pour se réjouir de cette preuve plus étendue de la grâce de Dieu, partagea cette faveur croissante, tandis que les autres furent aveuglés par les préjugés et les traditions humaines. Que les membres de l’Eglise qui voient apparaître maintenant la lumière rayonnante de l’âge du Millénium, avec sa faveurs et ses avantages pour tout le monde, fassent attention, de crainte d’être trouvés en opposition avec la lumière toujours croissante et d’être, ainsi, aveuglés pour un temps à l’égard de sa gloire et de ses bienfaits. Combien ce glorieux plan de Dieu, de l’élection d’un petit nombre qui bénira plus tard tout le monde, diffère de l’altération de ces vérités, telles qu’elles sont représentées par les vues réciproquement opposées du calvinisme et de l’arminianisme. D’une part, le premier nie la doctrine biblique de la grâce libre, et, d’autre part, il déforme la glorieuse doctrine de l’élection; le dernier nie la doctrine de l’élection et se trouve dans l’impossibilité de comprendre l’abondance des richesses de la grâce universelle de Dieu.

 

120

 

Le calvinisme Dit:dieu est souverainement sage ; il connut la fin dès le commencement ; et comme tous ses desseins s’exécutent, il ne put jamais avoir eu l’intention de sauver plus qu’un petit nombre, l’Eglise. Il élut et prédestina celle-ci au salut éternel ; tous les autres furent aussi prédestinés et élus, mais pour aller à la damnation éternelle ; car " toutes les oeuvres de Dieu lui sont connues de toute éternité ". Cette opinion a ses bons côtés. Elle reconnaît l’omniscience de Dieu. Et ce serait notre idéal d’un grand Dieu, si ce n’était qu’il lui manque deux qualités essentielles de vraie grandeur:l’amour et la justice ; ni l’un ni l’autre n’apparaissent en ce qu’il fit venir au monde cent quarante-deux milliards d’êtres humains condamnés aux tourments éternels avant d’être nés, et même trompés par la déclaration solennelle de son amour. Puisque Dieu est amour et que la justice et l’équité sont le fondement de son trône, tel ne peut être son caractère. L’arminianisme dit:-Certes, Dieu est amour ; et en faisant venir l’humanité au monde il n’avait rien de mal en vue, -simplement le bien. Mais Satan réussit à tenter le premier couple, et ainsi le péché entra dans le monde et par le péché, la mort. Et depuis Dieu a fait tout ce qu’il a pu pour délivrer l’homme de son ennemi, il est même allé jusqu’à donner son Fils. Et quoique maintenant, après six mille ans, l’Evangile n’ait atteint qu’une bien faible partie de l’humanité, nous croyons et espérons pourtant que dans d’autres six mille ans, grâce à l’énergie et à la libéralité de l’Eglise, Dieu aura tellement remédié au mal introduit par Satan, que tous ceux qui vivront alors pourront au moins connaître son amour et auront une occasion de croire pour être sauvés. Tandis que cette conception représente Dieu comme un être plein de bienveillantes et charitables intentions pour

 

A121

 

ses créatures, elle laisse entendre aussi que pour l’accomplissement de ses bienveillantes intentions, il lui manque les facultés et la prescience nécessaires:qu’il ne possède pas suffisamment de sagesse et de puissance. D’après cette théorie il semblerait que, pendant que Dieu ne s’occupait que du bien de ses enfants nouvellement créés et faisait les arrangements nécessaires, Satan s’y glissa et, par un coup de maître, renversa tous les plans de Dieu. Celui-ci aurait donc, malgré tout son pouvoir, besoin de douze mille ans pour rétablir la justice, et seul le reste de la race alors vivant aurait au moins l’occasion de choisir entre le bien et le mal. Mais les cent quarante-deux milliards d’êtres humains des six mille ans écoulés et ceux des six mille ans prochains sont, d’après cette doctrine, et, en dépit de l’amour de Dieu, perdus pour toute l’éternité, parce que Satan intervint dans ses plans. Conclusion:satan en obtiendrait mille pour les tourments éternels contre un que Dieu sauve pour la gloire ! Cette opinion ne doit-elle pas exalter l’idée de l’homme sur la sagesse et le pouvoir de Satan et amoindrir son estime pour les attributs de ce Dieu, dont pourtant le psalmiste dit: " Il dit, et la chose arrive, il ordonne, et elle existe. " Mais loin de Là:dieu ne fut point surpris ni dupé par l’adversaire ; Satan n’a en aucune manière contrecarré ses plans. Dieu est parfaitement maître de la situation, et l’a toujours été ; et. finalement, on verra que tout a concouru à l’accomplissement de ses desseins. Les doctrines de l’élection et de la grâce libre, telles qu’elles sont exposées par le calvinisme et l’arminianisme, n’ont jamais pu s’harmoniser l’une avec l’autre, ni avec la raison, ni avec la Bible ; elles sont cependant harmonieuses et belles, si elles sont contemplées au point de vue du plan des âges. Puisque nous voyons que tant de ces grands et glorieux

 

122

 

traits du plan de Dieu pour sauver l’homme du péché et de la mort se trouvent encore dans l’avenir ; et que le second avènement de notre Seigneur Jésus est le premier pas dans l’accomplissement de ces bénédictions si longtemps promises et si longtemps attendues ; ne devrions-nous pas, à cause de cela, désirer ce second avènement plus ardemment que le peuple juif, moins éclairé, ne désirait le premier ? En voyant que le temps du mal, de l’injustice, de l’oppression et de la mort touchera à sa fin par l’empire et le pouvoir qu’il exercera alors, et que la justice, la vérité et la paix deviendront universelles, qui ne pourrait se réjouir de voir le jour de cet avènement ? Et qui, de ceux qui souffrent maintenant avec Christ, ne serait pas dans la joie à cause de sa précieuse promesse: " Si nous souffrons avec lui, nous régnerons aussi avec lui "? Qui ne lèverait pas la tête ? qui ne se réjouirait pas à chaque présage de l’approche du Maître, sachant par là que notre délivrance et notre glorification avec lui s’approchent ? Sûrement tous ceux qui sympathisent avec sa mission de bénédiction et avec son esprit d’amour salueront joyeusement chaque indice et sa venue comme l’approche de " la grande joie qui sera pour tout le peuple !".

 

Voyez le Seigneur, Glorieux Vainqueur, Marcher de conquête en conquête.

 

Heureux est celui-Qui vit aujourd’hui Témoin de ce beau jour de fête.

 

Semblable au torrent. En tous lieux s’étend, Chaque jour la bonne nouvelle.

 

Ta puissante voix Jésus à tes lois-Soumet le coeur le plus rebelle.

Chapitre VII—LA PERMISSION DU MAL ET SON RAPPORT AVEC LE PLAN DE DIEU

 

A123

 

Pourquoi le mal fut permis. -Ce qui est juste et ce qui est faux comme principes. -Le sens moral. -Dieu permit le mal et le dirigera pour le bien. -Dieu n’est point l’auteur du péché. -L’épreuve d’Adam n’était point un jeu. -Sa tentation était sérieuse. -Il pécha volontairement, de propos délibéré. -Le châtiment du péché n’est point injuste, ni trop sévère. -La sagesse, l’amour et la justice se manifestant dans la condamnation de tous en Adam. -La loi de Dieu est universelle.

 

Le Mal est ce qui produit du malheur ; toute chose qui, directement ou indirectement, cause une souffrance quelconque, -Lexique anglais de Webster. Et d’après Boiste, lexicographe français, -le mal est le contraire du bien, tout ce qui nuit et cause de la douleur. C’est pourquoi, en traitant ce sujet, se pose non seulement cette Question:qu’en est-il de toutes ces maladies, douleurs, peines, faiblesses, et de la mort de l’humanité ? Mais il est nécessaire d’aller plus loin que tout cela et d’examiner la cause primitive, -le péché, -et son remède. Puisque le péché est la cause de tout le mal, son éloignement est le seul remède pour guérir la maladie d’une manière radicale. Aucune difficulté, peut-être, ne se présente plus fréquemment à l’esprit du penseur que ces Questions:pourquoi Dieu permet-il le règne actuel du mal ? Pourquoi Dieu permit-il à Satan de se glisser auprès de nos premiers parents pour les tenter, après les avoir créés droits et parfaits ? Ou bien, pourquoi permit-il que l’arbre de la connaissance

 

A124

 

du bien et du mal, eût sa place parmi tous les autres qui avaient été donnés à l’homme pour en manger le fruit ? Malgré toute tentative pour l’éluder, la question suivante se pose toujours:-Dieu n’aurait-il pas pu prévenir toute possibilité de la chute de l’homme ? La difficulté vient indubitablement de ce que l’on ne comprend pas le plan de Dieu. Certainement Dieu aurait pu empêcher l’entrée du péché, mais le fait qu’il ne le fit pas devrait nous être une preuve suffisante que la permission présente du mal est destinée à aboutir finalement à un salut d’autant plus grand. Si l’on examinait les plans de Dieu dans leur intégralité, on verrait combien le chemin suivi était sage. On Demande:dieu, à qui toutes choses sont possibles, ne pouvait-il pas intervenir à temps pour empêcher l’accomplissement des desseins de Satan ? Sans doute il l’aurait pu ; mais une intervention de ce genre aurait empêché l’accomplissement de ses propres projets. Son but était de manifester la perfection, la majesté et la juste autorité de sa loi, et de montrer à la fois à l’homme et aux anges les funestes conséquences qui proviennent de sa violation. Du reste, il y a des choses qui, d’après leur propre nature, sont même impossibles à Dieu, comme les Ecritures le rapportent: " Il est impossible que Dieu mente "( Hébr. 6:18). " Il ne peut se renier soi-même "( 2 Tim. 2:13). Il ne peut commettre l’injustice, et voilà pourquoi il ne pouvait choisir que le meilleur et le plus sage des plans pour introduire ses créatures dans la vie, lors même que notre vue bornée ne peut discerner, pendant un certain temps, les sources cachées de la sagesse infinie. Les Ecritures déclarent que toutes choses furent créées par la volonté et pour le plaisir de Dieu (Apoc. 4:11), pour le plaisir de dispenser ses bénédictions et d’exercer les qualités de son être glorieux. Et si, dans l’accomplissement

 

A125

 

de ses bienveillants desseins, il permet au mal et aux ouvriers d’iniquité d’y jouer un rôle actif pendant un certain temps, ce n’est pas pourtant par amour du mal, ou parce que lui-même serait d’accord avec le péché ; car il déclare qu’il " n’est point un Dieu qui prenne plaisir à la méchanceté "( Ps. 5:5). Quoique opposé au mal à tous égards, Dieu le permet ou le tolère (c’est à dire qu’il ne l’empêche pas) pour un certain temps, parce que sa sagesse a trouvé un chemin sur lequel ses créatures trouveront une leçon durable et de grande valeur. C’est une vérité évidente en elle-même qu’il existe pour chaque principe juste un principe injuste correspondant, comme par exemple, vérité et fausseté, amour et haine, justice et injustice. Nous désignons ces principes (ou notions) opposés par juste et injuste ou aussi par bon et mauvais, toujours d’après l’effet qu’ils produisent quand ils sont mis en activité. Nous nommons un principe juste, celui qui est bienfaisant et produit finalement de l’ordre, de l’harmonie et du bonheur ; et nous nommons son opposé, celui qui ne produit que de la discorde, du malheur et de la destruction, un principe injuste. Le résultat de ces principes en action est ce que nous nommons bon et mauvais, ou bien et mal ; et nous nommons vertueux ou pécheur, l’être intelligent qui est capable de discerner le bon principe du mauvais et qui se laisse gouverner volontairement par l’un ou par l’autre. Cette faculté de pouvoir discerner entre bons et mauvais principes est appelée le sens moral ou la conscience. C’est par ce sens moral, que Dieu nous a donné, que nous sommes capables de juger Dieu et de reconnaître qu’il est bon. C’est à ce sens moral que Dieu en appelle toujours pour prouver sa justice et sa droiture ; et c’est en vertu du même sens moral qu’ Adam pouvait juger que le péché ou l’InjustIce est quelque chose de mauvais, même avant de

 

A126

 

connaître toutes ses conséquences. Les rangs inférieurs des créatures de Dieu ne sont pas doués de ce sens moral. Un chien a quelque peu d’intelligence, mais non à ce degré, quoiqu’il puisse apprendre que certaines actions méritent l’approbation et la récompense de son maître et certaines autres sa désapprobation. Il pourrait dérober ou tuer, mais on ne pourrait pas l’appeler un pécheur ; ou bien il pourrait protéger la vie et la propriété, mais on ne pourrait pas l’appeler vertueux, -parce qu’il ignore la qualité morale de ses actions. Dieu aurait pu créer le genre humain dépourvu de la faculté de distinguer entre ce qui est juste et ce qui est injuste, ou seulement capable de discerner ce qui est juste et de l’accomplir ; mais cela n’aurait rien été d’autre que de faire simplement une machine vivante et non une ressemblance de son Créateur. Ou bien il n’avait qu’à faire l’homme parfait avec un libre arbitre, comme il le fit, et le préserver de la tentation de Satan. Mais dans ce cas, l’expérience de l’homme étant limitée au bien, il aurait été continuellement exposé aux suggestions du mal du dehors et à l’ambition du dedans, ce qui aurait rendu son avenir incertain à travers toute l’éternité, car la possibilité d’un éclat de désobéissance et de désordre aurait toujours subsisté ; en outre, le bien n’aurait jamais été si pleinement apprécié que dans son contraste avec le mal. Dieu familiarisa premièrement ses créatures avec le bien en les entourant de sa bonté en Eden ; ensuite, comme salaire de la désobéissance, il leur donna une pénible expérience du mal. Chassées d’Eden et privées de communion avec lui, Dieu les laissa éprouver la maladie, les douleurs et la mort, afin qu’elles sachent à tout jamais ce que c’est que le mal, combien le péché est nuisible et criminel. En comparant les conséquences de ces deux principes, Adam et Eve les comprirent et les jugèrent ;" et l’Eternel

 

A127

 

Dieu Dit:voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, sachant le bien et le mal "( Gen. 3:22). Ses descendants participent à cette connaissance, sauf qu’ils acquièrent premièrement la connaissance du mal et qu’ils ne pourront comprendre pleinement ce qui est bon que lorsqu’ils en feront l’expérience au Millenium, comme résultat de leur Rédemption par Celui qui, alors, sera leur juge et leur roi.

 

Le sens moral, ou le discernement du juste et de l’injuste, et la liberté de s’en servir, qu’Adam possédait, furent des traits importants de sa ressemblance avec Dieu. La loi de ce qui est juste et de ce qui est injuste était écrite dans le sein de sa nature:elle en formait une partie comme elle forme une partie de la nature divine. Mais n’oublions pas que cette image ou ressemblance avec Dieu, cette nature de l’homme en laquelle la loi était originairement gravée, a perdu beaucoup de la netteté de son empreinte par l’influence dégradante et l’action délétère du péché ; elle n’est donc plus maintenant ce qu’elle fut dans le premier homme. La faculté d’aimer implique la faculté de haïr ; voilà pourquoi nous pouvons en conclure que le Créateur ne pouvait former l’homme à son image avec le pouvoir d’aimer et de faire ce qui est juste, sans la faculté correspondante de haïr et de faire le mal. Cette liberté de choix, nommée libre ou franc arbitre, est une partie de la dotation originelle de l’homme ; et cela, joint à ses pleines facultés intellectuelles et morales, en fait une image de son Créateur. Aujourd’hui, après six mille ans de dégradation, l’homme s’est éloigné à tel point de l’image originelle par le péché, qu’il n’est plus libre, mais lié plus ou moins par le péché et ses suites funestes, en sorte que le péché est maintenant plus familier et plus agréable à la race déchue, que la justice. Il est évident que Dieu aurait pu donner à Adam une impression plus vive des suites désastreuses du péché, ce

 

A128

 

Qui l’en aurait détourné ; mais Dieu savait, croyons-nous, qu’une expérience actuelle du mal était la plus sûre et la plus durable leçon, pour servir éternellement à l’homme ; et c’est pour cette raison que Dieu ne prévint pas le mal, mais laissa à l’homme la liberté de faire le choix et d’en sentir les conséquences. Si le mal n’avait jamais été posé en face de l’homme, il n’aurait pu lui résister, et alors il n’y aurait eu ni vertu ni mérite dans sa droiture et sa justice. Dieu demande des adorateurs qui l’adorent en esprit et en vérité. Il préfère de beaucoup une obéissance intelligente et volontaire à un service ignorant et machinal. Il avait déjà des forces inanimées et machinales en activité pour l’accomplissement de sa volonté ; mais maintenant son intention était de créer une chose plus noble, une créature intelligente faite à son image, un seigneur sur la terre, seigneur dont la justice et la loyauté seraient basées sur la juste appréciation de ce qui est juste ou injuste, bien ou mal. Les principes " juste " et " injuste " ont toujours existé, comme principes, et existeront toujours ; et il faut que toutes les créatures parfaites et intelligentes, faites à l’image de Dieu, soient libres de choisir l’un ou l’autre, quoique le principe " juste " continue à être seul actif pour toujours. Les Ecritures nous enseignent que lorsque le principe " injuste " aura été assez longtemps en oeuvre pour accomplir les desseins de Dieu, il cessera à jamais d’être agissant, et aussi que tous ceux qui continuent à se soumettre à son influence cesseront à jamais d’exister (1 Cor. 15:25, 26 ; Hébr. 2:14). La pratique de la droiture et de la justice, et les hommes de bien seuls continueront à exister pour toujours. Mais la question se présente sous une autre forme. L’homme ne pouvait-il pas être instruit du mal de quelque autre façon que par l’expérience ? Il y a quatre sortes de

 

A129

 

moyens de connaître une chose:par l’intuition (la connaissance immédiate), par l’observation, par l’expérience et par l’instruction ; cette dernière doit naturellement provenir d’une source reconnue comme positivement véridique. Une connaissance intuitive serait une conception directe, sans la méthode de raisonnement ou la nécessité d’une preuve. Une telle connaissance n’appartient qu’au divin Jéhovah, la source éternelle de toute sagesse et de toute vérité, qui, de nécessité et de par la nature des choses mêmes, est infiniment supérieur à toutes ses créatures. Voilà pourquoi la connaissance que l’homme eut du bien et du mal ne pouvait être intuitive. Il aurait aussi pu parvenir à cette connaissance par l’observation, mais en ce cas une apparition quelconque du mal eût été nécessaire, pour que l’homme en puisse observer les conséquences. Cela présumerait la permission du mal quelque part, parmi certains êtres ; et pourquoi pas tout aussi bien parmi les hommes et sur la terre, que parmi d’autres êtres, ailleurs ? Et pourquoi l’homme n’aurait-il pas fourni lui-même l’expérience pour son instruction et celle des anges et pour gagner ainsi sa connaissance par l’expérience pratique ? Ainsi en est-il ; l’homme acquiert l’expérience par la pratique et en fournit en même temps une illustration à d’autres êtres, il " sert de spectacle aux anges. "- 1 Cor. 4:9. Adam possédait déjà une Connaissance du mal par l’instruction, mais cela ne suffisait pas. Adam et Eve connurent Dieu comme leur Créateur, et partant comme le seul qui eût le droit de les gouverner et de leur commander. Dieu avait dit de l’arbre défendu: " Au jour que tu en mangeras, tu mourras de mort. " A partir de ce moment ils avaient une connaissance théorique du mal, mais ils n’en avaient jamais observé ni subi les effets pratiques. A défaut d’expérience ils ne pouvaient donc pas comprendre au juste l’autorité pleine d’amour de leur Créateur et de sa

 

A130

 

loi bienfaisante, ni les dangers contre lesquels elle devait les garantir. Ainsi ils cédèrent à la tentation que Dieu permit, mais dont il connut d’avance, dans sa sagesse, l’utilité définitive. Bien peu de gens comprennent le sérieux de la tentation qui fit tomber nos premiers parents, et la justice de Dieu appliquant une peine si sévère à une chose qui, à plusieurs, semble être une transgression bien légère. Mais un peu de réflexion l’expliquera. Les Ecritures nous racontent la simple histoire où la femme, comme étant la plus faible, fut séduite, et devint ainsi transgresseur. Son expérience et sa connaissance de Dieu étaient encore plus limitées que celles d’Adam, car Adam fut créé le premier, et Dieu lui avait déclaré directement avant la création d’Eve, ce que serait le châtiment du péché, tandis qu’Eve doit avoir reçu son instruction d’Adam. Lorsqu’elle prit du fruit, Eve avait cru aux paroles trompeuses de Satan ; elle n’eut aucunement l’idée que, par cet acte, elle avait perdu son droit à la vie, bien qu’elle dût avoir quelques craintes et le sentiment que tout n’était pas bien. Mais, quoique trompée, Paul la déclare coupable de transgression. Elle était responsable de son action, mais sans être aussi coupable que si elle eût péché avec une plus grande lumière. A l’inverse d’Eve, Adam, comme nous le savons (1 Tim. 2:14), ne fut pas séduit ; conséquemment il doit avoir commis la transgression avec une connaissance plus entière du péché et de son châtiment, sachant et croyant qu’il mourrait. Nous pouvons voir facilement ce que fut la tentation qui fit qu’il n’hésita pas d’encourir ainsi la peine prononcée. Rappelons-nous qu’ils étaient des êtres parfaits, faits à l’image et à la ressemblance de leur Créateur ; l’élément divin de l’amour envers sa chère compagne, la femme parfaite, doit s’être développé d’une façon très marquée

 

A131

 

dans l’homme Parfait:adam eut sans doute la certitude de la mort future d’Eve et par conséquent de sa perte (et cela sans espoir de recouvrement, puisqu’une telle espérance n’avait pas encore été donnée), et, dans son désespoir il préféra ne pas vivre sans elle. Estimant que, sans Eve, sa vie serait malheureuse et sans valeur, il participa volontairement à son acte de désobéissance, afin de partager aussi le châtiment avec elle, la mort, dont il supposa probablement qu’elle demeurait sur sa compagne. Les deux furent, suivant Paul, responsables de " la transgression "( Rom. 5:14 ; 1 Tim. 2:14) ; Adam et Eve n’étant qu’une seule chair et non " deux ", Eve eut sa part de la sentence qu’elle avait aidé à amener sur Adam. -Rom. 5:12, 17-19. Après lui avoir donné le droit de choisir librement, Dieu prévit non seulement que l’homme, par manque d’une pleine compréhension du péché et de ses suites, accepterait le mal, mais il prévit de même qu’une fois familiarisé avec le mal il continuerait à le choisir, parce que cette connaissance corromprait sa disposition morale au point que le mal lui deviendrait peu à peu plus agréable et plus désirable que le bien. Malgré cela, Dieu résolut de permettre le mal parce que-ayant déjà pourvu au remède pour la délivrance de l’homme des conséquences du mal-il prévit que l’expérience conduirait l’homme à la pleine compréhension du péché " excessivement pécheur. "( Seg. et Laus.) et de l’éclat sublime et sans pareil de la vertu, en contraste avec le péché ;- et qu’ainsi il apprendrait à aimer et à honorer de plus en plus son Créateur, qui est la cause de la source de tout bonheur, et à éviter pour toujours ce qui apporta tant de malheur et de misère. Ainsi le résultat final sera un plus grand amour pour Dieu et une plus grande haine contre tout ce qui est opposé à sa volonté, et partant un rétablissement plus ferme dans l’état

 

A132

 

de justice éternelle de tous ceux qui veulent profiter des leçons que Dieu donne maintenant par la permission du péché et des maux qui l’accompagnent. On devrait cependant faire une grande distinction entre le fait incontestable que Dieu permit le péché, et l’erreur grave de quelques-uns qui accusent Dieu d’être l’auteur et l’instigateur du péché. Cette opinion est à la fois blasphématoire et en contradiction avec les faits présentés dans les Ecritures. Ceux qui tombent dans cette erreur, le font ordinairement dans le désir de trouver un autre plan de salut que celui que Dieu prévit par le sacrifice expiatoire du Christ. S’ils réussissent à se convaincre eux-mêmes et à en convaincre d’autres que Dieu est responsable de tout péché, de tout acte d’iniquité et de tout crime (1), et que l’homme comme un instrument innocent fut forcé de succomber au péché, alors ils ont frayé le chemin à la théorie qu’il n’était besoin d’aucun sacrifice pour nos péchés, ni de miséricorde en aucune façon, mais simplement et seulement de la Justice.

 

——

 

(1) Deux passages de l’Ecriture (Esaïe 45:7 et Amos 3:6) sont employés pour soutenir cette théorie, mais par une fausse interprétation des mots adversité et malheur dans ces deux textes:le péché est toujours un mal mais un malheur n’est pas toujours un péché. Un tremblement de terre, une conflagration, une inondation ou une peste seraient des calamités ou des maux ; mais aucun d’eux ne serait un péché. Le mot adversité dans le premier texte signifie calamité dans le sens de malheur. Le même mot hébreu [ra] est aussi traduit par angoisse dans Ps. 107:26 ; par malheur dans Jér. 51:2 ; par misère dans Néh. 2:17 ; Ps. 107:39 ; par calamité dans Ps. 41:1 ; 141:5 ; Eccl. 7:14 ; Jér. 48:16 ; par afflictions dans 1 Sam. 10:19 ; et par plusieurs autres mots en d’autres endroits qui se rapportent tous au malheur, mais non pas au péché. Dans Esaïe 45:7 (" Je suis l’Eternel, qui forme ta lumière et qui crée les ténèbres, qui fais ta paix et qui crée l’adversité... ") et Amos 3:6 (" Y aura-t-il quelque malheur dans la ville que l’Eternel ne l’ait fait ?"), l’Eternel voulait rappeler aux Israélites l’alliance faite avec ce peuple comme nation, -que s’ils obéissaient à ses lois il les bénirait et les protégerait contre les calamités qui surviennent d’ordinaire à tout le monde, mais que s’ils l’abandonnaient il leur enverrait les calamités (maux) comme châtiments. Voyez Deut. 28:1-14, 15-32 ; Lév. 26:14-16 ; Josué 23:6-11, 12-16. Toutefois, quand des calamités de cette nature survenaient aux Israélites, ces derniers les considéraient plutôt comme des accidents et non comme des châtiments. De là, les déclarations des prophètes que ces calamités venaient de l’Eternel pour leur correction à cause de l’alliance qu’il avait faite avec eux. Il est absurde de se servir de ces passages pour prouver que Dieu est l’auteur du péché, car ils ne se rapportent pas du tout au péché.

 

A133

 

Non contents de cela, ils posent encore le fondement d’une autre partie de leur théorie fausse ; l’universalisme [doctrine du salut final de tous les hommes et même du diable], prétendant que, comme Dieu fut la cause du péché et de la méchanceté en tous, il sera aussi la cause de la délivrance de tout le genre humain, du péché et de la mort. Et tout en affirmant que Dieu voulut le péché et en fut la cause et que personne ne peut lui résister, ils prétendent que, pareillement, lorsqu’il voudra la justice, tous seront incapables de lui résister. Mais en tout raisonnement pareil, la plus noble qualité de l’homme, son libre choix, un des traits les plus frappants de sa ressemblance avec son Créateur, est entièrement mis de côté ; l’homme est ainsi théoriquement abaissé au rôle d’une simple machine qui ne marche que lorsqu’elle est mise en mouvement. Si c’était le cas, l’homme serait même inférieur aux insectes, au lieu d’être le seigneur de la terre ; car les insectes ont indubitablement le pouvoir de choisir. Même à la petite fourmi, il fut donné un pouvoir de volonté que l’homme par sa puissance plus grande peut bien contrecarrer, mais qu’il ne peut détruire. Il est vrai que Dieu a le pouvoir de contraindre l’homme au péché ou à la justice, mais sa parole déclare qu’il est loin d’avoir de telles intentions. Il ne pourrait pas conséquemment forcer l’homme au péché, par la même raison " qu’il ne peut se renier lui-même ". Une telle conduite serait incompatible avec son caractère juste ; ce serait par conséquent une impossibilité. Et il ne demande ta vénération et l’amour que de ceux qui l’adorent en esprit et en vérité. C’est dans ce but que Dieu donna à l’homme la libre volonté semblable à la sienne, et il désire qu’il choisisse la justice. La permission donnée à l’homme de choisir pour lui-même, le conduisit à la perte de la communion divine, de la grâce, des bénédictions et de la vie. Par son

 

A134

 

expérience du péché et de la mort, l’homme apprit pratiquement ce que Dieu avait offert de lui enseigner théoriquement, sans l’expérience du péché et de ses conséquences. La prescience de Dieu concernant ce que l’homme ferait, ne doit pas être invoquée pour rabaisser l’homme à un être purement machinal ; loin de là, elle prouve plutôt en faveur de l’homme ; car Dieu, prévoyant la détermination que l’homme prendrait, si le choix lui était laissé, ne l’empêcha pas de goûter le péché et ses suites amères, mais il commença tout de suite par procurer un moyen pour racheter l’homme de sa première transgression, en pourvoyant à un rédempteur, un grand Sauveur, qui fut capable de sauver à jamais tous ceux qui veulent retourner à Dieu par lui. C’est pour cet effet, -pour que l’homme ait un libre arbitre et qu’il puisse en profiter lorsque, dans sa première chute, il en abusa en désobéissant à la volonté du Seigneur, -que Dieu a pourvu non seulement à une rançon pour tous, mais a aussi voulu que l’occasion d’une réconciliation avec lui, fût offerte et indiquée à tous au temps déterminé. -1 Tim. 2:3-6. La sévérité du châtiment n’était point une manifestation de haine et de mauvaise volonté de la part de Dieu, mais elle fut le résultat nécessaire et inévitable du mal, que Dieu permit à l’homme de goûter et de connaître de cette façon. Dieu peut conserver une existence aussi longtemps qu’il le juge convenable, même malgré le pouvoir destructif du mal agissant ; mais il est tout aussi impossible à Dieu de laisser subsister une telle vie éternellement qu’il lui est impossible de mentir. C’est dire que cela est moralement impossible. Une telle vie ne pourrait que devenir de plus en plus une source de malheurs pour elle-même et pour d’autres. Mais Dieu est trop bon pour tolérer une existence qui serait aussi inutile que nuisible à elle-même et à d’autres ; et, retranchée de toute communication

 

A135

 

Avec sa source, la vie ne saurait subsister et la destruction, conséquence naturelle du mal, s’ensuivrait. La vie est une faveur, un don de Dieu, et ce n’est que pour celui qui lui obéit qu’elle durera éternellement. Aucune injustice n’est faite à la postérité d’Adam, quoi, que Dieu n’ait pas accordé à chacun une épreuve individuelle. Jéhovah n’était en aucun sens obligé de nous donner la vie, et après nous avoir appelés à l’existence, il n’était engagé par aucune loi d’équité ou de justice à nous procurer la vie éternelle, ni même à nous donner une épreuve sous promesse de vie éternelle à la condition que nous fussions obéissants. Remarquez bien ce point. La vie présente, qui, du berceau à la tombe, n’est qu’un acheminement vers la mort, est, malgré tous ses maux et tous ses mécomptes, une grâce, un bienfait, même s’il n’existait aucune vie future. La grande majorité pense ainsi, et les exceptions (les suicides) sont relativement peu nombreuses ; les malheureux qui s’ôtent la vie ne peuvent être rendus responsables-les cours de justice l’ont déclaré bien des fois-à cause de leur état mental, car autrement ils ne s’enlèveraient pas eux-mêmes les biens de cette vie. Du reste, tous les enfants d’Adam auraient probablement agi comme lui en de pareilles circonstances. Plusieurs sont ancrés dans l’idée erronée que Dieu a placé notre race à l’épreuve pour la vie avec l’alternative de tourments éternels, tandis qu’il n’est fait aucune allusion de ce genre dans la menace de la punition. La grâce ou le bienfait de Dieu pour ses enfants obéissants est la vie, -une vie continue ; sans douleurs, sans maladies, et dégagée de tout autre élément de décadence et de mort ; Adam a participé pleinement à cette bénédiction, mais il fut averti qu’il serait dépouillé de ce " don " s’il commettait la faute de ne pas obéir à Dieu. - " Au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement ". Il ne savait rien

 

A136

 

d’une vie de tourments qui serait le châtiment du péché. La vie éternelle n’est promise nulle part à personne qu’à celui qui obéit à Dieu. La vie est la récompense de Dieu, et la mort, l’opposé de la vie, est la peine qu’il a prononcée. Les tourments éternels ne sont mentionnés nulle part dans l’Ancien Testament ; on les a déduit d’une façon spécieuse, de quelques rares expressions du Nouveau Testament, qui se trouvent soit parmi les représentations symboliques de l’Apocalypse, soit parmi les paraboles et les discours obscurs de notre Seigneur, qui ne furent point compris par le peuple qui les entendait (Luc 8:10) et qui, apparemment, ne sont guère mieux compris aujourd’hui (1). " Le salaire du péché, c’est la mort "( Rom. 6:23). " L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra ".- Ez. 18:4. Il y en a qui ont émis l’idée que l’on peut soupçonner Dieu d’avoir été injuste en condamnant tout le genre humain pour le péché d’Adam, au lieu d’accorder à chacun, comme à Adam, l’occasion d’obtenir la vie éternelle. Mais qu’objecteront les partisans de cette théorie, si on leur démontre que l’occasion et l’épreuve du monde pour la vie, seront bien plus favorables que ne le furent celles d’Adam, et que c’est précisément la raison pour laquelle Dieu adopta le plan d’éprouver tous les hommes représentativement en Adam et de les condamner tous à cause de sa désobéissance ? Nous croyons que c’est le cas et nous allons essayer de le démontrer. Dieu nous dit que comme la condamnation passa sur tous en Adam, ainsi il a pourvu à un nouveau chef, père ou procureur de vie pour la race, en lequel tous peuvent être ramenés au moyen de la foi ; et que comme en Adam tous participent à la peine de mort, ainsi en Christ tous

 

——

 

(1) Voyez la brochure: " Ce que nous trouvons dans l’Ecriture au sujet de l’Enfer ", 20 cts, franco de port.

 

A137

 

participeront à la bénédiction de vie, étant justifiés par la foi en son sang (Rom. 5:12, 18, 19). Ainsi envisagée, la mort de Jésus, seul innocent et sans péché, fut une compensation complète du péché d’Adam. De même qu’un homme pécha et qu’en lui tous participent à sa malédiction, de même Jésus, ayant payé la rançon de ce seul pécheur, racheta non seulement Adam, mais toute sa postérité-tout homme-qui a hérité de ses faiblesses, de ses péchés, et qui participe à son châtiment qui est la mort. Notre Seigneur, " l’homme Christ Jésus ", sans tache, approuvé et possédant en lui-même une semence ou race parfaite, non née, mais, comme lui, pure et sans péché, donna tout ce qu’il avait d’existence et de droits humains comme le prix de rançon, l’équivalent pour Adam et la race ou semence qui étaient en lui quand il fut condamné. Ayant ainsi pleinement racheté la vie d’Adam et celles de ses descendants, Christ fait l’offre d’adopter comme sa semence, ses enfants, tous ceux de la race d’Adam qui veulent accepter les termes de sa nouvelle Alliance et ce faisant par la foi entrer dans sa famille-la famille de Dieu-pour recevoir la vie éternelle. C’est de cette manière que le Rédempteur " verra sa postérité [autant d’enfants d’Adam qu’accepteront l’adoption, selon les conditions fixées] et prolongera ses jours [dans la résurrection à une nature plus haute que la nature humaine, nature qui lui sera donnée par le Père comme récompense pour son obéissance] "; et tout cela d’une manière presque invraisemblable, -par le sacrifice de sa vie et de sa postérité. Ainsi il est écrit: " Comme dans Adam tous meurent, de même aussi dans le Christ tous seront rendus vivants ".- 1 Cor. 15:22. -Laus. Le préjudice que nous souffrîmes par la chute d’Adam (nous ne souffrîmes point d’injustice) sera pleinement réparé par la grâce de Dieu dans le Christ ; et tous, tôt ou tard (au " propre temps " de Dieu), auront une occasion

 

A138

 

favorable d’être rétablis dans la situation dont Adam jouissait avant qu’il eût péché. Ceux qui, dans le temps présent, ne reçoivent point une connaissance entière et une pleine jouissance de cette grâce de Dieu par la foi (c’est la grande majorité, y compris les païens et les enfants), recevront ces biens assurément dans l’âge prochain, -le " monde à venir " qui suivra celui-ci. C’est afin de parvenir à cette connaissance et à cette jouissance des bontés de Dieu, que " tous ceux qui sont dans les sépulcres... sortiront ". Comme tous les hommes sont pleinement instruits des bienfaits de la rançon payée par Jésus et en feront pleinement l’expérience, chacun d’eux sera considéré comme mis à l’épreuve de nouveau, tel qu’Adam ; et de nouveau l’obéissance procurera la vie durable, éternelle, et la désobéissance la mort durable, -la mort seconde. Une obéissance parfaite ne sera cependant exigée d’aucun de ceux qui n’auront pas atteint la capacité parfaite. Sous la " nouvelle Alliance ", durant cet âge, la justice du Christ est imputée par la foi à l’Eglise ; elle sera imputée à " quiconque veut " du monde durant l’âge du Millénium, pour suppléer aux défauts inévitables des faiblesses de la chair. La perfection morale absolue ne sera point exigée avant que la perfection physique soit atteinte (ce qui sera le privilège de tous avant la fin de l’âge du Millénium). La différence entre cette épreuve, résultat de la rançon, et celle d’Eden, consistera en ce que dans cette épreuve les actions de chacun n’affecteront ou ne concerneront que son propre avenir. Mais ne serait-ce pas là donner une seconde opportunité à quelques-uns de la race ? Réponse:la première occasion offerte d’attendre la vie éternelle fut perdue par la désobéissance du père Adam pour lui et pour tous ses descendants " encore dans ses reins ". Sous cette première épreuve " la condamnation vint sur tous les hommes "; et maintenant, après qu’ils auront réalisé la culpabilité excessive

 

A139

 

du péché et ressenti l’amertume du châtiment, une occasion sera, c’est là le plan divin et le fruit de l’£uvre rédemptrice de Christ, accordée à Adam et à tous ceux qui perdirent la vie par sa faute, de retourner à Dieu par la foi dans le Rédempteur. Si quelqu’un veut appeler cette possibilité de parvenir à la vie une " seconde occasion ", soit ; c’est certainement la seconde occasion d’Adam, et dans un certain sens aussi celle de toute la race rachetée. Mais, d’autre part, cette occasion est la première occasion individuelle pour tous les descendants d’Adam, qui, lorsqu’ils naquirent, furent déjà sous la condamnation. Première ou seconde occasion, les faits restent les mêmes ; c’est à dire par la désobéissance d’Adam tous furent condamnés à la mort et tous recevront (dans cette vie ou dans celle à venir) une pleine occasion de remporter la vie éternelle dans les conditions favorables de la nouvelle Alliance. C’est ce que les anges ont déclaré être " une bonne nouvelle de grande joie qui sera pour tout le peuple " et ce dont Paul parle lorsqu’il dit:le témoignage de cette grâce de Dieu-que Jésus se donna lui-même, une rançon pour tous doit être donné à tous au " propre temps "( Rom. 5:17-19 ; 1 Tim. 2:4-6). Ce n’est pas Dieu, mais ce sont les hommes qui ont limité à l’âge de l’Evangile l’occasion de parvenir à la vie. Dieu, au contraire, nous dit que l’ère évangélique n’est désignée que pour le choix de l’Eglise, de la sacrificature royale, par le moyen de laquelle, dans un âge suivant, le monde parviendra à l’exacte connaissance de la vérité et pour s’assurer facilement la vie éternelle sous la nouvelle Alliance. Mais quel avantage y a-t-il dans cette manière d’agir ? Pourquoi ne pas donner de prime abord à chacun une occasion individuelle d’obtenir la vie, sans le long procès de l’épreuve et de la condamnation d’Adam, la participation de ses descendants dans sa condamnation, la rédemption

 

A140

 

de tous par le sacrifice de Christ et l’offre nouvelle à tous de la vie éternelle à la suite des conditions de la nouvelle Alliance. Puisque le mal devait être permis à cause du libre arbitre de l’homme, à quoi bon un tel détour ? Pourquoi permettre tant de misère frappant tant d’hommes qui, finalement, recevront la récompense de la vie en leur qualité d’enfants de Dieu obéissants ? Voilà bien le point capital sur lequel se concentre l’intérêt de ce sujet. Suivez bien ces raisonnements. Si Dieu avait ordonné différemment la propagation de l’espèce humaine, de sorte que les enfants ne participent pas aux conséquences des péchés de leurs parents, -les faiblesses mentales, morales et physiques, -et si Dieu l’avait disposée de manière à ce que tous aient une occasion paradisiaque pour leur épreuve, et que les transgresseurs seuls fussent condamnés et eussent leur vie " retranchée "( gr. kolasis), combien croyez-vous que, dans toutes ces conditions favorables, il s’en serait trouvé qui fussent dignes de la vie et combien d’indignes ? Si l’on prend comme critérium l’exemple d’Adam (qui était bien le représentant de l’humanité parfaite), il faut conclure qu’aucun ne se serait trouvé parfaitement obéissant et digne, faute de la connaissance nécessaire de Dieu et de ses lois. -Nous sommes certains que c’est " par la connaissance [que le Fils avait] de lui [du père] " qu’il fut capable de lui obéir et de se confier en lui implicitement (Esaïe 53:11). -Mais supposons qu’un quart de la race conquière la vie, ou même plus, une moitié ; et que l’autre moitié encoure le salaire du péché, -la mort. Qu’arriverait-il alors ? Cette moitié qui aurait été obéissante et qui n’aurait jamais éprouvé ou considéré le péché, ne pourrait-elle pas ressentir à perpétuité une curiosité pour les choses défendues, ne serait-elle pas retenue uniquement par la crainte de Dieu et de la punition ? Ceux qui auraient obéi

 

A141

 

ne se prêteraient pas aussi volontairement au plan de Dieu que ceux qui, connaissant le bien et le mal, auraient une compréhension très nette des desseins du Créateur qui a fait des lois régissant aussi bien son propre but à Lui (ou son procédé) que celui de ses créatures. Puis considérez aussi la situation de la moitié des gens qui s’en iraient ainsi dans la mort, résultat de leur propre péché volontaire. Ils seraient perpétuellement retranchés de la vie, à moins que Dieu dans son amour ne se souvienne de ces créatures, oeuvres de ses mains, et ne pourvoie à une rançon pour elles. Mais encore, pourquoi agirait-il de la sorte ? Ce ne pourrait être que dans l’Espoir que si ces derniers étaient réveillés et éprouvés une seconde fois, quelques-uns d’entre eux, mettant à profit l’expérience acquise par le châtiment, choisiraient alors l’obéissance et la vie. A supposer, cependant, qu’un tel plan fût aussi bon dans ses résultats que celui suivi par Dieu, il pourrait donner lieu à de sérieuses critiques. Combien plus conforme à la sagesse de Dieu est la restriction du péché à certaines limites, telle qu’elle est présentée dans son plan ! Notre esprit borné peut reconnaître lui-même qu’il est bien préférable de n’avoir qu’une seule loi parfaite, laquelle déclare que le salaire du péché de propos délibéré, est la mort, -la destruction, le retranchement de la vie. Aussi Dieu limita le mal qu’il permit, en pourvoyant à ce que le règne millénaire du Christ accomplisse l’extinction totale du mal et de tous les méchants obstinés, et amène la justice éternelle, basée sur une pleine connaissance et sur l’obéissance parfaite et volontaire de la part d’êtres parfaits. Mais il y a encore deux autres objections au plan qui consiste à éprouver chaque homme séparément dès le commencement. Un Sauveur suffisait pleinement dans le plan

 

A142

 

que Dieu adopta, parce qu’un seul avait pêché et qu’un seul a été condamné (d’autres participèrent à sa condamnation). Mais si la première épreuve avait été une épreuve individuelle, et si une moitié de la race avait péché et avait été condamnée, cela aurait exigé le sacrifice d’un rédempteur pour chaque personne condamnée. Une vie non coupable pouvait sauver une vie coupable, mais rien de plus. Le seul parfait, " l’homme Jésus-Christ ", qui fit la rédemption de l’Adam déchu (et de notre perte par lui), ne pouvait être " une rançon [un prix correspondant] pour tous " par aucun autre procédé que celui adopté dans le plan de Dieu. Si nous supposions le nombre total d’êtres humains depuis Adam à cent milliards, et que nous admettions qu’une moitié seulement eût péché, cela nécessiterait la mort de tous les cinquante milliards d’hommes parfaits et obéissants afin de donner une rançon [un prix correspondant] pour les autres cinquante milliards de transgresseurs ; et ainsi par ce plan la mort passerait aussi sur tous les hommes. Et un tel plan entraînerait non moins de souffrance avec soi que celui qui est en voie de s’accomplir. La deuxième objection est qu’un plan pareil contrarierait gravement les desseins de Dieu relatifs à l’élection et à l’exaltation à la nature divine d’un " petit troupeau ", le corps du Christ, troupe dont Jésus est le chef et le Seigneur. Dieu ne pourrait point commander à bon droit aux cinquante milliards de fils obéissants de donner leurs droits, leurs privilèges et leur vie en rançon pour les pécheurs ; car d’après sa propre loi leur obéissance aurait acquis le droit à la vie éternelle. Si donc ces hommes parfaits étaient invités à devenir les sauveurs des déchus ou perdus, il faudrait que le plan de Dieu leur réservât, comme à Jésus, une certaine récompense spéciale, afin qu’ils puissent endurer le châtiment pour leurs frères, en vue de la joie offerte. Et si la même récompense leur était donnée, celle

 

A143

 

donnée à notre Seigneur Jésus, celle de participer à une nouvelle nature, -la divine, -d’être souverainement élevés au-dessus des anges, principautés, puissances et de tout nom qui se puisse nommer, -au plus près de Jéhovah (Eph. 1:20, 21) ; alors un nombre immense se trouverait sur le plan divin, ce qu’évidemment la sagesse de Dieu n’a jamais voulu. Encore, ces cinquante milliards, dans ces circonstances, seraient tous égaux l’un à l’autre et chacun, parmi eux, ne serait le Chef, tandis que le plan que Dieu adopta ne demande qu’un seul Rédempteur, un seul souverainement élevé à la nature divine puis un " petit troupeau " d’entre ceux que ce Rédempteur racheta, et qui " suivent ses traces " dans le renoncement de soi-même et dans la souffrance: ce sont ceux-là qui participeront à son nom, à son honneur, à sa gloire et à sa nature, de même qu’une femme participe à tout ce qui est de son époux. Ceux qui peuvent comprendre ce trait du plan de Dieu, qui, en condamnant tous en un seul représentant, ouvre le chemin de la rançon et de la restitution à tous par un seul Rédempteur, y trouvent la solution de maintes difficultés. Ils peuvent voir que la condamnation de tous en un seul homme fut précisément le contraire d’un préjudice ; c’était pour tous une grande faveur, si on l’envisage conjointement avec le plan de Dieu de justifier tous les hommes par le sacrifice d’un seul autre. Le mal sera exterminé pour toujours, sitôt le but de Dieu, qui toléra le mal, atteint, aussitôt que le bienfait de la rançon se sera étendu aussi loin que le châtiment du péché. Il est cependant impossible d’apprécier à sa juste valeur ce trait du plan de Dieu sans une connaissance très nette de la culpabilité du pêché et de la nature de son châtiment qui est la mort ; de l’importance et de la valeur de la rançon que notre Seigneur Jésus donna et du rétablissement complet et positif de

 

A144

 

l’individu dans des conditions favorables, suivant lesquelles il aura l’épreuve pleine et entière, avant que la récompense, -la vie durable, -ou le châtiment, -la mort durable, -lui soit adjugée. Quand on a bien compris le grand plan de la rédemption et le " rétablissement [conséquent] de toutes choses ", au moyen du Christ, on peut voir qu’il résulte de la permission du mal, des bénédictions qui n’auraient pu être obtenues d’aucune autre manière. Non seulement tous les hommes bénéficieront éternellement de l’expérience faite ; et les anges de l’observation de cette expérience ; mais tous auront encore l’avantage de connaître plus clairement le caractère de Dieu, tel que son plan le manifeste. Ce plan une fois tout à fait accompli, tous seront à même d’y lire distinctement sa sagesse, sa justice, son amour et sa puissance. Ils comprendront la justice qui ne pouvait pas violer le décret divin, ni sauver la race condamnée justement sans une annulation totale du châtiment par un Rédempteur de bonne volonté. ils comprendront l’amour qui pourvut à ce noble sacrifice et qui éleva souverainement le Rédempteur à la droite de Dieu, en lui donnant le pouvoir et l’autorité de restaurer la vie de ceux qu’il racheta par son précieux sang. Ils comprendront également la puissance et la sagesse qui furent capables de mettre à exécution une si glorieuse destinée pour toutes ses créatures et de contrôler ainsi toute influence opposée pour en faire des instruments aidant de gré ou de force à l’accomplissement final de ses desseins grandioses. Si le mal n’avait pas été permis et conséquemment dirigé par la Providence divine, nous ne pouvons voir comment ces résultats auraient été atteints. La permission du mal pour un certain temps, manifeste une sagesse qui s’étend très loin ; elle en embrasse le début, toutes les conséquences, ainsi que le remède ;

 

A145

 

elle marque même le résultat final de cette permission. Durant l’ère évangélique, le mal a servi encore à la discipline et à la préparation de l’Eglise. Si le mai n’avait pas été permis, le sacrifice du Seigneur Jésus et de son Eglise, dont la récompense est la nature divine, aurait été impossible. Il semble clair qu’il faut qu’en substance la même loi de Dieu, qui gouverne maintenant le genre humain, -l’obéissance à cette loi produit la vie et sa transgression la mort, -gouverne en définitive toutes les créatures intelligentes de Dieu:cette loi, comme Jésus l’a définie, est renfermée dans le seul mot, Amour.

 

" L’amour est la grandeur suprême, l’amour est la gloire du ciel, L’amour est le vrai diadème du Très Haut et d’Emmanuel. "

 

-"Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, de toute ta pensée et ton prochain comme toi-même. " Finalement, quand les conseils de Dieu auront été exécutés, la gloire du caractère divin se manifestera à toute créature intelligente, et la permission temporaire du mal sera reconnue comme ayant été une partie sage du gouvernement divin. Actuellement, cela ne peut se voir que par l’oeil de la foi ; en regardant en avant, par le moyen de la Parole, aux choses dont il est parié par la bouche de tous les saints prophètes dès la fondation du monde, savoir le rétablissement de toutes choses.

Chapitre VIII—LE JOUR DU JUGEMENT

 

A146

 

Opinion commune sur le jour du jugement. -Est-elle scripturaire ? Explication des termes " jugement " et " jour ".- Il est question de divers jours de jugement dans les Ecritures. -Le premier jour de jugement et ses résultats. -Un autre jour est fixé. -Le juge. -Le caractère du jugement qui vient. -Ressemblance et dissemblance du premier et du second jugement. -La responsabilité actuelle du monde. -Deux jugements intervenant et leurs buts. -Les vues sur le jugement qui vient diffèrent de beaucoup. -Comment les prophètes et les apôtres l’envisagèrent.

 

Dieu " a arrêté un jour auquel il doit juger selon la justice le monde universel, par l’homme qu’il a destiné pour cela "-" Jésus-Christ le Juste "." Car le Père ne juge personne ; mais il a donné tout jugement au Fils. "- Actes 17:31 ; 1 Jean 2:1 ; Jean 5:22. Une idée très vague et mal définie règne au sujet du jour du jugement. L’opinion acceptée en général est que Christ viendra sur la terre, qu’il s’assiéra sur un grand trône blanc et qu’il mandera saints et pécheurs en rang ou à la file devant lui pour être jugés, au milieu des grandes convulsions de la nature, -tremblements de terre, ouvertures de sépulcres, rochers se fendant et bouleversements de montagnes ; que le pécheur tremblant sera ramené des profondeurs de ses maux éternels tout exprès pour se faire reprocher ses péchés et pour retourner à son destin éternel et impitoyable ; que les saints seront amenés du ciel pour être témoins de la misère et du désespoir des condamnés,

 

A147

 

pour entendre encore une fois la confirmation de leur propre jugement et pour retourner ensuite au ciel. D’après la théorie dominante, tous ont reçu leur sentence et leur salaire lors de leur mort ; et ce jugement-ci, qui, pour éviter toute confusion, s’appelle communément le jugement général, est une pure répétition du premier, mais sans aucun but compréhensible, puisqu’on prétend qu’une décision finale et immuable fut prononcée lors de la mort. Tout le temps qu’on suppose être assigné à cette oeuvre stupéfiante de juger les milliards d’êtres qui ont vécu sur la terre, est un jour de vingt-quatre heures. Dans un discours récemment tenu dans le " tabernacle de Brooklyn ", on exposa l’opinion commune et on tâcha de donner un compte détaillé de l’oeuvre du jour du jugement, en démontrant qu’il s’accomplira dans les limites d’un simple jour, au sens littéral du mot. C’est une conception très raboteuse, qui est entièrement hors d’harmonie avec la parole inspirée. On l’a puisée dans une interprétation trop littérale de la parabole de notre Seigneur sur les brebis et les boucs (Matth. 25:31-46). Elle nous fournit un exemple de plus de l’absurdité qui consiste à vouloir imposer par la force une interprétation littérale à un langage figuré. Une parabole n’est jamais une expression exacte, mais simplement une illustration d’une vérité par un sujet qui y ressemble sous plusieurs rapports. Si cette parabole était une expression à la lettre de la manière dont le jugement sera dirigé, elle ne s’appliquerait point du tout à l’humanité, mais, ainsi qu’on le lit, à des brebis et à des boucs réels, au sens littéral du mot. Cherchons maintenant une interprétation plus scripturaire et plus raisonnable à l’égard de l’oeuvre et du résultat du grand Jour du Jugement que Dieu a arrêté ou fixé, interprétation avec laquelle doivent s’accorder et s’accordent toutes les conclusions raisonnables et scripturaires ainsi que les paraboles et les symboles.

 

A148

 

Le terme " jugement " signifie plus que rendre simplement un verdict. Il renferme l’idée d’une épreuve ainsi que d’une décision basée sur cette épreuve. Et cela est vrai non seulement du mot français " jugement ", mais aussi du mot grec krisis. Le terme " jour ", quoiqu’il soit utilisé plus fréquemment pour représenter l’espace de douze ou de vingt-quatre heures, signifie proprement dans les Ecritures, ainsi que dans l’usage commun, une période de temps déterminée ou spéciale. Ainsi l’on parle par exemple du jour de Noé, du jour de Luther, du jour de Washington ; et ainsi tout le temps de la création est appelé dans la Bible un jour. Nous lisons le " jour que Jéhovah Dieu fit la terre et les cieux "( Gen. 2:4), -pour une longue période définie ; le " jour de la tentation dans le désert ",- pour quarante ans (Héb. 3:8, 9) ; le " jour du salut "( 2 Cor. 6:2) ; nous lisons aussi le " jour de la vengeance " le " jour de la colère ", le " jour de la détresse ",- tout autant de termes appliqués à une période de quarante ans, à la clôture de l’âge judaïque et à une période semblable, à la clôture de l’âge évangélique. Plus loin nous lisons encore le " jour de Christ ", le " jour du jugement " et " ce jour-là ",- des termes applicables à l’âge millénaire, dans lequel le Messie régnera sur le monde et le gouvernera et le jugera selon la justice, lui accordant une nouvelle épreuve et prononçant sa sentence ; ainsi qu’il est écrit de cette période: " Il jugera le monde selon la justice, et son propre temps manifestera le bienheureux et seul souverain, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs "( Actes 17:31 ; 1 Tim. 6:15). Pourquoi a-t-on supposé que ce jour de jugement n’aura qu’une durée de douze ou de vingt-quatre heures, alors que, en d’autres cas semblables, on reconnaît la signification plus large du mot jour ? Cela dépasse la compréhension ; il faut croire que ce fut sous

 

A149

 

l’influence de la tradition, sans preuve et sans investigation indépendante. Celui qui consultera soigneusement un répertoire ou une table concordante complète des mots de la Bible par rapport au jour du jugement, et notera le genre et la somme de labeur qui s’accomplira durant cette période, sera convaincu tout de suite de l’absurdité de l’idée commune et de la nécessité de donner au terme jour une signification plus large. En même temps que les Ecritures parlent d’un jour de jugement ou d’épreuve encore futur et montrent que la masse de l’humanité aura, en ce jour-là, son épreuve complète et sa sentence finale, elles enseignent aussi que d’autres jours de jugement ont eu lieu, durant lesquels certaines classes élues furent éprouvées. Le premier grand jugement [épreuve et sentence] a eu lieu au commencement en Eden, lorsque toute la race humaine représentée dans sa tête, Adam, se trouvait à l’épreuve devant Dieu. Le résultat de cette épreuve fut le verdict:-coupable, désobéissant, indigne de vie ; et la punition infligée fut la mort: " Mourant tu mourras "( Gen. 2:17-selon Delitzsch et la trad. anglaise). Et de là:- " comme tous meurent en Adam. " Ce temps d’épreuve en Eden fut le premier jour de jugement du monde, et la décision du juge (Jéhovah) n’a été que renforcée depuis. " La colère de Dieu se révèle pleinement du ciel sur toute impiété et injustice. " Elle se voit lors de chaque procession funéraire ; toute pierre tumulaire en est un témoignage. Elle se fait sentir en chaque douleur et en chaque chagrin que nous subissons, -tous sont les conséquences de la première épreuve et de la première sentence, la juste sentence de Dieu:que nous sommes indignes de la vie et des bénédictions originairement préparées pour l’homme, s’il était resté obéissant et à l’image de Dieu.

 

A150

 

Cependant l’humanité a été délivrée de la sentence de cette première épreuve par l’unique sacrifice pour tous, accompli par le grand Rédempteur. Tous sont rachetés du sépulcre et de la sentence de la mort, de la destruction, laquelle, en vue de cette rédemption, ne peut être considérée plus longtemps comme une mort dans le plein sens du mot, c’est à dire éternelle, mais plutôt comme un sommeil temporaire ; parce qu’au matin millénaire tous seront réveillés par Celui qui donne la vie et qui les racheta tous. Il n’y a que l’Eglise des croyants en Christ qui soit maintenant affranchie en quelque sorte de la sentence originelle ou ait " échappé " au châtiment ; et ces croyants n’ont pas encore échappé actuellement, c’est seulement par la foi qu’ils sont considérés ainsi: " Nous ne sommes sauvés qu’en espérance. " Nous ne ferons la pleine expérience d’être réellement relâchés ou délivrés de la sentence de mort (attirée par Adam et à laquelle nous échappions en entrant en Christ) qu’au matin de la résurrection, quand nous serons réveillés dans la joie et les délices en la ressemblance avec notre Rédempteur. Mais le fait que nous, qui sommes venus à la connaissance du glorieux plan de Dieu en Christ, avons échappé à la corruption qui règne [encore] dans le monde, est loin de prouver que d’autres n’auront aucune espérance d’y échapper à l’ avenir ; il prouve plutôt le contraire ; car nous sommes les " prémices des créatures " de Dieu (Jac. 1 :18). En passant de la mort en Adam à la vie en Christ, nous n’avons qu’un avant-goût de la délivrance de quiconque veut fuir de la servitude de la corruption [de la mort] à la liberté de la vie qui échoit à tous ceux que Dieu reconnaîtra pour ses fils. Tous ceux qui le veulent, peuvent passer de la mort à la vie, malgré les différences de nature que Dieu assigna à ses fils en les divers degrés de leur existence. L’âge de l’Evangile est le jour d’épreuve pour la vie ou la mort de ceux qui sont appelés à la nature divine.

 

A151

 

Mais l’apôtre nous informe que Dieu a arrêté un [autre] jour, dans lequel il jugera [de nouveau] le monde. Comment cela se peut-il ? Dieu a-t-il changé sa pensée ? A-t-il conclu que sa décision dans la première épreuve était injuste, trop sévère, qu’il conclue maintenant à juger de nouveau le monde. Non ; si c’était le cas, nous n’aurions aucune meilleure garantie d’une juste décision dans l’épreuve future que dans celle du passé. Ce n’est pas que Dieu considère sa décision comme injuste dans le premier jugement, mais il a préparé une Rédemption de la sentence du premier jugement, de manière à ce qu’il puisse accorder un autre jugement (essai) dans des conditions plus favorables à la race entière, tous ayant fait alors l’expérience du péché et de ses conséquences. Dieu n’a pas changé un iota de son plan originel, qu’il forma avant que le monde fût créé. Il nous informe clairement qu’il ne change pas, et qu’il ne veut par aucun moyen justifier le coupable. Il veut exactement l’entière punition qu’il a prononcée justement. Et cette entière punition a été payée pour nous par le Rédempteur ou substitut dont Dieu nous avait pourvus, Jésus-Christ, qui, par la grâce de Dieu, a subi la mort pour tous les hommes. Notre Seigneur, ayant au prix de sa propre vie, racheté Adam et sa race, peut maintenant légalement et équitablement offrir à nouveau la vie à tous. C’est cette offre pour tous qui est appelée la Nouvelle Alliance, scellée, ratifiée et rendue efficace par le moyen de sa mort. -Rom. 14:9 ; Jean 5:22 ; Hébr. 10:16, 29, 13:20, 21. Nous sommes informés, en outre, que, lorsque Dieu soumettra le monde à cette seconde épreuve, ce sera sous Jésus-Christ, que Jéhovah veut honorer en lui donnant ces fonctions de juge, à cause de son obéissance jusqu’à la mort pour notre Rédemption. Dieu l’a souverainement élevé, même jusqu’à la nature divine, afin qu’il puisse être

 

A152

 

un Prince et Sauveur (Act. 5:31) et qu’il puisse être capable de recouvrer de la mort tous ceux qu’il racheta par son précieux sang, et de leur accorder le jugement. Dieu a remis tout jugement au Fils et lui a donné tout pouvoir dans le ciel et sur la terre. -Jean 5:22. C’est donc le souverainement élevé, le Christ glorifié, qui a tant aimé le monde qu’il donna sa vie pour prix de sa rançon, qui sera le juge du monde dans sa seconde épreuve promise. Et c’est Jéhovah lui-même qui l’a désigné à cet office, à ce but propre. Puisque telles sont les évidentes déclarations des Ecritures, il n’y a rien à redouter, mais au contraire il y a un grand motif de se réjouir de la part de tous, en regardant en avant vers le jour du jugement. Le caractère du juge est une garantie suffisante que le jugement sera juste et charitable, et plein des égards nécessaires pour les infirmités de tous, jusqu’à ce qu’ils soient ramenés à la perfection originelle perdue en Eden. Dans l’ancien temps, un juge était celui qui exécutait la justice et soulageait l’opprimé ; par exemple, quand Israël était sous l’oppression de ses ennemis à cause de ses transgressions envers l’Eternel, il fut toujours et de nouveau délivré et béni par des juges qui furent suscités. Ainsi nous lisons:- " Puis les enfants d’Israël crièrent à l’Eternel, et l’Eternel leur suscita un libérateur qui les délivra, Othniel. L’esprit de l’Eternel fut sur lui. Il jugea Israël et il sortit en bataille... et le pays fut en repos pendant quarante ans "( Juges 3:9-11). Et ainsi, quoique le monde ait été longtemps sous le pouvoir et l’oppression de l’adversaire, Satan, Celui qui effaça les péchés de tous avec son précieux sang prendra bientôt son grand pouvoir et régnera. Il délivrera et jugera ceux qu’il aima tellement qu’il les racheta. Toutes les déclarations prophétiques s’accordent avec

 

A153

 

cette conclusion. Il est écrit: " Il jugera le monde avec justice et les peuples avec équité. "- Ps. 98:9. Ce jugement qui vient sera tenu exactement d’après les mêmes principes que le premier. La même loi d’obéissance sera présentée, avec la même récompense de vie et le même châtiment de mort. Et comme la première épreuve avait un commencement, progressait et aboutissait à une sentence, ainsi sera la seconde ; la sentence sera la vie pour les justes et la mort pour les injustes. La seconde épreuve sera plus favorable que la première, par suite de l’expérience acquise des résultats de la première épreuve. A l’inverse de la première épreuve, la seconde chaque homme la subira pour lui-même et non pour un autre. Aucun ne mourra alors à cause du péché d’Adam, ou à cause d’imperfections héritées. Il n’y aura plus d’occasion de dire: " Les pères ont mangé des raisins verts, et les dents des enfants en sont Agacées:mais chacun mourra pour son iniquité ; tout homme qui mangera des raisins verts, ses dents en seront agacées ;"" l’âme qui péchera sera celle qui mourra "( Jér. 31:29, 30 ; Ez. 18:4). Il sera vrai alors pour le monde, comme il est vrai maintenant pour l’Eglise, qu’un homme sera jugé d’après ce qu’il a, non d’après ce qu’il n’a pas (2 Cor. 8:12). Sous le règne du Christ les hommes seront peu à peu élevés, instruits et disciplinés jusqu’à ce qu’ils atteignent la perfection. et lorsque la perfection sera atteinte, une parfaite harmonie avec Dieu sera exigée, et quiconque, dans cette ère-là, ne répondra pas à l’obéissance parfaite, sera retranché, étant indigne de la vie. Le péché qui, par Adam, apporta la mort à notre race, était simplement un acte de désobéissance ; mais, par cet acte, Adam déchut de sa perfection. Dieu avait le droit d’exiger de lui une obéissance parfaite puisqu’il fut créé parfait ; et, de même, il exigera une parfaite obéissance de chaque homme une fois que le grand oeuvre

 

A154

 

de rétablissement sera achevé. La vie éternelle ne sera pas accordée à ceux qui ne seront pas parvenus à la perfection dans le sens le plus élevé du mot. Aucun n’aura le privilège d’avoir la vie éternelle, s’il se trouve alors, ne fût-ce au moindre degré, au-dessous de la perfection. Car ne pas répondre à la perfection, alors, sera pécher volontairement contre la pleine lumière et contre la capacité parfaite d’y parvenir, c’est à dire en toute connaissance de cause. Quiconque péchera de propos délibéré contre la pleine lumière et contre la pleine capacité mourra de la seconde mort. Et, si durant cet âge d’épreuve, en plein éclat de la lumière, quelqu’un rejette avec dédain l’offre de la grâce et ne fait aucun progrès vers la perfection durant cent ans, celui-là sera reconnu indigne de la vie et sera " exterminé " quand bien même à l’âge de cent ans il serait dans la période de l’enfance. Ainsi qu’il est écrit de ce jour: " Celui qui (y) mourra à cent ans sera jeune, et le pécheur de cent ans sera maudit "( Esaïe 65:20). Tous doivent donc avoir une épreuve de cent ans, et s’ils ne s’obstinent pas à refuser de faire du progrès, leur épreuve continuera à travers tout le jour de Christ, atteignant le point culminant seulement à sa clôture. La conclusion du jugement futur du monde se voit clairement dans la parabole des brebis et des boucs (Matth. 25:31-46) ; dans Apoc. 20:15 ; 21:4 et 1 Cor. 15:25. Ces passages et d’autres démontrent qu’à sa clôture les deux classes auront été séparées complètement, -les obéissants et les désobéissants ; ceux qui se conforment à la lettre et à l’esprit de la loi de Dieu, et ceux qui ne se conforment ni à l’une ni à l’autre. Ceux qui ont obéi entrent dans la vie éternelle, tandis que les autres sont renvoyés à la mort (à la destruction, à l’anéantissement ou à l’extinction de la vie) ; c’est la même sentence que celle du premier jugement, dont ils furent reconnus comme

 

A155

 

délivrés par le paiement de la rançon, par la mort du Christ. Ce sera leur seconde mort. Aucune rançon ne leur sera plus donnée, et il n’y aura plus de délivrance ni de résurrection pour eux ; leur péché étant un péché volontaire et individuel, commis contre la pleine lumière et la complète possibilité de l’éviter, à l’aide d’une épreuve individuelle des plus favorables. Nous ne voulons pas qu’on pense que nous ignorons la responsabilité actuelle du monde, laquelle pèse sur tout homme selon la quantité de lumière qu’il possède, qu’elle soit petite ou grande, qu’elle vienne de la nature ou de la révélation. " Les yeux de l’Eternel contemplent en tous lieux les méchants et les bons. "," Car Dieu fera venir en jugement tout ce qu’on aura fait, avec tout ce qui est caché, soit bien, soit mal "( Prov. 15:3 ; Eccl. 12:16). Les bonnes et les mauvaises actions recevront leur juste rétribution comme salaire, soit maintenant, soit plus tard: " Les péchés de quelques-uns se manifestent et précèdent pour leur condamnation (litt. devançant le jugement) ; mais chez d’autres ils suivent après ":- Chacun sera puni au prorata de sa culpabilité (1 Tim. 5:24). Abstraction faite du " petit troupeau ", des favoris du Seigneur, personne n’a encore eu assez de lumière pour s’attirer le châtiment définitif, la seconde mort. Nous ne faisons qu’indiquer ici en principe le sujet de la responsabilité actuelle du monde, et nous réservons les détails pour un développement ultérieur. Près de six mille ans s’écoulèrent entre le premier et le second jour de jugement du monde, et pendant cette longue période, Dieu a choisi dans l’humanité deux classes particulières, qui furent éprouvées, disciplinées et instruites spécialement pour être ses instruments honorés durant la période ou le jour de jugement du monde. Ces deux classes sont désignées respectivement par

 

A156

 

Paul (Hébr. 3:5, 6) comme la maison des fils et la maison des serviteurs ; la première est composée des vainqueurs qui furent éprouvés et trouvés fidèles durant l’âge chrétien, et la dernière est composée des vainqueurs fidèles qui vécurent avant l’âge chrétien. Les deux périodes durant lesquelles ces deux troupes distinctes furent appelées, éprouvées et choisies furent deux jours de jugement différents. Ceux qui passèrent par l’épreuve avec succès pour appartenir à l’une ou à l’autre de ces classes particulières, ne viendront pas en jugement avec le monde ; mais ils seront les instruments de Dieu pour bénir le monde, en lui fournissant l’instruction et l’éducation nécessaires pour son épreuve et son jugement définitifs. " Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ?"- 1 Cor. 6:2. Les membres de ces classes jugées d’avance furent jadis, ainsi que le reste de l’humanité, sous la condamnation d’Adam, mais devinrent, par la foi, participants aux bienfaits de la mort de Christ. Après être premièrement justifiés par la foi à la rançon et après avoir accompli les conditions subséquentes relatives à leur appel, ils sont jugés dignes d’être élevés à des positions d’honneur et d’autorité. L’épreuve ou le jugement de ces deux classes a été bien plus sévère que ne le sera l’épreuve du monde à son jour de jugement ; parce qu’elles durent résister à Satan, le prince de ce monde, et à toutes ses ruses et embûches, tandis qu’au jour de jugement du monde, Christ régnera et Satan sera lié, afin de ne plus pouvoir séduire les nations (Apoc. 20:3). Elles furent persécutées pour la justice, tandis qu’alors l’humanité sera récompensée pour la justice et punie seulement pour l’injustice. Elles eurent sur leur chemin de grandes pierres d’achoppement et des pièges qui seront éloignés lorsque le monde sera mis à

 

A157

 

l’épreuve. Mais c’est justement parce que l’épreuve de ces deux classes particulières a été bien plus sévère que ne le sera l’épreuve du monde, que leur récompense sera bien plus grande comparativement. Par le sophisme du grand séducteur, Satan, les promesses bénies du temps à venir d’un juste jugement ont été ravies à l’église nominale ainsi qu’au monde. Ils savent que la Bible parle d’un jour de jugement qui vient, mais ils ne l’envisagent et n’y pensent qu’avec crainte et frayeur, et à cause de cette crainte aucune nouvelle ne leur est plus fâcheuse que celle de la proximité du jour du Seigneur. Ils en repoussent la pensée bien loin et n’en veulent pas entendre parler. Ils n’ont aucune idée des bénédictions en réserve pour le monde, sous le règne glorieux de Celui auquel Dieu a prescrit de juger le monde universel selon la justice. Parmi les plus grandes des influences aveuglantes que Satan exerça pour tenir l’humanité dans l’ignorance de la vérité au sujet du jour du jugement, se trouvent toutes ces erreurs qui se sont introduites dans les dogmes et dans les livres de cantiques des diverses sectes religieuses. Les hommes se sont accoutumés à attribuer à ces articles de foi une importance supérieure à la parole de Dieu. Combien les prophètes et les apôtres envisagèrent différemment ce jour du jugement promis ! Ecoutez de David l’expression prophétique, remplie de joie et d’allégresse (1 Chron. 16:31-34). Il dit:  " Que les cieux se réjouissent et que la terre soit dans l’allégresse ! Que l’on dise parmi les Nations:l’Eternel règne ! Que la mer retentisse avec tout ce qu’elle contient, Que la campagne s’égale avec tout ce qu’elle renferme Que les arbres des forêts poussent des cris de joie Devant l’Eternel ! Car il vient pour juger la terre. Louez l’Eternel, car il est bon, Car sa miséricorde dure A toujours !"( Voyez aussi Ps. 98.)

 

A158

 

L’apôtre renvoie aussi à ce même jour et nous assure que ce sera un jour glorieux et désirable, et que la création tout entière gémit après ce jour et souffre en attendant le grand Juge qui vient pour la délivrer et la bénir, ainsi que pour exalter et glorifier l’Eglise. -Rom. 8:21, 22.

 

Le meilleur jour.

 

J’attends toujours, j’attends sans cesse, Le meilleur et plus brillant jour ; Juste en delà la nue épaisse Dont 1’ombre m’environne Autour:le jour de joie et de délice Que jamais le monde ne vit, Où régnera dans la justice, Christ sur le trône de David.

 

Les prophètes des anciens âges Virent tous de loin sa splendeur ; En mots très sublimes, mais sages, Ils ont tracé tout le bonheur. Là, dans les vallons verts ils dorment De leurs oeuvres jadis le lieu ; Mais bientôt un triomphe ils forment Venant à la Cité de Dieu.

 

Encor le monde est en souffrance, Ce n’est que deuil, peine et chagrin La misère et la décadence Font verser des larmes sans fin. C’est la nuit des pleurs de la terre Le mal triomphe Maintenant:j’attends, car l’aube est messagère Et le matin paraît brillant.

 

J’attends toujours, priant j’espère, L’heureux jour où Christ Régnera:jour où la vérité prospère, Où le juste triomphera. Du monde plus rien ne m’attire Vu que j’attends ce meilleur jour, Nulle chose en lui que j’admire, A moi luit son aube d’amour.

Chapitre IX—RANCON ET RETABLISSEMENT

 

A159

 

Le rétablissement garanti par la rançon. -Il n’est point la vie éternelle, mais il en est une épreuve, garantie par la rançon. -Les conditions et les avantages de l’épreuve. -Le sacrifice du Christ était nécessaire. -Comment la race humaine pouvait être délivrée et le fut par la mort d’un seul homme. -La foi et les oeuvres sont toujours nécessaires.- Le châtiment des péchés volontaires est certain. -Y aura-t-il assez de place sur la terre pour les millions qui ressusciteront ? Le rétablissement par opposition à l’évolution.

 

D’après l’ébauche du plan révélé de Dieu, comme elle a été esquissée jusqu’ici, il est évident que le dessein de Dieu pour l’humanité est une restitution ou un rétablissement à la perfection et à la gloire perdues en Eden. L’évidence la plus forte, la plus décisive à ce sujet, ressort de la pleine compréhension de l’étendue et de la nature de la rançon même. Le rétablissement prédit par les apôtres et par les prophètes doit suivre la rançon comme une conséquence logique et nécessaire. Il faut que toute l’humanité (à moins qu’elle ne résiste obstinément à l’action bénie du grand Libérateur) soit délivrée du péché originel, " de la servitude de la corruption, " conformément à la disposition de Dieu dans la préparation d’une rançon ; autrement cette dernière n’aurait pas de valeur pour tous. Les raisonnements de Paul à ce sujet sont très clairs et concluants. Il dit (Rom. 14:9): " C’est pour cela que Christ est mort et est ressuscité, c’ est pour être le Seigneur

 

A160

 

[le maître et dominateur] des vivants et des morts. "( 1) C’est dire que le but de la mort et de la résurrection de Christ ne fut pas simplement de bénir, de dominer et de restaurer l’humanité vivante, mais de lui donner l’autorité et le plein pouvoir aussi bien sur les morts que sur les vivants, et d’assurer les bienfaits de sa rançon aux uns autant qu’aux autres. Il " s’est donné lui-même en rançon [prix correspondant] pour tous, " afin de pouvoir les bénir tous et de donner à chaque homme une épreuve individuelle de vie. Il est absurde de prétendre qu’il donna " une rançon pour tous " et de soutenir en même temps qu’une poignée des rachetés seulement recevront jamais quelque avantage de cette rançon ; car cela permettrait de supposer ou que Dieu accepta le prix de la rançon et puis refusa injustement de consentir à ce que les rachetés soient relâchés, ou que, après les avoir rachetés tous, le Seigneur est impuissant ou peu disposé à exécuter son bienveIllant dessein. L’immutabilité des plans de Dieu, comme d’ailleurs la perfection de la justice et de l’amour divins, éloignent une telle pensée et la contredisent, et nous donnent l’assurance que le plan originel et bienveillant, qui eut la " rançon pour tous " à sa base, s’exécutera pleinement au " propre temps " de Dieu:elle apportera la rémission bénie de la condamnation adamique et une occasion pour tous les hommes de retourner aux droits et aux libertés des fils de Dieu, dont Adam jouissait avant le péché et la malédiction.

 

——-

 

(1) Nous tenons toujours pour vraie cette déclaration suivant de laquelle la mort de Jésus le constitue Seigneur, Maître ou Dominateur de la famille humaine entière ; mais nous trouvons maintenant, dans les paroles de l’apôtre, un sens encore plus large:c’est à dire que dans l’expression " les morts " toute l’espèce humain " est comprise. Au point de vue de Dieu la race entière, qui est sous la condamnation de la mort, est traitée comme si elle était déjà morte (Matth. 8:22) ; dans ce sens l’expression " les vivants " s’appliquerait à des êtres qui sont au-dessus de l’homme et qui n’ont pas perdu leur vie, c’est à dire aux anges.

 

A161

 

Si l’on reconnaît clairement l’utilité réelle et l’effet de la rançon, il faut que toute objection contre son application universelle s’évanouisse. La " rançon pour tous " donnée par " l’homme Jésus-Christ " ne procure ou ne garantit à aucun homme la vie ou bénédiction éternelle, mais elle donne et garantit à chaque homme une autre occasion ou épreuve pour obtenir la vie éternelle. La première épreuve de la race, qui eut pour résultat la perte du premier bonheur conféré, s’est tournée réellement en une bénédiction, en vertu de la rançon à laquelle Dieu a pourvu, afin que l’homme soit libéré de la condamnation et du châtiment. Mais le fait que les hommes sont délivrés du premier châtiment, n’empêche point qu’une fois individuellement mis à l’épreuve pour la vie éternelle, ils ne puissent manquer à l’obéissance, sans laquelle il n’est permis à personne de vivre éternellement. L’homme sera pleinement averti par l’expérience actuelle du péché et de son amer châtiment ; et lorsque, comme résultat de la rançon, il lui sera accordé une autre épreuve individuelle, sous les yeux et le gouvernement de celui qui l’aima tellement qu’il donna sa vie pour lui et qui veut qu’aucun ne périsse, mais que tous retournent à Dieu et vivent ; nous pouvons être sûrs que là seul celui qui désobéira avec préméditation encourra le châtiment de la seconde épreuve. Ce châtiment sera la seconde mort, pour laquelle il n’y aura plus, ni rançon, ni rémission, parce qu’il n’y aura plus aucun but pour une autre rançon ou pour une épreuve future. Tous auront connu et goûté complètement tant le bien que le mal ; tous auront vu et expérimenté la bonté et l’amour de Dieu ; tous auront eu une pleine et loyale épreuve, individuelle pour la vie, dans les conditions les plus favorables. On ne pourrait demander et il ne sera pas donné davantage. Cette épreuve montrera une fois pour toutes celui qui sortirait juste et saint de mille épreuves, et qui, de

 

A162

 

mille épreuves, sortirait injuste et impie et se souillerait encore. Il serait inutile d’accorder une autre épreuve de vie exactement dans les mêmes circonstances ; mais, si les circonstances de ceux mis à l’épreuve sont différentes, voire plus favorables, les termes ou les conditions de leur épreuve individuelle pour la vie seront cependant les mêmes que ceux de l’épreuve adamique. La loi de Dieu restera la même, -elle ne change point. Elle dira toujours: " L’âme qui péchera sera celle qui mourra ;" et les conditions de l’homme ne seront pas plus favorables, au point de vue du milieu, que les conditions et le milieu d’Eden:par contre, la grande différence sera dans la connaissance croissante. L’expérience du mal, mise en contraste avec l’expérience du bien qui s’augmentera en chacun durant l’épreuve de l’âge qui vient, constituera l’avantage en raison duquel les résultats de la seconde épreuve différeront de beaucoup des résultats de la première ; et, cela, parce que la sagesse et l’amour divins ont pourvu à la " rançon pour tous " et garanti ainsi à tous le bienfait d’une nouvelle épreuve. Nulle épreuve plus favorable, aucune loi plus favorable, aucunes conditions ou circonstances plus favorables, en quelque manière que ce soit et pour n’importe qui, ne peuvent être invoquées comme motifs pour une autre rançon ou pour une épreuve future au delà de l’âge du Millénium. La rançon donnée n’excuse le péché d’aucun homme:elle ne dit nullement de regarder les pécheurs comme des saints, et, sur ce, de les transporter dans l’éternelle félicité. Elle ne fait que libérer simplement les pécheurs de la première condamnation et des résultats directs ou indirects ; elle les place de nouveau à l’épreuve pour la vie, épreuve dans laquelle leur propre obéissance ou désobéissance volontaire décidera s’ils peuvent ou ne peuvent pas avoir la vie éternelle.

 

A163

 

On ne devrait pas non plus admettre, comme plusieurs y sont disposés, que tous ceux qui vivent dans un milieu civilisé et qui voient ou possèdent une Bible, ont de cette manière une pleine occasion ou épreuve pour la vie. On doit se rappeler que les enfants d’Adam ne furent pas tous corrompus au même degré par la chute. Il y en a qui viennent au monde tellement faibles et dépravés qu’ils peuvent être aveuglés facilement par le dieu de ce monde, Satan, et être séduits par le péché qui nous environne et nous assaille ; et tous sont plus ou moins sous cette influence, de sorte que, quand même ils voudraient faire le bien, le mal se présente, et ils y succombent, à ceux du milieu dans lequel ils vivent, etc., et il leur est difficile " de faire le bien qu’ils voudraient faire tandis qu’ils font le mal qu’ils ne voudraient pas faire. " En effet le nombre est petit de ceux qui, dans le temps présent, conquièrent véritablement, et avec expérience, la liberté par laquelle Christ fait tomber les chaînes de ceux qui acceptent sa rançon et qui se placent sous son régime pour leur direction future. Aussi ce petit nombre seul (l’Eglise élue et éprouvée d’avance en vue du but spécial de travailler avec Dieu pour la bénédiction du monde, rendant témoignage maintenant, et plus tard gouvernant, bénissant et jugeant le monde dans son âge d’épreuves), jouit déjà, jusqu’à un certain point, des bienfaits de la rançon, ou bien se trouve maintenant à l’épreuve pour la vie. Toutes les bénédictions du rétablissement, dont le monde jouira durant l’âge qui vient, sont imputées à ce petit nombre de vrais croyants et ils les obtiennent par la foi. Ceux-ci, sans être parfaits, ni réellement rétablis en l’état d’Adam, sont traités d’une manière propre à compenser la différence. Par la foi en Christ ils sont considérés comme parfaits et rétablis dans la perfection et la grâce divines, comme s’ils n’étaient plus des pécheurs. Leurs imperfections

 

A164

 

et leurs faiblesses inévitables, compensées par la rançon, ne leur sont point posées en compte, mais sont couvertes par la perfection du Rédempteur. Par là, l’épreuve de l’Eglise, à cause de sa position considérée comme étant en Christ, est aussi favorable que celle que le monde subira dans son temps d’épreuve. Le monde sera amené entièrement à une pleine connaissance de la vérité, et quiconque en acceptera les conditions, ne sera plus, dès lors, traité comme pécheur, mais comme fils, auquel sont destinées toutes les bénédictions du rétablissement. La différence entre les expériences du monde lors de son épreuve et celles de l’Eglise durant la sienne consistera en ceci:ceux du monde qui obéiront, recevront tout de suite les bénédictions du rétablissement par une disparition graduelle de leurs faiblesses mentales et physiques ; tandis que l’Eglise de l’Evangile, consacrée au service du Seigneur, même jusqu’à la mort, s’en va dans la mort et reçoit aussitôt son perfectionnement dans la première résurrection. Une autre différence entre les deux épreuves consiste dans les circonstances plus favorables de l’âge prochain, en comparaison de celui-ci, en ce que la société, le gouvernement, etc., seront propices à la justice, en récompensant la foi et l’obéissance et en punissant le péché ; tandis qu’à présent, sous le prince de ce monde, l’épreuve de l’Eglise est aggravée par des circonstances défavorables à la justice et à la foi, etc. Mais cela sera récompensé, comme nous l’avons vu, par le prix de la gloire et de l’honneur de la nature divine offert à l’Eglise, en outre du don de la vie éternelle. La mort d’Adam était inévitable, encore qu’elle ne soit survenue qu’après neuf cent trente ans d’état mourant. Depuis le jour où il devint mourant, tous ses descendants sont nés dans la même condition, sans droit à la vie, et meurent tous comme leurs parents, après un séjour plus

 

A165

 

ou moins prolongé ici-bas. On devrait toutefois se rappeler que ce ne sont ni les douleurs ni la souffrance, lors de l’agonie, qui forment le châtiment du péché, mais que c’est la mort, -l’extinction de la vie, -le point extrême du mourant. La souffrance n’est qu’accidentelle, et le châtiment du péché en surprend plusieurs avec peu ou même point du tout de souffrance. De plus, on devrait se rappeler que, lorsque Adam commit son forfait, il perdit la vie pour toujours; et aucun de ses descendants n’a jamais été capable d’expier ce forfait ni de recouvrer l’héritage perdu. Tous les hommes sont ou morts ou en voie de mourir. Et s’ils n’ont pu expier leur forfait avant la mort, ils ne le purent certainement pas après qu’ils furent morts, après qu’ils n’existèrent plus. Le châtiment du péché n’était point simplement de mourir, avec le droit et le privilège de retourner à la vie dans la suite. Dans le châtiment prononcé il n’y avait aucun indice d’une délivrance future (Gen. 2:17). Aussi la restitution est-elle un acte volontaire de grâce ou de faveur de la part de Dieu. Et sitôt que le châtiment fut formulé, au moment même où il fut prononcé, la grâce libre de Dieu fut aussi annoncée, et en se réalisant elle en démontrera pleinement l’amour. Grâce à ce rayon d’espoir:que la postérité de la femme briserait la tête du serpent, l’humanité ne s’est pas trouvée dans le désespoir le plus extrême ; car cette promesse indiqua que Dieu avait préparé un plan à son avantage. Lorsque Dieu jura à Abraham que toutes les familles de la terre seraient bénies en sa postérité, cela impliquait une résurrection ou rétablissement de tous ; car plusieurs étaient déjà morts alors, et d’autres moururent depuis, sans être bénis. Néanmoins, la promesse reste toujours ferme:tous seront bénis, quand les temps de rétablissement et de rafraîchissement viendront (Act. 3:19-21). En outre, puisque bénir présuppose grâce, et que Dieu a

 

A166

 

retiré sa grâce à cause du péché, et parce que sa malédiction en prit la place, cette promesse d’une bénédiction future implique l’éloignement de la malédiction et, conséquemment, le retour de sa grâce. Et elle fait supposer de même, soit que Dieu se repente de sa décision, change son décret et donne l’absolution à la race coupable, soit qu’il ait un plan pour la délivrer au moyen d’une expiation offerte par un innocent. Dieu ne laissa point Abraham dans le doute en ce qui concernait son plan, mais il démontra par divers sacrifices typiques, que durent accomplir tous ceux qui souhaitaient de s’approcher de lui, qu’il ne pouvait ni ne voulait absoudre ni excuser le péché ; et que le seul moyen de l’effacer et d’en éviter le châtiment était un sacrifice suffisant pour compenser ce châtiment. Cela fut montré à Abraham, dans un type très significatif. Le fils d’Abraham en qui la bénédiction promise se concentra, dut devenir premièrement un sacrifice avant de pouvoir bénir, et Abraham le recouvra des morts, figurativement [" de telle manière qu’il est un symbole. "- Hébr. 11:19-Stapfer]. Et dans cette " figure " Isaac symbolisait la vraie sentence, Jésus-Christ, qui mourut pour racheter les hommes, afin que tous les rachetés puissent recevoir la bénédiction promise. Si Abraham avait pensé que l’Eternel excuserait et acquitterait les coupables, il aurait senti que Dieu était très changeant, et, par conséquent, il n’aurait pu avoir pleine confiance dans les promesses qui lui furent faites. Il aurait pu raisonner Ainsi:si Dieu a changé de dessein une fois, pourquoi n’en changerait-il pas de nouveau ? S’il fut touché au sujet de la malédiction de la mort, ne pourrait-il pas aussi être touché au sujet de la grâce et des bénédictions promises ? Mais Dieu ne nous laisse pas dans une incertitude pareille. Il nous donne une ferme assurance tant de sa justice que de son invariabilité. Il ne pouvait justifier

 

A167

 

les coupables, tout en les aimant à ce point qu’il " n’épargna point son propre Fils, mais le livra [dans la mort] pour nous tous. " De même que la race entière était dans Adam, quand il fut condamné, et qu’elle perdit la vie par lui ; de même quand la vie d’Adam fut rachetée par l’homme Christ Jésus, une race encore dans ses reins mourait également ; ainsi une pleine satisfaction, un prix correspondant, fut donné pour la justification de tout homme. Et Lui qui les racheta ainsi tous, a pleine autorité de rétablir tous ceux qui viennent à Dieu par lui. L’apôtre nous dit: " Comme par l’offense d’un seul, le jugement est venu sur tous les hommes en condamnation, de même aussi, par la justification d’un seul, le don est venu sur tous les hommes en justification de vie. "( Laus.) " Car, comme par la désobéissance d’un seul homme plusieurs ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul plusieurs seront rendus justes "( Rom. 5:18-19). Ceci est une proposition claire:autant il y a eu de condamnés à la mort à cause du péché d’Adam, autant il doit être restitué de privilèges de vie, parce que le châtiment fut payé par Jésus, qui devint le substitut ou le représentant d’Adam devant la loi violée, et ainsi " se donna lui-même en rançon pour tous ". Il mourut, " un juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu "( 1 Pierre 3:18). Il ne faudrait, toutefois, jamais négliger de remarquer que toutes les dispositions de Dieu à l’égard de notre race reconnaissent la volonté de l’homme comme un facteur important pour obtenir les grâces divines si abondamment préparées. Il y en a qui n’ont pas remarqué ce trait, lors de l’examen du texte que nous venons de citer. La déclaration de l’apôtre est toutefois celle-ci:comme la sentence de condamnation s’est étendue à toute la race par Adam, de même par l’obéissance de notre Seigneur Jésus-Christ au plan du Père, et par son

 

A168

 

sacrifice pour nous, un don libre s’étend à tous, -un don de rémission, qui, s’il est accepté, constituera la justification (ou la base) qui donne la vie éternelle. Et " comme, par la désobéissance d’un seul homme, plusieurs ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul, plusieurs seront [et non ont été] rendus justes. " Si la rançon seule, sans que nous l’acceptions, nous rendait justes, alors on devrait lire:par l’obéissance d’un seul plusieurs ont été faits justes. Cependant, quoique la rançon fût donnée par le Rédempteur et fut acceptée par Jéhovah, bien peu ont été rendus justes (justifiés) " par la foi en son sang " durant l’âge de l’Evangile ; pourtant, durant l’âge du Millénium, plusieurs seront rendus justes. Puisqu’il est la propitiation (satisfaction) pour les péchés de tout le monde, tous les hommes peuvent, pour cette raison, être affranchis et libérés du châtiment du péché d’Adam, -de la mort. Du moment qu’il n’y a point d’injustice en Dieu, il s’ensuit que " si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et nous purifier de toute iniquité "( 1 Jean 1:9). De même que Dieu aurait été injuste s’il nous avait laissés échapper au châtiment prononcé, avant qu’une pleine satisfaction lui fût rendue, de même aussi, nous fait-il comprendre ici, serait-il injuste de sa part, de refuser de nous accorder notre rétablissement, puisque, en vertu de son propre plan, notre châtiment a été subi. La même inaltérable justice, qui jadis condamna l’homme à la mort, est maintenant obligée à la rémission de tous ceux qui confessent leurs péchés et demandent la vie par Christ. " C’est Dieu qui justifie ! Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous. "- Rom. 8:33-34. L’ intégralité de la rançon est l’argument le plus puissant

 

A169

 

possible pour la restauration de tout le genre humain, de tous ceux qui veulent l’accepter aux conditions offertes (Apoc. 22:17). Le caractère même de Dieu, ainsi que sa justice et son honneur, y sont engagés ; chaque promesse qu’il a faite l’implique ; et chaque sacrifice typique avait en vue ce grand et suffisant sacrifice, - " l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde, " qui est " la propitiation [satisfaction] pour nos péchés [ceux de l’Eglise], et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux de tout le monde "( Jean 1:29 ; 1 Jean 2:2). Puisque la mort est le châtiment ou le salaire du péché, quand le péché sera éloigné, le châtiment doit cesser au temps déterminé. Tout autre point de vue serait à la fois déraisonnable et injuste. Le fait que près de deux mille ans se sont écoulés depuis que Jésus mourut, et qu’aucune réparation de la chute d’Adam ne s’est encore effectuée n’est pas plus une preuve contre le rétablissement, que le fait que quatre mille ans se sont écoulés avant sa mort, n’est une preuve que Dieu n’avait pas projeté la rédemption avant la fondation du monde. Les deux mille ans depuis la mort de Christ, et les quatre mille ans précédents, étaient des temps arrêtés pour d’autres parties de l’oeuvre, des périodes préparatoires pour " les temps du rétablissement de toutes choses. " Que personne ne suppose à la légère qu’il y ait quelque chose, en cette manière de voir, qui soit en conflit avec l’enseignement des Ecritures:que la foi envers Dieu, la repentance du péché, l’amendement et la réformation de la vie sont indispensables au salut. Cette question sera traitée plus à fond dans la suite de cet ouvrage. Qu’il nous suffise de dire maintenant que bien peu d’hommes ont eu assez de lumière pour montrer une foi entière, la repentance et l’amendement. Quelques-uns ont été aveuglés en partie, d’autres complètement, par le dieu de ce monde, et

 

A170

 

Il faut qu’ils soient délivrés de leur aveuglement ainsi que de la mort, afin qu’ils puissent, chacun pour soi-même, avoir une pleine occasion de prouver par l’obéissance, s’ils méritent ou non la vie éternelle. Ceux qui se montreront indignes de la vie mourront de nouveau, -la seconde mort, -pour laquelle il n’y aura plus de rédemption et conséquemment plus de résurrection. La mort qui est venue à cause du péché d’Adam, ainsi que toutes les imperfections qui en sont la conséquence, sera éloignée en vertu de la rédemption qui est en Jésus-Christ ; mais la mort qui vient par suite d’une apostasie individuelle, volontaire, est définitive pour toujours. Pour ce péché il n’y a point de rémission et son châtiment, la seconde mort, sera éternel, -ce ne sera pas l’état de mourir éternellement, mais une mort éternelle qui dure à toujours, sans être interrompue par une résurrection. Nous exposerons dans un volume suivant (1) la philosophie du plan de la rédemption. Ici nous établissons simplement le fait que la rédemption par Jésus-Christ, avec ses conséquences riches en bénédictions et en bonnes occasions, s’étendra aussi loin que le péché d’Adam avec sa ruine et sa perdition, -que tous ceux qui furent condamnés et qui durent souffrir à cause de celui-ci, seront tout aussi sûrement mis en liberté, " au temps convenable, " grâce à celui-là. Toutefois, nul ne peut apprécier cette preuve de l’Ecriture, s’il n’admet la doctrine scripturaire que la mort, -l’extinction de l’existence, -est le salaire du péché. Celui qui se figure la mort comme une vie de tourments ne se fait pas seulement une fausse idée de la signification des mots mort et vie, mais il s’engage aussi dans deux absurdités. Il est absurde de supposer que Dieu perpétuerait à toujours l’existence d’Adam dans les tourments pour un péché quelconque, spécialement pour la

 

——-

 

(1} Le cinquième-Le traducteur.

 

A171

 

petite offense d’avoir mangé du fruit défendu. Quand, mourant à notre place pour devenir notre rançon, allant à la mort afin que nous puissions en être affranchis, Jésus racheta plus tard l’humanité, n’est-il pas évident que la mort qu’il souffrit pour les injustes, fut exactement de la même nature que celle à laquelle toute l’humanité avait été condamnée ? Ou bien a-t-il peut-être souffert les tourments éternels pour nos péchés ? Sinon, alors, aussi sûrement qu’il mourut pour nos péchés, le châtiment pour nos péchés fut la mort et non une vie, en quelque sens ou condition que ce soit. Mais, chose étrange, quoique plusieurs s’aperçoivent du désaccord et de l’incompatibilité de la théorie des tourments éternels avec la doctrine des Ecritures: " l’Eternel fit venir sur lui l’iniquité de nous tous ";" que Christ mourut pour nos péchés, " et qu’ils se voient obligés de renoncer à l’une ou à l’autre par leur inconséquence, ils sont cependant si épris de l’idée des tourments éternels-comme d’une délicatesse spirituelle-qu’ils s’y attachent en dépit des déclarations contraires des Ecritures, et nient, par conséquent, de propos délibéré, que Jésus paya le prix de la rançon pour tout le monde, bien que cette vérité soit enseignée à chaque feuillet de la Bible.

 

Le Rétablissement est-il exécutable ?

 

Plusieurs ont pensé que si les milliards d’hommes morts étaient réveillés, il n’y aurait pas assez de place pour eux sur la terre ; et que, s’il s’y trouvait assez de place, la terre ne serait pas en état de nourrir une si grande population. Quelques-uns prétendent même que la terre est un vaste cimetière, et que, si tous les morts ressuscitaient, ils seraient obligés de marcher les uns sur les autres, faute de place.

 

A172

 

Cela est un point très important. Il serait étrange que, au moyen d’un mesurage effectif, nous trouvions que tous les hommes n’auraient pas où mettre leurs pieds, tandis que la Bible annonce une résurrection pour tous ! Voyons un peu:calculez et vous trouverez que cela est une erreur ; vous trouverez qu’il y a de la place en abondance pour le " rétablissement de tous, " que " Dieu a annoncé par la bouche de tous ses saints prophètes. " Admettons qu’il y a six mille ans depuis la création de l’homme, et qu’il y a maintenant un milliard quatre cent millions de personnes qui vivent sur la terre. Notre race commença par un seul couple, mais soyons très larges et supposons qu’il y en eut tout autant alors qu’à ce jour ; supposons aussi que ce nombre ne fut jamais inférieur en aucun temps, quoique le déluge ait réduit réellement la population à huit personnes. Soyons large encore et supposons trois générations par siècle, ou trente-trois ans une génération, quoique, conformément à Genèse 5, Il n’y eut que onze générations d’Adam au déluge, c’est à dire une période de mille six cent cinquante-six ans, ou à peu près cent cinquante ans à chaque génération. Maintenant voyons ; six mille ans font soixante siècles ; trois générations à chaque siècle nous donneraient cent quatre-vingt générations depuis Adam ; et un milliard quatre cent millions par génération ferait deux cent cinquante-deux milliards [252.000.000.000] comme nombre total de notre race depuis la création jusqu’au temps présent, conformément à cette très large estimation, qui est probablement le double du nombre réel. Où trouverons-nous assez de place pour cette grande multitude ? Mesurons le pays et voyons. L’Etat du Texas contient deux cent trente-sept mille milles carrés (anglais), -ou à peu près 613,565 kilomètres, -le mille anglais valant 1609 mètres. Un mille carré contient vingt-sept

 

A173

 

millions huit cent soixante-dix-huit mille quatre cents pieds carrés (27,878,400). Le Texas mesure donc six billions, six cent sept milliards, cent quatre-vingt millions, huit cent mille (6,607,180,800,000) pieds carrés. En admettant une surface de dix pieds carrés, par chaque corps mort, nous trouvons que le Texas, comme cimetière, à ce taux-là, contiendrait six cent soixante milliards, sept cent dix-huit millions quatre-vingt mille (660,718,080,000) corps, ou presque trois fois plus que notre estimation exagérée du nombre d’habitants qui vécurent sur la terre. Une personne debout occupe à peu prés un pied carré et deux tiers d’espace. A ce taux, la population actuelle de la terre (un milliard quatre cent millions de personnes) pourrait se tenir dressée sur une surface de quatre-vingt-six milles carrés, -une surface bien plus petite que celle de la ville de Londres ou de Philadelphie. Et l’île d’Irlande (dont la surface est de trente-deux mille milles carrés) fournirait, même d’après notre estimation exagérée, assez de place pour que plus de deux fois le nombre de gens qui jamais vécurent sur la terre puissent s’y tenir debout. Il est donc assez facile d’écarter l’objection dont nous parlions ci-dessus. Et si nous nous rappelons la prophétie d’Esaïe (35:1-6) et d’Ezéchiel (34:27) :que le désert se réjouira et fleurira comme une rose ; que des eaux jailliront dans le désert et des ruisseaux dans la solitude ; et que " la terre donnera ses productions "; nous voyons que Dieu déclare avoir pourvu à tout ce qui est nécessaire à son plan, qu’il veut faire d’amples provisions pour les besoins de ses créatures, et cela, selon les apparences, d’une façon tout à fait naturelle.

 

Le Rétablissement par opposition à l’Evolution.

 

Quelqu’un pourrait objecter que le témoignage des Ecritures au sujet de la restitution ou du rétablissement de

 

A173

 

l’homme dans son état précédent n’est pas en harmonie avec les doctrines de la science et de la philosophie, lesquelles, avec une apparente raison, nous renvoient à l’intelligence supérieure du dix-neuvième siècle, et font valoir comme une certitude absolue ceci:que l’homme primitif doit avoir été très arriéré sous le rapport de l’intelligence, cette dernière étant le résultat d’un développement, comme ses défenseurs prétendent. A ce point de vue, un rétablissement à l’état précédent serait non seulement loin d’être désirable, mais serait juste le contraire d’une bénédiction.

 

A première vue, de tels raisonnements paraissent plausibles, et plusieurs semblent être disposés à les accepter comme des vérités sans autre investigation et à dire avec un célèbre prédicateur de Brooklyn: " Si Adam tomba, après tout, sa chute était vers le haut, et plus nous tombons vite de son premier état, mieux cela vaut, pour nous et pour tous ceux que cela concerne ". Ainsi la philosophie, -ou sagesse humaine, -essaye, même en chaire, de rendre inutile la parole de Dieu et si possible de nous faire croire que les apôtres furent insensés lorsqu’ils déclarèrent que la mort et chaque misère venaient de la désobéissance du premier homme ; que cela ne pouvait s’effacer et que l’homme ne pouvait être rétabli dans la vie et dans la grâce divine qu’au moyen d’une rançon (Rom. 5:10, 12, 17-19, 21 ; 8:19-22 ; Act. 3:19-21 ; Apoc. 21:3-5). Mais ne concluons pas trop vite, comme si cette philosophie était inébranlable ; car, s’il nous fallait laisser tomber les doctrines des apôtres relativement à l’origine du péché et de la mort et au rétablissement de la perfection originelle, alors, à vrai dire, nous serions obligés de rejeter également, sur chaque sujet, tous leurs témoignages comme non inspirés et, conséquemment, comme n’ayant ni autorité ni importance spéciales. Examinons

 

A175

 

donc brièvement, à la lumière des faits, cette manière de voir dont la popularité est croissante et voyons combien sa philosophie est profonde. Un avocat et représentant de cette théorie nous dit:

 

" Chez l’homme primitif la nature animale prédominait et les besoins physiques le gouvernaient presque entièrement. Mais il s’éleva lentement et par degrés et maintenant l’homme moyen a atteint un rang assez élevé pour qu’on ose dire de lui qu’il est en voie d’arriver au règne de l’intelligence. Par conséquent cet âge-ci peut être regardé et désigné comme l’âge du cerveau. L’intelligence conduit les grandes entreprises du jour. L’intelligence saisit les rênes du gouvernement ; et les éléments de la terre, l’air et l’eau lui sont soumis. L’homme met la main sur toutes les forces physiques, et, lentement, mais sûrement, il atteindra à un tel pouvoir sur la nature que, finalement, -c’est évident, -il pourra s’écrier comme un nouvel Alexandre Selkirk ;" Je suis monarque de tout ce que mes regards peuvent embrasser. "

 

Le fait qu’une théorie paraît raisonnable au premier coup d’oeil, ne doit pas nous pousser à l’accepter précipitamment et à essayer de tordre la Bible pour l’harmoniser avec elle. Nous avons éprouvé la Bible de mille manières et nous savons sans conteste qu’elle contient une sagesse surhumaine, que ses expressions sont infaillibles. Nous devrions aussi nous rappeler que si les recherches scientifiques sont recommandables et que si leurs conjectures doivent être prises en considération, elles ne sont pourtant aucunement infaillibles. Rien d’étonnant non plus à ce que la science ait prouvé mille fois que ses propres théories étaient fausses, car il nous faut penser que le vrai homme de science qui cherche à connaître dans le livre de la nature l’histoire et la destinée de l’homme, ainsi que son domicile, doit accomplir ces recherches dans bien des circonstances défavorables, et qu’il a à lutter contre des difficultés presque insurmontables. Nous ne voulons donc nullement nous opposer aux

 

A176

 

investigations scientifiques, ni les empêcher ; mais si nous entendons les suppositions de ceux qui étudient le Livre de la Nature, comparons soigneusement, avec le Livre de la Révélation, leurs déductions qui, en totalité ou en partie se sont montrées tant de fois erronées, et éprouvons ou réfutons les doctrines des savants par " la loi et le témoignage [l’Ancien et le Nouveau Testament] ". S’ils " ne parlent pas ainsi, il n’y aura point d’aurore [du jour de mille ans] pour ce peuple "( Esaïe 8:20). Une exacte connaissance des deux Livres prouvera qu’ils sont en parfaite harmonie ; et, jusqu’à ce que nous ayons une semblable connaissance, la révélation de Dieu doit avoir la prééminence et doit être, pour les enfants de Dieu, la balance dans laquelle ils pèseront les trouvailles supposées de nos faillibles semblables. Mais bien que nous tenions à ce principe, cela ne nous empêche pas d’examiner en même temps s’il ne se trouve pas une autre solution raisonnable que celle de l’évolution, au sujet de l’augmentation des connaissances, de l’habileté et du pouvoir de l’homme, -de voir notamment, d’où vient que, quoique parti originairement d’un ordre d’existence très bas, l’homme ait atteint maintenant l’âge supérieur, celui du cerveau. Nous trouverons peut-être qu’au fond les inventions, les facilités, l’éducation générale, l’instruction plus répandue et sa diffusion plus large, ne doivent point être attribuées à une plus grande capacité intellectuelle, mais à des circonstances plus favorables du développement du cerveau. Que la compréhension du cerveau d’aujourd’hui soit plus grande que dans les âges écoulés, nous le contestons ; cependant nous admettons franchement que, par suite de circonstances heureuses, l’emploi de l’intelligence de l’homme est, aujourd’hui, plus général qu’en aucune période précédente, et est, par conséquent, beaucoup plus frappant. Les observateurs de cet " âge du cerveau " ne s’adressent-ils pas aux grands maîtres du

 

A177

 

passé pour leur étude de la peinture et de la sculpture ? Ne concèdent-ils pas ainsi aux anciens une faculté cérébrale et une originalité de compréhension, de même qu’une habileté dignes d’imitation ? Le présent " âge du cerveau " ne se nourrit-il pas, pour ainsi dire, en architecture, des styles des âges passés ? Les orateurs et les logiciens de cet " âge du cerveau " n’étudient-ils et n’imitent-ils pas les méthodes et le syllogisme d’un Platon, d’un Aristote, d’un Démosthène et d’autres coryphées du passé ? Plusieurs orateurs du jour n’auraient-ils pas bien des motifs de désirer la langue d’un Démosthène ou d’un Apollon, et encore bien plus le clair et merveilleux raisonnement de l’apôtre Paul ? Allons encore plus en arrière; tandis que nous pourrions fort bien renvoyer les philosophes de cet " âge du cerveau " au lyrisme ou à la rhétorique de plus d’un prophète, et aux sublimes peintures poétiques parsemées dans les Psaumes, il nous suffira de faire allusion à la sagesse et à la logique, non moins qu’à la sensibilité délicate, -moralement parlant, -de Job et de ses consolateurs. Et que devons-nous dire de Moise " instruit dans toute la science des Egyptiens ?" Les lois qu’il a données sont le fondement de celles de toutes les nations civilisées, et sont encore reconnues aujourd’hui comme l’incarnation d’une sagesse merveilleuse. L’exhumation d’anciennes villes ensevelies révèle, dans les âges passés, une connaissance des arts et des sciences qui est surprenante pour maints philosophes de ce soi-disant " âge du cerveau ". L’ancien usage de l’embaumement des morts, de la fabrication du cuivre de Corinthe, du verre élastique et de l’acier très fin de Damas, appartient aux conquêtes d’un passé très reculé:le cerveau de l’âge présent, malgré tous ses avantages, est cependant incapable de les comprendre et de les imiter. Reculant de quatre mille ans, à peu près vers le temps

 

A178

 

d’Abraham, nous trouvons dans la grande Pyramide d’Egypte (Esaïe 19:19) un objet d’étonnement et de stupéfaction pour les plus savants explorateurs de nos jours. Sa construction est en parfait accord avec les investigations les plus avancées de cet " âge du cerveau ", dans la science des mathématiques et de l’astronomie. Elle enseigne positivement ce qui ne peut être reconnu qu’approximativement avec l’aide d’instruments modernes. Ses enseignements sont si clairs et si frappants que quelques astronomes des plus instruits l’ont déclaré, sans hésiter, d’origine divine. Dans le cas même où les défenseurs de l’évolution de " l’âge du cerveau " admettraient qu’elle fût d’une disposition divine et d’une sagesse surhumaine, il faut, cependant, qu’ils admettent aussi qu’elle est de construction humaine. Et le fait que dans cette époque reculée une classe de gens quelconques avait la capacité intellectuelle d’exécuter un tel ordre divin (ce qu’aujourd’hui très peu de gens seraient capables de faire, même en ayant le modèle devant eux et tous les moyens scientifiques modernes à leur disposition), prouve que notre " âge du cerveau " développe plus d’amour-propre que les faits et les circonstances n’en justifient ! Si donc nous avons prouvé que ta capacité mentale de notre temps n’est pas plus grande que celle des âges passés, mais probablement moindre, comment devons-nous expliquer l’accroissement de connaissances générales, les avantages modernes, etc. ? Nous croyons être à même de démontrer cela par la raison et par l’harmonie avec les Ecritures. Les inventions et les découvertes jugées maintenant si bienfaisantes et qu’elles passent comme preuves que ce temps-ci est " l’ âge du cerveau ", sont en réalité très modernes:presque toutes appartiennent au XIX° siècle ; les plus importantes d’entre elles n’existent pas depuis plus de cent ans ; entre autres celles de l’usage de

 

A179

 

la vapeur et de l’électricité, -dans le télégraphe, les chemins de fer et les bateaux à vapeur, et dans les diverses industries de la mécanique. Si cela fournit la preuve d’une augmentation de la faculté intellectuelle, " l’ âge du cerveau " n’est qu’à son début et la déduction logique doit être que le siècle prochain sera journellement témoin de tous les miracles imaginables. Et si cela allait toujours dans la même proportion, où cela finirait-il ? Pourtant voyons Encore:tous les hommes sont-ils des inventeurs ? Que te nombre est petit de ceux dont les inventions sont réellement utiles et praticables, en comparaison du nombre immense de ceux qui apprécient et utilisent une invention mise entre leurs mains ! Nous sommes loin de parler dédaigneusement de cette classe de fonctionnaires publics, d’ailleurs très estimables et très utiles, lorsque nous disons qu’un petit nombre seulement d’entre eux sont des hommes de grandes facultés intellectuelles. Plusieurs d’entre les hommes les plus intelligents du monde et d’entre les plus profonds dialecticiens ne sont pas des inventeurs en mécanique. Et quelques inventeurs sont si peu pratiques que l’on se demande par quel hasard ils ont bien pu tomber sur leurs découvertes. Les grands principes (électricité, force de la vapeur, etc.), auxquels travaillèrent durant bien des années, tant et tant d’hommes, qui s’y appliquèrent et essayèrent de les perfectionner toujours et toujours de nouveau, furent le plus souvent, paraît-il, découverts par les plus simples accidents ; ils furent relativement inattendus et on ne les doit pas à l’exercice de grandes facultés intellectuelles. Voici comment nous pouvons expliquer les inventions modernes au point de vue Humain:l’invention de l’imprimerie, en 1440, peut en être regardée comme le point de départ. De l’impression du livre découlèrent les archives des pensées et des découvertes de penseurs et d’observateurs,

 

A180

 

lesquelles sans cela n’auraient jamais été connues des âges suivants. Avec les livres, naquirent une éducation plus générale et, finalement, les écoles publiques. Les écoles et les universités n’augmentent point la faculté de compréhension de l’homme, mais elles généralisent l’exercice mental et aident par cela même à développer les capacités qui existent déjà. La connaissance devint plus générale et les livres plus communs ; aussi, la génération qui en était favorisée eut-elle un avantage décisif sur les générations précédentes ; non seulement il y a maintenant un millier de penseurs, contre un autrefois, qui s’animent et se stimulent l’un l’autre en spéculations et en conjectures, mais aussi, à côté de ses propres expériences, la génération actuelle possède, par les livres, les expériences combinées du passé. L’éducation et la louable ambition qui l’accompagne, l’initiative et le désir de se distinguer et d’arriver à l’aisance, enflammés par les rapports, les descriptions et les inventions dont parle la presse journalière, ont stimulé et aiguisé la faculté perceptive de l’homme et fait que chacun est en quête de découvrir et d’inventer, si c’ est possible, une voie plus simple ou un moyen utile pour le bien et l’agrément de la société. Par conséquent, nous prétendons que les inventions modernes, envisagées au point de vue purement humain, ne sont point une preuve de l’augmentation de la faculté intellectuelle, mais d’une perception plus vive et plus pénétrante provenant de causes naturelles. Et, maintenant, venons-en aux Ecritures pour voir ce qu’elles enseignent à ce sujet ; car, tout en croyant, comme nous disions plus haut, que les inventions et l’augmentation des connaissances, etc. parmi les hommes sont les résultats de causes naturelles, nous croyons aussi que toutes les causes naturelles ont été prévues et réglées, longtemps d’avance, par Jéhovah et se sont effectuées, au

 

A181

 

temps prévu, par sa providence qui conduit tout, et au moyen de laquelle il " opère toutes choses selon le conseil de sa volonté "( Eph. 1:11). Conformément au plan révélé dans sa parole, Dieu résolut de permettre que le péché et la misère tyrannisassent et opprimassent le monde pendant six mille ans, et que dans le septième millénaire toutes choses soient rétablies et le mal et toutes ses conséquences soient extirpés par Jésus-Christ, qu’il prédestina pour cette oeuvre. Lors donc que les six mille ans du règne du mal touchèrent à leur fin, Dieu permit aux circonstances de favoriser les découvertes, aussi bien par l’étude de ses deux Livres, celui de la Révélation et celui de la Nature, que par, la préparation d’appareils mécaniques et chimiques utiles, lors de la bénédiction et du rétablissement de l’humanité durant l’âge millénaire qui est sur le point de commencer. Que ce soit-là le plan de Dieu, cela est clairement indiqué par la déclaration prophétique: " Et toi, Daniel, cache les paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs courront [alors] çà et là ; et la connaissance [non pas la capacité intellectuelle] sera augmentée "," et aucun des méchants ne comprendra [le plan et les voies de Dieu] ; mais les sages comprendront, "" et ce sera un temps de détresse tel qu’il n’y en a pas eu depuis qu’il existe une nation jusqu’à ce temps-là. "- Dan. 12:1, 4, 10. Il peut paraître étrange à quelques-uns que Dieu n’ait point ordonné le cours des choses de façon à ce que les inventions et les bénédictions présentes vinssent plus tôt pour alléger la malédiction qui repose sur l’humanité. Mais ceux-là devraient se souvenir que le plan de Dieu a été de porter le genre humain à apprécier pleinement la malédiction, afin que lorsque la bénédiction viendra sur tous, tous puissent être à toujours profondément convaincus en eux-mêmes de la malignité du péché. En outre, Dieu prévit et

 

A182

 

prédit ce que le monde ne voit et ne sait pas encore, savoir que ses bénédictions les plus précieuses ne conduiraient qu’à de plus grands maux et produiraient des souffrances plus douloureuses, si elles étaient accordées à ceux dont le coeur ne se trouve point en harmonie avec les justes lois de l’univers. Finalement on verra que la permission actuelle accordée par Dieu de l’augmentation des bénédictions a été une leçon pratique sur cette question, qui servira d’exemple de la vérité de ce principe dans toute l’éternité, -aux anges aussi bien qu’à l’humanité restaurée. Comment cela se peut-il ? Nous répondons simplement Ceci:d’Abord:tant et aussi longtemps que l’humanité est dans sa condition déchue et dépravée, sans lois et punitions sévères et sans un gouvernement assez fort pour les appliquer, les penchants à l’égoïsme conserveront plus ou moins de pouvoir sur tous les hommes. Et avec leur capacité inégale, dont nous venons de parler, il est impossible que le résultat de l’invention de machines économiques n’ait une autre tendance, depuis l’agitation et l’élévation occasionnées par la fabrication de machines, que celle de rendre les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. La tendance manifeste du temps est vers le monopole et l’agrandissement des personnalités, ce qui place le profit directement dans les mains de ceux dont les capacités et les avantages naturels sont déjà les plus favorables. Ensuite:s’il était possible de faire une loi de manière à répartir les richesses présentes et leur accroissement journalier également entre toutes les classes, ce qui n’est pas possible, le résultat serait même plus préjudiciable que ne l’est la condition actuelle, sans la perfection humaine et sans un régime surnaturel pour régler les affaires humaines. Si le profit des machines économiques et de tous les moyens modernes était réparti également, le résultat serait,

 

A183

 

sous peu, une grande diminution d’heures de travail et une grande augmentation d’heures de loisir. L’oisiveté est une des choses les plus pernicieuses pour des êtres déchus. Grâce à la nécessité de travailler à la sueur de son visage, la décadence de notre race n’a pas marché plus rapidement que cela ne se voit aujourd’hui. L’oisiveté est la mère de tous les vices ; et la dégradation intellectuelle, morale et physique en sont les conséquences. On voit par là la sagesse et la bonté de Dieu qui a retenu ces bénédictions jusqu’à ce que le temps fixé pour leur introduction fût venu, comme préparation pour le règne millénaire de bénédiction. Sous la direction du gouvernement surnaturel du Royaume de Dieu, non seulement toutes les bénédictions seront réparties équitablement entre tous les hommes, mais aussi le temps de loisir sera réglé et dirigé, par le même gouvernement surnaturel, de telle sorte que la vertu sera produite et l’humanité conduite vers la perfection mentale, morale et physique. Il est permis que l’accroissement présent d’inventions et d’autres bénédictions par l’augmentation de connaissances vienne si insensiblement et d’une manière si naturelle à ce " jour qu’il a fixé pour la bataille "( Nahum 2:4- " ou jour de sa préparation "), que les hommes s’en flattent comme des conquêtes de cet " âge du cerveau "; mais il sera permis, dans une large mesure, que cet âge se termine d’une façon qui désappointera, fortement, il n’y a pas de doute, ces sages philosophes. C’est l’augmentation même de ces bénédictions qui est déjà en train d’introduire dans le monde le temps de détresse, tel qu’il n’y en a point eu depuis qu’il existe des nations. Le prophète Daniel, cité ci-dessus, joint l’augmentation de connaissance au temps de détresse. La connaissance cause la détresse par suite de la dépravation de la race. L’augmentation de la connaissance n’a pas seulement apporté

 

A184

 

des machines économiques merveilleuses, mais elle a aussi conduit à l’accroissement de l’habileté médicale, [et spécialement de la science naturelle de guérir], par laquelle des milliers de vies se prolongent ; et elle a tant éclairé le genre humain que la tuerie d’hommes, nommée guerre, est devenue moins populaire, et, de cette manière aussi, d’autres milliers de vies s’épargnent ; tout cela contribue à multiplier la race qui s’augmente plus rapidement peut-être aujourd’hui qu’en aucune autre période de l’histoire. Ainsi, tandis que l’humanité augmente si rapidement, le besoin d’ouvriers (ou de travail pour elle) se trouve en décroissance d’une manière correspondante. Comment doit-on donc pourvoir à l’emploi et à la subsistance de cette vaste classe ouvrière qui augmente toujours davantage et dont le service est remplacé par des machines, tandis que les besoins et les exigences ne connaissent aucunes bornes ? Que la solution de ce problème soit au-dessus de leur capacité intellectuelle, c’est un fait que les philosophes de " l’ âge du cerveau " sont finalement forcés d’admettre. L’égoïsme continuera à gouverner les riches qui ont pouvoir et profit en mains et à les aveugler aussi bien au point de vue du bon sens qu’à celui de la justice, tandis qu’un égoïsme semblable, joint à l’instinct de la conservation de soi-même et en relation avec la connaissance toujours plus étendue de leurs droits, donnera du nerf à quelques-uns et en enflammera d’autres de la classe la plus pauvre ; et le résultat sera que ces bénédictions se manifesteront comme effroyables pendant un temps ; elles provoqueront un temps de détresse, vraiment " tel qu’il n’y en a point eu depuis que les nations existent, " et cela parce que l’homme, dans sa condition dépravée, sans guide et sans surveillance, ne peut utiliser ces bénédictIons convenablement. Ce n’est que lorsque le règne millénaire aura écrit à nouveau la loi de Dieu dans le coeur humain

 

A185

 

restauré, que les hommes seront capables de jouir de la pleine liberté, sans préjudice et sans danger. Le " temps de détresse " finira au temps fixé, quand celui qui parla à la mer de Galilée en fureur, commandera pareillement à la mer furieuse des passions humaines, en disant: " Tais-toi, sois tranquille !" Quand le Prince de la paix " se lèvera " avec autorité, un grand calme se fera. Alors les éléments furieux et opposés reconnaîtront l’autorité de " l’Oint de Jéhovah "," la gloire de l’Eternel se manifestera, et toute chair la verra en même temps ;" et dans le règne de Christ, commençant de cette manière, " toutes les familles de la terre seront bénies ". Alors les hommes verront que ce qu’ils attribuèrent à l’évolution, au développement naturel et à l’habileté de " l’âge du cerveau " ne fut rien d’autre que les " éclairs " de Jéhovah (Ps. 77:19) qui illuminèrent le monde au " jour de sa préparation " pour bénir l’humanité. Mais, pour le présent, il n’y a que les saints qui puissent le voir, et seul le sage en sagesse céleste peut le comprendre ; car " le secret de l’Eternel est pour ceux qui le craignent, et son alliance pour la leur donner à connaître "( Ps. 25:14). Dieu soit loué de ce que, tandis que la connaissance s’est augmentée, il a aussi pourvu à ce que ses enfants ne soient point laissés stériles dans la connaissance du Seigneur (2 Pierre 1:8) et dans la compréhension de ses plans ! Et, par cette compréhension de sa parole et de ses plans, nous sommes mis à même de discerner et de fuir la vaine philosophie et les objections [contre la parole de Dieu] qu’on appelle à tort la " science ". Le récit de la Bible sur la création de l’homme, dit que Dieu l’a créé droit et parfait, à son image même ; mais que les hommes " ont cherché beaucoup de discours "( ou " de détours. "- Gen. 1:27 ; Rom. 5:12 ; Eccl. 7:29) et se sont corrompus ; que tous étant pécheurs, ils furent incapables

 

A186

 

de s’aider eux-mêmes " et ne purent se racheter l’un l’autre, ni donner à Dieu le prix du rachat "( Ps. 49:8) ; que Dieu y pourvut dans son amour et dans sa compassion ; que, en conséquence, le Fils de Dieu devint homme et paya le prix de la rançon de l’homme ; et que, comme récompense pour ce sacrifice et en vue de l’achèvement du grand oeuvre de réconciliation, il fut souverainement élevé, pour pouvoir effectuer, au temps fixé, le rétablissement de la race humaine dans la perfection originelle et dans tous les biens qu’elle possédait autrefois. Ces choses sont clairement enseignées dans les Ecritures, du commencement à la fin, et sont en opposition directe et inconciliable avec la théorie évolutionniste de toute " science faussement ainsi nommée ".

 

Gloire Millénaire.

 

Réjouissez-vous donc ! le temps promis est là ; Exultez de plaisir ! le désert fleurira.

 

Les fils de Sion sont joyeux ; Le lieu désert fleurit heureux. Jouissez ! jouissez ! le temps promis est là ; Jouissez ! jouissez ! le désert fleurira. La bannière de la Nouvelle S’agite déjà fière et belle ; Et tout être libre ou lié, Va saluer le jubilé.

 

Réjouissez-vous donc ! le temps promis est là ; Egayez-vous encor ! l’univers chantera. De Sion la loi doit sortir ; Du sud au nord tous vont l’ouïr. Jouissez ! jouissez ! le temps promis est là ; Jouissez ! jouissez ! l’univers chantera. La justice est dans tout le monde, Et le bonheur partout abonde ; Que tout coeur soit reconnaissant, Que toute bouche en dise autant.

 

Réjouissez-vous donc ! le temps promis est là ; Exultez ! le Prince de la paix régnera.

 

Dans ce Royaume rien ne nuit,

 

A l’herbe le loup est réduit. Célébrez l’Eternel ! le temps promis est là ; Jouissez ! le Prince de la paix régnera.

 

Les lances ne servent plus guère

 

Que pour serpes et socs de Terre:partout la paix a le dessus, Et les guerres n’existent plus.

Chapitre X—LA NATURE HUMAINE ET LA NATURE SPIRITUELLE SONT DIFFERENTES ET DISTINCTES L’UNE DE L’AUTRE

 

A188

 

Idées fausses assez communes sur toutes les deux. -Natures terrestres ou humaines et natures célestes ou spirituelles. -Gloire terrestre et gloire céleste. -Témoignage de la Bible touchant les êtres spirituels. -Mortalité et immortalité. -Des êtres mortels peuvent-ils avoir la vie éternelle ?- Justice dans la dispensation essai de la grâce. -Examen d’un principe supposé comme tel. -Variété dans la perfection. -Le droit souverain de Dieu. -Ce que Dieu a préparé pour l’homme:-Une belle part. -L’élection des membres du corps de Christ. -Comment s’effectuera le changement de leur nature.

 

Parce qu’elle ne comprend pas que le plan de Dieu projette un rétablissement de tout le genre humain dans son état précédent, -dans la perfection perdue en Eden, -et que l’Eglise chrétienne, comme exception à ce plan général, sera changée de la nature humaine à la nature spirituelle, la chrétienté croit généralement qu’aucun homme ne sera sauvé s’il n’atteint la nature spirituelle. Les Ecritures, toutefois, tout en contenant des promesses de bénédiction, de vie et de rétablissement pour toutes les familles de la terre, n’offrent et ne promettent le changement de nature qu’à l’Eglise élue durant l’âge de l’Evangile ; et pas un seul passage ne peut être trouvé qui entretienne de pareilles espérances pour qui que ce soit d’autre.

 

Lorsque les masses du genre humain seront délivrées

 

A189

 

de toute la dégradation, la faiblesse, la douleur, la misère et la mort que le péché leur a values, et seront rétablies dans l’état de perfection humaine, représentée en Adam avant la chute, elles seront aussi réellement et complètement guéries de cette chute que ceux qui, grâce à " l’appel céleste " de l’ère évangélique, deviennent " participants de la nature divine ".

 

Ne pas comprendre justement ce qui constitue un homme parfait, entretenir des notions confuses sur les termes mortalité et immortalité et des idées fausses sur la justice, ont ensemble contribué à faire naître cette erreur et à obscurcir plusieurs passages de la Bible autrement très faciles à comprendre. Une opinion assez répandue, mais qui n’est soutenue par aucun texte biblique, est celle qu’il ne se trouva jamais un homme parfait sur la terre, que tout ce que l’on voit d’un homme sur la terre n’est que l’homme développé en partie et que, pour devenir parfait, il faut devenir spirituel. Cette manière de voir jette la confusion dans les Ecritures, au lieu de développer cette harmonie et cette beauté qui en découlent si nous " dispensons comme il faut la parole de la vérité ".- 2 Tim. 2:15.

 

Les Ecritures enseignent qu’il y a eu deux, et seulement deux, hommes parfaits-Adam et Jésus. Adam fut créé à l’image de Dieu ; c’est à dire avec des facultés mentales pareilles de raison, de mémoire, de jugement et de volonté, et des attributs moraux pareils de justice, de bonté et d’amour, etc. " De la terre et terrestre ", il était une image terrestre d’un être spirituel, possédant des attributs du même genre, quoique bien différents en degré, en quantité et en étendue. L’homme est une image de Dieu à ce point que Dieu peut même dire aux hommes déchus: " Venez.... et débattons nos droits. "- Esaïe 1 :18.

 

Comme Jéhovah domine sur toutes choses, ainsi l’homme fut fait dominateur sur toutes les choses terrestres:-

 

A190

 

" Puis Dieu Dit:faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance,  et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux des cieux, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tout reptile qui rampe sur la terre "( Gen. 1:26). Moïse nous dit (Gen. 1:31) que Dieu n’a pas simplement commencé par faire l’homme, -qu’il avait fait, -mais qu’il l’a achevé: " Dieu vit ce qu’il avait fait, et voici, cela était très bon, " ce qui veut dire parfait ; car rien d’inférieur à la perfection n’est, dans ses créatures intelligentes, très bon aux yeux de Dieu.

 

La perfection en laquelle l’homme fut créé est exprimée dans Ps. 8:5-9: " Qu’est-ce que l’homme mortel, que tu te souviennes de lui ; et le fils de l’homme, que tu le visites ? Car tu l’as fait un peu moindre que les anges, et tu l’as couronné de gloire et d’honneur. Tu l’as établi dominateur sur les ouvrages de tes mains ; tu lui as mis toutes choses sous ses pieds ; toutes les brebis et tous les boeufs et même les bêtes des champs ; les oiseaux des cieux et les poissons de la mer, ce qui passe par les sentiers de la mer. " Ceux qui aimeraient à rendre la Bible favorable à une théorie d’évolution ont émis l’idée que l’expression " un peu inférieur ", dans Hébr. 2:7, pourrait signifier un petit instant, et non un petit degré, inférieur aux anges. Il n’y a cependant aucune raison pour admettre une interprétation pareille. C’est une citation du Ps. 8:5, et une comparaison critique des textes hébreu et grec ne peut laisser de doute quant à son vrai sens. L’idée, clairement exprimée, est:un peu inférieur, un degré inférieur, aux anges.

 

Dans ce psaume, David rappelle à l’homme son état originel, et il donne à entendre, prophétiquement, que Dieu n’a pas abandonné son plan originel, -c’est à dire celui en vertu duquel il a créé l’homme à sa propre image, roi de la terre, -qu’il veut se ressouvenir de lui, le délivrer et le rétablir dans la même état. L’apôtre (Hébr. 2:7)

 

A191

 

Attire notre attention sur le même fait, -que Dieu n’a point renoncé à son dessein originel ; qu’il se ressouviendra de l’homme primitivement grand et parfait, du roi de la terre, qu’il le visitera et le rétablira. Puis il Ajoute:nous ne voyons point encore ce rétablissement promis, mais nous voyons le premier pas que Dieu fit dans la direction de son accomplissement. Nous voyons Jésus, couronné de cette gloire et de l’honneur d’une humanité parfaite, afin que par la grâce de Dieu il puisse souffrir la mort pour tous, et, ainsi, préparer à l’homme le chemin de la restitution de tout ce qui était perdu. Voici la traduction de ce passage d’après la version de Lausanne:

 

" Qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui ?  Tu l’as fait quelque peu inférieur aux anges ; Ou le fils de l’homme, pour que tu le visites ? Tu l’as couronné de gloire et d’honneur ; Et tu l’as établi sur les oeuvres de tes mains. "

 

On ne devrait pas non plus conclure qu’un peu inférieur en degré veuille dire un peu moins parfait. Une créature peut être parfaite et se trouver tout de même en un degré d’existence inférieur à celui d’un autre ; un cheval parfait, par exemple, serait inférieur à un homme parfait, etc. Il y a des natures distinctes, animées et inanimées. Comme illustration, nous renvoyons à la table suivante.

 

CLASSIFICATION Etres célestes ou spirituels Etres animaux ou terrestres Règne végétal Règne minéral Divins Homme Arbres Or-Bête Arbustes Argent-Oiseau Herbes Cuivre Angéliques Poisson Mousses Fer

 

A192

 

Chacun des minéraux mentionnés peut être pur et cependant l’or se trouve au plus haut rang. Si chacune des variétés de l’espèce végétale était amenée à la perfection, elles différeraient toujours en nature et en rang. De même avec l’espèce animale:si chaque variété parvenait à la perfection, il y aurait toujours une grande diversité, car le perfectionnement d’une nature ne la change pas (1). Ainsi en est-il des catégories d’êtres spirituels:quoique parfaits, ces êtres sont en rapport supérieur et inférieur l’un à l’autre en nature ou en genre. La nature divine est la plus haute et la plus élevée de toutes les natures spirituelles. Christ est " devenu d’autant supérieur " aux anges parfaits que la nature divine est supérieure à la nature angélique. -Hébr. 1:3-5.

 

Remarquez bien que tandis que les classes dont il est fait mention dans le tableau qui précède sont distinctes et séparées, la comparaison suivante peut pourtant être établie. Le rang le plus élevé du règne minéral est inférieur au degré le plus bas du règne végétal, ou est " un peu moindre ", parce que dans la végétation il y a de la vie. De même le degré le plus élevé du règne végétal est un peu inférieur au degré le plus bas du règne animal, parce que la vie animale, même dans son expression la plus faible, a assez d’intelligence pour avoir conscience de son existence. Ainsi en est-il de l’homme:quoique le plus élevé du règne animal, des êtres terrestres animés, il est un peu plus bas que les anges, parce que les anges sont des êtres spirituels ou célestes.

 

Un contraste étonnant subsiste entre l’homme actuel, dégradé par le péché, et l’homme parfait que Dieu fit à

 

——

 

(1) Nous nous servons quelquefois du mot nature dans un sens impropre, comme par exemple, quand nous disons: " Ce chien a une nature sauvage, " ou " ce cheval a une nature docile, " etc. Mais en employant ce mot ainsi, nous voulons simplement désigner l’aptitude ou la disposition de l’être ainsi décrit comparé avec d’autres ; il ne se rapporte pas à la  nature dans le vrai sens du mot.

 

A193

 

son image. Le péché a changé insensiblement ses traits ainsi que son caractère. Des centaines de générations ont, par leur ignorance, leur inconduite et leur dépravation générale, tellement gâté et défiguré l’espèce humaine que l’image de Dieu s’est à peu près effacée dans la majorité de la race. Les qualités morales et intellectuelles se rapetissent de plus en plus, et l’instinct animal s’est développé au point qu’il l’emporte maintenant sur le plus élevé. L’homme a perdu ses forces physiques à tel point que, en dépit de toute l’aide de la science médicale, la durée moyenne de la vie humaine n’est plus que de 30 ans environ, tandis qu’en premier lieu, sous le même châtiment, il atteignit l’âge de 930 ans. Mais quoique ainsi dégradé et corrompu par le péché et son châtiment, qui agit efficacement en lui, l’homme va être rétabli dans sa perfection originelle de corps et d’esprit, la gloire, la dignité et la domination premières, pendant et par le règne millénaire du Christ. Ce qui doit être restauré au moyen du Christ et par lui, ce sont les choses qui furent perdues par la transgression d’Adam (Rom. 5:18,19). L’homme n’a pas perdu un paradis céleste, mais bien un paradis terrestre. A la suite du châtiment de la mort, il ne perdit point l’existence spirituelle, mais une existence humaine ; et tout ce qui était perdu fut racheté par son Rédempteur, qui déclara être venu chercher et sauver ce qui est perdu. -Luc 19:10.

 

Voici encore une autre preuve que l’homme parfait n’est pas un être spirituel. L’Ecriture nous enseigne qu’avant de quitter sa gloire pour devenir homme, Jésus était " en forme de Dieu "- une forme spirituelle, un être spirituelle ; mais que pour devenir une rançon pour l’humanité il lui fallut devenir homme de même nature que le pécheur, pour lequel il devait se substituer au châtiment et subir la mort ; de là la nécessité du changement

 

A194

 

de sa nature. Et Paul nous dit qu’il ne prit point la nature des anges, un degré inférieur à sa propre nature, mais qu’il descendit de deux degrés, qu’il prit la nature de l’homme, -il devint homme ; il " a été fait chair. "- Hébr. 2:16 ; Phil. 2:5-8 ; Jean 1:14.

 

Remarquez que ces passages n’enseignent pas seulement que la nature angélique n’est point l’unique ordre d’êtres spirituels, mais encore qu’elle est une nature inférieure à celle que notre Seigneur Jésus possédait avant de devenir homme. Et avant de s’être humilié ainsi, Jésus n’était point aussi élevé qu’il l’est actuellement:-Dieu l’a [" haut élevé "- Darby], à cause de l’obéissance dont il fit preuve en devenant la rançon volontaire de l’homme. Il appartient maintenant à l’ordre spirituel le plus élevé ; il participe à la nature divine [de Jéhovah].

 

Nous voyons donc qu’il est non seulement prouvé que les natures divine, angélique et humaine sont séparées et distinctes, mais aussi, qu’être un homme parfait, n’est pas être un ange, pas plus qu’être un ange parfait n’est être égal et semblable à Jéhovah ; car Jésus ne prit point la nature des anges, mais une nature différente-la nature de l’homme ; non pas la nature humaine imparfaite, telle que nous la possédons maintenant, mais la nature humaine parfaite. Il devint homme ; non pas un être dépravé et mort ou de peu s’en faut (état des hommes actuels), mais un homme en pleine vigueur de perfection.

 

De plus, il faut que Jésus ait été un homme parfait, sans cela il n’aurait pu observer une loi parfaite, ce qui est l’exacte mesure de la capacité d’un homme parfait. Et il doit avoir été un homme parfait, autrement il n’aurait pu donner une rançon [un prix correspondant-1 Tim. 2:6] pour la vie totalement perdue de l’homme parfait, Adam. " Car puisque la mort est venue par un homme, la résurrection

 

A195

 

des morts est venue aussi par un homme "( 1 Cor. 15:21). S’il avait été imparfait au moindre degré, cela aurait prouvé qu’il était sujet à la condamnation, et par conséquent il n’aurait pu être un sacrifice agréable ; il n’aurait pu accomplir la loi de Dieu parfaitement. Un seul homme parfait fut mis à l’épreuve, il céda et fut condamné ; seul un homme parfait put payer le prix correspondant, devenir le Rédempteur. -Jac. 3:2.

 

Maintenant la question se présente nettement à nous sous une autre forme, qui est celle-ci:si Jésus était un homme parfait dans la chair, tel que les Ecritures le représentent, cela ne prouve-t-il pas qu’un homme parfait est un être charnel, humain, -non un ange, mais un peu moindre que les anges ? Cette conclusion logique est évidente ; et nous avons en outre les déclarations inspirées du Psalmiste et de Paul. -Ps. 8:5-8 ; Hébr. 2:7-9.

 

Jésus ne fut pas non plus une combinaison de deux natures, c’est à dire d’une nature humaine et d’une nature spirituelle. Le mélange de deux natures ne produit ni l’une ni l’autre, mais une chose imparfaite et hybride, qui, selon la loi de Dieu, est blâmable et sujette au châtiment. Lorsque Jésus était dans la chair il était un être humain, parfait ; avant ce temps-là, il était un être spirituel, parfait ; et depuis sa résurrection il est un être spirituel, parfait, au plus haut degré d’ordre divin. Ce ne fut point avant l’époque de sa consécration même jusqu’à la mort, telle qu ‘elle fut symbolisée dans son baptême, -à l’âge de trente ans (l’âge viril selon la loi et par conséquent le temps convenable de se consacrer lui-même comme homme fait), -qu’il reçut le gage (ou les arrhes) de son héritage de la nature divine (Matth. 3:16,17). La nature humaine dut être consacrée à la mort avant qu’il pût recevoir le gage de la nature divine. Et ce ne fut pas avant que cette consécration se fût accomplie réellement et qu’il eût sacrifié

 

A196

 

réellement la nature humaine jusqu’à la mort, que notre Seigneur Jésus participa entièrement de la nature divine. Après qu’il fut devenu homme, il fut obéissant jusqu’à la Mort:c’est pourquoi aussi, Dieu l’a souverainement élevé:à la nature divine (Phil. 2:8,9). Si ce passage est vrai, il s’ensuit qu’il ne fut élevé à la nature divine que lorsque sa nature humaine fut sacrifiée réellement-fut morte.

 

Nous voyons donc qu’en Jésus il n’y avait aucun mélange de natures, mais qu’il subit deux fois la métamorphose de sa nature ; en premier lieu, de la spirituelle à l’humaine ; ensuite, de l’humaine au plus haut ordre de la nature spirituelle, la nature divine ; et, dans les deux cas, l’une fut abandonnée pour l’autre.

 

A ce grand exemple d’une parfaite nature humaine, qui se tenait sans tache et sans défaut devant le monde jusqu’à ce qu’elle fût sacrifiée pour la Rédemption du monde, nous concevons la perfection dont notre race fut déchue en Adam et en laquelle elle doit être restaurée. En devenant la rançon de l’homme, notre Seigneur Jésus donna l’équivalent pour ce que l’homme avait perdu ; et, par conséquent, tout le genre humain peut recevoir de nouveau, par la foi et par l’obéissance en Christ, une parfaite et glorieuse nature humaine, - " ce qui était perdu ", mais non une nature spirituelle.

 

Les facultés et les forces parfaites d’un être humain parfait peuvent bien être exercées indéfiniment, et cela sur des objets d’intérêt toujours nouveaux et variés, et les connaissances et l’habileté peuvent s’augmenter immensément ; mais de tels accroissements de facultés et de connaissances n’effectueront jamais un changement de nature, comme aussi ils ne la rendront pas plus parfaite encore. Tout cela ne sera que l’élargissement et le développement des facultés de l’homme parfait. L’augmentation de connaissances

 

A197

 

et d’habileté sera sans doute le privilège béni de l’homme dans toute éternité ; il restera pourtant toujours homme, et n’apprendra que de plus en plus l’usage des forces que la nature humaine possède déjà. Il ne peut espérer et ne désirera pas s’avancer au-delà des vastes limites de sa nature, ses désirs correspondant exactement à son pouvoir.

 

Autant Jésus comme homme fut une manifestation de la nature humaine parfaite, en laquelle sera restaurée la masse de l’humanité, autant il est, depuis sa résurrection, une manifestation de la glorieuse nature divine de laquelle l’Eglise triomphante participera à la résurrection.

 

Parce que l’âge présent est consacré principalement au développement de cette classe qui doit changer de nature et parce que les épîtres apostoliques sont destinées à l’instruction de ce " petit troupeau ", il ne faudrait pas en conclure que les plans de Dieu finiront, une fois que cette troupe élue sera complète. D’un autre côté, nous ne devons pas non plus tomber dans l’extrême contraire et supposer que les promesses spéciales de la nature divine, -les corps spirituels, etc., -qui leur sont faite, sont destinées par Dieu à toute l’humanité. Pour ceux-là sont " les plus grandes et les plus précieuses promesses, " au-dessus et en outre des autres précieuses promesses concernant toute l’humanité. Pour pouvoir bien dispenser la parole de la vérité, nous devrions remarquer que les Ecritures envisagent séparément la perfection de la nature divine du " petit troupeau " et la perfection de la nature humaine du monde rétabli.

 

Recherchons maintenant plus particulièrement ce que sont des êtres spirituels, de quelles forces ils sont pourvus et par quelles lois ils sont gouvernés ? Parce qu’ils ne peuvent comprendre la nature d’un être spirituel, plusieurs semblent croire, non sans superstition, qu’un esprit n’est

 

A198

 

tout bonnement qu’un ombre ou un mythe. Mais Paul ne semble pas avoir eut une telle idée. Il est vrai qu’il donne à entendre qu’un être humain est incapable de comprendre la nature supérieure, spirituelle (1 Cor. 2:14), mais il expose clairement, comme s’il voulait se préserver de toute notion mythique ou superstitieuse possible, qu’il y a un corps spirituel, comme il y a un corps animal (humain), un corps céleste , comme il y a un corps terrestre, et qu’il y a une gloire terrestre aussi bien qu’une céleste. La gloire terrestre, comme nous venons de la voir, fut perdue par le péché du premier homme Adam, et sera restituée au genre humain, durant le Millenium, par le Seigneur Jésus et par son épouse (le Christ, tête et corps). La gloire du corps céleste est encore inconnue jusqu’à présent, pour autant qu’elle n’est pas révélée par l’Esprit à l’oeil de la foi au moyen de la Parole. Il y a une grande différence entre ces deux, la gloire terrestre et la gloire céleste (1 Cor. 15:38-49). Nous savons jusqu’à un certain point ce que c’est qu’un corps naturel, terrestre, car nous possédons un pareil corps maintenant et nous pouvons à peu près nous faire une idée de la gloire de sa perfection. Il est chair, sang et os ; car " ce qui est né de la chair est chair ". Comme il y a deux genres distincts du corps, le spirituel, quoi qu’il soit, n’est donc point composé de chair, de sang et d’os ; il est céleste et spirituel- " ce qui est né de l’Esprit est esprit. " Mais ce qu’est un corps spirituel, nous ne le savons pas, car " ce que nous serons n’a pas encore été manifesté... nous serons semblables à lui ",- semblables à notre Seigneur Jésus. -Jean 3:6 ; 1 Jean 3:2.

 

Nous ne possédons aucun récit sur un être quelconque, soit spirituel, soit humain, changé d’une nature en une autre, sauf sur le Fils de Dieu ; et cela fut un cas exceptionnel pour un but exceptionnel. Lorsque Dieu créa des anges, ce fut sans doute dans l’intention qu’ils restent

 

A199

 

Anges pour toujours ; et il en est de même avec l’homme ; chaque être doit être parfait dans sa propre sphère . Les Ecritures de moins ne nous font connaître aucune autre intention. De même qu’il se trouve dans la création inanimée une variété charmante presque infinie, ainsi une même variété de perfection est possible dans la création animée et intelligente. Chaque créature est glorieuse dans sa perfection ; mais comme Paul dit: " autre est l’éclat des corps célestes, autre celui des corps terrestres, "- ils sont distincts l’un de l’autre suivant leur nature.

 

Un examen de ce qui fut rapporté de Jésus après sa résurrection, et des anges, qui sont aussi des êtres spirituels, peut nous donner une notion approchante de ce que sont des êtres spirituels, mais toujours " en adaptant les choses spirituelles aux spirituelles "( 1 Cor. 2:13. -Lausanne) Avant tout, nous voyons que les anges peuvent être présents, amis invisiblement, et qu’ils le sont même fréquemment.  " L’ange de l’Eternel campe autour de ceux qui le craignent, et il les garantit ;" et " ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ?"( Ps. 34:8 ; Hébr. 1:14.) Ont-ils servi visiblement ou invisiblement ? Sans doute invisiblement. Elisée fut environné d’une armée d’Assyriens ; son serviteur en eut peur ; alors Elisée pria l’Eternel, et les yeux du jeune homme furent ouverts, et il vit la montagne pleine de chevaux et de chariots de feu autour d’Elisée. Puis, l’ânesse qui vit l’ange, parce que ses yeux furent ouverts, tandis qu’il fut invisible à Balaam.

 

Ensuite, les anges peuvent se revêtir de corps humains et apparaître sous forme humaine, ce qui eut lieu souvent. Le Seigneur et deux anges apparurent ainsi à Abraham, qui leur prépara un repas, duquel ils mangèrent. Tout d’abord Abraham les prit pour trois hommes, et ce ne fut

 

A200

 

qu’au moment de leur départ qu’il s’aperçut que l’un d’entre eux était le Seigneur, et, les deux autres des anges qui allèrent ensuite à Sodome et délivrèrent Lot (Gen. 18:1,2). Un ange apparut à Gédéon sous forme d’un homme, mais se fit connaître plus tard. Un ange apparut au père et à la mère de Samson, et ils le prirent pour un homme jusqu’à ce qu’il montât au ciel dans la flamme de l’autel. -Juges 6:11-22 ; 13:20. Troisièmement, les êtres spirituels sont glorieux dans leur état normal, et sont souvent décrits comme glorieux et brillants. Le visage de l’ange qui roula la pierre de devant l’entrée du sépulcre " était comme un éclair ". Daniel vit un corps spirituel qu’il décrivit de la façon suivante: " Son corps était comme de chrysolite, son visage brillait comme l’éclair, ses yeux étaient comme des flammes de feu, ses bras et ses pieds ressemblaient à de l’airain poli, et le son de sa voix était comme le bruit d’une multitude "( Dan.10:6, 10, 15, 17). Saul de Tarse vit resplendir le glorieux corps de Jésus, dont l’éclat surpassait celui du soleil en plein midi. Saul perdit la vue et tomba par terre. Jusqu’ici nous avons trouvé que les êtres spirituels sont en effet glorieux, mais Invisibles à l’homme si les yeux de ce dernier ne lui sont pas ouverts, ou s’ils n’apparaissent pas sous forme humaine dans la chair. Cette conclusion se confirme encore davantage, si nous examinons les détails particuliers de ces manifestations. Le Seigneur ne fut vu que par Saul, les hommes qui faisaient le voyage avec lui entendirent bien une voix, mais ne virent personne (Act. 9:7). Les hommes qui étaient avec Daniel ne virent point l’être glorieux qu’il décrivit, mais une grande frayeur s’empara d’eux et ils s’enfuirent pour se cacher. Encore cet être glorieux déclara: " Le chef du royaume de Perse m’a résisté vingt et un jours "( Dan. 10:13). Daniel l’homme agréable (ou bien-aimé) tomba-t-il assoupi devant celui

 

A201

 

Auquel le chef de Perse résista vingt et un jours ? Comment cela ? Naturellement l’être glorieux n’apparut pas glorieusement au chef ! Non ; ou bien il lui apparut invisiblement, ou bien il lui apparut comme homme. Puisque notre Seigneur est un être spirituel depuis sa résurrection, il s’ensuit que la même puissance, qui se montre dans les anges, se trouve aussi en lui. Et c’est le cas, comme nous le verrons plus clairement dans un chapitre subséquent. Ainsi nous trouvons que les Ecritures regardent les natures spirituelle et humaine comme deux choses tout à fait distinctes et séparées, et ne prouvent nullement que l’une puisse se transformer en l’autre, ou se développer de l’autre; mais au contraire, elles démontrent qu’un petit nombre seulement d’entre les hommes sera transformé de la nature humaine à la nature divine, à laquelle Jésus, son chef. fut déjà élevé. Et ce trait spécial et remarquable du plan de Jéhovah a pour but spécial et extraordinaire de pouvoir se servir de cette troupe comme du moyen de Dieu, par excellence, pour le grand oeuvre futur, de rétablir toutes choses. Examinons maintenant les termes

 

Mortalité et Immortalité.

 

Nous trouverons leur vraie signification en parfait accord avec ce que nous avons appris de notre comparaison des exposés de la Bible concernant les êtres humains et spirituels et les promesses terrestres et célestes. On donne ordinairement des définitions très vagues de ces mots, et des idées fausses sur leur sens produisent des vues erronées sur des sujets qui sont en rapport avec eux:c’ est le cas dans l’usage général comme dans celui de l’Ecriture. "  Mortalité " désigne la condition ou l’état de ce qui

 

A202

 

est sujet à la mort ; non pas une condition de mort, mais une condition dans laquelle la mort est une possibilité.

 

" Immortalité " désigne la condition ou l’état de ce qui n’est pas sujet à la mort ; non seulement une condition de franchise ou d’exemption de la

 

mort, mais une condition dans laquelle la mort est une impossibilité.

 

Une idée très répandue mais erronée consiste à croire que la mortalité [ou être mortel] est une condition dans laquelle la mort est inévitable, tandis que l’idée commune sur la signification d’immortalité est plus correcte en général.

 

Le mot immortel signifie non mortel ; la construction même du mot indique sa vraie définition. C’est à cause de l’influence d ‘une idée fausse sur le mot mortel que tant de personnes s’embourbent quand elles essayent de déterminer si Adam était mortel ou immortel avant sa transgression. Elles pensent que s’il avait été immortel Dieu n’aurait point dit: " Au jour que tu en mangeras, tu mourras de mort ;" puisqu’il est impossible qu’un être immortel meure. Cela est une conclusion logique. D’un autre côté, elles disent ; s’il avait été mortel, en quoi aurait consisté la menace ou le châtiment de l’expression: " Tu mourras de mort ": puisque (d’après leur définition erronée) il n’aurait pu échapper à la mort dans tous les cas ?

 

La difficulté se trouve, comme on le verra, dans la fausse signification donnée au mot mortalité. Appliquez-y la définition correcte, et tout sera clair. Adam était mortel, -c’est à dire dans une condition où la mort était une possibilité. Il avait la vie pleine et parfaite, toutefois point de vie inhérente. Sa vie fut entretenue par " tout arbre de jardin ", à l’exception de celui qui était défendu ; et aussi longtemps qu’il restait obéissant à son Créateur et en harmonie avec lui, sa vie était assurée, -les éléments de son entretien ne lui auraient point été retirés. Nous

 

A203

 

voyons donc qu’Adam avait la vie, et aurait pu tout à fait éviter la mort ; néanmoins sa condition était telle que la mort y fut possible, -il était mortel. Puis la question se Pose:supposons Adam mortel, fut-il mis à l’épreuve pour savoir s’il était digne de l’immortalité ? La réponse générale serait:oui. Nous répondons:non. Son épreuve eut lieu pour voir s’il était digne ou indigne de la continuation de la vie et des bénédictions qu’il possédait déjà. Du moment qu’il n’était promis nulle part que si Adam était obéissant il deviendrait immortel, nous sommes obligés de laisser de côté toutes hypothèses de ce genre. Il avait la promesse de la continuation des bénédictions dont il jouissait à ce temps-là aussi longtemps qu’il serait obéissant, et la menace de tout perdre, de mourir, s’il devenait désobéissant. C’est la définition fausse du mot mortel qui, en général, réduit les gens à croire que tous les êtres qui ne meurent point sont immortels. Dans cette catégorie on comprend notre Père céleste, notre Seigneur Jésus, les anges et toute l’humanité. C’ est une erreur. toutefois. la grande multitude du genre humain sauvée de la chute, ainsi que les anges du ciel, seront toujours mortels. Quoique dans une condition de perfection et de bonheur sans fin, les hommes seront toujours pourvus de cette nature mortelle qui pourrait goûter le salaire du péché-la mort-s’ils commettaient le péché:la certitude de leur existence sera conditionnelle, ainsi qu’elle le fut chez Adam, à l’obéissance envers le Dieu souverainement sage. Sa justice, sa sagesse, son amour et non moins sa puissance, par laquelle il fait concourir toute chose au bien de ceux qui l’aiment et le servent, auront été pleinement démontrés à tous par sa conduite à l’égard du péché dans le temps présent. Il n’est dit nulle part dans les Ecritures que les anges sont immortels, ni que l’humanité restaurée sera immortelle.

 

A204

 

Bien au contraire, l’immortalité n’est attribuée qu’à la nature divine, -originairement à Jéhovah seul, puis postérieurement, à notre Seigneur Jésus dans sa condition présente de souveraine élévation et finalement par promesses à l’Eglise, le corps du Christ, une fois glorifiée avec lui. -1 Tim. 6:16 ; Jean 5:26 ; 2 Pierre 1:4 ; 1 Cor.15:53,54. Non seulement nous avons la certitude que l’immortalité n’appartient qu’à la nature divine, mais nous avons aussi la preuve que les anges sont mortels, du fait que Satan, jadis un chef dans leur nombre, sera détruit (Hébr. 2:14).Le fait qu’il peut être détruit prouve bien que les anges sont mortels. Ainsi, nous voyons qu’une fois que les pécheurs incorrigibles auront été exterminés, les êtres immortels, de même que les êtres mortels, vivront pour toujours dans la joie, la félicité et l’amour:les premiers, parce qu’ils possèdent une nature qui ne peut mourir, ils ont la vie inhérente-la vie en eux-mêmes (Jean 5:26) ; et les derniers parce que, avec leur nature exposée à la mort, ils n’ont aucune raison de mourir, à cause de leur perfection et de la connaissance qu’ils ont du mal et des graves conséquences du péché. Comme ils auront été éprouvés par la loi de Dieu, Ils seront pourvus éternellement des éléments nécessaires à l’entretien de leur perfection et ne mourront jamais. La juste intelligence du sens des termes mortel et immortel et de leur emploi dans les Ecritures, détruit le fondement même de la doctrine des tourments éternels. Cette doctrine est basée sur la théorie antibiblique que Dieu créa l’homme immortel, qu’il ne peut cesser d’exister et que Dieu ne peut le détruire. De là l’argument:qu’il faut que les incorrigibles vivent quelque part, de façon ou d’autre, et la conclusion en est que, puisqu’ils ne sont pas

 

A205

 

en harmonie avec Dieu, leur éternité ne peut être que misérable. Mais la Parole nous assure que Dieu a pris ses précautions contre une perpétuation pareille du péché et des pécheurs:-que l’homme est mortel et que le châtiment entier du péché commis de propos délibéré contre la pleine lumière et contre la connaissance parfaite, ne sera point une vie dans les tourments, mais une seconde mort." L’âme qui péchera sera celle qui mourra. "

 

" O homme, qui es-tu, toi, qui conteste contre Dieu ?"( Rom. 9: 20.)

 

Certaines gens nourrissent l’idée que la justice exige que Dieu ne fasse aucune distinction parmi ses créatures dans la dispensation de ses faveurs ; que s’il élève l’une à une haute situation, selon la justice, il doit le faire à toutes à moins qu’il ne puisse être prouvé que quelques-unes sont déchues de ce droit:dans ce cas il serait juste de leur assigner un rang inférieur. Si ce principe était juste, il s’ensuivrait que Dieu n’avait aucun droit de créer Jésus supérieur aux anges et de l’élever ensuite à la nature divine, à moins qu’il n’ait la même intention à l’égard de tous les anges et de tous les hommes. Et pour pousser le principe plus loin encore, si quelques hommes doivent être élevés très haut et participer de la nature divine, il faudrait qu’éventuellement tous fussent élevés à la même position. Alors pourquoi ne pas pousser le principe à l’extrême limite, appliquer la même loi de progression à tous les êtres, à la bête, à l’insecte, etc., et dire que, puisqu’ils sont tous des créatures de Dieu, il faut qu’éventuellement tous atteignent le haut degré d’existence-la nature divine ? L’absurdité est manifeste, mais serait

 

A206

 

Aussi raisonnable que toute autre déduction tirée du principe présumé et cité plus haut. Il faut croire que personne ne veuille pousser à ce point une supposition aussi erronée. Pourtant si c’ était là un principe fondé sur la simple justice, pourrait-on s’arrêter ? en effet, si tel était le plan de Dieu, que deviendrait la belle et agréable variété de toutes ses oeuvres ?. La nature entière, animée et inanimée, annonce la gloire et la diversité de la sagesse et de la puissance divines. et si " les cieux racontent la gloire du Dieu fort, et [que] l’étendue donne à connaître l’ouvrage de ses mains " par une prodigieuse variété et magnificence; à plus forte raison sa création intelligente montrera-t-elle par sa variété la gloire supérieure de sa puissance. C’est ce que nous fait croire l’enseignement formel et de la parole de Dieu et celui de la raison et de la nature. Il importe d’avoir une idée précise de la justice. Une grâce ne devrait jamais être regardée comme une récompense méritée justement. Un acte de pure justice ne donne lieu à aucune reconnaissance spéciale et n’est pas davantage une preuve de charité. Mais Dieu témoigne son amour envers ses créatures par une suite infinie de faveurs non méritées, ce qui devrait produire en retour leur amour et leurs louanges. Dieu aurait été pleinement dans son droit, s’il avait voulu ne nous créer que pour un court espace de temps, même si nous n’avions jamais péché. Il fit ainsi pour quelques-unes de ses créatures de la classe inférieure. Il aurait pu nous laisser goûter ses bienfaits pour un moment seulement, et ensuite, sans injustice nous retrancher la vie. Au fait, une existence de si courte durée serait même une grâce. Ce n’est qu’en vertu de sa grâce qu’après tout nous existons. Quelle grâce plus grande encore est la Rédemption de l’existence ruinée et condamnée jadis par le péché !

 

A207

 

Et combien plus encore avons-nous à être reconnaissants de cette faveur de Dieu puisque nous sommes des hommes et non des bêtes ! Ce n’est que par grâce que les anges sont de nature un peu plus élevée que les hommes, et ce n’est que par pure grâce aussi que le Seigneur Jésus et son épouse deviennent participants de la nature divine. Il convient, par conséquent, à toutes les créatures intelligentes de recevoir avec reconnaissance tout ce que Dieu leur donne. Tout autre sentiment mérite une juste condamnation, et celui qui s’y abandonne entièrement sera en fin de compte abaissé et détruit. L’homme n’a aucun droit d’aspirer à devenir un ange, n’ayant jamais été destiné à cette position ; et un ange n’a pas davantage le droit d’aspirer à la nature divine, cette dernière ne lui ayant jamais été offerte. C’ est l’orgueil qui causa l’abaissement de Satan ; il le conduira finalement à sa destruction (Esaïe 14:14). " Quiconque s’élève sera abaissé et quiconque s’abaisse sera élevé "( Luc 14:11), mais pas nécessairement au rang le plus élevé. Le sujet de l’élection, enseigné dans les Ecritures, a été l’occasion de bien des disputes et des dissentiments; cela provient en partie d’idées fausses sur la justice et en partie d’autres causes encore. Peu de chrétiens nieront que les Ecritures enseignent une élection ; mais la question de savoir quel est le principe de cette élection, suscite nombre d’opinions divergentes. Les uns prétendent que cette élection est arbitraire ou absolue, sans condition. les autres ; qu’elle est basée sur des conditions. Nous croyons qu’une certaine quantité de vérité est contenue dans les deux manières de voir. Une élection de la part de Dieu est l’expression de son choix pour un certain but, un certain emploi ou une certaine position. Dieu détermina que quelques, unes de ses créatures seraient des anges, d’autres des hommes, des bêtes, des oiseaux, des poissons, etc. ; et que

 

A208

 

d’autres seraient de sa propre nature, -et il les élut à ces divers degrés. Et quoique Dieu choisisse, d’après certaines règles ou conditions, les créatures humaines qui seront admises à la nature divine, on ne peut dire de celles-là qu’elles l’aient mérité plus que les autres ; ce n’est que par grâce que toute créature existe à un degré quelconque. " Cela ne dépend donc ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde "( Rom. 9: l 6). Ce n’est pas que les êtres humains élus fussent meilleurs .que d’autres créatures humaines, que Dieu leur offrit la nature divine, car il omit les anges qui n’ont point péché et appela quelques-uns des pécheurs rachetés à des honneurs divins. Dieu a le droit de faire avec ses créatures ce que bon lui semble ; et c’ est sa sainte volonté de se servir de ce droit pour l’accomplissement de ses plans. Puis donc, que tout ce que nous avons est de pure grâce, " toi homme, qui es-tu pour contester avec Dieu ? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé. Pourquoi m’as-tu fait ainsi ? Le potier n’a-t-il pas la puissance de faire d’une même masse de terre un vase d’honneur, et un vase d’un usage vil "( Rom. 9:20-21) ? Toutes les créatures furent créées par la même puissance divine, -quelques-unes pour avoir une nature plus haute et de plus grands honneurs, et, d’autres, pour avoir une nature inférieure et moins d’honneurs. " Ainsi, dit l’Eternel, le Saint d’Israël, et celui qui a formé la Terre:enquérez-vous de moi touchant les choses à venir ; commandez-moi à l’égard de mes fils et à l’égard de l’oeuvre de mes mains. Moi, j’ai fait la terre, et j’ai créé l’homme sur elle; c’est moi, ce sont mes mains qui ont étendu les cieux, et j’ai ordonné toute leur armée. "" Car ainsi parle l’Eternel, le créateur des cieux, le seul Dieu, qui a formé la terre, qui l’a faite et qui l’a affermie, qui l’a créée pour qu’elle ne fût pas déserte, qui l’a formé pour

 

A209

 

qu’elle fût Habitée:je Suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre "( Esaïe 45:11, 12, 18-Darby et Segond). Nul n’a le droit de commander à Dieu. S’il a affermi la terre, s’il l’a créée pour qu’elle ne fût pas déserte, mais pour être habitée par des hommes parfaits, restaurés, qui sommes-nous pour oser contester avec Dieu et dire que c’ est injuste de ne point changer leur nature et de ne point les faire participer tous d’une nature spirituelle semblable à celle des anges, ou même semblable à sa propre nature divine ? Combien plus convenable est-il de venir humblement à la parole de Dieu pour s’enquérir des choses touchant l’avenir, au lieu de vouloir lui commander [d’après la trad. Perret-Gentil: " De mes enfants et de l’oeuvre de mes mains remettez-moi le soin !" v. 12] et de se figurer qu’il ait à exécuter nos idées ! Seigneur, préserve tes serviteurs des péchés de présomption:ne laisse pas ces péchés régner sur nous. Aucun enfant de Dieu ne commandera sciemment au Seigneur ; et, cependant, combien en est-il qui tombent facilement dans cette erreur, presque sans le savoir !

 

Les hommes sont en vertu de leur création-comme ouvrage de ses mains-les enfants de Dieu, et son plan à leur égard est clairement révélé dans sa parole. Paul dit que le premier homme (qui fut un exemple de ce que sera la race humaine une fois parfaite) fut de la terre et terrestre, et que dans la résurrection sa postérité, à l’exception de l’Eglise, continuera à être terrestre, humaine et adaptée à la terre (1 Cor. 15:38-50). David déclare que l’homme ne fut créé qu’un peu inférieur aux anges, qu’il fut couronné de gloire, d’honneur et de domination, etc. (Ps. 8). Jésus, Pierre et tous les prophètes depuis le commencement du monde, déclarent que la race humaine sera rétablie dans cette glorieuse perfection et qu’elle aura de nouveau la domination sur la terre, à l’exemple d’Adam, son représentant d’autrefois. -Act. 3:19-21.

 

A210

 

c’ est cette part que Dieu a choisie pour la donner à l’homme. et quelle part glorieuse ! Fermez les yeux un moment à la misère et aux maux, à la dégradation et aux douleurs qui règnent maintenant par suite du péché, et représentez-vous la gloire de la terre parfaite. Plus aucune trace de péché ne trouble l’harmonie et la paix d’une communauté parfaite ; point de pensée amère, point de regard disgracieux ni de parole rude ; l’amour surgit de chaque coeur et un sentiment analogue lui répond en chaque autre coeur, la bienveillance caractérise chaque action. Il n’y aura plus de maladies; ni de douleurs, ni de peines, ni aucun symptôme de décadence; il n’y aura pas même la crainte que de telles choses arrivent. Pensez à toutes les manifestations de la santé et de la beauté, aux formes bien proportionnées et aux traits humains les plus admirables que vous ayez contemplés, et sachez que les charmes et la beauté de l’humanité parfaite surpasseront tout cela de beaucoup. La pureté intérieure et la perfection intellectuelle et morale caractériseront et glorifieront chaque visage rayonnant. Telle sera la société de la terre ; toutes les larmes de ceux qui sont en pleurs ou affligés s’effaceront quand l’oeuvre achevé de la résurrection se présentera à leurs yeux !- Apoc. 21:4. Et ce n’est là que le changement dans la société humaine. Rappelons que la terre, qui fut formée " pour qu’elle fût habitée ", sera également un séjour convenable et agréable à l’homme, semblable à Eden, au paradis, où l’homme fut placé jadis. Le paradis sera restauré. La terre ne doit plus produire des épines et des chardons et réclamer la sueur du visage pour procurer le pain, mais elle " rapportera (aisément et naturellement) son revenu "." Le désert et le lieu aride se réjouiront, la solitude sera dans l’allégresse et fleurira comme une rose." La création animale inférieure sera un serviteur parfait, obéissant de

 

A211

 

son plein gré ; la nature avec toutes ses charmantes variétés acclamera l’homme dans chacune de ses tentatives pour chercher et connaître la gloire, la puissance et l’amour de Dieu; l’esprit et le coeur se réjouiront dans le Seigneur. Le désir incessant de quelque chose de nouveau, qui domine maintenant, n’est point une condition naturelle, mais anormale, due à nos imperfections et à notre entourage peu satisfaisant. Etre sans cesse en quête du nouveau, n’est pas du tout ressembler à Dieu. Pour Dieu, la plupart des choses sont anciennes ; il se réjouit surtout des choses anciennes et parfaites. Il en sera ainsi de l’homme quand il sera rétabli à l’image de Dieu. L’homme parfait ne connaîtra ou n’appréciera pas pleinement la gloire des êtres spirituels, il ne la préférera pas par conséquent, possédant une nature différente ; c’ est pour la même raison que les oiseaux et les poissons jouissent pleinement de leur propre nature et la préfèrent à toute autre. L’homme sera si ravi de la gloire qui l’environnera dans sa sphère humaine et en sera absorbé à tel point qu’il n’aura pas d’autre envie ; il ne préférera aucune autre nature et ne souhaitera pas d’autres conditions que les siennes. Un coup d’oeil sur l’expérience actuelle de l’Eglise rendra cela plus clair. " Qu’il est difficile " à tous ceux qui sont riches en biens de ce monde d’entrer dans le royaume de Dieu ! Le peu de bonnes choses que nous possédons ici-bas, sous le règne du mal et de la mort, captive la nature humaine à tel point que nous avons besoin d’une aide spéciale de Dieu pour tenir notre oeil fixé sur les promesses spirituelles et pour y tendre. L’Eglise chrétienne, le corps du Christ, forme une exception dans ce plan général ; cela ressort avec évidence du fait que son élection fut déterminée dans le plan divin, avant la fondation du monde (Eph. 1:4, 5). Dieu prévit A ce moment-là non seulement la chute de l’homme, mais

 

A212

 

Aussi la justification, la sanctification et la glorification de l’Eglise:il appela donc cette classe hors du monde durant l’âge de l’Evangile, afin qu’elle devienne " conforme à l’image de son Fils "( Rom. 8:21-31), -qu’elle participe de la nature divine et hérite, avec Christ, du règne millénaire pour le rétablissement de la paix et de la justice universelles. Cela démontre que l’élection ou le choix de l’Eglise fut une chose prédéterminée de la part de Dieu; mais remarquez-le bien:ce n’est point une élection sans condition des membres individuels de l’Eglise. Avant la fondation du monde Dieu détermina qu’une société serait élue pour un tel but, dans un temps déterminé, à l’âge de l’Evangile. Quoique nous ne doutions pas que Dieu ait pu prévoir les actions de chaque membre individuel de l’Eglise et qu’il ait pu savoir d’avance exactement qui serait digne de devenir un membre de ce " petit troupeau, " ce n’est pas cependant la manière dont sa parole présente la doctrine de l’élection. Ce n’est pas la pensée d’une prédestination de personnes que l’apôtre cherchait à faire naître dans l’esprit de ses lecteurs, mais bien celle du fait que, dans le plan de Dieu, une classe était prédestinée à occuper l’honorable position en question, et que l’élection en serait basée sur des conditions d’épreuves sérieuses touchant la foi, l’obéissance et le renoncement aux privilèges terrestres, etc., même jusqu’à la mort. De cette façon, par une épreuve individuelle et par une victoire individuelle, les membres individuels de cette classe prédestinée auront été élus aux bénédictions et aux dons de grâces prédéterminés de Dieu pour cette classe. Le mot " glorifiés " dans Rom. 8:30, du mot grec doxazô, signifie honorés. C’est à une position de grand honneur que l’Eglise est appelée. Aucun homme ne pourrait aspirer à un aussi grand honneur:notre Seigneur

 

A213

 

Jésus lui-même y fut premièrement invité avant de se l’attribuer, comme cela est écrit: " Christ ne s’est pas non plus attribué la gloire [doxazô, l’honneur], de devenir grand prêtre, mais il la doit à celui qui lui a Dit:tu es mon Fils, je t’ai engendré aujourd’hui "( Hébr. 5:5). Jéhovah, le Père céleste, honora Jésus ainsi ; et tous ceux du corps élu qui doivent devenir ses cohéritiers, seront honorés ainsi par la grâce du Père céleste. L’Eglise, elle aussi, reçoit déjà un commencement de cet " honneur " quand les membres qui y sont appelés sont engendrés de Dieu à la nature divine par la parole de la vérité (Jac. 1:18), et elle recevra pleinement cet Honneur quand tous ses membres seront nés de l’esprit-devenus des êtres spirituels-à l’image de leur Chef glorifié. Ceux que Dieu veut honorer ainsi doivent être parfaits et purs ; et, puisque par le péché héréditaire nous sommes pécheurs, il ne nous a pas seulement invités ou appelés à cet honneur, mais il a aussi pourvu à notre justification du péché par la mort de son Fils, afin de nous mettre à même de recevoir l’honneur auquel il nous a appelés. En élisant le petit troupeau, Dieu fait un appel assez général- " il y a beaucoup d’appelés ". Tous ne sont pas appelés. L’appel fut premièrement restreint à Israël selon la chair, durant le ministère de notre Seigneur; mais depuis, tous ceux que les serviteurs trouvent-et autant qu’ils peuvent en trouver-sont sollicités (Luc 14: 23-non pas forcés) à venir à ce festin, à participer à cette faveur spéciale. Mais même parmi ceux qui entendent cet appel et qui y répondent, il y en a qui n’en sont pas dignes. Un habit de noces, (la justice de Christ imputée) est préparé pour chacun ; cependant quelques-uns ne veulent pas s’en parer, et il faut qu’ils soient renvoyés ou rejetés ; et quelques-uns de ceux qui s’en sont parés, qui reçoivent l’honneur d’être engendrés à une nouvelle nature, manquent

 

A214

 

d’affermir leur vocation et leur élection par la fidélité à leur engagement. De ceux qui sont dignes d’apparaître en gloire avec l’Agneau, il est dit qu’ils furent d’abord appelés, ensuite élus, puis trouvés fidèles. -Apoc. 14:1 et 17:l 4. L’appel est sincère, il existe véritablement:la détermination de Dieu d’élire et d’exalter une Eglise est immuable, mais l’honneur d’être de cette classe est basé sur des conditions. Tous ceux qui veulent participer à cet honneur prédestiné doivent remplir les conditions de l’appel. " Craignons donc que, peut-être puisqu’une promesse d’entrer en son repos (nous) est laissée, quelqu’un d’entre vous ne paraisse en être privé "( Hébr. 4:1). " Ainsi, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde, " mais, une fois appelé, tout dépend de vouloir et de courir. Après avoir, comme nous le croyons, clairement démontré le droit absolu de Dieu et sa résolution de faire des siens ce qu’il veut, nous appelons l’attention du lecteur sur le fait que le principe qui caractérise toutes les démonstrations des grâces de Dieu, vise au bien général de tous. Puis donc, qu’en nous autorisant des Ecritures, nous reconnaissons que les natures spirituelle et humaine sont différentes et distinctes l’une de l’autre, que le mélange des deux natures n’est pas le moins du monde dans l’intention de Dieu, mais serait une imperfection, et que le changement d’une nature en une autre n’est pas la règle, mais l’exception, permettant le développement du Christ (tête et corps), -la question de savoir selon quelles conditions le changement peut être accompli et de quelle manière il s’effectuera, se trouve être d’un intérêt capital. Les conditions selon lesquelles l’Eglise peut être élevée avec son Seigneur à la nature divine (2 Pierre 1:4) sont

 

A215

 

précisément celles d’après lesquelles il atteignit à cette nature lui-même ; l’Eglise l’obtiendra en suivant ses traces (1 Pierre 2:21), en se présentant elle-même comme sacrifice vivant, tel que lui, et en exécutant fidèlement le voeu de consécration, jusqu’à ce que le sacrifice finisse par la mort. Ce changement de la nature humaine à la nature divine est donné comme récompense à ceux qui, dans les limites de l’âge de l’Evangile, sacrifient la nature humaine, comme Jésus, avec tous ses droits, ses espérances et ses buts présents et futurs, -jusqu’à la mort. A la résurrection, ceux-là se réveilleront, non pour avoir part avec le reste du genre humain à la restitution glorieuse de la perfection humaine et à toutes ses suites de bénédictions, mais pour avoir part à la ressemblance, à la gloire et à la joie du Seigneur, comme participants avec lui de la nature divine. -Rom. 8:17 ; 2 Tim. 2.: 12. Le début et le développement de la nouvelle nature est semblable au début et au développement de la vie humaine. Comme, en ce dernier cas, il y a une procréation et puis une naissance, ainsi en est-il de la nouvelle nature. Il est dit des saints qu’ils furent engendrés de Dieu par la parole de la vérité (Jac. l:18 ; 1 Pier. l:3 ; 1 Jean 5:18). C’ est dire que nous recevons de Dieu la première impulsion dans la vie divine au moyen de sa. parole. Après avoir été justifiés gratuitement par la foi en la rançon, nous entendons l’appel: " Offrez vos corps en sacrifice vivant, saint [l’humanité rachetée, justifiée, et partant], agréable à Dieu, ce qui est votre service raisonnable "( Rom. 12:1). Si, obéissant à cet appel, nous consacrons notre humanité justifiée à Dieu, côte à côte avec celle de Jésus, elle est acceptée par Dieu ; et, dans cet acte même, la vie spirituelle a commencé. Celui qui éprouve cela trouvera que, dès ce moment, il pense et agit selon l’esprit nouveau (ou transformé), au point qu’il crucifie les désirs humains.

 

A216

 

Depuis le moment de la consécration nous sommes considérés par Dieu comme étant des " créatures nouvelles ". De cette manière, les choses vieilles [les désirs, passions et plans humains] cessent dans ces " nouvelles créatures ", à l’état d’embryon, et toutes choses deviennent nouvelles. Cette nouvelle créature embryonnaire continue de croître et de se développer au fur et à mesure que la vieille nature humaine se crucifie avec ses espérances, ses passions, ses désirs, etc. Ces deux " processus " progressent simultanément, depuis le temps de la consécration jusqu’à ce que la mort de l’humain et la naissance du spirituel en résulte. Aussi longtemps que l’Esprit de Dieu continue à déployer ses plans par la Parole, nos " corps mortels " se vivifient (Rom. 8:11), afin de devenir propres à son service ; mais, au temps fixé, nous recevrons des corps nouveaux, spirituels, célestes, qui correspondront, sous tous les rapports, à l’esprit nouveau et divin. La naissance de la nouvelle créature a lieu dans la résurrection (Col. 1:18) ; et la résurrection de cette classe est désignée comme la première résurrection [la résurrection de choix] (Apoc. 20:6). Il faut se rappeler que ce n’est qu’à la résurrection que nous serons en réalité des êtres spirituels, bien que dès le moment où nous recevons l’esprit d’adoption, nous fussions reconnus comme tels (Eph. 1:13, 14 ; Rom.6:10, 11). Quand nous serons réellement devenus des êtres spirituels, c’ est à dire quand nous serons nés de l’Esprit, nous ne serons plus des êtres charnels ;" car ce qui est né de l’esprit est esprit." -Jean 3:6. Cette naissance à la nature spirituelle dans la résurrection doit être précédée d’une procréation de l’esprit lors de la consécration, aussi sûrement que la naissance de la chair est précédée d’une procréation de la chair. Tous ceux qui sont nés de la chair à l’image de l’homme terrestre,

 

A217

 

le premier Adam, ont été premièrement engendrés de la chair ; et quelques-uns d’entre eux ont été engendrés de nouveau par l’Esprit au moyen de la parole de la vérité, afin qu’au temps déterminé ils puissent être nés de l’esprit à l’image du " Seigneur du ciel, " dans la première résurrection. " De même que nous avons porté l’image du terrestre, nous (l’Eglise) porterons aussi l’image du céleste, "- à moins que nous ne retombions. -1 Cor. 15. 49 ; Hébr. 6:6.

 

Quoique l’acceptation de l’appel céleste et la consécration qui s’ensuit soit l’affaire d’un moment, l’action de mettre chaque pensée en harmonie avec l’esprit de Dieu, est une oeuvre qui ne s’accomplit que peu à peu:c’est une progression graduelle d’une préférence des choses célestes aux choses terrestres. L’apôtre appelle cette action une oeuvre de transformation: " Ne vous conformez pas, dit-il, au siècle présent, mais soyez transformés [à la nature divine] par le renouvellement de l’intelligence, afin d’éprouver ce qu’est la volonté de Dieu ; volonté bonne, agréable et parfaite. "- Rom. 12:2. On devrait remarquer que l’apôtre n’adresse pas ces paroles au monde incrédule, mais à ceux qu’il reconnaît comme des frères, ainsi que le démontre le verset précédent: " Je vous exhorte donc, frères.... à offrir vos personnes en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu. " On croit communément que lorsqu’un homme se convertit ou se détourne du péché vers la justice, et de l’incrédulité et de l’opposition à Dieu vers la confiance en ce dernier, il s’opère en lui la transformation dont parle Paul. Cela est en vérité un grand changement, -un renouvellement, mais non le renouvellement auquel Paul fait allusion. C’est une transformation du caractère, mais Paul parle de la transformation de la nature (ou de l’être), promise aux croyants de l’âge évangélique à certaines conditions,

 

A218

 

et ce Sont des croyants qu’il presse d’accomplir ces conditions. Si une telle transformation de caractère n’avait point eu lieu auparavant, il n’aurait pu les nommer frères, -et encore des frères qui avaient déjà à offrir quelque chose de saint et d’agréable en sacrifice à Dieu ; car ceux-là seuls qui sont justifiés par la fol en la rançon sont regardés par Dieu comme saints et agréables. La transformation de la nature échoit à ceux qui, durant l’ère de l’Evangile, présentent leur humanité justifiée en sacrifice vivant (comme Jésus présenta son humanité parfaite en sacrifice), renonçant à tout droit et à toute prétention à l’existence humaine future, et ignorant tout contentement, tous privilèges et tous les droits humains du présent. La première chose à sacrifier est la volonté humaine ; dès lors, nous n’osons plus nous laisser gouverner par notre propre volonté humaine, ni par celle d’un autre, mais uniquement par la volonté divine. La volonté de Dieu devient la nôtre et nous reconnaissons notre volonté, qui doit être ignorée et sacrifiée, comme n’étant plus la nôtre, mais comme celle d’un autre. Une fois que la volonté de Dieu est devenue notre volonté, nous commençons à penser, à raisonner et à juger au point de vue divin:le plan de Dieu devient notre plan et les voies de Dieu deviennent nos voies. Celui qui ne s’est pas présenté en sacrifice dans la vraie foi et qui, par conséquent, n’a pas éprouvé, par expérience, cette transformation n’est pas capable de bien la comprendre. Antérieurement nous pouvions nous réjouir de tout ce qui n’était point réellement un péché ; car la terre avec toutes ses bonnes choses fut créée pour le plaisir et la jouissance de l’homme ; la seule difficulté, alors, était de vaincre nos inclinations au péché. Mais ceux qui sont consacrés et transformés ont encore, à côté de leurs efforts pour vaincre le péché, la tache de sacrifier tous leurs biens présents et de vouer toute leur énergie au service

 

A219

 

de Dieu. Par ces sacrifices, nous comprenons tous les jours davantage que notre repos n’est point ici-bas, où nous n’avons point de patrie. Mais par là notre coeur et nos espérances se tournent vers " le repos qui reste encore pour le peuple de Dieu ". Et c’est cet espoir béni qui, à son tour, nous vivifie et nous pousse au sacrifice continu. Ainsi, par cette consécration, l’esprit se renouvelle ou se transforme, et les désirs, les espérances et les efforts commencent à s’élever vers les choses promises spirituelles et invisibles, tandis que les espérances humaines, etc., meurent. Ceux qui sont transformés, qui se trouvent dans cette voie de transformation, sont reconnus comme de " nouvelles créatures, " comme engendrés de Dieu, et sont rendus en proportion participants de la nature divine. Remarquez bien la différence entre ces " nouvelles créatures " et entre les croyants et " frères " qui ne sont que justifiés. Ceux-ci sont encore de la terre et terrestres, et, abstraction faite de leurs désirs coupables, leurs espérances et leurs ambitions sont de l’espèce de celles qui seront contentées pleinement dans le rétablissement promis de toutes choses. Ceux-là au contraire ne sont pas de ce monde, de même que Christ n’est pas de ce monde, et leurs espérances se concentrent dans les choses invisibles, où Christ est assis à la droite de Dieu. La perspective de la gloire terrestre, si enchanteresse pour l’homme à l’état naturel, n’a plus d’attrait pour ceux qui sont engendrés à cette espérance céleste, pour ceux qui voient la gloire des promesses célestes et qui comprennent et saisissent la part qui leur est assignée dans le plan divin. Cet esprit nouveau et divin " est le gage de notre héritage " de la nature divine complète, -l’esprit et le corps. Un corps divin ! pourrait s’écrier quelqu’un tout étonné. Mais n’est-il pas dit de Jésus qu’il est " la splendeur [le reflet] de sa gloire et l’image empreinte de sa personne [ou substance], " et que

 

A220

 

les vainqueurs de cet âge lui seront semblables et le verront tel qu’il est ?( Hébr. 1:3 et 1 Jean 3:2). " Il y a un corps animal [humain], et il y a un corps spirituel "( 1 Cor. 15:44). Nous ne pourrions nous imaginer notre père céleste ou notre Seigneur Jésus purement comme de grands esprits, ou des pensées ingénieuses sans un corps. Les leurs sont des corps spirituels très glorieux, quoiqu’il ne soit pas encore manifesté combien cette gloire est grande, elle ne sera pas manifestée avant que nous partagions la nature divine. Tandis que l’esprit humain ne prend que graduellement la direction du spirituel, la transformation d’un corps humain en un corps spirituel sera instantanée (1 Cor. 15:52). Nous avons maintenant, à ce que dit Paul, ce trésor (l’esprit divin) dans des vases de terre ; mais, au temps opportun, nous aurons ce trésor dans un vase glorieux, approprié à cela, -dans le corps spirituel. Nous avons vu que la nature humaine est une ressemblance de la nature spirituelle (Gen. 5:1). Par exemple, Dieu a une volonté, les anges et les hommes en ont une aussi ; Dieu possède la raison et la mémoire ; de même aussi, ses créatures intelligentes, -les anges et les hommes. Le caractère des opérations mentales de chacune de ces natures est le même. Partant des mêmes raisonnements et dans des conditions semblables, ces natures différentes sont capables d’arriver aux mêmes conclusions. Bien que les facultés mentales des natures divine, angélique et humaine se ressemblent fort, nous savons toutefois que les natures spirituelles ont des forces qui dépassent et surpassent les forces humaines, et qui, d’après notre opinion, proviennent non de différentes capacités, mais de la sphère d’activité plus vaste des mêmes facultés et des différentes circonstances en lesquelles elles opèrent. La nature humaine est une image terrestre, parfaite, de la

 

A221

 

nature spirituelle, ayant les mêmes facultés, à cette exception près qu’elle est restreinte à la sphère terrestre et qu’elle n’a de capacités et de dispositions pour discerner au delà de ses limites que dans la mesure où Dieu juge convenable de le lui révéler pour son salut et son bonheur. L’ordre d’êtres divins est l’ordre le plus élevé de la nature spirituelle ; et combien la distance entre Dieu et ses créatures est grande ! Elle est incommensurable. Nous ne pouvons saisir qu’une lueur de la gloire, de la sagesse et de la bonté divines, suivant que Dieu déroule devant nos yeux, comme par une vue panoramique, certaines de ses oeuvres grandioses. Mais nous pouvons à peu près mesurer et comprendre la gloire de l’humanité parfaite. Avec cette pensée clairement comprise par notre esprit, nous sommes capables de nous faire une idée de la transformation de la nature humaine en la nature spirituelle, savoir par la transmission des mêmes facultés à des conditions plus élevées. Quand nous serons revêtus du corps céleste nous posséderons aussi les forces célestes qui lui appartiennent et nous aurons l’étendue de pensées et le développement de facultés qui sont propres à ce corps glorieux. Le changement d’esprit, du terrestre au céleste, tel que le consacré l’éprouve ici-bas, est le commencement de cette transformation de la nature. Ce n’est pas un changement de l’entendement même ou de l’intelligence, ni quelque chose de miraculeux dans l’esprit, mais c’ est la tendance de l’esprit et la volonté qui sont changées. Notre volonté et nos sentiments, ou nos dispositions, représentent notre individualité ; par conséquent, nous ne sommes reconnus comme transformés et nous n’appartenons réellement à la nature céleste que lorsque notre volonté et nos sentiments (ou nos pensées) sont ainsi changés. Cela n’est qu’un très petit commencement, il est vrai, mais le début

 

A222

 

d’une procréation est toujours bien petit, c’est, cependant, déjà le gage ou l’assurance de l’oeuvre accomplie. -Eph. 1:l 3, 14. Il est des gens qui ont Demandé:comment pourrons-nous nous reconnaître s’il est vrai que nous soyons changés ? Comment saurons-nous alors que nous sommes les mêmes êtres qui ont vécu autrefois, qui ont souffert et qui se sont sacrifiés afin de participer à cette gloire ? Serons-nous les mêmes êtres ayant conscience de nous-mêmes ? Bien sûr que oui. Si nous sommes morts avec Christ, nous vivrons aussi avec lui (Rom. 6:8). Les changements qui se produisent chaque jour avec nos corps humains, n’ont pas pour conséquence que nous oubliions le passé, ou que nous perdions notre identité (1). Ces réflexions peuvent aussi nous aider à comprendre comment le Fils put être homme, lorsqu’il passa des conditions spirituelles à des conditions humaines, -à la nature humaine et soumise aux limitations terrestres ; et comment il put être un être spirituel dans les premières conditions, et un être humain dans les secondes, bien qu’il fût le même être dans les deux cas. Les deux natures étant séparées et distinctes, et, néanmoins, l’une ressemblant à l’autre, les mêmes facultés intellectuelles (la mémoire, etc.) étant communes aux deux, Jésus put se souvenir de sa gloire première qu’il possédait avant de devenir homme, mais qu’il ne possédait plus une fois devenu homme, comme le prouvent ses paroles: " Et maintenant,

 

——

 

(1) La transformation promise de corps humains en corps spirituels ne détruira ni la mémoire ni l’identité, mais elle augmentera plutôt leurs facultés et l’étendue de la pensée. Le même esprit divin qui nous est propre maintenant, avec la même mémoire et les mêmes facultés de raisonnement, etc., verra alors ses forces s’étendre à des hauteurs et à des profondeurs immenses, conformément à son nouveau corps spirituel ; la mémoire pourra suivre toute notre carrière depuis notre plus tendre enfance ; et, par suite du contraste, nous serons capables d’apprécier plus pleinement la glorieuse récompense de notre sacrifice. Mais cela ne serait point possible si ce qui est humain n’était pas une image de ce qui est spirituel.

 

A223

 

toi, père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût "( Jean 17:5), la gloire de la nature spirituelle. Et cette prière est plus qu’exaucée dans son exaltation présente ; car il est devenu un être spirituel par excellence, dans la forme la plus haute, la nature divine. En nous reportant de nouveau aux paroles de Paul (Rom. l 2:2), remarquons qu’il ne dit pas: " Ne vous conformez pas au siècle présent.... ", mais bien d’après la traduction anglaise " Ne soyez [ne devenez] pas conformes [selon Oltramare: " Ne vous modelez pas sur le siècle présent, mais qu’il se fasse en vous une métamorphose par le renouvellement de l’esprit "; Saci: " qu’il se fasse en vous une transformation "; et Stapfer: " que votre esprit se transforme "] à ce siècle; mais soyez [Laus.] transformés.... " C’est aussi le vrai sens du texte; car nous ne nous conformons point et nous ne nous transformons pas davantage ; mais nous nous soumettons, soit au monde, afin de lui devenir conformes par les influences et l’esprit mondains qui règnent dans notre milieu, ou à la sainte volonté ou à l’Esprit de Dieu, afin de devenir transformés par les influences célestes exercées au moyen de la parole de Dieu. Vous qui êtes consacrés, à quelles influences vous soumettez-vous ? Les influences transformantes de l’Esprit saint conduisent au sacrifice réel et aux souffrances ; mais combien glorieuse sera la fin ? Si vous vous développez à l’aide de ces influences transformantes, vous éprouverez jour par jour ce que c’est que cette bonne, agréable et parfaite volonté de Dieu. Que ceux qui ont tout déposé sur l’autel du sacrifice se rappellent sans cesse que tandis que la parole de Dieu contient des promesses terrestres en même temps que des promesses célestes, ce ne sont que les dernières qui nous appartiennent. Notre trésor est dans le ciel:puisse notre

 

A224

 

coeur y être continuellement ! L’appel qui nous est adressé n’a pas pour but de nous faire parvenir simplement à la nature spirituelle, mais bien à l’ordre le plus élevé de celle-ci, à la nature divine, " d’autant plus excellente que [celle] des anges "( 2 Pierre 1:4 ; Hébr. 1:4). Cet appel céleste est restreint à l’âge de l’Evangile ; il n’a jamais été publié avant et cessera avec la consommation de ce siècle. Un appel terrestre eut lieu avant l’appel céleste, quoiqu’il ne fût compris qu’imparfaitement, et nous sommes informés qu’il continuera après l’ère évangélique. " La vie [pour tous ceux qui seront restaurés en êtres humains] et l’immortalité [le prix vers lequel le corps du Christ court] " ont été toutes deux mises en évidence durant l’âge évangélique (2 Tim. 1:10). La nature humaine et la nature spirituelle seront l’une et l’autre glorieuses et cependant différentes et séparées en toute perfection. Un trait de la gloire de l’oeuvre achevée de Dieu, trait qui n’est pas sans signification, sera l’admirable variété, et néanmoins la merveilleuse unité, des choses animées et inanimées en harmonie entre elles et en harmonie avec Dieu.

Chapitre XI—LES TROIS CHEMINS:LE CHEMIN SPACIEUX, LE CHEMIN ETROIT ET LE GRAND CHEMIN DU MILLENIUM.

 

A225

 

Le chemin spacieux qui mène à la perdition. -Le chemin étroit qui mène à la vie. -Qu’est-ce que la vie ?- La nature divine. -Rapport entre la nature humaine et la nature divine. -La récompense à la fin du chemin étroit. -La vocation céleste est limitée à l’âge de l’Evangile. -Les difficultés et les dangers du chemin étroit. -Le grand chemin de la sainteté.

 

" Large est la porte, et spacieux le chemin qui mène à la perdition [à la destruction], et nombreux sont ceux qui entrent par elle ; car étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui le trouvent. "- Matth. 7:13,14 ; Darby. " Il y aura là un chemin frayé [ou un grand chemin (1)], une route, qu’on appellera la vole sainte ; nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls ; ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer. Sur cette route, point de lion ; nulle bête féroce ne la prendra, nulle ne s’y rencontrera ; les délivrés y marcheront. "- Esaïe 35:8, 9 ; Seg.

 

Trois chemins donc attirent notre attention dans les Ecritures:le " chemin spacieux ", le " chemin étroit " et le " grand chemin ".

 

Le chemin spacieux menant à la destruction.

 

Ce chemin est nommé ainsi parce qu’il est le plus aisé à la race humaine dégénérée. Il y a 6000 ans qu’Adam (et

 

——

 

(1) " Grand chemin " ou " grande route " et " chemin de Sainteté "[ Laus.], c’est ainsi que le désigne la trad. anglaise, Darby et  le professeur Fr. Delitzsch.

 

A226

 

la race représentée en lui), comme un pécheur condamné à la destruction, débuta dans ce chemin, et après 930 ans il en atteignit la fin, la destruction. Des années et des siècles s’écoulèrent, et le sentier qui conduit en bas s’agrandit et s’élargit de plus en plus ; et le chemin devenant journellement plus poli et plus glissant par le péché, la race se précipita de plus en plus vers la destruction. et le chemin ne devient pas seulement toujours plus glissant, mais l’humanité perd aussi journellement sa force de résistance, tant et si bien que, maintenant, la longueur moyenne de la vie de l’homme n’est plus que d’à peu près trente ans. L’humanité atteint maintenant la fin du chemin-la destruction-900 ans plus tôt que le premier homme. Pendant six mille ans, les hommes suivirent à grands pas le chemin spacieux qui conduit en bas; et bien peu relativement essayèrent de changer de marche et de rebrousser chemin. En fait, il était impossible de revenir complètement sur ses pas et d’atteindre la perfection originelle, mais dans ce but, tout de même, les efforts de quelques-uns sont dignes d’éloges et ne furent pas sans conséquences salutaires. Pendant six mille ans le péché et la mort logèrent et régnèrent d’une manière impitoyable parmi l’humanité, et la poussèrent sur ce chemin spacieux à la rencontre de la destruction ; aucune issue ne se montra avant l’âge de l’Evangile. Si, dans les âges antérieurs, des rayons d’espérance ont lui faiblement par le moyen de types et d’images qui furent salués joyeusement par quelques-uns et les firent agir conformément au bien:la vie et l’immortalité ne furent cependant pas mises en évidence avant l’apparition de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ; avant la prédication ou l’annonce, par les apôtres, de la bonne nouvelle de la Rédemption, et, comme conséquence, d’une résurrection de la destruction (2 Tim. 1:10).

 

A227

 

Ce ne fut qu’à la suite des enseignements de Jésus et des apôtres que la vie, -c’ est à dire la restitution ou le rétablissement dans la vie pour tout le genre humain, en tant que basée sur le mérite et le sacrifice du Rédempteur, -fut mise en évidence ; ils démontrèrent que c’ est là la signification de plusieurs des types de l’Ancien Testament. Ils signalèrent de même l’immortalité comme le prix de la vocation céleste de l’Eglise évangélique. Bien qu’une issue du chemin spacieux menant à la destruction ait été mise en évidence par l’Evangile, la grande masse de l’humanité, dépravée par le péché et aveuglée par Satan, ne prête point l’oreille à la bonne nouvelle. Un chemin nouveau s’ouvre et se montre à ceux qui acceptent maintenant avec reconnaissance la promesse de la vie (le rétablissement par Christ à l’existence humaine) :sur ce chemin, les croyants consacrés peuvent parvenir, au delà de la nature humaine, à une nature plus élevée ;- à la nature spirituelle. C’est ce " chemin nouveau.... inauguré pour nous "( Hébr. 10:20) -la sacrificature royale que Jésus nomme:

 

Le chemin étroit de la vie.

 

Notre Maître nous dit que c’est à cause de l’étroitesse de ce chemin que la multitude préfère rester sur le chemin spacieux de destruction. " étroite [difficile] et resserrée est la voie qui mène à la vie, et petit est le nombre de ceux qui la trouvent "( Stapfer). Avant d’examiner ce chemin, ses dangers et ses difficultés, observons premièrement la fin à laquelle il conduit, -la vie. Comme nous l’avons déjà vu, les êtres, supérieurs ou inférieurs à l’homme, possèdent, comme lui, la vie. " Vie " est un terme grandiose dont le sens est très

 

A228

 

étendu, mais ici le Seigneur l’emploie à l’égard de cette forme supérieure de vie, l’immortalité, qui se rapporte à la nature divine:c’est le prix après lequel il nous invite à courir. Qu’est-ce que la vie ? Nous ne nous en apercevons pas uniquement en nous-mêmes, mais nous voyons aussi son principe agissant dans la forme inférieure des animaux et même dans le règne végétal, et nous sommes instruits de son existence dans les formes supérieures angélique et divine. Comment définir un terme si grandiose ? Si nous ne pouvons découvrir les sources secrètes de la vie dans toutes les créatures, nous pouvons admettre en toute certitude que l’être divin, Jéhovah, est l’origine, la grande source de toute vie, de laquelle découlent toutes ces sources. Toutes les choses vivantes viennent de lui et dépendent de lui quant à la vie. Toute vie, soit en Dieu, soit en ses créatures, est identique:c’ est un principe agissant, et non une substance. C’ est un principe qui habite en Dieu (inhérent à sa nature) et qui naît dans ses créatures par suite de certaines causes que Dieu Institua:il en est la cause, l’auteur et la source. La créature n’est donc, en aucun sens, une partie ou un descendant de la nature ou de l’essence du Créateur, comme quelques-uns se l’imaginent, mais l’ouvrage de ses mains inspiré de vie. En reconnaissant le fait que, dans la nature divine, seule il y a la vie indépendante, illimitée, inépuisable, se continuant toujours, et n’étant ni produite ni gouvernée par les circonstances, nous voyons que Jéhovah est nécessairement au-dessus de ces lois physiques et de ces moyens dépendants qu’il a institués pour l’existence de ses créatures. C’est cette qualité, appartenant seulement à la nature divine, qui est désignée par le terme immortalité. Comme nous venons de le voir dans le chapitre précédent, immortel signifie être garanti de la mort dans le sens absolu, et conséquemment des maladies et des douleurs. En

 

A229

 

effet, immortalité peut être synonyme de divinité. De cette source divine et immortelle émanent toute vie et toute bénédiction, tout vrai don et toute grâce excellente, de même que la terre reçoit sa lumière et sa force du soleil. Le soleil est la grande source de lumière pour la terre, illuminant toutes choses et produisant cette grande variété de couleurs et de nuances, toujours suivant la nature des objets sur lesquels il brille. La même lumière du soleil produit des effets extrêmement différents suivant qu’elle brille sur du diamant, sur une brique ou sur diverses sortes de verre, par exemple. La lumière est la même, mais les objets sur lesquels elle brille diffèrent entre eux suivant leur capacité de la recevoir et de la réfléchir. Ainsi en est-il de la vie, elle découle toute d’une source inépuisable. L’huître a de la vie, mais son organisme est tel qu’elle ne peut en faire grand usage, comme la brique ne peut pas refléter beaucoup de la lumière du soleil. Ainsi en est-il de chaque manifestation de vie plus élevée dans les bêtes, les oiseaux et les poissons. Semblables aux diverses sortes de verres sous la clarté du soleil, ces diverses créatures manifestent différemment les facultés organiques variées qu’elles possèdent, quand la vie anime leur organisme. Le diamant poli est tellement propre à recevoir la lumière qu’il parait posséder en lui-même et être lui-même un soleil en miniature. Ainsi en est-il de l’homme, un des chefs d’oeuvre de la création de Dieu, fait seulement " un peu moindre que les anges ". Il fut si bien doué qu’il était capable de recevoir la vie et de la conserver par l’usage des moyens que Dieu lui fournit, sans jamais s’affaiblir. Ainsi fut Adam avant la chute ; il était plus élevé que toutes les autres créatures terrestres, non en vertu d’une différence dans le principe de vie implanté, mais en vertu d’un organisme supérieur. Cependant, n’oublions pas que comme

 

A230

 

le diamant ne peut refléter la lumière que lorsque le soleil brille sur lui, ainsi l’homme ne peut posséder et jouir de la vie que lorsque l’approvisionnement de vie continue. L’homme n’a point de vie inhérente:il n’est pas plus une source de vie que ne l’est le diamant. Une des plus fortes démonstrations du fait que nous ne possédons aucune provision inépuisable de vie en nous-mêmes, ou, en d’autres termes, que nous ne sommes point immortels, c’ est que, depuis le moment où le péché entra dans le monde, la mort est survenue sur toute la race. Dieu permit à l’homme en Eden de manger du fruit de tous les arbres qui pouvaient entretenir la vie ; le paradis dans lequel il fut placé, était abondamment pourvu " d’arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger "( Gen. 2:9, 16, 17). Parmi les arbres de vie bons à manger se trouvait un arbre duquel Dieu avait défendu de manger. Tandis que pour un temps il fut défendu à l’homme de manger du fruit de l’arbre de la connaissance, il lui fut permis de manger librement de tout arbre qui conservait la vie parfaitement ; et il n’en fut séparé qu’après la transgression, afin que de ce chef la peine de mort puisse s’effectuer. -Gen. 3:22. Ainsi l’on voit que la beauté et la gloire de l’humanité dépendent de l’alimentation soutenue de la vie, tout comme la beauté du diamant dépend de l’affluence continue de la lumière du soleil. Lorsque le péché priva l’humanité du droit de vie et que l’approvisionnement manqua, la pierre précieuse commença de suite à être dépouillée de son éclat et de sa beauté, et finalement elle en perdit le dernier vestige dans la tombe. Sa beauté se consume comme la teigne (Ps. 39:12). Comme le diamant perd son éclat et sa beauté sitôt que la lumière se retire, ainsi l’homme perd la vie quand Dieu lui en retire les aliments. " L’homme meurt et perd toute sa force, et il expire ; puis où est-il ?"

 

A231

 

(Job 14:10). " Que ses fils soient honorés, il n’en sait rien ; qu’ils soient dans l’abaissement, il l’ignore "( v. 21). " Car il n’y a ni oeuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas "( Eccl. 9:10). Mais puisqu’une rançon fut trouvée et que la peine de mort fut payée par le Rédempteur, la pierre précieuse recouvrera sa beauté et reflétera de nouveau parfaitement l’image du Créateur lorsque le Soleil de la Justice se lèvera avec la santé dans ses rayons (Mal. 4:2). C’est en vertu du sacrifice expiatoire, du sacrifice de Christ, que " tous ceux qui sont dans les sépulcres sortiront. " Une restitution de toutes choses aura lieu ; et quand l’humanité sera rétablie, elle possédera de nouveau, comme au commencement, la vie dans sa perfection, et, par l’obéissance, elle pourra en jouir pour toute l’éternité. Cette vie-là n’est pas, toutefois, le salaire que Jésus désigne comme la fin du chemin étroit. Par d’autres passages de l’Ecriture nous apprenons que le salaire promis à ceux qui suivent le chemin étroit est " la nature divine ", la vie inhérente, la vie au degré suprême, que seule la nature divine peut posséder:l’immortalité . Quelle espérance ! Oserions-nous aspirer à une telle hauteur de gloire ! Certes pas, sans une offre formelle et positive, aucun ne pourrait à juste titre y prétendre. Dans 1 Tim. 6:15, 16, nous apprenons qu’originairement Jéhovah seul fut en possession de l’immortalité ou de la nature divine. Nous lisons: ". Qui [Jésus] montrera en son propre temps [au règne des mille ans] le bienheureux et seul souverain, le Roi des rois et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n’a vu ni ne peut voir.... " Tous les autres êtres, les anges, les hommes, les bêtes. les oiseaux, les poissons, etc., ne sont que des vases contenant chacun sa mesure de vie, et tous diffèrent en

 

A232

 

nature, en capacité et en qualité suivant l’organisme que le Créateur jugea bon de donner à chacun. Plus loin nous apprenons que Jéhovah, qui seul possédait l’immortalité originairement, a souverainement élevé son Fils Jésus, notre Seigneur, à la même nature immortelle et divine ; par conséquent, il est maintenant l’image empreinte de la substance du père (Hébr. 1:3). Ainsi nous lisons: " Comme le père a la vie en lui-même [la définition de " l’immortalité " de Dieu-vie en lui-même-n’étant point puisée d’une autre source, ne dépendant pas des circonstances, mais vie indépendante, inhérente], ainsi il a donné au Fils d’avoir la vie en lui-même "( Jean 5:26). Depuis la résurrection de Jésus deux êtres possèdent donc l’immortalité. Et, grâce étonnante ! La même offre est faite à l’Epouse de l’Agneau, qui est élue durant l’âge de l’Evangile. Cependant tous ceux de la grande multitude qui ne sont que nominalement membres de l’Eglise ne recevront pas le grand prix, mais seulement le " petit troupeau ", ceux qui courent pour l’obtenir, qui suivent fidèlement les traces du Maître ; et qui, à l’exemple de Jésus, suivent le chemin étroit du sacrifice, même jusqu’à la mort. Lorsque, dans la résurrection, ceux-ci seront nés d’entre les morts, ils seront revêtus de la nature et de la forme divines. Cette immortalité, la nature divine, indépendante et existant d’elle-même, est la vie à laquelle conduit le chemin étroit. Les membres de cette classe ne seront pas réveillés de la tombe comme êtres humains. Car l’apôtre nous assure que, quoique semés corps naturels dans la tombe, ils seront ressuscités corps spirituels. Ils seront " tous changés ", et, de même qu’ils auront porté l’image de la nature humaine, terrestre, ils porteront l’image de la nature céleste. Mais " ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ",- ce que c’est qu’un corps spirituel ;" mais nous

 

A233

 

savons que quand il paraîtra, nous serons semblables à lui "," participants de la gloire qui doit être révélée ". 1 Jean 3:2 ; Col. 1:27 ; 2 Cor. 4:17 ; Jean 17:22 ; 1 Pierre 5:1, 10 ; 2 Thess. 2:14.

 

Cet appel céleste à un changement de nature, est non seulement restreint à l’âge de l’Evangile, mais c’est aussi l’unique offre de cet âge. Il s’ensuit donc que les mots cités par le Seigneur au commencement de ce chapitre enferment dans le chemin spacieux de destruction tous ceux qui ne se trouvent pas sur la route du seul prix offert maintenant. Cette route de la vie, la seule qui soit maintenant ouverte, est fréquentée par bien peu de personnes à cause de ses difficultés. La masse de l’humanité préfère, dans sa faiblesse, le chemin aisé des satisfactions personnelles. Le chemin étroit pourrait aussi être appelé celui de la mort, bien qu’il aboutisse à la vie et à l’immortalité, parce que son prix ne se gagne que par le sacrifice de la nature humaine, même jusqu’à la mort. C’est le chemin étroit de la mort à la vie. Après qu’ils sont reconnus libérés du forfait adamique et du châtiment de la mort, les croyants consacrés livrent ou sacrifient ces droits humains, considérés comme leurs, et qu’ils auraient au temps voulu, réellement reçus avec le monde. Comme " l’homme Jésus-Christ " abandonna ou sacrifia sa vie pour le monde, ainsi ceux-ci deviennent ses co-sacrificateurs. Non pas que son sacrifice soit insuffisant, et que d’autres sacrifices soient nécessaire ; mais, tandis que le sacrifice de Jésus suffit à tous, il est permis à ceux-ci de servir et de souffrir avec lui, afin de devenir ses cohéritiers, son épouse. Ainsi, tandis que le monde est sous la condamnation de la mort et meurt avec Adam, les membres de ce " petit troupeau " meurent avec ou en Christ, et cela grâce au progrès de leur justification par la foi et de leur sacrifice. Ils se sacrifient et meurent

 

A234

 

Avec lui, comme êtres humains, pour pouvoir participer de la nature divine et de la gloire avec lui ; car nous croyons que si nous mourrons avec lui nous vivrons aussi avec Lui:si nous souffrons avec lui, nous serons aussi glorifiés avec lui. -Rom. 8:17 ; 2 Tim. 2:11-12. Tous ceux qui suivent maintenant le chemin étroit auront gagné au commencement de l’âge du Millénium le grand prix pour lequel ils auront couru, -l’immortalité:et étant ainsi revêtus de la nature et de la puissance divines, ils seront, durant cet âge-là, tout préparés pour le grand oeuvre de rétablissement et de bénédiction du monde. Avec la fin de l’âge de l’Evangile le chemin étroit de l’immortalité prendra fin, vu que le " petit troupeau " choisi, dont il était l’épreuve et la pierre de touche, sera complet. " Voici maintenant le temps favorable [ou acceptable, grec dektos] ",- le temps dans lequel les sacrificateurs, qui viennent par le mérite de Jésus et qui vont avec lui dans la mort, sont acceptables pour Dieu, sont une offrande de bonne odeur. La mort ne sera pas permise éternellement ; comme châtiment adamique, elle sera abolie durant l’âge du Millénium ; et, comme sacrifice, elle n’est acceptable, avec récompense, que durant l’âge de l’Evangile. Ce n’est que comme " nouvelles créatures " que les saints de cet âge-ci sont sur le chemin de la vie ; et ce n’est que comme êtres humains, qu’ils sont, comme sacrifice, consacrés à la destruction. Si nous sommes morts avec Christ comme créatures humaines, nous vivrons avec lui comme nouvelles créatures spirituelles. (Rom. 6:8). L’esprit de Dieu en nous (les pensées transformées) voilà le germe de la nouvelle créature. La nouvelle vie peut facilement être étouffée, et Paul nous assure qu’une fois engendrés de l’esprit par la vérité, nous mourrons [perdrons notre vie] si nous vivons selon la

 

A235

 

chair, mais que, si par l’Esprit nous mortifions [mettons à mort] les actions du corps [les dispositions de la nature humaine], nous vivrons [comme nouvelles créatures] : " car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu "( Rom. 8:12-14). Ceci est une pensée de la plus haute importance pour tous les consacré ; car si nous avons stipulé avec Dieu de sacrifier la nature humaine, et si ce sacrifice a été accepté par Lui, on tenterait en vain de le retirer. Ce qui est humain est déjà reconnu par Dieu comme mort, et doit réellement mourir pour ne plus jamais être restauré. Tout ce qui peut être gagné par celui qui se retire (Hébr. 10:38,39) pour vivre selon la chair, c’est une petite satisfaction charnelle aux dépens de la nouvelle nature spirituelle. Il y a pourtant maints consacrés désireux d’obtenir le prix et qui ont été engendrés de l’Esprit, mais qui se voient vaincus partiellement par les attraits du monde, par les désirs de la chair ou par les artifices de Satan. Ils perdent de vue en partie le prix de l’appel céleste et essayent de nager entre deux eaux, afin d’être agréables à Dieu et au monde ; ils oublient " que l’amitié du monde est inimitié contre Dieu "( Jac. 4:4) et que l’exhortation à ceux qui courent pour le prix, c’est de ne point aimer le monde, ni de chercher la gloire les uns des autres, mais la gloire qui vient de Dieu seul. -1 Jean 2:15 ; Jean 5:44. Ceux qui aiment le monde présent, mais qui n’ont pas entièrement abandonné le Seigneur et méprisé leur alliance, auront à se soumettre à une flagellation et à une purification par le feu de l’affliction. Suivant l’expression de l’apôtre, ils sont livrés à Satan " pour la destruction de la chair, afin que l’esprit [la nature nouvellement engendrée] soit sauvé au jour [de mille ans] du Seigneur Jésus "( 1 Cor. 5:5). Et s’ils ont été exercés justement par cette discipline, ils seront finalement admis à la condition spirituelle.

 

A236

 

Ils auront la vie éternelle, spirituelle, comme celle des anges, mais ils auront perdu le prix de l’immortalité. Ils serviront Dieu dans son temple, et se tiendront devant le trône avec des palmes à la main (Apoc. 7:9-17) ; ce sera très glorieux, il est vrai, mais ce sera loin d’être aussi glorieux que la position du " petit troupeau " de vainqueurs, qui seront rois et prêtres de Dieu, -assis sur le trône avec Jésus, comme son épouse et ses cohéritiers et couronnés avec lui de l’immortalité. Notre chemin est une voie rude, rapide et étroite, et s’il ne nous était pas donné de nouvelles forces pour chaque pas successif du voyage, nous n’arriverions jamais au but. Mais la parole de notre " Prince " nous encourage: " Prenez courage, j’ai vaincu le monde "," ma grâce te suffit ; car ma force s’accomplit dans la faiblesse "( Jean 16:33 ; 2 Cor. 12:9). Les difficultés de ce chemin doivent agir comme un principe de séparation pour sanctifier et épurer un " peuple particulier " d’héritiers de Dieu et de cohéritiers de Jésus-Christ. En vue de ces choses " allons donc avec confiance au trône de grâce, pour être secourus dans le temps convenable ", tout en combattant le bon combat et nous attachant ferme à " la couronne de gloire ", l’immortalité, la nature divine. -Hébr. 4:16 ; 2 Tim. 4:8 ; 1 Pierre 5:4.

 

Le grand chemin de la sainteté.

 

Tandis que l’espérance particulière de l’âge de l’Evangile est incomparablement glorieuse, et que, réciproquement, le chemin est difficile, -étroit et resserré par les peines et les dangers de chaque pas, -de sorte que peu le trouvent et obtiennent le grand prix à sa fin, le nouvel ordre de choses dans l’âge à venir sera entièrement différent. Comme une espérance différente y est présentée, de

 

A237

 

même un chemin différent y conduit. Le chemin de l’immortalité a été un chemin qui exigea le sacrifice d’espérances, d’ambitions et de désirs d’ailleurs justes et légaux, -il exigea, en un mot, le sacrifice de la nature humaine pour toujours. Mais le chemin vers la perfection humaine, vers la restitution, l’espérance du monde, n’exige que la purification du péché ; non le sacrifice, mais l’usage ou l’emploi légitime des droits et privilèges humains. Il conduit à la purification personnelle et au rétablissement de l’image de Dieu dont Adam jouissait avant la chute. Le chemin du retour à la vraie perfection humaine sera rendu très uni et facile ; si facile que personne n’aura besoin de le manquer ; si reconnaissable que " ceux qui le suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer "( Esaïe 35:8) ; si distinct que plus personne n’aura besoin d’enseigner son prochain, disant: " Connaissez l’Eternel "; car tous le connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand (Jér. 31:34). Au lieu d’être un chemin étroit que peu trouvent, Il sera un " grand chemin ", une chaussée publique, -non un chemin de traverse étroit, rapide, rude et resserré, mais un chemin spécialement préparé pour voyager aisément et arrangé tout particulièrement pour la facilité et la commodité des voyageurs. Les versets 8 et 9 montrent qu’il est une route publique, ouverte à tous les rachetés, -à tout homme. Tout homme pour lequel Christ mourut, qui apprécie les heureuses occasions et les bénédictions acquises par le précieux sang et veut en profiter, peut s’élever dans ce grand Chemin de sainteté ou de sanctification vers le grand but du parfait rétablissement, à la rencontre de la perfection humaine et de la vie éternelle. Non seulement les hommes seront comptés comme justifiés et considérés par Dieu comme étant dans une position de sanctification et de perfection dès le premier pas

 

A238

 

qu’ils feront sur ce grand chemin de sainteté, mais ils marcheront vers la perfection réelle, fruit de leurs efforts et de leur obéissance ; toutes choses leur seront faites agréables par leur Rédempteur qui régnera alors avec puissance. Chaque personne sera aidée individuellement, selon ses besoins, par la parfaite et sage administration du nouveau royaume. Il viendra peut être à l’esprit de plusieurs que c’est là le résultat légitime de la rançon. Puisque notre Seigneur, l’homme Jésus-Christ, qui se donna lui-même en rançon pour tous, veut que tous parviennent à la pleine connaissance de la vérité et, par ce moyen, à la perfection réelle, pourquoi n’établit-il pas tout de suite un bon et large grand chemin pour tous ? Pourquoi n’enlève-t-il pas les obstacles, les pierres d’achoppement, les pièges et les trappes ? Pourquoi n’aide-t-il point le pécheur à vivre en pleine harmonie avec Dieu, au lieu de rendre le chemin étroit, épineux, difficile à trouver et encore plus difficile à suivre ? Ne connaissant pas l’application correcte de la parole de la vérité, ignorant que le chemin étroit d’à présent conduit au prix spécial et qu’il est l’épreuve pour l’élection d’un petit troupeau de cohéritiers, du corps de Christ, lequel, une fois complété et exalté avec son Chef, doit bénir toutes les nations, plusieurs chrétiens ont des idées très confuses à ce sujet. Ne voyant pas le plan de Dieu, plusieurs essayent de prêcher un grand chemin de sainteté facile à suivre, dans l’âge présent, alors qu’il n’existe aucun chemin pareil ; et, en voulant adopter leurs théories erronées aux faits et aux Ecritures, ils ne font qu’embrouiller la question et compromettre la chose. Sur ce grand chemin qui, sous peu, sera ouvert, il n’y aura que les choses conduisant au péché qui seront interdites, tandis que ceux qui marchent dans le chemin étroit doivent renoncer à eux-mêmes et sacrifier plusieurs choses non coupables, comme aussi combattre

 

A239

 

continuellement contre les péchés qui nous enveloppent. Celui-ci est un sentier de sacrifice, tandis que celui-là sera une grande route de justification. Il est dit en langage symbolique et d’une manière significative que sur ce grand chemin " il n’y aura point de lion, et aucune bête farouche n’y montera, ni ne s’y trouvera "( Esaïe 35:9). Combien de lions effrayants se trouvent maintenant au chemin de ceux qui éviteraient de bon coeur la voie du péché, pour suivre la justice ! Voici le lion d’une opinion publique corrompue, qui empêche plusieurs de s’aventurer à suivre les prescriptions de la conscience dans les choses de la vie de chaque jour, en tenue, vêtements, occupations, procédés, etc. Il y a le lion de la tentation des liqueurs qui empêche des milliers de suivre le bon chemin ; ceux-ci seraient tout heureux de pouvoir s’en défaire. Les prohibitionnistes et les partisans de la tempérance et de l’abstinence ont maintenant une entreprise herculéenne en mains, une oeuvre que l’autorité et la puissance seules de l’âge prochain mèneront à bonne fin ; et on en peut dire autant de tous les autres nobles efforts de réformes morales. " Nulle bête féroce ne le prendra. " Nulle corporation géante organisée pour l’avancement d’intérêts égoïstes et personnels aux dépens du bien général n’y sera tolérée. " Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne [royaume] sainte ", dit l’Eternel (Esaïe 11:9). Certes, il y aura aussi des difficultés à surmonter, le penchant vers le mal, etc., mais ce sera un chemin bien facile en comparaison du chemin étroit de cet âge. Les pierres (d’achoppement) seront toutes éloignées et l’étendard de la vérité sera élevé pour tous les peuples (Esaïe 62:10). L’ignorance et la superstition seront des choses du passé:la justice recevra sa récompense méritée, en même temps qu’une juste rétribution sera mesurée au mal (voy. Mal. 3:15, 18). Par des châtiments salutaires, des

 

A240

 

encouragements appropriés et de claires instructions, les hommes reviendront sur leurs pas comme l’enfant prodigue et seront disciplinés et élevés à la perfection sublime de laquelle notre père Adam déchut. " Les rachetés de l’Eternel retourneront [de la destruction par le grand chemin de la sainteté], ils iront à Sion avec chant de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête ; l’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront. "- Esaïe 35:10. Notre Seigneur ne mentionna que deux de ces chemins, parce que le moment propice pour l’ouverture du troisième n’était pas encore venu, -c’ est ainsi qu’en annonçant la bonne nouvelle, Jésus dit: " Aujourd’hui cette parole de l’Ecriture, que vous venez d’entendre, est accomplie ", mais il omit de mentionner " le jour de la vengeance ", parce que ce n’était pas le moment convenable alors (comp. Luc 4:19-21 et Esaïe 61:2). Mais maintenant que le chemin étroit tend à sa fin, le grand chemin de la justice commence à être vu toujours plus distinctement, à la lumière de l’aurore du jour qui éclaire l’horizon. Ainsi nous avons trouvé un " chemin spacieux " sur lequel la multitude s’achemine à présent, trompée par " le prince de ce monde " et séduite par des goûts pervertis. Nous avons trouvé qu’il fut ouvert par la " désobéissance d’un homme " et que notre race y continua sa course impétueuse. Nous avons trouvé que le " grand chemin de sainteté " sera ouvert par notre Seigneur, qui se donna lui-même en rançon pour tous et les racheta tous de la destruction qui est la fin du " chemin spacieux "; et que ce chemin sera en son temps très facile et accessible pour tous ceux qui ont été rachetés par le précieux sang de Christ. Nous avons encore trouvé que " le chemin étroit ", ouvert par le mérite du même précieux sang, est un chemin spécial, qui conduit à un prix spécial ; et qu’il est

 

A241

 

rendu particulièrement étroit et difficile, dans le but d’éprouver et de discipliner ceux qui sont choisis maintenant pour devenir participants de la nature divine et cohéritiers avec le Seigneur Jésus, dans le royaume de gloire qui sera bientôt révélé pour la bénédiction de tous. Quiconque a cette espérance et voit ce prix, peut regarder toutes les autres espérances " comme une perte et comme de la boue " en comparaison avec celle-ci. -Phil. 3 :8-15.

 

Sans attendre, Je veux tendre Au bonheur promis ; Qui s’élance, Qui s’avance, Obtiendra le prix. La Parole me guidant, On m’en veut, Dieu me défend. Donc en route, Point de doute, Le but est si grand.

 

D’un pas ferme Jusqu’au terme Il faut s’avancer. Dieu m’observe, Qu’il préserve Mon pied de glisser. Que ce monde et ses attraits Ne me séduisent jamais ! Si sa haine Se déchaîne, Que je sois en paix ! Sur le trône, La couronne Attend le vainqueur. Nulle trêve ! Qu’on se lève ! A dit le Seigneur. D’obéir, soyons heureux ; Point de tièdes, de peureux ; Qui se lasse, Perd sa place Au banquet des cieux. Dieu de grâce, Que ta face Luise en mon chemin. Père tendre, Viens me prendre Par ta forte main. Toute puissance est à toi, Subviens à ma faible foi ; Ma victoire, C’est ta gloire, O mon Dieu, mon Roi.

Chapitre XII—EXPLICATION DE LA CARTE REPRESENTANT LE PLAN DES AGES.

 

A242

 

Les âges. -Les moissons. -Degrés de position réels et regardés comme tels. -Le cours de la vie de notre Seigneur Jésus. -Celui de ses disciples. -Trois classes dans l’Eglise nominale. -La séparation à l’époque de la moisson. -La classe ointe glorifiée. -La classe de la grande tribulation. -L’ivraie brûlée. -Le monde béni. -La fin glorieuse.

 

Comme frontispice de ce volume nous donnons une carte représentant le plan de Dieu pour le salut du monde. Nous essayons d’aider l’esprit, par l’oeil, à comprendre une partie du caractère progressif du plan de Dieu, et de rendre clairs les pas successifs que doivent faire tous ceux qui veulent obtenir le " changement " complet de la nature humaine en nature divine. Premièrement, nous avons une esquisse des trois grandes économies (dispensations ou ordres des temps de salut) de Dieu, A, B, C. La première, A, comprend l’espace de temps depuis la création de l’homme jusqu’au déluge ; la seconde, B, depuis le déluge jusqu’au commencement du règne des mille ans de Christ, lors de son second avènement ; et la troisième, C, depuis le commencement du règne de Christ jusque dans les " siècles [ou âges] à venir "( Eph. 1:10 ; 2:7). Les Ecritures se rapportent souvent à ces trois grandes économies Divines:a est nommée le " monde d’alors; " B est nommée par notre Seigneur Jésus " ce monde ", par Paul le " présent siècle mauvais " et par

 

A243

 

Pierre " les cieux et la terre d’à présent. " C est nommée le " monde à venir "-" où la justice habite ", par opposition au " présent monde mauvais. " Maintenant le mal règne et le juste doit souffrir, tandis que, dans le monde à venir, cet état sera tout le contraire:la justice y régnera et les ouvriers d’iniquité y souffriront, et finalement tout le mal sera exterminé. Dans chacune de ces trois grandes économies (époques ou " mondes "), le plan de Dieu par rapport à l’homme a une méthode distincte ; toutefois chacune n’est qu’une partie du grand plan unique, qui, une fois achevé, démontrera la sagesse divine, quoique les parties isolées considérées séparément ne puissent faire voir leur profonde signification. Puisque le premier " monde "[" les cieux et la terre ", ou cet ordre de choses-là] passa lors du déluge, il s’en suit que c’était un ordre différent du " présent monde mauvais " duquel notre Seigneur dit que Satan en est le prince ; conséquemment le prince de ce présent monde mauvais ne fut point le prince du monde qui fut avant le déluge, bien qu’il n’y fût pas sans influence. Plusieurs passages de l’Ecriture projettent de la lumière sur la conduite de Dieu pendant ce temps-là, et cela nous donne une compréhension plus générale du plan définitif de Dieu. Il ressort de ces passages que le premier " monde ", ou l’économie antédiluvienne, fut sous la direction et l’administration spéciale des anges, auxquels il fut permis de faire ce qu’ils pouvaient pour relever la race déchue et dégénérée. Ils étaient sans doute désireux d’en faire l’essai avec la permission de Dieu ; car leur intérêt se manifesta vivement par leurs cris de joie et leurs chants de triomphe à l’égard des oeuvres de la création (Job 38:7). Les anges furent les gouverneurs autorisés de cette époque, mais n’arrivèrent point à leurs fins ; cela n’est pas seulement indiqué par tous les passages parlant de cette époque,

 

A244

 

mais cela peut être déduit raisonnablement de la remarque de l’apôtre lorsque, en opposant la présente économie à celle du passé et à celle à venir, il dit: " Car il n’a point soumis aux anges le monde à venir dont nous parlons "( Hébr. 2:5). Non ; ce monde sera sous l’intendance du Seigneur Jésus et de ses cohéritiers ; aussi l’administration en sera non seulement beaucoup plus juste que celle du " présent monde mauvais ", mais elle sera aussi beaucoup plus fructueuse que celle du premier monde sous le " ministère des anges ", dont l’Insuffisance fut manifestée en ce que l’iniquité de l’homme devint si grande que Dieu, dans sa colère et dans sa juste indignation, détruisit la race entière qui vivait alors, à l’exception de huit personnes. -Gen. 7:13. Durant le " présent monde mauvais " il fut permis à l’homme de faire l’essai de se gouverner lui-même ; mais en raison de la chute il passa sous la domination de Satan " le prince de ce monde ", et lutta en vain contre ses intrigues et ses machinations secrètes pour conserver l’empire sur soi-même durant la longue période qui s’étend depuis le déluge jusqu’au temps présent. Cette tentative de l’homme de se gouverner lui-même sous Satan se terminera dans le temps de la plus grande détresse que le monde ait jamais connue. Et cela aura démontré non seulement l’impuissance des anges pour sauver l’espèce humaine, mais aussi le peu de succès des propres efforts de l’homme pour parvenir à une condition satisfaisante. La seconde de ces grandes économies, B, est composée de trois âges différents, dont chacun est un pas en avant, menant plus haut conformément au plan de Dieu. L’âge D fut celui durant lequel les procédés spéciaux de Dieu concernèrent des patriarches qui furent Abraham, Isaac et Jacob. L’âge E est l’âge judaïque, ou la période qui suivit la

 

A245

 

mort de Jacob, durant laquelle toute sa postérité fut traitée par Dieu comme sa charge spéciale, " son peuple ". A ce peuple Dieu montra des grâces spéciales, et déclara:- " Je n’ai connu (reconnu avec faveur) que vous d’entre toutes les familles de la terre "( Amos 3:2). Comme nation, les Israélites servirent de type à l’Eglise chrétienne, " la nation sainte, le peuple acquis ". Les promesses qui leur furent faites furent les types de " meilleures promesses " qui nous sont faites. Leur voyage à travers le désert, vers la Terre promise, fut le symbole de notre voyage à travers le désert du péché, vers la Canaan céleste. Leurs sacrifices les justifiaient typiquement et non réellement ;" car Il est impossible que le sang des taureaux et des boucs ôte les péchés "( Hébr. 10:4). Mais dans l’âge évangélique, F, nous avons les " sacrifices plus excellents " qui opèrent la réconciliation pour les péchés de tout le monde. Nous avons la " sacrificature royale ", composée de tous ceux qui s’offrent eux-mêmes à Dieu en " sacrifices vivants " saints et agréables par Jésus-Christ, qui est le Prêtre en chef ou le " souverain sacrificateur que nous professons "( Hébr. 3:1). Dans l’âge évangélique nous trouvons la réalité de ce que l’âge judaïque, avec ses services et ses ordonnances, symbolisait ou typifiait. -Hébr.10:1.

 

L’âge évangélique, F, est la période durant laquelle les membres du corps de Christ sont appelés hors du monde, et comme, par la foi, la couronne de vie et les plus grandes et les plus précieuses promesses leur sont montrées, ils peuvent par leur moyen [par l’obéissance envers l’appel et ses exigences] devenir participants de la nature divine (2 Pierre l:4). Il est encore permis au mal de régner sur le monde ou de le gouverner, afin que, à son contact, les membres du Christ puissent être éprouvés, pour voir s’ils veulent renoncer à la nature humaine avec ses biens et ses

 

A246

 

privilèges, -en sacrifice vivant, -se conformant à l’exemple que leur donna Jésus mourant, afin de pouvoir être considérés comme dignes de se réveiller à sa ressemblance, lors de la résurrection. -Ps. 17:15. La troisième grande économie, C, sera composée de plusieurs âges, - " les Ages à venir ". Le premier d’entre eux, l’âge millénaire, G, est le seul sur lequel nous ayons quelques renseignements formels. Ce sont les mille ans durant lesquels Christ régnera sur toutes les familles de la terre, tout en les bénissant et en accomplissant de ce chef " le rétablissement de toutes choses, dont Dieu a parlé anciennement par la bouche de ses saints prophètes "( Actes 3:19-21). Durant cet âge, le péché et la mort seront extirpés pour toujours ;" car il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds. Le dernier ennemi qui sera détruit, c’est la mort, "- la mort adamique (1 Cor. 15:25, 26). Ce sera la grande période de reconstruction. L’Eglise, l’épouse et le corps de Jésus-Christ, sera alliée avec lui, comme il le promit en disant: " Celui qui vaincra, je lui donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon père sur son trône. "- Apoc. 3:21. Les " âges à venir ", H, qui suivent la grande période de reconstruction, seront des âges de perfection, de béatitude et de prospérité. Les Ecritures sont silencieuses à l’égard de ce qui s’y fera. Il suffit jusqu’ici de savoir que ce seront des âges de gloire et de bénédiction sous la grâce divine. Chacune de ces économies a ses saisons distinctes pour le commencement et le développement de son oeuvre, et chacune se termine par une moisson qui manifeste ses fruits. La moisson de la fin de l’âge judaïque fut une période de quarante ans, qui s’étend depuis le commencement du ministère de Jésus, lorsqu’il fut oint avec l’Esprit

 

A247

 

de Dieu (Act. l 0:37, 38), en l’an 29, jusqu’à la destruction de Jérusalem, en l’an 70. Dans cette moisson l’âge judaïque finit et l’âge évangélique commence. Il y a rencontre et superposition des deux âges-l’un empiétant sur l’autre-comme c’est représenté dans le diagramme. Dans un certain sens l’âge judaïque finit, lorsqu’à la fin des trois ans et demi de son ministère Jésus rejeta cette nation, disant: " Voici, votre maison vous est laissée déserte "( Matth. 23:38). Cependant les Juifs obtinrent encore trois ans et demi de faveur de plus, en ce que l’appel de l’Evangile se borna encore aussi longtemps à eux, et cela conformément à la déclaration du prophète (Dan.9:24-27) touchant les soixante-dix semaines [d’années] de grâce envers eux, au milieu de la dernière desquelles le Christ serait retranché [mourrait], mais " non pas pour soi "." Christ est mort [non pas pour soi-même, mais] pour nos péchés ", ce qui causa la cessation du sacrifice et de l’oblation au milieu de la semaine, -trois ans et demi avant l’expiration des soixante-dix semaines conventionnelles de faveur judaïque. Il va de soi que lorsque le vrai sacrifice fut accompli, le sacrifice typique n’avait plus sa raison d’être et ne pouvait être reconnu plus longtemps par Jéhovah. Dans un sens plus large, l’âge des Juifs se termina donc avec la fin de la soixante-dixième semaine, ou des trois ans et demi après le crucifiement, -époque où l’Evangile fut aussi prêché aux gentils, en commençant par Corneille (Act. 10:45). A ce moment, leur âge, leurs faveurs particulières auprès de Dieu et leur considération d’église judaïque prirent fin ; leur existence nationale se termina plus tard, dans le temps de la grande détresse qui suivit. C’est dans cette période de la moisson judaïque que se trouve le commencement de l’âge de l’Evangile. Le but de cet âge fut la convocation, le développement et l’épreuve

 

A248

 

du " Christ de Dieu "- Chef et corps. C’est la dispensation ou l’économie de l’esprit; il est donc convenable de dire que l’âge évangélique commença par l’onction de Jésus " du Saint-Esprit et de puissance "( Act. 10:38 ; Luc 3:22 ; 4:1-18) à l’époque de son baptême. Mais pour ce qui concerne l’Eglise, son corps, il ne commença que trois ans plus tard. Une époque de " moisson " constitue également la période de la fin de l’âge de l’Evangile, durant laquelle il y a de nouveau rencontre et superposition de deux âges, -l’âge de l’Evangile se termine et l’âge futur du Millénium commence, -les deux périodes au lieu de se succéder marchent un certain temps parallèlement. L’âge de l’Evangile se clôt par époques, ainsi que son modèle ou son " ombre ", l’âge judaïque. De même qu’à cette époque les premiers sept ans furent consacrés dans un sens spécial à Israël, de même ici, nous trouvons la mention de sept ans ayant la même signification et la même importance pour l’Eglise évangélique, que doit suivre une période d’affliction (" de feu ") sur le monde, comme punition de l’iniquité et comme préparation du règne de justice:nous en dirons davantage plus tard.

 

Le sentier qui conduit à la gloire.

 

K, L, M, N, P , R, représentent chacun des degrés différents. N est le degré ou la position de la nature humaine parfaite. Adam était à ce degré avant de pécher, mais, dès le moment de sa désobéissance, il tomba au degré de la dépravation et du péché R, qui fut également, dès leur naissance, le sort de tous ses descendants. Cela correspond au " chemin spacieux " de destruction. P représente le degré de justification typique, effectuée par les sacrifices de la loi. Ce n’était point une perfection réelle,

 

A249

 

" car la loi n’a rien amené à la perfection ".- Hébr. 7:19.

 

N représente non seulement le degré de perfection humaine, qu’occupait jadis l’homme parfait, Adam, mais aussi la position de toute personne justifiée. " Christ est mort pour nos péchés selon les Ecritures " et, par suite, tous les croyants en Christ, tous ceux qui l’acceptent comme leur justificateur et qui s’approprient par la foi son oeuvre parfaite et accomplie, sont regardés par Dieu comme justifiés, comme des hommes parfaits, qui n’auraient jamais péché. Aux yeux de Dieu, tous ceux qui acceptent Christ comme leur Rédempteur sont considérés comme étant au degré de perfection humaine, N. C’est la seule position par laquelle l’homme puisse s’approcher de Dieu, ou par laquelle il puisse avoir quelque communication avec Dieu. Dieu nomme fils (fils humains) tous ceux qui sont à ce degré. C’est dans ce sens qu’Adam fut un fils (Luc 3:38), et eut communion avec Dieu avant d’avoir désobéi. Tous ceux qui acceptent l’oeuvre accomplie de la rançon de Jésus notre Rédempteur sont regardés comme rétablis dans la pureté première et sont en conséquence avec Dieu. Durant l’âge de l’Evangile Dieu fait une offre spéciale aux êtres humains justifiés, leur disant que sous certaines conditions ils peuvent changer de nature, qu’ils peuvent cesser d’être des êtres humains terrestres pour devenir des êtres spirituels célestes, comme Christ leur Rédempteur. Plusieurs croyants (des personnes justifiées) se contentent de la joie et de la paix qu’ils possèdent par la foi dans la rémission de leurs péchés ; ils ne font point attention à la voix qui leur dit de monter plus haut:d’autres, émus de l’amour dont Dieu fait preuve à leur égard en les rachetant du péché et sentant qu’ils n’appartiennent point à eux-mêmes, mais à celui qui les racheta à un prix disent:

 

A250

 

Seigneur, que veux-tu que je fasse ? A ceux-ci le Seigneur répond par Paul: " Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable "( Rom. 12:1). Que veut dire l’apôtre par l’exhortation de nous offrir en sacrifice vivant ? Il veut dire que nous devons consacrer chaque faculté et chaque talent que nous possédons au service de Dieu, que désormais nous ne vivions plus pour nous-mêmes, ni pour nos amis, ni pour notre famille, ni pour le monde, ni pour aucune autre chose, mais pour celui qui nous a rachetés par son propre sang précieux. Mais puisque Dieu n’accepte point de sacrifices imparfaits ou qui aient des défauts, et que nous sommes tous devenus des pécheurs par Adam, comment pouvons-nous être des sacrifices agréables ? Paul montre que c’est seulement en étant saints que nous pouvons être des sacrifices agréables:nous ne sommes point saints comme Jésus, qui n’a point commis de péché, car nous sommes de la race condamnée ; ni même parce que nous aurions réussi à atteindre une condition parfaite, car nous ne prétendons point être parvenus déjà à cette perfection à laquelle nous sommes appelés ;" mais nous avons ce trésor dans des vases de terre [fragiles et coulants], afin que l’excellence de cette force [de notre perfectionnement définitif] soit de Dieu [de sa grâce] et non pas de nous [de notre habileté] "( 2 Cor. 4:7). Mais notre sainteté et notre admissibilité, comme sacrifices, viennent de ce que Dieu nous a justifiés gratuitement de tous péchés par la foi dans le sacrifice de Christ. Tous ceux qui apprécient cet appel et lui obéissent, se réjouissent d’être trouvés dignes de souffrir des opprobres pour le nom de Christ et ne regardent point aux choses visibles, mais aux choses invisibles, à " la couronne de la

 

A251

 

vie ",-" le prix [du haut appel ou] de l’appel céleste [ou de la haute vocation] de Dieu dans le Christ Jésus, " et à " la gloire à venir qui doit être révélée en nous. " Tous ceux-là ne sont plus considérés comme des hommes depuis le moment de leur consécration à Dieu, mais comme étant engendrés de Dieu par la parole de la vérité, -ils ne sont plus des humains désormais, mais des enfants spirituels. Ils sont maintenant d’un degré plus près du salut, du prix, que lorsqu’ils avaient cru. Mais leur être spirituel est encore imparfait ; ils sont seulement engendrés de l’Esprit et non pas encore nés. Ils sont des enfants spirituels à l’état embryonnaire sur le degré M, le degré de procréation spirituelle. Comme ils sont engendrés de l’Esprit, ils ne sont plus considérés comme humains, mais comme spirituels ; car la nature humaine, autrefois la leur, parce qu’elle a été justifiée, est abandonnée maintenant, elle est considérée comme morte et acceptée par Dieu, -ce sacrifice lui étant vivant, saint et agréable. Ils sont maintenant de nouvelles créatures en Jésus-Christ: " Les choses vieilles [espérances, volonté et ambitions humaines] sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ";" or, vous n’êtes point en la chair, mais en l’Esprit, si toutefois l’Esprit de Dieu habite en vous "( 2 Cor. 5:17 ; Rom. 8:9). Si vous avez été engendrés de l’Esprit, " vous êtes [comme êtres humains] morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu. "- Col. 3:3. Le degré L représente la condition des êtres spirituels parfaits ; mais avant que le degré L puisse être atteint, les conditions de notre alliance doivent être exécutées. Faire alliance avec Dieu, vouloir être mort à toutes choses terrestres, c’est bien:mais autre chose est de garder cette alliance à travers toute notre carrière terrestre, -de " traiter durement son corps "( de le mortifier), de perdre de vue sa propre volonté et d’accomplir uniquement la

 

A252

 

volonté du Seigneur. L’entrée au degré (ou sur la marche) L est appelée naissance, ou pleine entrée dans la vie comme être spirituel. L’Eglise entière parviendra à ce degré sitôt qu’elle sera rassemblée ou élue du monde dans la " moisson " ou dans la fin de l’âge de l’Evangile. " Les morts en Christ ressusciteront premièrement. " Puis nous, les vivants qui serons restés, nous serons changés en un clin d’oeil, -transformés en êtres spirituels, parfaits, avec des corps semblables au " corps glorieux " de Christ (Phil. 3:21), car il faut que ce mortel revête l’immortalité. Alors, " quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel [la condition de l’être dans l’état embryonnaire avec les différents empêchements de la chair auxquels nous sommes assujettis maintenant] disparaîtra ". Cependant, il y a encore un pas de plus à faire, au delà de la perfection d’êtres spirituels, c’est celui de la " gloire qui suivra ",- au degré K. Nous ne parlons point ici d’une gloire de la personne, mais d’une gloire de puissance ou de position. Parvenir au degré L, cela nous amène à la pleine gloire personnelle, c’est à dire nous transforme en êtres glorieux semblables à Christ. Mais après être ainsi perfectionnés et rendus entièrement semblables à notre Seigneur et Chef nous serons aussi associés avec lui à la " gloire " de puissance et de position, -il nous sera donné de nous asseoir sur son trône ; comme lui, qui, après avoir été rendu parfait lors de sa résurrection, s’est assis à la droite de la Majesté dans les lieux très hauts. De cette manière nous entrerons dans la gloire éternelle, degré K. Etudions maintenant soigneusement la carte, et notons ce qui éclaircit les diverses parties du plan de Dieu. Dans ce but nous employons la figure d’une pyramide pour représenter la perfection, vu qu’elle y répond fort bien et qu’évidemment les Ecritures s’y rapportent souvent.

 

253

 

Adam était un être parfait, voyez pyramide a ; remarquez sa position au degré N, qui représente la perfection humaine. Sur le degré R, degré du péché et de l’imperfection ou de la corruption, la pyramide tronquée ou la figure imparfaite, b, représente Adam et ses descendants, -corrompus, dépravés et condamnés. Abraham et d’autres personnages de cette époque, justifiés en considération de la foi (c’est à dire regardés comme parfaits), sont représentés par une pyramide (c} sur le degré N. Abraham était un membre de la famille humaine dépravée et, de nature, il appartenait au degré R comme le reste; mais Paul nous dit qu’Abraham fut justifié par la foi, c’est à dire qu’à cause de sa foi Dieu estima qu’il était sans péché, qu’il était un homme parfait. L’estimation de Dieu l’éleva au-dessus du monde des hommes pécheurs et dépravés au degré N ; et quoique, en réalité, encore imparfait, il fut transplanté dans la grâce ou la faveur qu’Adam avait perdues, c’ est à dire la communion avec Dieu comme avec un " ami "( Jac. 2:23). Tous ceux qui sont sur le degré de perfection (sans péché) N, sont des amis de Dieu, et Dieu est leur ami ; mais les pécheurs (sur le degré R) sont dans l’inimitié contre Dieu, - " ennemis par leurs mauvaises oeuvres ". Le monde après le déluge, représenté par la figure d, resta sur le degré R, en inimitié, et il y reste jusqu’à ce que l’Eglise de l’Evangile soit élue et que l’âge millénaire commence. Durant l’âge judaïque, où les sacrifices typiques des taureaux et des boucs le purifiaient (non réellement, mais typiquement), " parce que la loi n’a rien amené à la perfection "( Hébr. 7:19) " l’Israël selon la chair " était justifié d’une manière typique; nous plaçons donc ce peuple (e) sur le degré P, position de justification typique, s’étendant de la proclamation de la loi sur le mont Sinaï

 

254

 

jusqu’à son abolition par Jésus qui la cloua à la croix. Là, la justification typique finit par l’institution de " sacrifices plus excellents " que ceux des types judaïques, sacrifices qui, en réalité, ôtent " les péchés du monde ", et qui réellement amènent " les assistants [ceux qui s’en approchent] à la perfection ".- Hébr. 10:1. Le feu de l’épreuve et de l’affliction par lequel l’Israël charnel passa, quand Jésus fut présent pour l’examiner individuellement en amassant le froment (le blé), les " véritables Israélites ", de son église de nom, -et spécialement pour séparer le blé de la balle qui fut brûlé entièrement " la balle [ou la paille, -la partie inutile de ce système] au feu [inextinguible] qui ne s’éteint point ",- est illustré par la figure f. Ce fut un temps d’affliction auquel ce peuple ne put échapper. -Voyez Luc 3:17, 21, 22 ; 1 Thess. 2:16. A l’âge de trente ans, à l’âge viril de l’homme fait, Jésus fut un homme parfait (g). Ayant quitté la gloire de l’existence spirituelle il devint homme, afin que par la grâce de Dieu il pût goûter la mort pour tous. La justice de la loi de Dieu est absolue:oeil pour oeil, dent pour dent et vie pour vie. Il était nécessaire qu’un homme parfait mourût pour l’humanité, parce que les exigences de la justice ne pouvaient être remplies d’aucune autre manière. La mort d’un ange ne pouvait pas plus payer le châtiment et libérer l’homme que ne le pouvait la mort " des taureaux et des boucs ", qui ne peut jamais ôter les péchés. C’est pourquoi, celui qui est appelé " le commencement de la création de Dieu " est devenu homme, " a été fait chair ", afin de pouvoir donner cette rançon (le prix correspondant) qui rachèterait l’humanité. Il fallait qu’il fût un homme parfait, sans quoi il n’aurait pu faire plus qu’un membre quelconque de la race déchue pour payer. le prix. Il était " saint, innocent, sans souillure et

 

255

 

séparé des pécheurs ". Il revêtit la même forme que celle des pécheurs et leur ressembla-prenant " la forme de chair de péché "- la ressemblance humaine. Mais il se revêtit de cette ressemblance dans sa perfection:il ne prit point part au péché, ni à ses attraits, ni aux excitations résidant dans la chair des hommes pécheurs, ni a leurs imperfections ; sauf que, durant son ministère, il partagea volontairement les peines et les faiblesses de quelques-uns, se chargeant de leurs douleurs et de leurs infirmités et leur communiquant de sa vitalité, de sa santé et de ses forces, selon qu’il est écrit: " Il s’est chargé véritablement de nos langueurs, et il a porté nos douleurs "( Esaïe 53:4), et " il sortait de lui une vertu [force ou vigueur] qui les guérissait tous. "- Matth. 8:16, 17 ; Marc 5:30 ; Luc 6:19. " Ayant paru comme homme (parfait), il s’est abaissé lui-même, s’étant rendu obéissant jusqu’à la mort. " Il se présenta lui-même à Dieu, disant: " Voici, je viens (dans le rouleau du livre, il est question de moi), ô Dieu, pour faire ta volonté ",- et symbolisa cette consécration par un baptême dans l’eau. En se présentant ainsi, consacrant son être, son sacrifice fut saint (pur) et agréable à Dieu, qui démontra son acceptation en le comblant d’Esprit et de puissance, -lorsque le Saint-Esprit descendit sur lui et que de cette manière il fut oint. Cette réception de l’esprit fut sa procréation à une nouvelle nature, à la divine, qui devait se développer entièrement ou naître lorsqu’il aurait pleinement accompli son sacrifice-le sacrifice de la nature humaine. Cet engendrement fut un pas l’élevant au-dessus de la condition humaine, il est représenté par la pyramide h, au degré M, position de ceux qui sont engendrés spirituellement. Jésus passa trois ans et demi de sa vie sur ce degré, -jusqu’à ce que son existence humaine se terminât à la croix. Puis, après avoir été mort trois jours, il fut réveillé à la vie, à la

 

256

 

perfection d’un être spirituel (i, degré L) -né de l’Esprit- " le premier-né d’entre les morts "." Ce qui est né de l’Esprit est esprit. " Par conséquent Jésus fut un esprit (un être spirituel) lors de sa résurrection, et l’est pour toujours, et n’est plus, en aucun sens, un être humain. Il est vrai qu’après sa résurrection, Jésus avait la puissance d’apparaître sous la forme humaine et qu’il apparut ainsi, afin de pouvoir instruire ses disciples et leur prouver qu’il n’était plus mort ; mais il n’était plus homme et n’était plus entravé par les liens de la nature humaine, il pouvait aller et venir comme il le voulait (même quand les portes étaient fermées), et personne ne pouvait dire d’où il venait ni où il allait. " Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. "- Jean 3:8 ; comparez 20:19-26. Depuis le moment où il se consacra en sacrifice, à l’époque de son baptême, ce qui était humain en lui fut considéré comme mort, -et c’est là que la nouvelle nature fut regardée comme ayant commencé. elle se compléta à la résurrection, quand il atteignit le degré spirituel parfait, L, -et ressuscita corps spirituel. Quarante jours après sa résurrection, Jésus s’assit à la droite de la Majesté dans les lieux très hauts, -sur le degré de la gloire divine, K (pyramide K). Durant l’âge de l’Evangile il a été dans la gloire (l), " s’asseyant avec le Père sur son trône ", et il a été durant tout ce temps le chef de l’Eglise sur la terre, -la guidant et la dirigeant. Durant l’âge évangélique entier, l’Eglise a été en progrès de développement, de discipline et d’épreuve, afin que, à la clôture ou à la moisson de cet âge, elle devienne l’épouse et la cohéritière du Christ. C’est pour cela qu’elle participe à ses souffrances, afin qu’elle puisse aussi être glorifiée avec lui (degré K), quand le temps convenable sera venu. Les degrés que l’Eglise doit parcourir jusqu’à sa glorification sont les mêmes que ceux de son Seigneur et

 

257

 

conducteur qui " nous laissa un exemple afin que nous suivions ses traces ", avec cette différence que l’Eglise sort d’une position inférieure. Comme nous l’avons vu, notre Seigneur vint au monde au degré de perfection humaine, N, tandis que nous tous, de la race adamique, nous sommes à un degré inférieur, R, -le degré du péché, de l’imperfection et de l’inimitié contre Dieu. Nous devons donc d’abord être justifiés et parvenir ainsi au degré N. Comment cela s’accomplit-il ? Est-ce par les bonnes oeuvres ? Non ! Des pécheurs ne peuvent accomplir de bonnes oeuvres. Nous ne pourrions nous recommander nous-mêmes à Dieu, c’est pourquoi " Dieu prouve son amour envers nous en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous "( Rom. 5:8). Ainsi la condition grâce à laquelle nous arrivons à la justification ou à l’humanité parfaite, est que Christ mourut pour nos péchés, qu’il nous racheta et que " par la foi en son sang " il nous rétablit au degré de perfection, duquel nous tombâmes en Adam. " Nous sommes justifiés [élevés au degré N] par la foi ". Et " étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu "( Rom. 5:1), et nous ne sommes plus considérés par Dieu comme des ennemis, mais comme des fils humains, justifiés, au même degré qu’Adam et Jésus le furent, sauf que ceux-ci furent parfaits en réalité, tandis que nous sommes simplement considérés comme tels par Dieu. Nous nous approprions cette justification, par la foi dans la parole de Dieu, qui dit: " Vous avez été rachetés "," délivrés "," justifiés de toutes les choses "," justifiés gratuitement ". Aux yeux de Dieu nous sommes irréprochables, sans tache et saints dans la robe de la justice de Christ qui nous est imputer par la foi. Il se laissa imputer nos péchés, afin de porter notre châtiment pour nous ; et il mourut pour nous, comme s’il eût été le pécheur. Conséquemment sa justice est imputée à

 

258

 

tous ceux qui acceptent sa Rédemption, et avec elle tous les droits et tous les biens possédés avant l’entrée du péché. Elle nous rétablit dans la vie et nous met en rapport avec Dieu. Nous pouvons jouir sur le champ de cette communion par la foi, -et nous savons qu’une communion plus parfaite encore ainsi que la vie et la joie, nous sont assurées au " propre temps " de Dieu. Mais n’oublions pas que la justification, toute précieuse qu’elle est, ne change aucunement notre nature:(1) Nous restons des êtres humains. Nous sommes sauvés de l’état pitoyable du péché et de l’éloignement de Dieu, et au lieu de pécheurs humains nous sommes des fils humains; et maintenant, parce que nous sommes des fils, Dieu nous parle comme à des fils. Durant l’âge de l’Evangile, il appela le " petit troupeau " de " cohéritiers ", disant: " Mon fils, donne-moi ton coeur ", c’est à dire donnez-vous vous-mêmes, donnez-moi toutes vos forces, votre volonté, vos talents et tout votre être à moi, de même que Christ, qui vous a laissé un exemple ; et je vous ferai fils à un degré plus élevé que celui de l’humanité. Je vous changerai en fils spirituels, avec des corps spirituels semblables à celui de Jésus ressuscité-qui est l’image empreinte de la substance du père. Si vous renoncez à toutes les ambitions, les visées, les espérances terrestres, etc., si vous vous consacrez entièrement, en employant votre nature humaine tout à fait à mon service, je vous donnerai une nature plus élevée que celle du reste de votre race ; je vous ferai " participants de la nature divine "," héritiers de Dieu et

 

——

 

(1} Le mot nature est mal employé lorsqu’on dit d’un homme qu’il est d’un mauvais naturel. Au sens strict, aucun homme n’est mauvais de nature . La nature humaine est " très bonne ;" elle est une image terrestre de la nature divine. Ainsi, chaque homme est bon de nature ; la difficulté est en ce que cette nature s’est corrompue. C’est donc contre la nature d’un homme d’être méchant, brutal, etc., et c’est naturel et divin d’être bon. C’est dans ce sens originel que nous employons le mot nature ci-dessus. Nous sommes justifiés par Christ à un plein recouvrement de tous les privilèges et de toutes les bénédictions de notre nature humaine-l’image terrestre de Dieu.

 

A259

 

cohéritiers de Christ ; si toutefois vous souffrez avec lui, afin que vous soyez aussi glorifiés avec lui. " Celui qui apprécie à sa juste valeur le prix qui nous est offert dans l’Evangile rejette avec plaisir " tout fardeau " et court avec patience ou " poursuit constamment la course qui nous est proposée ", afin d’obtenir cette récompense. Nos oeuvres ne sont pas destinées à nous justifier. Notre Seigneur Jésus a accompli toute oeuvre qui était nécessaire, et si nous acceptons par la foi son oeuvre accomplie, nous sommes justifiés, élevés au degré N. Mais, si nous allons plus loin, nous disons que cette élévation ne va pas sans les oeuvres. Evidemment, il ne faut pas perdre la foi, sans cela nous perdrions aussi notre justification, mais si, une fois justifiés, nous restons dans la foi, nous sommes capables (au moyen de la grâce dont nous avons été dotés lors de notre procréation par l’Esprit) de faire des oeuvres et de porter des fruits agréables à Dieu. Et Dieu s’attend à cela de notre part; car c’est le sacrifice que nous avons convenu d’accomplir. Dieu s’attend à ce que nous prouvions que nous savons apprécier le grand prix en offrant tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes ; non à l’homme, mais à Dieu-en sacrifice saint et agréable par Christ-comme notre culte raisonnable. Si nous lui remettons toutes ces choses, nous Disons:seigneur, comment veux-tu que je te remette ma vie, mon temps, mes talents, mon influence, etc. ? Puis, si nous cherchons dans la Parole la réponse, nous entendons sa voix qui nous enseigne à donner tout ce que nous avons, comme le fit Jésus lui-même, en faisant du bien à tout homme, suivant l’occasion qui se présente, principalement aux gens de la foi, -leur servant de la nourriture spirituelle ou naturelle, les revêtant de la justice de Christ ou de vêtements terrestres, d’après notre capacité et d’après leurs besoins. Ayant tout consacré, nous sommes engendrés

 

260

 

de l’Esprit, nous avons atteint le degré M. et maintenant, si nous nous servons de la force qui nous a été donnée, nous pouvons accomplir toute notre alliance et sortir victorieux, oui même plus que vainqueurs, par la vertu et l’esprit de celui qui nous a aimés et nous a rachetés par son propre sang précieux. Mais en suivant ainsi les traces de Jésus,

 

" Au repos content ne t’adonne, Ni ne te crois victorieux ; Tu n’es certain de la couronne, Qu’après le combat glorieux. "

 

La couronne sera remportée quand semblables à notre fidèle frère Paul, nous aurons combattu le bon combat et achevé la course, pas avant. Jusque-là la flamme et l’encens de notre sacrifice, qui est notre oeuvre et notre service, doivent monter journellement, comme un sacrifice de bonne odeur devant Dieu, et agréable par Jésus-Christ notre Seigneur. Les membres de cette classe de vainqueurs qui " dorment " seront ressuscités comme êtres spirituels au degré L, et ceux de la même classe qui vivront et resteront jusqu’à la venue (grec, parousia présence) du Seigneur, seront " changés " ou transmués au même degré d’êtres spirituels et ne " dormiront " pas même un moment, quoique ce " changement " nécessite la dissolution du corps terrestre. Ils ne seront plus des êtres faibles terrestres, mortels et corruptibles, mais ils seront alors pleinement nés de l’Esprit-des êtres célestes, spirituels, incorruptibles et immortels. -1 Cor. 15:44, 52. Nous ne savons pas combien de temps après leur " changement " ou perfectionnement en êtres spirituels (degré L), ceux-ci, comme une troupe entière et complète, seront glorifiés (au degré K) avec le Seigneur (comme

 

A261

 

l’Eglise triomphante), et unis avec lui en puissance et en grande gloire. Cette union et cette pleine glorification du corps entier de Christ avec le Chef sont, selon notre compréhension, les " noces de l’Agneau " avec son épouse, quand elle entrera entièrement dans la joie de son Seigneur. Regardez de nouveau sur la carte, -n, m, p, q, sont quatre classes distinctes qui représentent ensemble l’Eglise évangélique de nom, et prétendent être, dans leur totalité, le corps du Christ. Les deux classes n et m sont sur le degré M, -degré de ceux qui sont engendrés spirituellement. Ces deux classes ont existé durant l’âge entier de l’Evangile ; toutes deux ont conclu avec Dieu un traité d’après lequel elles deviendraient des sacrifices vivants ; toutes deux ont été " rendues agréables en son Bien-aimé " et engendrées de l’esprit comme " nouvelles créatures ". La différence entre elles consiste en ce que n représente ceux qui sont fidèles à ce traité et qui sont morts avec Christ à la volonté terrestre, aux ambitions et aux passions humaines, tandis que m représente la plus grande troupe des croyants engendrés de l’Eprit" mais qui, hélas ! reculent tremblants devant la pleine exécution de leur alliance. La classe n est la classe des vainqueurs, l’épouse du Christ, qui s’assiéra avec le Seigneur sur son trône en grande gloire (degré K). C’est le " petit troupeau ", auquel il plaît au Père de donner le royaume (Luc 12:32). Les membres de la classe m tremblent devant la mort de la volonté humaine, mais Dieu les aime encore, aussi les amènera-t-il par la voie de la détresse et de l’affliction au degré L, le degré de perfection spirituelle. Ils auront perdu le droit au degré K, parce qu’ils ne sont pas des vainqueurs. Si nous estimons l’amour de notre Père, si nous tenons à l’approbation de notre Seigneur, si nous désirons devenir des membres de son corps, son Epouse, et nous

 

A262

 

Asseoir sur son trône, il faut que nous accomplissions fidèlement et volontairement notre sacrifice d’alliance. La majorité des membres de l’Eglise nominale est représentée par la section p. Remarquez qu’ils ne sont pas sur le degré M, mais sur le degré N:ils sont justifiés, mais non sanctifiés. Ils ne sont pas entièrement consacrés à Dieu et ne sont pas, par conséquent, engendrés comme êtres spirituels. Ils sont toutefois plus haut que le monde parce qu’ils acceptent Jésus comme leur Rédempteur pour le péché ; mais ils n’ont pas accepté l’appel céleste de cet âge qui les invitait à devenir membres de la famille spirituelle de Dieu. S’ils continuent dans la foi et se soumettent complètement aux justes lois du royaume de Christ, ils parviendront finalement, dans le Rétablissement, à la ressemblance de l’homme parfait, terrestre-Adam. Ils recouvreront complètement tout ce qui fut perdu par ce dernier. Ils atteindront la même perfection humaine, mentale, morale et physique, et seront de nouveau à l’image de Dieu, comme le fut Adam ; car ils ont été rachetés pour cela. Et leur position de justification, degré N, comme de ceux qui entendirent parler du salut par Christ et y crurent, est une bénédiction spéciale dont ils jouissent, par la foi, un peu plus tôt que le monde en général-car, dans le Millénium, tous parviendront à cette connaissance de la justification par la foi. Ils auront eu, au moins, l’avantage d’avoir fait de bonne heure quelques pas et quelques progrès dans la bonne direction. Mais la classe p ne met pas à profit l’utilité réelle de la justification dans le temps présent, qui est accordée dans le but spécial d’en mettre un certain nombre à même de faire le sacrifice agréable, et de devenir la classe n comme membres du " corps de Christ ". Ceux de la classe p reçoivent la " grâce [justification] de Dieu en vain "( 2 Cor. 6:1) :ils manquent de l’utiliser pour aller de l’avant dans la sanctification et se

 

A263

 

présenter eux-mêmes en sacrifices agréables, durant ce temps où Dieu accepte les sacrifices. Bien qu’ils ne soient pas des " saints ", ni des membres du " corps " consacré, l’apôtre les appelle " frères "( Rom. 12:1). C’est dans ce même sens que la race entière, une fois rétablie, sera composée pour toujours de frères du Christ et d’enfants de Dieu, quoique d’une nature différente. Dieu est le Père de tous ceux qui sont en harmonie avec lui, peu importe leur nature et le degré qu’ils occupent. La section q, au-dessous du degré N, représente une autre classe unie à l’Eglise nominale, dont les membres ne crurent jamais en Jésus comme le sacrifice pour leurs péchés, et qui, par conséquent, ne sont pas justifiés, ne sont pas sur le degré N. Ce sont " les loups en habits de brebis ", ils se nomment cependant chrétiens et sont regardés comme des membres de l’Eglise professante. Ce ne sont point de vrais croyants en Christ comme leur Rédempteur ; ils appartiennent au degré R ; ils font partie du monde et ne sont pas à leur place dans l’Eglise, ils lui font plutôt un grand tort et lui causent des dégâts. C’est dans cette condition mêlée, avec ces diverses classes confondues, n, m, p et q, dont les membres se nomment tous chrétiens, que l’Eglise a subsisté à travers l’âge de l’Evangile. Notre Seigneur l’a prédit, ainsi en fut-il. Le royaume [nominal] des cieux [l’Eglise nominale] a été semblable à un champ parsemé de blé et d’ivraie:- " Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, dit-il, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs [" aux anges ", aux messagers] :Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. "- Matth. 13:24-42. Ces paroles de notre Seigneur nous montrent que s’il a voulu que les deux classes croissent ensemble durant l’âge de l’Evangile et soient reconnues comme membres

 

A264

 

de l’Eglise pratiquante, il a aussi résolu qu’un temps de séparation entre ces différents éléments vienne, où ceux qui forment vraiment l’Eglise, les saints (n) approuvés de Dieu et lui appartenant, se manifesteront. -Matth. 13:39.

 

Durant l’âge de l’Evangile la bonne semence crût ainsi que l’ivraie ou l’erreur. " La bonne semence, ce sont les fils du royaume ", les enfants spirituels, classes n et m, mais l’ivraie, ce " sont les fils du malin ". Toute la classe q et plusieurs de la classe p sont donc de " l’ivraie ;" car " nul ne peut servir deux maîtres ", et " vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez ". Comme ceux de la classe p ne consacrent point leur service et leurs talents au Seigneur qui les racheta-un service raisonnable-ils emploient sans doute une grande partie de leur temps et de leurs talents en opposition réelle à Dieu, et partant au service de l’ennemi. Remarquez maintenant sur la carte " l’époque de la moisson " ou la fin de l’âge évangélique:remarquez les deux parties en lesquelles elle est divisée, -7 ans et 33 ans, le symbole ou l’époque parallèle exacte de la moisson de l’âge judaïque. Cette moisson, semblable à celle de l’âge judaïque est, en premier lieu, un temps d’épreuve et d’inspection ou de criblage pour l’Eglise, ensuite, un temps de colère et d’effusion des " sept dernières plaies sur le monde, y compris l’Eglise nominale. L’Eglise judaïque était " l’ombre " ou le modèle au point de vue charnel de tout ce dont l’Eglise évangélique jouit sous le rapport spirituel. Ce qui tria Israël selon la chair dans la moisson de leur âge, ce fut la Vérité qui lui fut présentée à l’époque de sa visitation.  La vérité alors arrivée à maturité fut la faucille qui sépara les " vrais Israélites " de l’Eglise judaïque nominale ; et le vrai froment n’était qu’un petit fragment en comparaison

 

A265

 

de ceux qui faisaient profession de lui appartenir. Il en est de même de la moisson de cet âge, la moisson de l’âge évangélique, semblable à celle de l’âge judaïque, est sous la surveillance du moissonneur en chef, notre Seigneur Jésus qui, alors, sera présent (Apoc. 14:14). La première oeuvre de notre Seigneur dans la moisson de cet âge, sera de séparer le vrai du faux. Le Seigneur nomme l’Eglise nominale " Babylone "( confusion), à cause de sa condition mixte ; et la moisson est l’époque de la séparation des différentes classes dans l’Eglise nominale, de la maturation et du perfectionnement de la classe n. Le blé sera séparé de l’ivraie, et le blé mûr de celui qui n’est pas mûr, etc. Ceux de la classe n sont des " prémices " du blé et après avoir été séparés, ils seront en leur temps l’épouse de Christ et lui seront semblables à toujours. La séparation de ce petit troupeau d’avec Babylone est indiquée par la figure s. L’Eglise est sur le point de devenir une avec le Seigneur, de porter son nom et de participer à sa gloire. Le Christ (Chef et corps) glorifié est représenté par le w. Les figures t, u et v représentent Babylone (l’Eglise de nom), qui tombe en pièces durant le " temps de trouble " dans " le jour du Seigneur. " Quoique cela puisse paraître effroyable, c’est en réalité au grand avantage pour tout le vrai froment. Babylone s’écroule parce qu’elle n’est point ce qu’elle feint d’être. L’Eglise de nom contient beaucoup d’hypocrites qui se sont joints à elle à cause de sa position honorable aux yeux du monde et qui ont rendu Babylone puante devant le monde. Le Seigneur connaissait toujours son vrai caractère, mais, conformément à sa résolution, il la laissa ainsi jusqu’à la moisson, quand il doit cueillir [lier en faisceaux], dans son royaume [la vraie Eglise], tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité, et les jeter dans la fournaise ardente [d’affliction, pour la destruction de leur système nominal

 

A266

 

et de leur fausse profession] : " Alors les justes [la classe n] reluiront comme le soleil dans le royaume de leur père. (Matth. 13. 41-43). La détresse qui va s’abattre sur l’Eglise provient, dans une large mesure, de l’accroissement de l’incrédulité et des diverses sortes de spiritisme [croyance aux manifestations des morts]. Ce sera une sévère épreuve pour Babylone, qui célèbre tant de doctrines contraires à la parole de Dieu. et, comme dans la moisson de l’âge judaïque, la croix de Christ fut une pierre d’achoppement pour le Juif avide de gloire et de puissance, et une folie pour le Grec sage selon le monde, il en sera de même dans la moisson de l’âge évangélique, la croix sera de nouveau la pierre d’achoppement et le rocher de scandale. Celui qui a bâti sa foi en Christ s’appuyant sur autre chose que l’or, l’argent et les pierres précieuses des vérités divines, se trouvera lui-même douloureusement affligé durant le temps de colère et de fureur ; car tout le bois, le foin et chaume des traditions humaines, sera consumé. Ceux qui ont bâti avec de l’or, et qui, conséquemment, furent séparés de Babylone, sont représentés par la figure s, tandis que t représente la " grande multitude " engendrée de l’esprit, mais qui a bâti avec du bois, du foin et du chaume, -du blé, qui au temps de la cueillette des prémices, s, n’était pas encore arrivé à maturité. Quand à la classe t, elle perd le prix du trône et de la nature divine, mais elle parviendra finalement à la naissance de l’être spirituel, d’un ordre inférieur à la nature divine. Il est vrai que ce sont des croyants consacrés, mais ils sont envahis à tel point par l’esprit mondain, qu’ils oublient de donner leur vie en sacrifice. Oui, " à l’époque [même] de la moisson " quand les membres vivants de l’Epouse auront été séparés de l’Eglise nominale, les autres croyants, y compris ceux de la classe t, seront lents à prêter l’oreille à la vérité, qui agira comme principe de séparation. Ils seront lents à

 

A267

 

croire et lents à agir dans ce temps de séparation. Ils seront, il n’y a pas de doute, fortement consternés lorsque, dans la suite, ils reconnaîtront que l’Epouse est complétée et unie avec le Seigneur, et qu’ils ont perdu le grand prix pour avoir été par trop indifférents et mondains; mais la beauté du plan de Dieu qu’alors ils commenceront à discerner comme étant un plan d’amour, pour eux et pour tout le monde, calmera rapidement leur chagrin, et avec des cris de joie, ils s’écrieront: " Alléluia ! Car il règne le Seigneur notre Dieu, le Tout-Puissant. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues et son épouse s’est préparée "( Apoc. 19:6, 7). Remarquez, aussi, les amples provisions du Seigneur:le message leur est apporté:-Quoique vous ne soyez pas l’Epouse de l’Agneau, vous pouvez être présents au festin des noces. - " Bienheureux ceux qui sont appelés au banquet des noces de l’Agneau !" Grâce aux châtiments du Seigneur, ceux qui composent cette multitude comprendront, au temps voulu, le plan divin et s’y conformeront entièrement ; ils laveront leurs robes afin d’atteindre en dernier lieu la position y, le degré spirituel L, -le plus rapproché de l’Epouse. -Apoc.7:14, 15. Le temps de détresse, en ce qui concerne !e monde, viendra après que Babylone aura commencé à tomber et à se dissoudre. Ce sera un bouleversement de toute la société et de tous les gouvernements humains, pour préparer le monde au règne de justice. Durant le temps de détresse, S, Israël selon la chair (e), qui a été coupé de l’olivier franc jusqu’à ce que la plénitude des gentils soit entrée, sera rétabli dans la grâce de Dieu, et l’Eglise chrétienne, ou l’Israël spirituel, sera complétée et glorifiée. Durant l’âge du Millénium, Israël sera la principale nation de la terre, en tête de toutes sur le degré terrestre N ; et

 

A268

 

tous les justifiés s’uniront insensiblement et harmonieusement avec elle. Son rétablissement à la perfection de la nature humaine, comme aussi celui du monde en général, s’accomplira peu à peu et exigera l’âge entier du Millénium pour son plein accomplissement. Durant ces mille ans du règne de Christ, la mort adamique sera engloutie ou détruite. Ses diverses figures-maladies, douleurs et faiblesses ainsi que la tombe-fléchiront devant la puissance du grand Restaurateur jusqu’à ce que, à la fin de cet âge, la grande pyramide de notre carte soit complète. Le Christ (x) sera le chef de toutes choses, de la grande multitude, des anges et des hommes, le plus proche du père ; le plus proche, d’après le rang sera la " grande troupe " d’êtres spirituels (y) et ensuite les anges ; puis viendra Israël selon la chair (z), mais seulement les vrais Israélites, à la tête des nations de la terre ; et finalement le monde d’hommes (w) rétablis dans la perfection d’existence semblable à Adam, le chef de la race humaine, avant qu’il péchât. Ce rétablissement s’accomplira graduellement durant le Millénium-les " temps du rétablissement "( Act.. 3:21). Il y en aura, toutefois, qui seront exterminés du milieu du peuple ; premièrement ceux qui après avoir eu, cent ans durant, pleine occasion et pleine lumière, refuseront de faire des progrès vers la justice et la perfection (Esaïe 65:20) ; et secondement, ceux qui, ayant fait des progrès en perfection, se montreront néanmoins déloyaux et infidèles lors de l’épreuve finale, lors de la clôture de l’âge millénaire (Apoc. 20:9). Ceux-là mourront de la seconde mort de laquelle aucune résurrection ni aucun rétablissement ne les fera revenir. Une seule pleine épreuve individuelle est prévue. Une seule rançon est à jamais donnée. Christ ne meurt plus jamais. Si nous contemplons le glorieux plan de notre père qui

 

A269

 

est l’exaltation de l’Eglise et la bénédiction d’Israël et de toutes les familles de la terre par elle, au moyen d’un rétablissement de toutes choses, l’hymne des anges nous revient en mémoire: " Gloire soit à Dieu au plus haut des cieux ! Paix sur la terre ! Bonne volonté envers les hommes !"" Réunir toutes choses en Christ, " tel sera l’achèvement du plan de Dieu. Qui dira alors que le plan de Dieu fut un projet manqué ? Qui dira alors qu’il n’a pas dirigé le mal de sorte qu’il en résulte finalement du bien et que la fureur de l’homme et des démons tourne à sa louange ?- Ps. 76:11. La figure d’une pyramide répond non seulement fort bien à l’illustration des êtres parfaits, mais elle sert encore à montrer l’unité de la création tout entière, telle que dans l’accomplissement du plan de Dieu elle sera une ; lorsque la perfection et l’harmonie de toutes choses seront atteintes sous la direction du Christ, le chef, non seulement de l’Eglise qui est son corps, mais aussi de toutes les choses dans le ciel et sur la terre. -Eph. 1:10. Jésus-Christ fut le " commencement ", la " tête ", la " pierre de sommet ", la " principale pierre de l’angle " de cette grandiose structure, qui, jusqu’ici, n’est que commencée ; et chaque pierre au-dessous doit y être édifiée en conformité exacte avec les lignes et les angles de la pierre angulaire. Peu importe combien de sortes de pierres il y a dans ce bâtiment, peu importe combien de natures différentes, terrestres et célestes, se trouvent parmi les fils de Dieu ; il faut que tous se conforment à l’image de son Fils pour lui être éternellement agréables. Tous ceux qui veulent entrer dans cet édifice doivent participer à l’esprit d’obéissance et d’amour envers Dieu et envers toutes ses créatures (manifesté d’une manière si sublime en Jésus), l’accomplissement de la Loi:tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta

 

A270

 

force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.

 

Dans le cours du développement de cette réunion de toutes choses terrestres et célestes sous un chef (ainsi que la parole de Dieu en donne un aperçu), Jésus-Christ, le chef, fut choisi le premier ; deuxièmement, l’Eglise qui est son corps. Viennent ensuite les anges et d’autres classes spirituelles ; puis les grands hommes ou l’élite d’Israël et le monde. en commençant par le plus élevé, l’incorporation y continue jusqu’à ce que tous ceux qui le veulent aient été amenés en unité et en harmonie. Il peut paraître singulier que cette précieuse pierre du sommet, pierre angulaire et éprouvée, soit posée la première et qu’elle soit appelée la pierre fondamentale. Cela illustre le fait que le fondement de toute espérance en Dieu et en la justice, n’est pas posé sur la terre, mais dans les cieux. et ceux qui s’édifient là-dessous et s’unissent à ce fondement céleste, sont soutenus par des attractions et des lois célestes. Et quoique cette règle soit tout le contraire de celle des édifices terrestres, n’est-il pas infiniment plus convenable que la pierre, à l’image de laquelle toute la structure doit être fondée, soit posée la première ? Il convient aussi que Jésus, le fondement, soit posé en haut et non en bas ; et que nous, pierres vivantes, soyons édifiés en lui pour toutes choses. C’est de cette manière que l’oeuvre progressera durant l’âge millénaire jusqu’à ce que toute créature de toute nature, au ciel et sur la terre, loue et serve Dieu, et cela conformément à la règle de parfaite obéissance. L’univers sera alors purifié, car " il arrivera que toute personne qui n’aura point écouté ce prophète [dans ce jour-là], sera exterminée d’entre le peuple-dans la seconde mort. -Act. 3:23.

 

A271

 

Le Tabernacle dans le désert.

 

Le même enseignement qui nous est exposé dans la " carte des âges " est aussi donné ici dans ce type divinement construit, dont la signification sera examinée plus à fond par la suite. Nous le plaçons à côté afin qu’on remarque bien que les divers degrés ou " pas " jusqu’au lieu très saint (ou saint des saints), dont nous venons d’examiner les détails, y sont aussi enseignés. Hors du parvis du tabernacle se trouve le monde entier, plongé dans le péché, sur le degré de dépravation R. En entrant par " la porte " dans " le parvis " nous devenons des croyants et nous occupons le degré de justification, N. Ceux qui vont de l’avant dans la consécration marchent vers la porte du tabernacle, et, en y entrant (degré M), deviennent prêtres. Ils sont fortifiés par les " pains de proposition " et illuminés par le " chandelier " et sont mis à même d’offrir des encens agréables à Dieu par Jésus-Christ auprès de " l’autel d’or. " Finalement, dans la première résurrection, ils entrent dans la condition spirituelle, dans le " saint des saints "( degré L), où ils sont alors unis avec Jésus dans la gloire du royaume, degré K.

Chapitre XIII—LES ROYAUMES DE CE MONDE

 

A272

 

L’empire originel. -Sa déchéance. -Sa Rédemption et sa restauration. -Le royaume typique de Dieu. -L’usurpateur. -Deux domaines de la domination actuelle. -Les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. -La vision de Nébucadnetsar. -La vision de Daniel et son interprétation. -Les royaumes de ce monde envisagés à un autre point de vue. -Les rapports particuliers de l’Eglise avec les gouvernements actuels. -Le droit divin des rois brièvement examiné. -Prétentions non fondées de la chrétienté. -Le cinquième Empire Universel renferme une meilleure espérance.

 

Dans le premier chapitre de la Révélation divine, Dieu déclare ainsi son dessein au sujet de sa création terrestre et de son gouvernement: " Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il les créa mâle et femelle. Dieu les bénit et Dieu leur Dit:soyez féconds, multipliez, remplissez la terre et l’assujettissez.: et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. " C’est ainsi que le gouvernement de la terre fut placé dans les mains de la race humaine, qui était représentée dans le premier homme Adam ; comme ce dernier était partait, il fut tout à fait propre à être le seigneur, le dominateur ou le roi de la terre. L’ordre de se multiplier, de

 

A273

 

remplir la terre, de se l’assujettir et de régner. sur elle n’était point seulement pour Adam, mais pour toute l’humanité: " qu’ils dominent ", etc. (trad. litt.) Si le genre humain était resté parfait et sans péché, le gouvernement ne serait jamais échappé de ses mains. On remarquera que, dans cet ordre, il ne fut donné à aucun homme le droit de la domination ou de l’autorité sur son semblable ; mais l’empire sur la terre, le pouvoir de cultiver et d’utiliser ses produits pour le bien commun, furent donnés à la race entière. Ce ne furent pas seulement ses richesses minérales et végétales qui furent mises à la disposition et au service de l’homme, mais aussi toute la variété de la vie animale. Si la race était restée parfaite et se fût conformée à cette intention originelle du Créateur, son nombre croissant aurait exigé que les hommes se consultassent entre eux, afin de combiner leurs efforts systématiquement, et de chercher des voies et des moyens pour la juste et sage distribution des biens communs. Et comme dans le cours des temps il eût été impossible, à cause de leur nombre considérable, que tous se rassemblent pour se consulter, il aurait été nécessaire aux diverses classes d’hommes d’en élire quelques-uns pour représenter la totalité ; ces représentants auraient exposé les sentiments communs de tous et auraient agi pour eux. Et si tous les hommes avaient été parfaits mentalement, physiquement et moralement ; si chaque homme avait aimé Dieu et ses lois par-dessus tout et son prochain comme soi-même, il n’y aurait eu aucun frottement, aucun désaccord dans une organisation pareille. Envisagé de cette façon, le dessein originel du Créateur, au sujet du gouvernement de la terre, était sous la forme républicaine un gouvernement auquel tous auraient participé, dans lequel chaque homme aurait été un souverain absolu, capable d’exercer en tous points les devoirs de sa

 

A274

 

situation, tant pour son propre bien que pour le bien général. La durée à perpétuité de ce gouvernement, conféré à l’homme, ne dépendait que d’une condition:il fallait que cette domination divinement conférée s’exerçât toujours en harmonie avec l’auguste Souverain de tout l’univers, dont la loi unique, exposée brièvement, est amour: " L’amour est l’accomplissement de la loi "." Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée :...Tu aimeras ton prochain comme toi-même-Rom 13:10 ; Matth. 22:37-40. Touchant cette grande grâce conférée à l’homme, David, tout en bénissant Dieu, dit: " Tu l’as fait un peu moindre que les anges, et tu l’as couronné de gloire et d’honneur. Tu l’as établi dominateur sur les oeuvres de tes mains "( Ps. 8:5-6). Cette domination remise au genre humain dans la personne d’Adam, fut l’origine de l’établissement du Royaume de Dieu sur la terre. Dès lors, l’homme exerça la domination comme représentant de Dieu. Mais la désobéissance de l’homme envers le dominateur suprême causa non seulement la perte de sa vie, mais le fit aussi déchoir de tous ses droits et privilèges comme gouverneur représentant Dieu sur la terre. Depuis lors, il est un rebelle détrôné et condamné à la mort. Aussi le Royaume de Dieu disparut-il bien vite de la terre, et il n’a plus été rétabli depuis, -sauf en Israël, pour une courte durée, et seulement pour servir de type. Bien que l’homme perdit en Eden son droit de vie et de domination, tout cela ne lui fut pas enlevé soudainement ; et pendant toute la durée de cette vie condamnée, il est permis à l’homme d’exercer sa domination sur la terre, selon ses propres pensées et d’après ses moyens, jusqu’à ce que le temps déterminé de Dieu vienne, " jusqu’à ce que celui à qui le gouvernement appartient vienne " et qu’il prenne l’empire qu’il a racheté.

 

A275

 

Par sa mort, notre Seigneur racheta non seulement l’homme, mais aussi son héritage originel, y compris le gouvernement de la terre. L’ayant racheté, le titre lui appartient ; il en est maintenant l’héritier légitime, et, au temps convenable, sous peu, il prendra possession de ce qu’il s’est acquis (Eph. 1:14). Cependant, comme il ne racheta pas l’homme pour en faire un esclave, mais pour le rétablir. dans son état premier, il fit de même avec la domination de la terre:il la racheta, avec tous les biens originels de l’homme, dans le but de la restituer à l’homme aussitôt que ce dernier serait capable de s’en servir en harmonie avec la volonté de Dieu. Il s’ensuit que le règne du Messie sur la terre ne sera pas d’une durée éternelle. Il ne durera que jusqu’à ce que, par son sceptre de fer, notre Seigneur ait réduit à néant toute rébellion et toute insubordination et rétabli la race déchue dans la perfection originelle, grâce à laquelle elle sera pleinement capable d’exercer la domination, pour laquelle elle fut créée. Quand tout sera restauré, le Royaume de Dieu sera de nouveau sur la terre, et cela, sous l’homme, le représentant choisi de Dieu. Durant l’âge judaïque, sous Moïse et les juges (une sorte de république), Dieu organisa le peuple d’Israël comme son royaume qui ne fut que typique. Et le gouvernement plus despotique qui lui succéda, surtout celui de David et de Salomon, était, à certains égards, un type du royaume promis du Messie. A l’inverse des nations avoisinantes, Israël avait Jéhovah pour Roi, et ses gouverneurs servaient sous lui, comme nous l’apprenons du Psaume 78:70-71. Cela est exprimé d’une manière tout à fait précise dans 2 Chron. 13:8 et 1 Chron. 29:23, où Israël est nommé le " Royaume de l’Eternel " et où il est dit que " Salomon s’assit sur le trône de l’Eternel comme roi à la place de David son père ", qui, comme successeur de

 

A276

 

Saül, son premier roi, s’assit sur le même trône et régna durant les quarante années précédentes. Lorsque Israël pécha contre l’Eternel, celui-ci le châtia à plusieurs reprises et finalement il lui enleva entièrement le royaume. Dans les jours de Sédécias-le dernier roi de la lignée de David-le sceptre du pouvoir royal fut dérobé ; c’est alors que le royaume typique de Dieu fut renversé. La sentence de Dieu dans cet événement est contenue dans les paroles suivantes: " Et toi, profane, méchant prince d’Israël, dont le jour est venu au temps de l’iniquité de la fin, ainsi dit le Seigneur, l’Eternel:ote la tiare, et enlève la couronne ; ce qui est ne sera plus.... J’en ferai une ruine, une ruine, une ruine ! Ceci aussi ne sera plus, jusqu’à ce que vienne celui auquel appartient le juste jugement [le droit], et je le lui donnerai. "( Ez. 21:30-32-Darby). En accomplissement de cette prophétie, le roi de Babylone vint coutre les Israélites, déposséda leur roi et emmena le peuple captif. Bien que, plus tard, ils recouvrassent leur existence nationale par le moyen de Cyrus, roi de Perse, ils furent dorénavant toujours asservis et contraints à payer le tribut aux empires successifs des Médo-Perses, des Grecs et des Romains, jusqu’à la destruction définitive de leur nationalité en l’an 70 de l’ère chrétienne ; à partir de ce moment ils furent dispersés parmi toutes les nations. Le royaume d’Israël est l’unique royaume, depuis la chute, que Dieu ait jamais reconnu comme représentant en quelque sorte son gouvernement, ses lois, etc. Il y eut plusieurs nations avant Israël, mais aucune ne put prétendre avec raison avoir Dieu comme fondateur, ou ses gouverneurs comme les représentants de Dieu. Lorsque le diadème fut pris à Sédécias et que le royaume d’Israël fut renversé, il fut décrété qu’il resterait renversé jusqu’à ce

 

A277

 

que Christ, le vrai héritier du monde, vint et le réclamât. Ainsi, tous les autres royaumes, arrivés temporairement au pouvoir jusqu’au rétablissement du royaume de Dieu, sont désignés par " royaumes de ce monde ", sous le " prince de ce monde "; d’où il résulte qu’aucune prétention à être des royaumes de Dieu de la part de n’importe lequel d’entre eux, n’est fondée. Le Royaume de Dieu ne fut pas non plus établi au premier avènement (Luc l 9:12, comp. Dan. 2:44). Alors et depuis, Dieu n’a élu du monde que ceux qui seront jugés dignes de régner avec Christ comme cohéritiers de ce trône. Christ ne prendra pas, avant sa seconde venue, le royaume, la puissance et la gloire, pour régner comme Seigneur sur tous. Tous les autres royaumes, à part celui d’Israël, sont nommés par les Ecritures, les royaumes des nations, " les royaumes de ce monde, " sous le " prince de ce monde, "- Satan. Depuis l’enlèvement du royaume de Dieu dans les jours de Sédécias, le monde resta sans gouvernement que Dieu pût approuver, ou dont il surveillât spécialement les lois et les affaires. Indirectement, Dieu reconnut ces gouvernements païens, en déclarant publiquement par un décret (Luc 21:24), que, durant l’interrègne, l’empire sur Jérusalem et sur le monde s’exercerait par les gouvernements des nations. Cette période d’interrègne ou d’intervalle entre l’enlèvement du sceptre et gouvernement de Dieu et sa restauration eu plus grande puissance, gloire et magnificence en Christ, est nommée par les Ecritures " les temps des nations. " Et ces " temps "( ou années), durant lesquels il est permis aux " royaumes de ce monde " de régner, sont limités, et la période de rétablissement du royaume de Dieu sous le Messie est également fixée et marquée dans l’Ecriture. Il est vrai que ces gouvernements des nations ont été

 

A278

 

bien mauvais, mais, dans un sage but, ils furent permis ou " ordonnés de Dieu "( Rom. l 3:l). Leur imperfection et leur tyrannie forment une partie de la leçon générale qui nous montre l’énormité du péché et nous prouve l’incapacité des hommes déchus de se gouverner eux-mêmes, ne serait-ce qu’en vue de leur propre satisfaction. Dieu leur permit en général d’exécuter leurs propres desseins, tant bien que mal d’après leur capacité, ne les gouvernant lui-même que lorsqu’ils venaient en conflit avec ses plans. Son dessein est qu’éventuellement tout concoure au bien et qu’à la fin même " la fureur de l’homme le loue. " Le reste, qui ne ferait aucun bien, ne servirait à aucun but et ne serait propre à aucune leçon, il le retient ou l’empêche, - " tu te ceins du reste des fureurs. "- Ps. 76:11. Laus. Il faut attribuer l’impuissance de l’homme à établir un gouvernement parfait à sa propre faiblesse dans sa condition déchue et dépravée. C’est cette faiblesse, qui, par elle-même, suffisait déjà à contrecarrer tous les efforts du genre humain pour produire un gouvernement parfait, que Satan met à profit maintenant, après avoir premièrement poussé l’homme à la déloyauté envers le Dominateur suprême. Satan a continuellement tiré profit de la faiblesse de l’homme pour faire apparaître le bien comme mal et vice versa ; il a représenté sous un faux jour le caractère et les plans de Dieu et il a aveuglé l’humanité à l’égard de la vérité. En agissant dans " les fils de la rébellion "( Eph. 7:2), il les emmena captifs pour faire sa volonté, et s’arrogea le droit d’être, ainsi que Jésus et les apôtres le nomment, le prince ou le maître de ce monde (Jean 14:30 ; 12:31). Ce n’est point légitimement qu’il est le prince de ce monde, mais par usurpation, par ruse et par fraude. Et puisqu’il est un usurpateur, Jésus le destituera d’une manière sommaire. S’il avait un titre réel à être prince de

 

A279

 

ce monde, on ne pourrait agir de la sorte envers lui. Nous voyons donc que la domination de la terre, telle qu’elle est exercée maintenant, a un domaine invisible et un domaine visible. La première forme est le côté spirituel, et la dernière le côté humain ; c’ est à dire que les royaumes visibles, terrestres, sont jusqu’à un certain point sous la direction d’un prince spirituel, Satan. C’est justement parce que Satan possédait un tel pouvoir qu’il put offrir au Seigneur la suprême souveraineté visible de la terre sous sa direction (Matth. 4:9). Quand les temps des nations seront expirés, les deux domaines du gouvernement actuel auront accompli leurs Jours:satan sera lié et les royaumes de ce monde seront renversés. La création déchue, fascinée et gémissante s’est traînée depuis des siècles le long de son pénible chemin, succombant à chaque pas ; ses plus nobles efforts même demeurèrent infructueux. Néanmoins, elle espère sans relâche que, l’âge d’or, rêvé par ses philosophes, est sur le point d’apparaître. Elle ne sait pas qu’une délivrance plus grande encore que celle qu’elle désire et après laquelle elle soupire, est attendue, qu’elle doit venir du méprisé Nazaréen et de ses disciples, lesquels, comme Fils de Dieu, seront révélés sous peu, royalement puissants pour sa délivrance. -Rom. 8:19-22. Afin que ses enfants ne restent point dans l’obscurité et dans l’incertitude, relativement à sa tolérance à l’égard des mauvais gouvernements actuels et à son intention finale d’en introduire un meilleur, lorsque ces royaumes auront servi au but pour lequel ils ont été admis sous sa Providence qui conduit toutes choses ; Dieu nous a donné quelques grandes vues panoramiques des " royaumes de ce monde, " et, pour notre encouragement, il nous a fait voir chaque fois que leur renversement s’exécuterait par l’établissement de son propre royaume juste et éternel,

 

A280

 

Ayant pour Chef le Messie, le Prince de la paix. L’essai actuel de l’homme d’exercer le gouvernement, ne se fait pas au mépris, ni en dédain de la volonté et de la puissance de Dieu, mais avec sa permission ; cela est démontré par le message de Dieu à Nébucadnetsar, message dans lequel Dieu donne la permission aux quatre grands Empires:babylone, Médo-Perse, Grèce et Rome, de régner jusqu’à l’époque de l’établissement du royaume de Christ (Dan. 2:37-44}. Cela indique le terme de leur puissance et de leur règne. Si nous portons maintenant nos regards sur ces visions prophétiques, rappelons-nous qu’elles commencèrent par Babylone au temps du renversement du royaume d’Israël, le royaume typique du Seigneur.

 

La vision de Nébucadnetsar sur les gouvernements terrestres.

 

Le songe de Nébucadnetsar (ou Nabuchodonosor) et son interprétation divine par le prophète (Dan. 2:31-45) appartiennent aux choses " écrites auparavant pour notre instruction, " afin que nous, -à qui il est commandé d’être soumis " aux autorités qui existent, "- nous ayons espérance " par la patience et la consolation des Ecritures ".- Rom. 15:4 ; 13:1. Daniel expliqua le songe et dit: " 0 roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue ; cette statue était immense, et d’une splendeur extraordinaire ; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible. La tête de cette statue était d’or pur ; sa poitrine et ses bras d’argent; son ventre et ses cuisses étaient d’airain ; ses jambes de fer ; ses pieds en partie de fer et en partie d’argile. Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha [fut découpée] sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la

 

A281

 

statue et les mit en pièces. Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s’échappe d’une aire en été ; le vent les emporta, et nulle trace n’en fut retrouvée. Mais la pierre, qui avait frappé la statue, devint une grande montagne, et remplit toute la terre. " Voilà le songe. Nous en donnerons l’explication devant le roi. " 0 roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t’a donné l’empire, la puissance, la force et la gloire [c’est ici que les royaumes des nations ou les " autorités qui existent " furent ordonnés de Dieu] ; il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu’ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t’a fait dominateur sur eux tous ; c’est toi qui es la tête d’or. Après toi, il s’élèvera un autre royaume, moindre que le tien ; puis un troisième royaume, qui sera d’airain, et qui dominera sur toute la terre. Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer ; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces. Et comme tu as vu les pieds et les orteils en partie d’argile de potier et en partie de fer, ce royaume sera divisé ; mais il y aura en lui quelque chose de la force du fer, parce que tu as vu le fer mêlé avec l’argile. Et comme les doigts des pieds étaient en partie de fer et en partie d’argile, ce royaume sera en partie fort et en partie fragile." Celui qui étudie l’histoire peut facilement découvrir les quatre grands empires décrits par Daniel, parmi le grand nombre d’empires ou de royaumes inférieurs qui se sont élevés sur la terre. Ils sont nommés Empires universels ; le premier est celui de Babylone, la tête d’or (v. 38) ; le second est celui des Médo-Perses, vainqueur de Babylone, la poitrine d’argent ; le troisième est celui de la Grèce,

 

A282

 

vainqueur des Médo-Perses, le ventre d’airain ; et le quatrième est celui de Rome, le royaume fort, les jambes de fer et les pieds mêlés de fer et d’argile. Trois de ces empires étaient en ruine, et le quatrième, l’empire romain, avait le pouvoir prépondérant à l’époque de la naissance de Jésus, ainsi que nous lisons: " Il arriva en ces jours-là qu’un édit fut publié de la part de César-Auguste, [portant] que tout le monde fût enregistré. "- Luc 2:1. L’empire de fer, Rome, était de beaucoup le plus fort, et dura plus longtemps que ses prédécesseurs. Au fait, l’empire romain subsiste encore parmi les peuples de l’Europe. C’est justement sa division actuelle que nous montrent les dix orteils de la statue. L’élément de l’argile mêlé avec le fer dans les pieds représente le mélange de l’Eglise et de l’Etat. Ce mélange est nommé par les Ecritures " Babylone "- la confusion. Comme nous le verrons tout à l’heure, la pierre est le symbole du vrai Royaume de Dieu, et Babylone y substitua une imitation de pierre, -argile ou terre glaise, -qu’elle a unie avec les débris fragmentaires de l’empire [de fer] romain. Et ce système mixte, de l’Eglise et de l’Etat (l’Eglise nominale unie avec les royaumes de ce monde, que le Seigneur nomme Babylone), usurpe le royaume du Christ et se nomme lui-même la Chrétienté ou le Christianisme-le Royaume de Christ. Daniel explique: " Tu as vu le fer mêlé avec l’argile, parce qu’ils se mêleront par des alliances humaines [le mélange de l’Eglise et de l’Etat] ; mais ils ne seront point unis l’un à l’autre, de même que le fer ne s’allie point avec l’argile." Ils ne peuvent pas s’amalgamer complètement. " Dans le temps de ces rois [les royaumes représentés par les orteils, les soi-disant royaumes chrétiens], le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; il brisera

 

A283

 

et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. "- Dan. 2:43, 44. Daniel ne dit point ici quand la fin de ces gouvernements des nations surviendra:nous trouverons cela autre part:mais chaque circonstance prédite indique qu’aujourd’hui la fin en est proche, qu’elle est à la porte. Le système papal a prétendu longtemps être le royaume que le Dieu des cieux promit de susciter, ajoutant que, en accomplissement de cette prophétie, la papauté consuma tous les autres royaumes. La vérité, toutefois, est que l’Eglise nominale est simplement unie aux empires terrestres, de même que l’argile l’est au fer, et que la papauté ne fut jamais le vrai Royaume de Dieu, mais n’en fut qu’une contrefaçon. Une des preuves les plus éclatantes que la papauté ne détruisit et ne consuma point ces royaumes terrestres, c’est qu’ils existent encore. Et maintenant que l’argile boueuse est devenue sèche et " fragile ", sa force de cohésion s’en va et l’argile et le fer laissent voir des signes de désagrégation et tomberont rapidement en poussière quand la " pierre ", le vrai Royaume les frappera. Continuant son interprétation, Daniel dit: " C’est ce qu’indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d’aucune main, et qui a brisé le fer, l’airain, l’argile, l’argent et l’or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui doit arriver après cela. Le songe est véritable, et son explication est certaine. "- Verset 45. La pierre qui se détache sans main de la montagne et qui brise et disperse les puissances des nations, représente la vraie Eglise, le Royaume de Dieu. Durant l’âge de l’Evangile, ce royaume de la " pierre " est formé, découpé, taillé et façonné pour sa situation et sa grandeur futures, non avec le secours de la main humaine, mais par l’Esprit ou la puissance de la vérité, la puissance invisible de Jéhovah. Quand ce royaume sera achevé et entièrement

 

A284

 

façonné, il renversera et anéantira les royaumes de ce monde. Ce ne sont pas les gens, mais les gouvernements, qui sont symbolisés par la statue, et ce seront eux qui seront détruits, afin que les gens soient délivrés. Notre Seigneur Jésus n’est pas venu pour détruire, faire périr les âmes des hommes, mais pour les sauver. -Jean 3:17. Pendant la préparation de la pierre, pendant qu’elle se détache, on pourrait l’appeler une montagne embryonnaire, en vue de sa destinée future ; ainsi l’Eglise, elle aussi, peut être et est quelquefois appelée le Royaume de Dieu. De fait, toutefois, la pierre ne peut devenir la montagne, qu’après avoir frappé la statue. Et ainsi en est-il de l’Eglise, dans la pleine acception du mot ; elle ne peut devenir le Royaume qui remplira toute la terre avant que le " jour du Seigneur ", le " jour de colère sur les nations " ou " le temps de détresse " ait passé, et qu’elle soit établie et que tous les autres empires lui aient été soumis. Rappelez-vous maintenant la promesse faite par Jésus aux vainqueurs de l’Eglise évangélique. " Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône ",- et " à celui qui aura vaincu et qui aura gardé mes oeuvres jusqu’à la fin, je lui donnerai puissance sur les nations ; il les gouvernera avec une verge de fer, et elles seront brisées comme les vases d’un potier, selon que j’en ai aussi reçu le pouvoir de mon père "( Apoc. 3:21 ; 2:26, 27-Ps. 2:8-12). Quand la verge de fer aura accompli son oeuvre de destruction, alors la main qui a frappé se tournera pour guérir, et les peuples retourneront à l’Eternel, et il les guérira (Esaïe 2:3 ; 19:22 ; Jér. 3:22, 23 ; Osée 6:1 ; 14:4), -leur donnant l’ornement au lieu de la cendre, l’huile de joie au lieu du deuil et un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu.

 

A285

 

La vision de Daniel sur les gouvernements terrestres.

 

Dans la vision de Nébucadnetsar nous voyons les empires de la terre tels qu’ils se présentent au point de vue du monde, comme un déploiement de gloire, de grandeur et de puissance humaines, quoiqu’on y aperçoive cependant un indice de leur décadence et de leur destruction finale, ainsi que cela est représenté dans la décroissance de l’or jusqu’à l’argile. La pierre, la vraie Eglise, a été estimée par le monde comme n’ayant aucune valeur pendant sa formation, ou lorsqu’elle fut prise des montagnes (royaumes). Elle a été méprisée et dédaignée par les hommes:ils n’y virent ni beauté ni éclat qui pût la leur faire désirer. Le monde aime, admire, loue et défend les monarques et les gouvernements représentés dans cette grande image, quoiqu’il ait été continuellement déçu, trompé, offensé et opprimé par elle. En prose et en vers, le monde célèbre les grands héros de cette statue, couronnés de succès, ses Alexandre, ses César, ses Bonaparte et autres, dont la grandeur et le génie se manifestèrent par le massacre de leurs semblables, et qui, dans leur désir immodéré de régner, firent des millions de veuves et d’orphelins. Et c’est cet esprit, tel qu’il existe dans lés " dix orteils " de la statue, -que nous voyons se manifester aujourd’hui dans ces armées bien organisées de plus de douze millions d’hommes armés jusqu’aux dents, et qui sont tout prêts à se tuer les uns les autres-au moyen de toutes ces inventions sataniques d’une ingéniosité moderne-au commandement des " puissances qui subsistent ". Maintenant nous tenons pour heureux les orgueilleux, même ceux qui commettent la méchanceté prospèrent [litt. sont bâtis ou établis] "( Mal. 3:15). Ne pouvons-

 

A286

 

nous pas voir, que la destruction de cette grande statue provenant du choc de la pierre et de l’établissement du Royaume de Dieu, ne signifie rien moins que la libération des opprimés et la bénédiction de tous ? Encore que le changement doive causer pour un temps des désastres et de l’affliction, il produira finalement des fruits paisibles de justice. Mais maintenant, tout en nous rappelant la diversité des points de vue, contemplons les mêmes quatre empires universels au point de vue de Dieu et de ceux qui sont en harmonie avec lui, tels qu’ils furent dépeints en vision à Daniel, le prophète bien-aimé. A lui, comme à nous, ils apparaissent brutaux, sans gloire. A lui, ces quatre empires universels apparaissent comme quatre grandes bêtes sauvages et voraces. Et, à sa vue le royaume de Dieu à venir [la pierre] fut proportionnellement plus grand que celui de Nébucadnetsar. Daniel dit: " Je regardais pendant ma vision nocturne, et voici, les quatre vents des cieux firent irruption sur la grande mer. Et quatre grands animaux sortirent de la mer, différents l’un de l’autre. Le premier était semblable à un lion, et avait des ailes d’aigle ;... et voici, un second animal était semblable à un ours, ... et voici, un autre était semblable à un léopard.... Après cela je regardais pendant mes visions nocturnes, et voici, un quatrième animal, terrible, épouvantable, et extraordinairement fort ; il avait de grandes dents de fer, il mangeait, brisait et il foulait aux pieds ce qui restait; il était différent de tous les animaux précédents, et il avait dix cornes. "- Dan. 7:2-7. Nous passons, comme ayant peu d’importance dans notre présente recherche, les détails relatifs aux trois premières bêtes (Babylone le lion, Médo-Perse l’ours, et Grèce le léopard) avec leurs têtes, leurs pieds, leurs ailes, etc., détails qui tous ont une signification symbolique, pour

 

A287

 

nous occuper des détails concernant la quatrième bête, Rome. De la quatrième bête, Rome, Daniel dit: " Après cela, je regardais pendant mes visions nocturnes, et voici, il y avait un quatrième animal, terrible, épouvantable, et extraordinairement fort, ... et il avait dix cornes. Je considérais les cornes, et voici, une autre petite corne sortit du milieu d’elles, et trois des premières cornes furent arrachées devant cette corne ; et voici, elle avait des yeux comme des yeux d’hommes, et une bouche qui parlait avec arrogance ".- Dan. 7:7, 8. Ici c’est l’empire romain qui est dépeint ; et les divisions de sa puissance sont spécifiées dans les dix cornes, une corne étant un symbole de puissance. La petite corne qui surgit du milieu d’elles, qui s’appropria la puissance de trois d’entre elles et régna parmi les autres, représente le petit commencement et l’élévation graduelle au pouvoir de l’Eglise de Rome, de la puissance ou corne papale. Aussitôt qu’elle s’éleva en influence, trois divisions, puissances ou cornes (les Hérules, l’Exarchat de l’est et les Ostrogoths), furent arrachés de son chemin pour faire place à son établissement comme puissance ou corne civile. Cette dernière corne, plus spécialement élevée, la papauté, se signale par ses yeux, qui signifient intelligence et par sa bouche, ses paroles arrogantes, ses prétentions, etc. Daniel n’a donné aucun nom descriptif à cette quatrième bête représentant Rome. Tandis que les autres sont décrites comme lion, ours et léopard, la quatrième est si féroce et si hideuse qu’elle n’a pu être comparée à une bête de la terre. Jean, à qui fut révélée l’Apocalypse et qui vit en vision la même bête (gouvernement) symbolique, ne sut pas non plus par quel nom il devait la décrire, il lui en donna finalement plusieurs. Entre autres, il l’appela " le diable "( Apoc. 12:9). Il choisit certainement là le nom

 

A288

 

qu’il fallait ; car Rome, envisagée à la lumière de ses persécutions sanglantes, a été en effet le plus diabolique des gouvernements terrestres. Même dans sa transformation de Rome païenne en Rome papale, nous avons une démonstration de ce qui caractérise principalement Satan ; car lui aussi se déguise pour apparaître en ange de lumière (2 Cor. 11:14) ; c’est justement ce qu’a fait Rome ; elle s’est transformée extérieurement du paganisme au christianisme et a prétendu être chrétienne, -le royaume de Christ (1). Après qu’il eut donné plusieurs détails à l’égard de cette dernière bête-la romaine-et spécialement au sujet de sa corne étrange, la corne papale, le prophète dit que le jugement se tint contre cette corne, et qu’il commencerait par la perte de sa domination, qui se consumerait par un acheminement graduel jusqu’à ce que la bête soit détruite. Cette bête, l’empire romain (appelée plus tard le " Saint-Empire romain germanique "), existe encore dans ses cornes ou divisions ; et elle sera tuée par l’insurrection des masses du peuple et par la chute des gouvernements dans " la journée du Seigneur ", deux actes préparatoires nécessaires à la reconnaissance du règne céleste. Cela se voit clairement en d’autres passages qu’il nous reste à examiner. Toutefois, c’ est la consomption de la corne papale qui survient en premier lieu. Sa puissance et son influence commencèrent à se consumer lorsque Napoléon emmena le pape captif en France. Et lorsque ni les foudres papales, ni les prières ne purent le délivrer de la puissance de Bonaparte, les nations furent clairement convaincues

 

——

 

(1} Le fait quo Rome est appelée " le diable " ne prouve nullement qu’il n’y a pas de diable en personne:mais plutôt le contraire. C’est parce qu’il y a des bêtes pareilles au lion, à l’ours et au léopard, avec des particularités caractéristiques connues, que les gouvernements peuvent leur être comparés ; et, de même, c’est parce qu’il y a un diable avec un genre de caractère connu, que le quatrième empire peut lui être comparé.

 

A289

 

que l’autorité et la puissance divines dont la papauté se prévalait tant, étaient sans fondement. Dès lors, le pouvoir temporel de la papauté décrût rapidement jusqu’à ce que, en septembre 1870, Victor Emmanuel, roi d’Italie, lui fit perdre le dernier vestige de son pouvoir temporel. Durant tout le temps où progressa sa destruction, elle n’en continua pas moins à proférer ses grands discours ampoulés et blasphématoires. Sa dernière grande prétention eut lieu en 1870, -lorsque, quelques mois seulement avant sa chute, elle proclama la déclaration de l’infaillibilité des papes. Tout cela est spécifié dans la prophétie qui dit: " Je regardais alors [c’est à dire après le décret contre cette " corne ", après que sa consomption ou destruction eut commencé], à cause des paroles arrogantes que prononçait la corne. "- Dan. 7:11. Cela nous amène à l’histoire contemporaine et nous permet de reconnaître que la chose la plus proche que nous devons attendre, est la complète destruction des royaumes du monde. Cela est décrit par les mots: " tandis que je regardais, l’animal fut tué, et son corps fut anéanti, livré au feu pour être brûlé. " L’abattage et la combustion de la bête sont aussi bien des symboles que la bête elle-même ; ils signifient la destruction complète et sans retour des gouvernements actuels. Dans le verset 12, le prophète remarque une différence entre la fin de cette quatrième bête et celle des trois précédentes. Ces trois (Babylone, Perse et Grèce) furent successivement dépouillées de leur empire, elles cessèrent d’être des puissances régnant sur la terre, mais leur vie comme peuple ne cessa point immédiatement. La Grèce et la Perse ont encore un peu de vie, quoiqu’il y ait des siècles que l’empire universel leur a été enlevé. Mais il n’en sera pas de même de l’empire romain, la quatrième et la dernière de ces bêtes. Elle perdra tout à la fois, et l’empire et la vie, et s’en Ira en complète destruction:

 

A290

 

et avec elle les autres disparaîtront aussi Dan. 2:35. Quels que puissent être les moyens ou instruments employés, la cause de leur chute est l’établissement du cinquième empire Universel de la terre, le Royaume de Dieu, sous Christ, à qui appartient le droit de gouvernement. Le transfert du règne de la quatrième bête, lequel pour un temps déterminé fut " ordonné de Dieu ", au cinquième royaume, sous le Messie, lorsque le temps déterminé sera venu, est décrit par le prophète en ces mots: " Je regardais pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui. On lui donna [au Christ Chef et corps] la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit. " Cela signifie, comme l’ange l’interpréta:que " le règne, la domination et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous les cieux, seront donnés au peuple des saints du Très Haut. Son règne est un règne éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront. "- Dan. 7:13, 14, 27. Nous voyons donc que le gouvernement de la terre sera placé dans les mains du Christ par Jéhovah (" l’Ancien des jours "), qui doit " mettre toutes choses sous ses pieds "( 1 Cor. 15:27). Ainsi placé sur le trône du royaume de Dieu, il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait détruit toute autorité et tout pouvoir en conflit avec la volonté et la loi de Jéhovah. Pour l’accomplissement de cette grande mission, le renversement de ces gouvernements de nations est nécessaire avant tout ; car les " royaumes de ce monde ", de même que le " prince de ce monde ", ne se rendront pas sans résister, mais devront

 

A291

 

être liés et terrassés par la force. Voilà pourquoi on lit: " Pour lier leurs rois de chaînes, et les plus honorables d’entre eux de ceps de fer ; pour exercer sur eux le jugement qui est écrit. Cet honneur est pour tous ses bien-aimés [ses saints]. "- Ps. 149:8, 9.  Si nous envisageons les gouvernements actuels au point de vue de notre Seigneur et du prophète Daniel, et reconnaissons leur caractère féroce, destructif, bestial et égoïste, nous ne pouvons que désirer vivement la fin du gouvernement des nations ; et nous nous réjouissons en regardant en avant vers ce temps béni où les vainqueurs de l’ âge présent seront mis sur le trône avec leur Chef pour gouverner, bénir et restaurer la création gémissante. En vérité, tous les enfants de Dieu peuvent prier avec leur Seigneur, en disant: " Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. " Chacun de ces gouvernements représentés par les bêtes, existait déjà avant d’exercer la puissance comme empire universel. Ainsi en est-il du vrai Royaume de Dieu, il existe depuis longtemps, séparé du monde, sans chercher à régner, mais attendant son temps, le temps fixé par l’Ancien des jours. Et de même que les autres, il faut qu’il accomplisse sa destinée et qu’il parvienne au pouvoir avant de pouvoir exercer sa puissance envers la bête ou le royaume qui l’a précédé, c’est à dire en le frappant et en l’abattant. De là, la justesse de l’expression: " Dans le temps de ces rois [pendant qu’ils sont encore au pouvoir], le Dieu des cieux suscitera [établira en puissance et autorité] un royaume ;" quand il sera suscité, " il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement ". Par conséquent, de quelque manière que nous l’attendions, il nous faut attendre que le Royaume de Dieu soit inauguré avant la chute des royaumes de ce monde et que sa puissance et son oeuvre amènent leur renversement.- Dan. 2:44.

 

A292

 

Les gouvernements actuels envisagés à un autre point de vue.

 

Le droit et l’autorité suprêmes de gouverner le monde appartiennent et appartiendront toujours au Créateur Jéhovah, peu importe à qui il permette d’exercer une autorité qui lui est subordonnée. A la suite des imperfections et des infirmités résultant de sa déloyauté envers le Roi des rois, Adam devint de bonne heure faible et délaissé. Comme monarque, il commença par perdre le pouvoir grâce auquel, par la force de sa volonté, il commandait aux animaux inférieurs et s’en faisait obéir. Aussi perdit-il le commandement sur lui-même au point que lorsqu’ il voulut faire le bien, sa faiblesse apparut accompagnée du mal, de sorte que le bien qu’il eût aimé faire, il ne le fit pas, mais il fit le mal qu’il eût voulu éviter. Ce n’est pas que nous cherchions à excuser notre race rebelle, mais nous ne pouvons que sympathiser avec ses vains efforts pour se gouverner elle-même et pour améliorer son propre sort. Et on ne peut guère que louer le succès remporté par le monde dans cette direction. Car encore que nous jugions bien de la nature réelle de ces gouvernements en les comparant à des bêtes, tout corrompus qu’ils étaient, ils ont été bien préférables à l’absence de gouvernement, bien préférables à la licence et à l’anarchie. Et quoique l’anarchie eût été probablement plus agréable au " prince de ce monde ", il n’en fut pas ainsi chez ses sujets ; sa puissance n’est pas absolue ; elle ne s’étend que jusqu’à la limite de sa capacité d’agir par le moyen de l’homme ; et il faut que sa politique s’adapte dans une large mesure aux idées, aux passions et aux préjugés des hommes. L’homme voulait un gouvernement du pays par le pays, indépendant de Dieu ; et lorsque Dieu lui permit d’en faire l’expérience, Satan saisit l’occasion

 

A293

 

pour étendre son influence et son empire. Aussi arriva-t-il que, en ne se souciant pas de connaître Dieu (Rom. 1:28), les hommes s’exposèrent à l’influence de cet ennemi puissant et astucieux, quoique toujours invisible ; et, depuis, ils ont été obligés de lutter aussi bien contre ses machinations, que contre leurs propres infirmités. Puisqu’il en est ainsi, jetons encore une fois nos regards sur les royaumes de ce monde, et envisageons-les comme effort de l’humanité déchue pour se gouverner elle-même, indépendamment de Dieu. Quoique la corruption individuelle et l’égoïsme aient écarté le cours de la justice en sorte que sous les royaumes de ce monde on ait rarement rendu pleine justice à qui que ce soit, cependant le but prétendu de chaque gouvernement fut toujours celui d’avancer le règne de la justice et d’accroître le bien-être de tous. Jusqu’à quel point ce but a-t-il été atteint ? C’est une autre question ; mais c’était le prétexte de tous les gouvernements, et la raison pour laquelle les peuples gouvernés se soumirent et les supportèrent. Et là où la justice fut grossièrement méconnue, la foule fut aveuglée ou trompée, ou bien il s’ ensuivit des guerres, des émeutes et des révolutions. Les actions noires de vils tyrans qui parvinrent à la puissance dans le règne du monde, n’étaient point la résultante des lois et des institutions de ces gouvernements ; mais ce sont ces tyrans-là qui ont donné à ces gouvernements la marque de leur caractère bestial en abusant de l’autorité usurpée et en s’en servant pour des buts inavouables. Chaque gouvernement a eu, en général, des lois sages, justes et bonnes, -des lois pour la protection de la vie et de la propriété, pour la protection du commerce et de la famille, pour la punition du crime, etc. Ils ont eu de même, en cas de conflits, des cours d’appel, où la justice

 

A294

 

fut au moins bien administrée jusqu’à un certain degré ; et si imparfaits que puissent avoir été les fonctionnaires, l’avantage et la nécessité d’institutions pareilles sont évidents. Si pauvres qu’aient été ces gouvernements, sans eux, les éléments inférieurs de la société l’auraient dès longtemps, emporté sur les éléments plus justes et meilleurs, par la force du nombre. Nous reconnaissons donc le caractère bestial de ces gouvernements, en l’attribuant à l’arrivée au pouvoir d’une majorité de fonctionnaires injustes, grâce aux intrigues et aux tromperies de Satan, qui se sert des faiblesses de l’homme, de ses idées et de ses goûts corrompus ; d’un autre côté nous les reconnaissons aussi comme les meilleurs efforts d’une pauvre humanité déchue, se gouvernant elle-même. De siècle en siècle Dieu souffrit que les hommes en fissent l’essai et qu’ils en vissent les résultats. Mais après des siècles d’expériences, les résultats sont encore aussi loin d’être satisfaisants aujourd’hui qu’à aucune période de l’histoire du monde. En effet, le mécontentement est plus général et plus répandu que jamais ; non qu’il y ait aujourd’hui plus d’oppression et d’injustice qu’autrefois, mais c’est que d’après les vues de Dieu les yeux des hommes s’ouvrent toujours davantage par l’accroissement de la connaissance. Les divers gouvernements qui ont été établis à travers les temps ont montré l’aptitude moyenne de chaque peuple à se gouverner lui-même. Même là où les gouvernements despotiques ont subsisté, le fait qu’ils furent tolérés par la foule, prouve que le peuple n’était pas capable d’établir et de supporter un meilleur gouvernement, quoique plusieurs individualités aient pu être, sans doute, beaucoup plus éclairées que la masse des citoyens. Si nous comparons la situation du monde actuel avec celle d’une période quelconque du passé, nous trouvons

 

A295

 

une différence marquée dans les sentiments des foules. L’esprit d’indépendance est maintenant à l’ordre du jour et les gens ne se laissent plus aisément poser un bandeau sur les yeux ; ils ne se laissent pas non plus tromper par des conducteurs et par des hommes politiques et ne se soumettront plus dorénavant au joug d’autrefois. Ce changement de l’opinion publique n’a pas été un acheminement graduel depuis l’époque même où l’homme commença à se gouverner lui-même ; il n’est distinctement reconnaissable qu’à partir du XVIe siècle, et il a été surtout très rapide dans l’espace des cinquante dernières années. Il n’est donc point la conséquence des expériences des siècles passés, mais il est le résultat naturel du récent accroissement et de la diffusion des connaissances parmi les masses du genre humain. La préparation de cette diffusion générale des connaissances commença par l’invention de l’imprimerie, en 1440, et par l’accroissement des livres et des écrits périodiques qui s’ensuivit. L’influence de cette invention si propre à éclairer le public commença à se faire sentir vers le XVIe siècle, et les progrès qui se sont faits à partir de ce temps sont connus de tous. L’éducation générale des masses se popularisa ; et, depuis, les inventions et les découvertes devinrent des événements de chaque jour. Cette augmentation de la connaissance parmi les hommes, fut voulue de Dieu, et elle survint en son propre temps déterminé ; c’ est une de ces puissantes influences qui sont maintenant en oeuvre pour lier Satan, diminuer son influence et paralyser ses efforts dans ce " jour de préparation ", et, cela, pour l’établissement du royaume de Dieu sur la terre. Cet accroissement de la connaissance dans toutes les directions réveille parmi les hommes le respect de soi-même, et les pousse à la revendication de leurs droits naturels, imprescriptibles ; ils ne permettront plus qu’on

 

A296

 

les ignore, qu’on les foule aux pieds ; ils iront plutôt à l’extrême opposé. Jetez un coup d’oeil rétrospectif à travers les siècles et voyez comme les peuples ont écrit l’histoire de leur mécontentement avec du sang. Le prophète déclare qu’en vertu de l’augmentation de connaissances un mécontentement encore plus général, et plus répandu se manifestera finalement dans une révolution embrassant le monde entier, dans le renversement de toute loi et de tout ordre ; que l’anarchie et la détresse dans toutes les classes en seront le résultat. Mais qu’au milieu de cette confusion le Dieu des cieux suscitera son royaume qui satisfera les désirs de toutes les nations. Fatigués et découragés par leurs insuccès, et trouvant que leur dernier et leur plus grand effort n’aboutit qu’à l’anarchie, les hommes salueront joyeusement l’autorité céleste, ils fléchiront devant elle et reconnaîtront son juste et fort gouvernement. De cette manière les embarras de l’homme deviendront la voie de Dieu, et " le désiré de toutes les nations viendra ",- le Royaume de Dieu en puissance et en grande gloire. -Aggée 2:7. Sachant que tel fut le dessein de Dieu, Jésus et ses apôtres ne s’opposèrent en aucune manière aux puissants de la terre. Au contraire, ils apprirent à l’Eglise à se soumettre à ces puissances, quand bien même elle aurait à souffrir souvent de leurs abus du pouvoir. Ils enseignèrent à l’Eglise, qu’elle eût à obéir aux lois et à honorer ceux qui sont au pouvoir, à cause de leurs fonctions, même si, personnellement, ils n’étaient dignes d’aucune estime ; ils voulurent qu’on payât les taxes fixées et qu’on n’opposât aucune résistance aux lois établies (Rom 13:1-7 ; Matth. 22:21), sauf lorsqu’elles se trouveraient en contradiction avec les lois de Dieu (Act. 4:19 ; 5:29). Le Seigneur Jésus, les apôtres et l’Eglise primitive furent tous soumis à la loi, mais ils se tinrent à l’écart des

 

A297

 

gouvernements de ce monde et n’y prirent aucune part. Il est vrai que les puissances qui subsistent (les gouvernements de ce monde) furent établies ou ordonnées par Dieu, afin que le genre humain pût acquérir l’expérience nécessaire sous leur règne, mais l’Eglise des fidèles qui aspirent à une position dans le Royaume à venir de Dieu, ne doit convoiter aucun honneur, elle ne doit pas recevoir de traitements dans les royaumes de ce monde et elle ne doit pas s’opposer à ces pouvoirs. Les membres de l’Eglise sont concitoyens et héritiers du royaume céleste (Eph. 2:19), et, comme tels, soumis aux royaumes de ce monde, ils doivent seulement réclamer les droits et libertés qui sont accordés aux étrangers. Leur mission n’est pas celle de contribuer à l’amélioration de la condition actuelle du monde, ni de se mêler à ses affaires présentes. En essayant de le faire ils prodigueraient inutilement leurs forces ; car la course du monde et son dénouement sont clairement et distinctement tracés dans les Ecritures, et sont pleinement dans la main de Celui qui, au temps voulu, nous donnera le royaume. L’influence de la vraie Eglise est insignifiante et l’a toujours été ; elle est de si petite valeur qu’en réalité elle ne compte pas sur le terrain politique ; mais quelque grande qu’elle puisse nous sembler, nous devrions suivre l’exemple et l’enseignement de notre Seigneur et des apôtres. Sachant que le dessein de Dieu est de laisser le monde faire l’essai de se gouverner lui-même par ses propres forces, la vraie Eglise, tout en étant dans le monde, ne devrait point être du monde. Les saints ne peuvent avoir une influence sur le monde qu’en s’ en tenant séparés et en laissant luire leur lumière ; et de cette manière, par leurs actes et leur conduite, l’esprit de vérité CONVAINC ou plutôt censure le monde. C’est en aimant la paix et l’ordre, en recommandant chaque loi juste, en reprenant et en blâmant la licence et l’iniquité, en montrant enfin du

 

A298

 

doigt le royaume de Dieu promis et ses bénédictions attendues, et non en se mêlant à la politique, -d’après une méthode qui n’est que trop commune, -en complotant pour acquérir le pouvoir du monde, ce qui entraîne des guerres, le péché et la dégradation générale, que l’Epouse future, glorieuse et chaste du Prince de la paix devrait se manifester comme une puissance pour le bien, et être ainsi la représentation du Seigneur dans le monde. L’Eglise de Dieu devrait vouer toute son attention et ses efforts à la prédication du Royaume de Dieu et à l’avancement des intérêts de ce royaume selon le plan déposé dans les Ecritures. Si elle le fait fidèlement il ne lui restera ni le temps ni le désir de s’ingérer dans la politique des gouvernements actuels. Jésus n’en avait pas le temps, les apôtres pas non plus, ni aucun des saints qui suivirent leur exemple. L’Eglise primitive devint justement la proie de cette tentation, peu de temps après la mort des apôtres. La prédication du Royaume de Dieu, qui est à venir et qui devait prendre la place de tous les royaumes de la terre, et du Christ crucifié, comme l’héritier de ce royaume, était désagréable, et suscita le mépris, le dédain et la persécution. Alors l’idée vint à quelques-uns d’améliorer le plan de Dieu et de conquérir à l’Eglise, devant le monde, une situation plus enviée que celle de la souffrance. Ils y réussirent au moyen d’une combinaison avec les puissances terrestres, d’où se développa la papauté, qui, en son temps, devint la maîtresse et la reine des nations. -Apoc. 17:3, 5 ; 18:7.  Grâce à cette politique tout changea:au lieu des souffrances vint l’honneur ; au lieu de l’humilité, l’orgueil, au lieu de la vérité, l’erreur ; et au lieu d’être persécutée, l’Eglise devint la persécutrice de tous ceux qui condamnèrent ces nouveaux honneurs acquis illégitimement. Sans

 

A299

 

tarder, elle commença à inventer des sophismes (arguments captieux) et à fausser les Ecritures afin de justifier sa conduite ; se trompant premièrement elle-même, puis les nations ; elle les amena à croire que le règne millénaire promis du Christ était venu et que Christ le Roi était représenté par ses papes, qui régnèrent sur les rois de la terre comme ses vicaires ou vice-rois. Son arrogance réussit vraiment à séduire le monde entier. Elle enivra les habitants de la terre avec ses doctrines erronées (Apoc. 17:2), les intimidant par la théorie des tourments éternels, qui, suivant elle, attendaient tous ceux qui résistaient à ses prétentions. Bientôt les rois d’Europe furent couronnés ou déposés par son ordre et d’ après sa prétendue autorité. Voilà pourquoi les royaumes de l’Europe ont prétendu jusqu’à ce jour être des royaumes chrétiens, et proclament que leurs souverains règnent " par la grâce de Dieu ", c’ est à dire par la nomination ou la transmission de la papauté, ou d’une des sectes protestantes. Bien que les réformateurs eussent rejeté plusieurs des prétentions papales se rapportant à la juridiction ecclésiastique, etc., ils tinrent cependant ferme à cet honneur que les rois de la terre avaient fini par attribuer à la chrétienté. Et, ainsi les réformateurs tombèrent dans la même erreur et exercèrent une autorité de monarques, en installant et en sanctionnant les gouvernements et les rois, et en les nommant " royaumes chrétiens " ou " royaumes du Christ ". Aussi entendons-nous souvent aujourd’hui l’énigmatique expression: " Le Monde Chrétien, " une énigme, en effet, si on l’examine à la lumière des vrais principes de l’Evangile. Jésus dit au sujet de ses disciples: " Ils ne sont point du monde, comme je ne suis point du monde. " Et Paul nous exhorte en disant: " Ne vous conformez point au siècle présent. "- Jean 17:16 ; Rom. 12:2. Dieu n’approuva jamais que l’on appelle ces royaumes

 

A300

 

du nom de Christ. Egarées par l’Eglise nominale, ces nations naviguent sous un faux pavillon, prétendant être ce qu’elles ne sont pas. Leur seul titre, abstraction faite de la volonté du peuple, consiste dans la concession limitée que Dieu leur donna, et qu’il fit connaître à Nébucadnetsar, -jusqu’à ce que vienne celui auquel appartient le gouvernement. C’est une grande injure faite au vrai royaume de Christ, devant lequel il faut qu’ils tombent bientôt, ainsi qu’à son " Prince de la paix " et à ses " princes qui gouverneront avec droiture "( Esaïe 32:1), que de prétendre que ces royaumes imparfaits, avec leurs lois imparfaites, et avec leurs gouverneurs souvent égoïstes et vicieux, soient " les royaumes de notre Seigneur et de son Christ. " Un autre mal plus grave, résultant de cette erreur, est que l’attention des enfants de Dieu a été détournée par là du royaume céleste promis ; et ils ont été portés à admettre à tort les royaumes terrestres et à se familiariser trop intimement avec eux ; ils ont été tentés, -efforts presque entièrement infructueux, -d’enter sur ces troncs mondains, sauvages, les vertus et les moeurs de la chrétienté, au détriment de l’Evangile concernant le vrai Royaume et les espérances qui s’y concentrent. Cette illusion fait que plusieurs sont présentement très désireux d’inscrire dans la constitution des Etats-Unis le nom de Dieu, afin que, de ce chef, cet état puisse devenir une nation chrétienne. Les " presbytériens réformés " ont refusé pendant des années de voter ou de revêtir une fonction sous ce gouvernement, parce qu’il n’est point un royaume du Christ. Ils reconnaissent dès lors qu’il est peu convenable à un chrétien de participer à un gouvernement autre que celui de Dieu. Nous sympathisons pleinement avec ce sentiment, mais non pas avec la conclusion que si le nom de Dieu était mentionné dans la constitution, ce fait transformerait

 

A301

 

ce gouvernement d’un royaume de ce monde en un royaume de Christ et donnerait aux presbytériens réformés la liberté de voter et d’occuper des fonctions sous ce régime. Oh ! quelle folie ! Qu’elle est grande la fausseté par laquelle la " mère des prostituées " a enivré les habitants de la terre !( Apoc. 17:2) ; car on prétendit de même que les royaumes de l’Europe avaient passé de Satan à Christ, et qu’ils étaient devenus des " nations chrétiennes ". Avouons-le, le meilleur et le pire qu’on puisse dire des nations de la terre, c’est qu’elles ne sont que des " royaumes de ce monde ", dont le pouvoir accordé par Dieu est à peu près expiré, afin qu’ils puissent faire place à leur successeur désigné, le royaume du Messie, le cinquième Empire Universel de la terre (Dan. 2:44 ; 7:14, l8, 27) :cette affirmation servirait beaucoup à établir la vérité et à dissiper l’erreur. Mais, ce que la papauté introduisit à cet égard, et ce qui fut sanctionné par les réformateurs protestants, subsiste encore actuellement comme droit incontestable parmi les chrétiens. Et comme ils devraient soutenir le royaume du Christ, ils s’unissent pour se constituer champions des soi-disant royaumes chrétiens, dont la chute est imminente et dont le temps est à peu près expiré ; c’est ainsi que leurs sympathies sont souvent forcément du côté de l’oppression, plutôt que du côté du droit et de la liberté, du côté des royaumes de ce monde et du prince de ce monde, plutôt que du côté du vrai royaume de Christ. -Apoc. 17:14 ; 19:11-19. Le monde reconnaît de plus en plus clairement que les " royaumes de ce monde " sont loin d’être chrétiens et que leurs prétentions d’être munis des pleins pouvoirs du Christ sont plus que douteuses. Les gens commencent à faire usage de leur raisonnement relativement a cette question

 

A302

 

et à d’autres questions semblables ; et ils exprimeront leurs convictions d’autant plus violemment, s’ils viennent à constater qu’une fraude a été commise à leur égard au nom du Dieu de la justice et du Prince de la paix. Il se trouve, en effet, chez plusieurs, une tendance à conclure que la chrétienté elle-même n’est qu’une imposture, sans base et sans fondement, et que, liguée avec les gouvernements civils, elle n’a pour but que de tenir en échec la liberté des masses. Oh ! qu’ils seraient sages, les hommes, s’ils avaient la volonté de comprendre l’oeuvre et le plan de Dieu ! Alors les royaumes actuels se fonderaient insensiblement [comme de la cire], -réforme sur réforme et liberté sur liberté se suivraient rapidement, et la droiture et la vérité l’emporteraient jusqu’à ce que la justice soit établie sur la terre. Mais c’est ce qu’ils ne feront pas ; le voulussent-ils même, ils ne le pourraient pas maintenant dans leur condition déchue ; et ainsi, poussé par l’égoïsme, chacun lutterait pour l’emporter, et les royaumes de ce monde se consumeront dans un temps de grande détresse, tel qu’il n’y en a point eu depuis qu’il existe des nations. A ceux qui essayeront vainement de se cramponner à une souveraineté disparue, dans l’époque où l’empire sera remis à celui à qui appartient le pouvoir, le Seigneur parle et montre qu’ils livrent contre lui un combat dans lequel ils sont sûrs de succomber. Il dit: " Pourquoi ce tumulte parmi les nations, ces vaines pensées parmi les peuples ? Pourquoi les rois de la terre se soulèvent-ils et les princes se liguent-ils avec eux contre l’Eternel et contre son oint ?- Brisons leurs liens, délivrons-nous de leurs chaînes !-

 

A303

 

Celui qui siège dans les cieux rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur parle dans sa colère, il les épouvante dans sa Fureur:c’est moi qui ai oint mon Roi sur Sion, ma montagne sainte !***" Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse ! Juges de la terre, recevez instruction ! Servez l’Eternel avec crainte, et réjouissez-vous avec tremblement. Baisez le fils [faites-vous amis avec l’Oint de Dieu] de peur qu’il ne s’irrite, et que vous ne périssiez dans votre voie, car bientôt s’embrasera sa colère. Heureux tous ceux qui se confient en lui " Psaume 2. ——Tout mon coeur s’enflamme, Lorsque je te vois, Des yeux de mon âme, 0 grand Roi des rois,

 

Régner en puissance Sur tout l’univers, Et par ta présence Briser tous les fers

 

——

Chapitre XIV—LE ROYAUME DE DIEU

 

A304

 

La portée grandiose (ou la signification saillante) du sujet. -La nature du Royaume. -Le Royaume durant l’âge de l’Evangile. -Vues fausses rectifiées par Paul. -Conséquences des idées fausses sur le Royaume. -Deux domaines du Royaume de Dieu. -Le domaine spirituel et sa tâche. -Le domaine terrestre et sa tâche. -Leur harmonie. -La gloire du domaine terrestre-La gloire du domaine céleste. -La racine de l’alliance d’où sortirent ces rameaux. -Le domaine terrestre est Israélite. -Les tribus perdues. -La Jérusalem céleste. -Israël était un peuple typique. -La perte et le rétablissement d’Israël. -Les classes des élus. -Les héritiers du Royaume. -Le sceptre de fer. -Eclaircissement sur le but du règne millénaire. -Le Royaume remis au Père. -Plein accomplissement du dessein originel de Dieu.

 

Celui qui n’a pas encore soigneusement examiné ce sujet, la Bible et une concordance en mains, sera surpris, en le faisant, de le trouver si développé dans les Ecritures. L’Ancien Testament abonde en promesses et en prophéties dont le Royaume de Dieu et son Roi, le Messie, forment le centre même. Chaque Israélite avait l’espoir (Luc 3:15) que Dieu élèverait leur nation, comme peuple, sous le Messie ; et lorsque le Seigneur vint à eux, il vint comme leur roi, pour établir sur la terre le Royaume promis depuis longtemps. Le précurseur et le messager de Jésus, Jean, commença

 

A305

 

sa mission par la proclamation: " Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche "( Matth. 3:2). Le Seigneur commença son ministère avec exactement la même proclamation (Matth. 4:17) ; et les apôtres furent envoyés pour prêcher la même nouvelle (Matth. 10:7 ; Luc 9:2). Le royaume ne fut pas seulement la doctrine par laquelle Jésus commença son ministère public, mais ce fut en réalité le sommaire de toutes ses prédications (Luc 8:1 ; 4:43 ; 19:11). D’autres choses ne furent mentionnées qu’en connexion avec ce sujet ou pour son explication. Les paraboles furent pour la plupart des éclaircissements concernant le Royaume, à divers points de vue et sous divers rapports, ou bien elles devaient servir à montrer l’entière consécration à Dieu comme essentielle à la participation au Royaume, et à corriger les fausses idées judaïques, suivant lesquelles les Juifs étaient certains d’obtenir le Royaume parce qu’ils étaient des enfants légitimes d’Abraham, et, par conséquent, des héritiers naturels des promesses. Dans ses conversations avec ses disciples, le Seigneur Jésus fortifia et encouragea leur attente d’un royaume futur. Il leur dit: " C’est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon père en a disposé en ma faveur, afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger [gouverner] les douze tribus d’Israël "( Luc 22:29, 30). Et encore: " Ne crains point, petit troupeau ; car il a plu à votre Père de vous donner le Royaume "( Luc 12:32). Et lorsque leur roi, au lieu d’être couronné et mis sur le trône, fut crucifié, les disciples furent douloureusement déçus. Comme deux d’entre eux l’avouèrent à Jésus sur le chemin d’Emmaüs, après sa résurrection, ils avaient " espéré que ce serait lui qui délivrerait Israël, "- le délivrerait du joug des Romains, et ferait d’Israël le

 

A306

 

Royaume de Dieu en puissance et en gloire. Mais ils furent amèrement détrompés par les changements survenus quelques jours auparavant. Alors Jésus leur ouvrit l’intelligence en leur démontrant par les Ecritures que son sacrifice était premièrement nécessaire avant que le Royaume pût être établi. -Luc. 24:21, 25-27. Dieu aurait pu donner la domination de la terre à Jésus sans racheter le monde ; car le Très Haut domine sur le royaume des hommes et le donne à qui il veut (Dan. 4:32). Mais Dieu avait en vue un dessein plus grandiose que ce qui aurait été obtenu par ce plan. Un royaume semblable aurait pu apporter des bénédictions ; mais, toutes bienfaisantes qu’elles auraient été, elles n’auraient pu avoir qu’un caractère temporaire, puisque toute l’humanité était sous l’empire de la mort. Pour rendre les bénédictions de son royaume éternelles et complètes, il fallait que la race humaine fût premièrement rachetée de la mort et, de cette manière, libérée légalement de la condamnation adamique. Il est évident que Jésus ranima l’espoir des disciples à l’égard d’un royaume à venir, par l’explication des prophéties, puisque plus tard, lorsqu’il les quitta, ils lui demandèrent: " Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ?" Sa réponse, sans être formelle, ne contredit nullement leurs espérances. " Ce n’est pas à vous, leur dit-il, de connaître les temps ou les saisons que le Père a réservé à sa propre autorité. "- Act. 1:6, 7. Il est vrai qu’au commencement les disciples, de même que toute la nation judaïque, n’avaient qu’une conception imparfaite du Royaume de Dieu ; ils supposaient qu’il serait exclusivement terrestre, comme aujourd’hui plusieurs se trompent dans un sens opposé, supposant que ce sera un royaume exclusivement céleste. -Plusieurs paraboles et discours obscurs de Jésus avaient le but de corriger, au temps fixé, ces fausses notions. Mais il émettait

 

A307

 

toujours l’idée d’un royaume, d’un gouvernement établi sur la terre et qui régnerait sur les hommes. Et non seulement il aviva en ses disciples l’espoir d’une participation dans ce royaume, mais il leur apprit aussi à prier pour son établissement:- " Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite SUR LA TERRE comme au ciel. " Aux juifs sages, aux yeux des hommes, Jésus apparut comme un imposteur et un fanatique ; ils considéraient les disciples tout bonnement comme des dupes. Ils purent tout aussi peu nier la sagesse, les miracles et la charité aimante de Jésus, que s’en rendre compte raisonnablement. Néanmoins, à leur point de vue d’incrédules, sa prétention d’être l’héritier du monde et d’établir le royaume promis devant gouverner le monde, l’idée que ses disciples, tous d’allures pauvres, seraient ses cohéritiers dans ce royaume, leur semblait trop absurde pour être prise en considération. Rome, avec ses guerriers disciplinés, ses habiles généraux et ses immenses richesses, était la maîtresse du monde, et sa puissance s’accroissait encore journellement. Mais qui était ce Nazaréen ? Et qui étaient ces pêcheurs sans argent et sans influence, et ayant si peu d’adhérents au milieu du peuple ? Qui étaient-ils, pour avoir l’audace de parler de l’établissement du royaume promis depuis longtemps, -du royaume qui devait être le plus grand et le plus puissant que le monde ait jamais connu ? Dans l’espoir d’exposer au grand jour les prétendues faiblesses des exigences de notre Seigneur, et de détourner de lui, par ce moyen, ses propres disciples, les pharisiens lui Demandèrent:ce royaume que tu prêches, quand commencera-t-il à faire son apparition ?- quand arriveront tes soldats ?- quand apparaîtra ce royaume de Dieu ?( Luc 17:20-30.) La réponse de Jésus aurait donné une nouvelle direction à leurs pensées s’ils n’avaient pas

 

A308

 

été prévenus contre lui et éblouis par leur soi-disant propre sagesse. Il leur répondit que le Royaume ne leur apparaîtrait jamais comme ils s’y attendaient, que le royaume qu’il prêchait et dans lequel il invitait ses disciples à la cohérédité, était un royaume invisible, et qu’ils ne devaient pas s’attendre à le voir. Il leur répondit ainsi: " Le Royaume de Dieu ne vient pas avec des marques extérieures [selon Seg. et Laus.] -de manière à se faire remarquer. On ne dira pas:il est ici ! ou:il est là ! car sachez-le:le Royaume de Dieu est au milieu de vous "( 1). (Stapfer.) En un mot, il démontra que, lorsque le royaume de Dieu viendrait, il serait partout présent avec puissance et, cependant, visible nulle part. Il leur donnait ainsi une idée du royaume spirituel qu’il prêchait ; mais ils n’étaient point préparés et n’y comprirent absolument rien. Il y avait, dans l’attente des Juifs, relativement au royaume promis, une part de vérité qui se réalisera en son temps comme nous le démontrerons ; mais le côté du royaume auquel le Seigneur fait allusion ici était celui du domaine spirituel, qui sera invisible. Et comme cette partie du royaume sera établie en premier lieu, sa présence sera invisible et ne sera pas remarquée pendant un certain temps. Le privilège d’hérédité dans ce domaine spirituel du Royaume de Dieu était la seule offre faite alors, elle est l’unique espérance de notre vocation céleste durant l’âge de l’Evangile, qui commençait alors. Par conséquent Jésus ne s’en rapportait qu’à ce domaine spirituel (Luc. 16:16). On le verra plus clairement dans la suite. C’était probablement à cause de ce sentiment public opposé à la doctrine de Jésus et représenté spécialement parmi les pharisiens, que Nicodème vint de nuit vers Jésus. Il était désireux de résoudre

 

——-

 

(1) Il est impossible que la pensée du Seigneur ait été celle-ci:que le royaume de Dieu était dans les coeurs des pharisiens, que Jésus lui-même traita d’hypocrites et de sépulcres blanchis pleins au-dedans d’ossements de morts et de toute sorte d’ordures. Mais lorsque ce royaume sera établi, il sera au milieu de tous et parmi tous, les gouvernant et les jugeant tous.

 

A309

 

le mystère, mais avait apparemment honte d’avouer publiquement que de semblables prédications eussent aucun pouvoir sur son esprit. La conversation entre le Seigneur Jésus et Nicodème (Jean 3), quoiqu’elle ne soit enregistrée qu’en partie, nous dévoile plus clairement la nature du Royaume de Dieu. Evidemment, les points principaux sont mentionnés de façon à ce que nous puissions facilement nous représenter toute la conversation. Nous nous croyons donc autorisés à la paraphraser comme Suit:nicodème. - " Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu ; car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. " Toutefois, quelques-unes de tes expressions me semblent très inconséquentes, et je suis venu pour te demander des explications. Par exemple, toi et tes disciples, vous allez ça et là prêcher que " le royaume des cieux est proche, " mais vous n’avez ni armée, ni fortune, ni influence ; cette prétention n’est donc pas vraie selon toute apparence ; et à cet égard il semble que tu trompes le peuple. Presque tous les pharisiens te prennent pour un imposteur, mais, moi, je suis sûr qu’il y a de la vérité dans tes enseignements, " car personne ne peut faire les miracles que tu fais, si Dieu n’est avec lui. " Le but de ma visite est de demander de quel genre, et d’où est ce royaume que vous annoncez ? quand et comment il sera établi ? Jésus. -A la demande que tu me fais de te donner une pleine compréhension du royaume des cieux, je ne puis satisfaire tout à fait maintenant ; non que je n’ai pas pleine connaissance de ce royaume, mais parce que dans ta condition actuelle tu ne pourrais le comprendre ou l’apprécier, aussi clairement que je te l’expliquerais. " A moins que quelqu’un ne soit engendré [gennaô] (1) d’en

 

——-

 

(1) Le mot grec gennaô (et ses dérivés) traduit quelquefois par engendré et quelquefois par né, contient en réalité les deux idées, et devrait être traduit par l’un ou l’autre de ces mots français, toujours d’après le sens du passage dans lequel il se trouve. Les deux idées " engendré " et " né " sont toujours dans le même gennaô ; de sorte que si l’une est mentionnée, l’autre y est impliquée, en ce que la naissance est la conséquence naturelle de la procréation, et la procréation l’antécédent de la naissance. Lorsque l’agent actif avec lequel gennaô est associé, est du sexe masculin, il devrait être traduit par engendré, s’il est féminin par né. Ainsi dans 1 Jean 2:29 ; 3:9 ; 4:7 ; 5:1, 18. gennaô devrait être traduit par engendré, parce que Dieu (masculin) est l’agent actif.

 

Quelquefois, cependant, la traduction dépend de la nature de l’action, peu importe qu’elle soit masculine ou féminine. Ainsi, si gennaô est pris en conjonction avec ek, qui signifie de ou hors, il devrait être traduit par né. Dans Jean 3:5, 6, gennaô devrait être (et est) traduit par né, comme c’est indiqué par le mot ek- " d’eau, "" de la chair, "" de l’Esprit ".

 

A310

 

haut (ou " depuis le commencement. "- Darby), il ne peut voir [grec, eidon (2), savoir ou connaître] le royaume de Dieu. " Mes disciples eux-mêmes ont jusqu’à présent des idées encore vagues sur la nature du royaume qu’ils proclament. Pour la même raison que je ne puis te le dire, je ne puis le dire à eux ; et pour la même raison aussi ils ne sauraient le comprendre. Car, Nicodème, une des particularités des procédés de Dieu est qu’il demande obéissance à la lumière que l’on possède déjà, avant d’en donner davantage, et, dans l’élection de ceux qui seront considérés dignes d’hériter le royaume, il exige qu’ils fassent profession de la foi et qu’ils en témoignent par leurs oeuvres. Il faut qu’ils aient la volonté de suivre Dieu pas à pas, même en ne voyant distinctement devant eux qu’un seul pas. Ils marchent par la foi et non par la vue. Nicodème. -Mais je ne te comprends pas. Qu’entends-tu par là ?" Comment un homme peut-il naître, quand il est vieux ? Peut-il rentrer dans le sein de sa mère, et naître ? Ou veux-tu dire que la repentance prêchée par " Jean-Baptiste " et signifiée par le baptême dans l’eau,

 

——-

 

(2) Le même mot grec est traduit par examiner dans Act. 15:6. " Alors les apôtres et les anciens s’assemblèrent pour examiner [connaître ou comprendre] cette affaire. " Le même mot est rendu par considère dans Rom. 11:22: " Considère [vois, comprends] donc la bonté et la sévérité de Dieu. " De même dans 1 Jean 3:1: " Voyez [contemplez, reconnaissez, comprenez] quel amour le Père nous a témoigné. "

 

A311

 

est dans un certain sens une naissance symbolique ? Je remarque que vous et vos disciples, vous prêchez et baptisez d’une même manière. Est-ce là la nouvelle naissance nécessaire pour ceux qui veulent voir le Royaume ou qui veulent y entrer ? Jésus. -Notre nation est une nation consacrée, une nation d’alliance. Tout Israël a été baptisé en Moïse dans la mer et dans la nuée, quand il quitta l’Egypte. Dieu accepta ce peuple en Moïse, le Médiateur de son alliance, au Sinaï ; mais les Juifs ont oublié leur alliance, plusieurs vivent ouvertement la vie de publicains et de pécheurs et plusieurs autres se croient justes par eux-mêmes et sont hypocrites ; la prédication de Jean et celle de mes disciples est donc de se repentir, -de retourner à Dieu et de reconnaître et confesser l’alliance qui a été faite. Le baptême de Jean symbolise cette repentance et cette réformation du coeur et de la vie, et non pas la nouvelle naissance. Mais sans cette nouvelle naissance, tu ne verras jamais le Royaume, tant s’en faut. Il faut donc, en plus de la réformation, symbolisée par le baptême de Jean, que tu sois engendré et né de l’esprit, sans cela tu ne peux voir mon Royaume. La repentance te ramène à la condition de justifié ; dans cette condition tu seras de suite capable de me reconnaître, moi, le Messie, l’antitype de Moïse ; et en te consacrant ainsi à moi, tu seras engendré du père à une nouvelle vie et à la nature divine, qui, développée et parvenue à la vie, sera le gage de ta naissance comme créature nouvelle, comme être spirituel, dans la première résurrection ; comme tel non seulement tu verras, mais tu partageras le Royaume. C’est en réalité un grand changement qui s’opère par cette nouvelle naissance de l’esprit, Nicodème ; car " ce qui est né de la chair est chair et ce qui est né de l’Esprit est esprit. " Ne t’étonne donc pas de me première parole,

 

A312

 

qu’il te faut être engendré d’en haut avant de pouvoir comprendre, connaître et apprécier les choses au sujet desquelles tu demandes des éclaircissements. " Ne t’étonne pas de ce que je t’ai Dit:il faut que vous naissiez de nouveau ". La différence entre ta condition présente, né de la chair, et la condition de ceux qui seront nés de l’esprit, qui entreront dans le royaume que je prêche ou le constitueront, est très grande. Permets que je te donne une explication grâce à laquelle tu pourras te faire une idée des êtres qui constitueront le Royaume, lorsqu’ils seront nés de l’Esprit:- " Le vent souffle où il veut, tu en entends le bruit ; mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l’Esprit. " Tu ne peux voir comment te vent peut souffler, tantôt ici, tantôt là, quoiqu’il exerce son influence tout autour de toi:tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. C’est le meilleur éclaircissement que je puisse te donner au sujet de ceux qui, dans la résurrection, seront nés de l’Esprit, de ceux qui " entreront , dans le royaume que je prêche maintenant ou qui le constitueront. Ils seront invisibles comme le vent, et les hommes qui ne seront pas nés de cette sorte ne sauront ni d’où viennent ni où vont ceux-là. Nicodème. -Comment cela se peut-il ? des êtres invisibles ? Jésus. -Tu es le docteur d’Israël et tu ne sais pas ces choses !- Tu ne sais pas que des êtres spirituels peuvent être présents et pourtant invisibles ? Toi, qui entreprends d’enseigner les autres, n’as-tu jamais rien lu d’Elisée et de son serviteur, ou de l’ânesse et de Balaam, et des exemples si nombreux dans les Ecritures qui démontrent ce principe que des êtres spirituels peuvent se trouver parmi les hommes et pourtant être invisibles ? Et tu es même de ces pharisiens qui prétendent croire aux anges comme à des êtres spirituels. Mais cela montre justement ce que je

 

A313

 

te disais en premier lieu:que si quelqu’un n’est engendré d’en haut, il ne peut voir [savoir, comprendre ou reconnaître comme raisonnable] le royaume de Dieu et tout ce qui s’y rattache. Si tu veux entrer dans ce royaume que j’annonce et en devenir mon cohéritier, il faut que tu suives la lumière pas à pas. Si tu le fais, tu recevras toujours plus de lumière, et cela d’autant plus vite que tu y seras mieux préparé. J’ai prêché ces vérités nécessaires et tu peux les comprendre, j’ai accompli des miracles et tu me reconnais comme un docteur venant de Dieu, mais tu n’ as pas agi conformément à ta foi et tu n’es point devenu mon disciple, en me suivant publiquement. Tu ne peux t’attendre à voir davantage, avant de te conduire conformément à tout ce que tu vois ; alors, Dieu te donnera un peu plus de lumière et des clartés pour faire un pas plus avant. " En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu ; et vous [pharisiens] vous ne recevez pas notre témoignage. Si vous ne croyez pas quand je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ?" Il ne me servirait de rien de te parler des choses célestes, tu ne serais quand même pas convaincu et ma prédication te semblerait d’autant plus insensée. Si ce que j’ai enseigné, ce qui était d’un caractère terrestre, ou expliqué par des choses terrestres que tu peux comprendre et que tu comprends, ne t’a pas assez convaincu pour que tu te reconnaisses publiquement mon disciple, tu ne serais pas plus convaincu si je te parlais des choses célestes, desquelles tu ne comprends rien ; car personne n’est jamais monté au ciel, c’est pourquoi personne ne pourrait confirmer mon témoignage. Moi, qui descendis du ciel, je suis le seul qui comprenne les choses célestes. Aussi " personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui

 

A314

 

qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme "( 1). Une connaissance des choses célestes ne peut venir qu’après la procréation de l’Esprit ; et les choses célestes mêmes, qu’après qu’on est né de l’Esprit, -qu’après être devenu un être spirituel. Telle fut la patience qu’il fallut au Seigneur pour déclarer la nature du royaume à ceux que les préjugés et l’éducation empêchèrent de voir autre chose que les vues confuses du domaine terrestre. Néanmoins la sélection d’une classe, propre à participer au royaume du Messie, progressa constamment, quoiqu’un petit nombre seul d’entre les Israélites fût élu, auxquels cette participation fut offerte exclusivement durant sept années. Comme Dieu le prévit, le privilège de participer au royaume du Messie, échappa aux Juifs en tant que peuple, parce qu’ils n’étaient point préparés et parce qu’ils ne saisirent pas l’occasion qui leur était offerte d’y entrer. Une élite seule fut choisie, et l’invitation parvint aux gentils de choisir aussi d’entre eux " un peuple qui portât son nom ". Et parmi ceux-ci il n’y a aussi qu’un fragment, un " petit troupeau ", qui sache apprécier le privilège et qui doive être jugé digne de devenir le cohéritier de Christ dans son royaume et dans sa gloire. Ce fut une erreur déplorable que celle d’introduire dans l’Eglise la fausse interprétation suivant laquelle le royaume promis n’est simplement que l’Eglise nominale dans sa condition présente, et son oeuvre uniquement une oeuvre de grâce dans les coeurs des croyants ; et cette erreur a été poussée à un tel degré que l’alliance profane actuelle et le règne de l’Eglise de nom unie avec le monde semblent, à plusieurs, être la domination du Royaume de Dieu sur la terre. Il est vrai que, dans un certain sens, l’Eglise est

 

——-

 

(1) Les mots: " qui est dans le ciel "( v. 13) ne se trouvent point dans les manuscrits grecs les plus anciens et les plus dignes de confiance:-voyez la remarque de la trad. de Stapfer.

 

A315

 

maintenant le royaume de Dieu, en même temps qu’une oeuvre prospère dans les coeurs des croyants ; mais considérer cela comme une réalisation de tout ce qui est dit de ce royaume et nier l’établissement futur d’un véritable Royaume de Dieu sous toute l’étendue des cieux, dans lequel la volonté de Dieu se fera comme au ciel, équivaudrait à rendre insignifiantes et nulles les promesses les plus fortes et les plus claires, qui ont été enregistrées par le Seigneur, par les apôtres et par les prophètes, pour nous encourager et pour nous aider dans notre lutte à vaincre le monde. L’Eglise est souvent appelée le royaume dans les paraboles du Seigneur ; et l’apôtre en parle comme du royaume sur lequel Christ règne maintenant, lorsqu’il dit que Dieu nous a délivrés du royaume des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour. Nous, qui avons accepté Christ, nous reconnaissons maintenant son droit d’empire acquis par lui et nous lui rendons une obéissance reconnaissante et volontaire avant qu’il l’établisse de force dans le monde. Nous apercevons la différence entre les lois de justice qu’il mettra en vigueur, et le royaume des ténèbres entretenu par l’usurpateur, le prince de ce monde. La foi dans les promesses de Dieu change notre sujétion, nous nous reconnaissons sujets du nouveau prince, et par sa grâce cohéritiers avec lui dans ce royaume qui sera établi en puissance et en grande gloire. Mais ce fait n’annule en aucune façon les promesses que finalement le royaume de Christ " dominera d’ une mer à l’ autre, et du fleuve aux extrémités de la terre "( Ps.72:8) ; que toutes les nations le serviront et lui obéiront ; et que devant lui tout genou fléchira dans les cieux, sur la terre et sous la terre (Dan. 7:27. Phil. 2:10). Au contraire, l’élection actuelle du " petit troupeau " confirme plutôt ces promesses.

 

A316

 

Si l’on examine soigneusement les paraboles de notre Seigneur, on verra qu’elles enseignent clairement que la venue ou le règne en puissance du royaume de Dieu est encore futur, et, chose naturelle, que cet établissement ne peut avoir lieu avant que le Roi vienne. Ainsi la parabole de l’homme de haute naissance qui s’en alla dans un pays éloigné pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite, etc. (Luc 19:11-15), transfère l’établissement du royaume au retour du Seigneur. Et voici le message que Jésus envoya à l’Eglise longtemps après: " Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie "( Apoc. 2:10). Il s’ensuit que les rois qui régneront avec Christ, ne seront pas couronnés et ne régneront pas dans cette vie. L’Eglise d’à présent n’est donc pas le Royaume de Dieu établi en puissance et en grande gloire, mais elle est le Royaume dans sa condition naissante ou embryonnaire. Et c’est ainsi, en effet, que l’enseignent toutes les expressions du Nouveau Testament qui y ont rapport. Le royaume des cieux est maintenant forcé par les violents du monde ; le Roi fut maltraité et crucifié ; et celui qui veut suivre ses traces souffrira persécution et violence d’une façon ou d’une autre. Cela ne s’applique, ainsi qu’on le verra, qu’à la vraie Eglise et non à la multitude qui y appartient de nom. Mais la promesse nous est ainsi faite que si nous (l’Eglise, le Royaume de Dieu à l’état d’embryon), nous souffrons maintenant avec Christ, nous régnerons et serons aussi glorifiés avec lui, au moment voulu, quand il possédera son grand pouvoir et régnera. Jacques (2:5) nous raconte, d’accord avec l’enseignement de notre Seigneur, que Dieu a choisi les pauvres et les méprisés aux yeux de ce monde, non pour régner maintenant, mais comme " héritiers du royaume qu’il a promis "." Combien difficilement, dit le Seigneur, ceux qui

 

A317

 

ont des richesses entreront-ils dans le royaume de Dieu !"( Marc 10:23). Il est évident qu’il n’entendait pas par là l’église nominale, qui règne maintenant avec le monde ; car on fait son possible pour faire entrer les riches dans les églises. Pierre exhorte les héritiers du royaume à la patience, à la persévérance, à la vertu et à la foi, lorsqu’il dit: " C’est pourquoi, mes frères, étudiez-vous plutôt à affermir votre vocation et votre élection ; car en faisant cela vous ne broncherez jamais. Car par ce moyen l’entrée dans le royaume éternel de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ vous sera abondamment donnée. "- 2 Pierre 1:10, 11. Plusieurs croient que Paul fait allusion à un royaume au sens figuré, dans Rom. 14:17 ; mais si cette expression est examinée à la lumière du contexte, il est évident que ce passage ne signifie que Ceci:nous, frères, qui sommes maintenant transportés dans le Royaume du Fils de son amour, nous jouissons de certaines libertés quant à notre nourriture, etc., desquelles nous ne jouissions pas comme juifs sous la loi (v. 14) ; mais si par cette liberté, quelques frères, qui ne peuvent pas encore voir comme nous, se scandalisent et trompent leur conscience, n’en faisons plutôt pas usage. Ne causons pas, par notre liberté d’user d’un aliment, la perte de notre frère pour lequel Christ mourut, mais rappelons-nous que maintenant comme dans l’avenir, les privilèges du royaume consistent en de bien plus grandes bénédictions que dans celle des aliments, notamment dans la liberté de faire le bien, dans notre paix avec Dieu par Christ et dans la joie que nous éprouvons en participant à l’esprit saint de Dieu. Ces libertés du royaume sont si grandes que la liberté, subordonnée au sujet des aliments, peut bien être sacrifiée maintenant pour le bien de notre frère. Ainsi, n’importe à quel point de vue des Ecritures que

 

A318

 

nous envisagions la chose, l’idée que le royaume promis serait une déception mystique, ou que notre condition actuelle l’accomplirait, est contredite partout. La promesse de devenir, avec le Maître, héritier et participant de la dignité royale, fut dans l’Eglise primitive un puissant encouragement à la fidélité et à la persévérance au temps des épreuves et des persécutions temporelles. Les chrétiens furent avertis qu’ils devaient s’attendre à celles-ci ; et parmi les paroles de soulagement et d’encouragement de l’Apocalypse données aux sept Eglises, aucune promesse n’éclate plus claire et plus forte que celle-ci: " A celui qui vaincra, je donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône, comme j’ai vaincu moi-même et me suis assis avec mon Père sur son trône ;" et, " à celui qui vaincra, ... je lui donnerai autorité sur les nations. " Ce sont des promesses dont on dénaturerait le sens, si, à tort, on les rapportait à une oeuvre de grâce actuelle dans les coeurs, ou même à un règne sur les nations dans la vie présente ; puisque ceux qui veulent être vainqueurs et veulent acquérir, de cette manière, les honneurs du royaume, n’y arrivent que par le trépas souffert au service de Dieu. -Apoc. 20:6. Mais la nature humaine, toujours prompte à saisir la puissance et l’honneur, cherche à éviter les souffrances ; c’est pourquoi nous trouvons que, déjà au temps des apôtres, quelques-uns furent disposés à approprier à la vie présente les promesses d’honneur et de puissance à venir et commencèrent à agir comme s’ils s’étaient figuré que le temps était déjà venu pour le monde d’honorer l’Eglise et même de lui obéir. C’est pour prévenir, si possible, cette erreur que l’apôtre Paul écrivit, sachant bien que des idées pareilles auraient des suites fâcheuses pour l’Eglise, qu’elles fomenteraient l’orgueil et entraîneraient ses membres à renoncer au sacrifice. Il leur dit, comme par ironie: " Déjà

 

A319

 

vous êtes rassasiés, déjà vous êtes riches, sans nous vous régnez. " et puis il ajoute d’un ton grave: " Puissiez-vous régner en effet, afin que nous [les apôtres persécutés] aussi nous régnions avec vous !"( 1 Cor. 4 ; 8). Ils jouirent de leur christianisme en essayant d’en sortir avec autant d’honneur que possible ; et l’apôtre savait fort bien que s’ils avaient été des disciples fidèles au Seigneur, ils ne se seraient pas trouvés dans une condition pareille. Voilà pourquoi il leur rappela que si le règne désiré depuis longtemps avait vraiment commencé, lui aussi ne régnerait pas moins qu’eux, et le fait qu’il avait encore à souffrir à cause de sa fidélité pour la vérité, prouvait assez que leur règne était prématuré et qu’il était plutôt un piège qu’une gloire. Puis il ajoute avec une teinte d’ironie: " Nous [les apôtres et tous les serviteurs fidèles] nous sommes fous à cause de Christ ; mais vous, vous êtes sages en Christ ; nous sommes faibles, mais vous êtes forts. Vous êtes honorés, et nous sommes méprisés !... Ce n’est pas pour vous faire honte que j’écris ces choses ;" j’ai un but meilleur et plus noble, -celui de vous avertir ; car le sentier de l’honneur actuel ne conduit pas à la gloire et à l’honneur qui seront révélés ; mais ce sont les souffrances et l’abnégation qui conduisent à la gloire, à l’honneur et à l’immortalité, à participer au royaume. " Je vous en conjure donc, soyez mes imitateurs. " Souffrez maintenant et endurez la persécution et l’outrage, pour que vous puissiez participer avec moi à la couronne de vie, que " le Seigneur, le juste juge, me donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. "- 1 Cor. 4:10-17 ; 2 Tim. 4:8. Mais après que l’Eglise primitive eut enduré fidèlement une bonne part de persécution, ces théories commencèrent à se répandre parmi elle comme si sa mission était de conquérir le monde, d’établir le royaume des cieux sur

 

A320

 

la terre et de régner sur les nations avant le second avènement du Seigneur. Cela fut dans l’Eglise le fondement de l’intrigue mondaine, de la pompe et de l’orgueil, de l’étalage fastueux et des vaines cérémonies, le tout calculé pour intimider et pour captiver le monde, ainsi que pour lui imposer le respect ; et, pas à pas, cela conduisit aux grandes prétentions de la papauté qui s’imagina que, comme royaume de Dieu sur la terre, elle avait le droit d’exiger de chaque tribu, nation et peuple, le respect et l’obéissance envers ses lois et ses fonctionnaires. Par cette prétention sans fondement (et apparemment elle se séduisit elle-même aussi bien que les autres), la papauté a pendant longtemps couronné et dépossédé les rois de l’Europe, et elle s’en arroge encore l’autorité, quoique n’étant plus capable de la faire respecter. Cette même idée de la papauté est descendue jusqu’au protestantisme, qui pour être plus modéré, n’en prétend pas moins que de façon ou d’autre le règne de l’Eglise va croissant ; et semblables aux Corinthiens, ses adhérents sont " rassasiés ", et " riches, " et règnent en " rois, " comme cela est décrit d’une manière pittoresque par notre Seigneur (Apoc. 3:17-18). Il s’ensuit que les membres de l’Eglise qui ne le sont que de nom, -ceux qui ne sont pas vraiment convertis, qui ne sont pas du vrai blé, mais plutôt de l’ivraie, des imitations du blé, -surpassent de beaucoup les vrais disciples de Christ. Ces chrétiens de nom ne veulent pas entendre parler du sacrifice actuel et de l’oubli de soi-même, ni de la persécution pour la justice (vérité) ; tout au plus tiennent-ils à une forme de jeûne, etc. Ils règnent en réalité avec le monde et ne s’acheminent point à la participation du vrai royaume qui doit être établi par notre Seigneur lors de sa seconde présence. Tout observateur attentif doit être frappé de leur absurdité manifeste en comparant ces vues avec les enseignements

 

A321

 

de Jésus et des apôtres. Ils enseignèrent qu’il ne peut être question d’un royaume avant la venue du Roi.(apoc. 20:6 ; 3:21 ; 2 Tim. 2:12.) Conséquemment le royaume des cieux doit souffrir la violence jusqu’au temps où il sera établi en puissance et en gloire.

 

Deux domaines du Royaume de Dieu.

 

S’il est vrai, comme notre Seigneur l’a déclaré, que le Royaume de Dieu ne viendra point-ne se manifestera pas dès le début-avec éclat, il n’ en est pas moins certain qu’il sera rendu manifeste à tous, en son temps, par des signes extérieurs, clairs et visibles. Lorsque le Royaume de Dieu sera établi, il se composera de deux domaines ou départements, du domaine spirituel ou céleste et du domaine humain ou terrestre. Le département spirituel restera toujours invisible à l’homme, car ceux qui le composent appartiennent à la nature spirituelle, divine, que nul homme n’a vue et ne peut voir (1 Tim. 6:16 ; Jean 1:18) ; mais sa présence et son pouvoir seront manifestés puissamment, et principalement par ses représentants humains, qui constitueront le département terrestre du Royaume de Dieu. Ceux qui constitueront la partie spirituelle du Royaume sont les saints, les vainqueurs de l’âge de l’Evangile, -le Christ (chef et corps) glorifié. Leur résurrection et leur exaltation à la puissance précèdent celles de tous les autres, parce que c’est au moyen de cette classe que tous les autres seront bénis (Hébr. 11:39, 40). C’est la première résurrection (Apoc. 20:5) (1). L’oeuvre grandiose que cette

 

——-

 

(1) Les mots: " Mais le reste des morts ne ressuscita point jusqu’à ce que les mille ans soient accomplis, " dans ce verset, sont apocryphes. Ils ne se trouvent point dans les manuscrits grecs les plus anciens et les plus dignes de confiance, du Sinaï et du Vatican, No 1160, ni dans le manuscrit syriaque:la traduction Stapfer, en les mettant entre parenthèses, les signale comme douteux. Il faut se rappeler que plusieurs passages qui se trouvent dans les copies modernes y ont été ajoutés et n’appartiennent pas proprement à la Bible. Puisqu’il nous est recommandé de ne rien ajouter à la parole de Dieu, il est de notre devoir de répudier de telles additions aussitôt que leur caractère apocryphe est établi. Les mots indiqués s’y sont glissés probablement par accident au cinquième siècle ; car aucun manuscrit d’une date plus ancienne (grec ou syriaque) ne contient cette clause. Ce n’était probablement en premier lieu qu’une note marginale faite par un lecteur, qui voulait exposer ses pensées sur le texte, et elle fut plus tard incorporée dans le texte propre par un transcripteur quelconque qui oublia de distinguer le texte et la note marginale. La répudiation ou le rejet de ce membre de phrase n’est pas, toutefois, essentiel pour le " plan " exposé dans ce livre-ci ; car vraiment " le reste des morts, "- le monde en général-ne ressuscitera ou plutôt [d’après les traductions anglaises et allemandes] ne revivra point dans le plein sens, dans le sens parfait où Adam vécut avant de pécher et de venir sous la sentence de " mourant tu mourras ". La vie parfaite, libre d’infirmités et de condition de mort, est le seul sens que Dieu donne au mot vie. A son point de vue tout le monde a déjà perdu la vie et est mourrant, et peut être décrit maintenant plus proprement comme mort que comme vivant. -2 Cor. 5:14 ; Matth. 8:22. Le mot résurrection (grec, anastasis) signifie rétablissement ou relèvement (trad. de Laus.). Par rapport à l’homme il signifie, relever l’homme à cet état duquel il tomba, à la pleine perfection humaine-aux choses perdues par Adam. La perfection de laquelle notre race déchut, est la perfection à laquelle elle s’élèvera graduellement durant l’âge millénaire de restitution ou de résurrection (l’âge de relèvement et de rétablissement). L’âge du Millénium n’est pas seulement l’âge d’épreuves, mais aussi l’âge de bénédiction, et par une résurrection ou restauration à la vie, tout ce qui était perdu doit être restitué à tous ceux qui obéiront de bon coeur, lorsqu’ils auront la connaissance et l’occasion. La résurrection sera un développement graduel et exigera l’âge entier pour son plein accomplissement ; bien que le réveil, en lui-même à un certain degré de vie et de conscience, comme nous en jouissons maintenant, ne soit naturellement qu’une oeuvre momentanée. En conséquence, ce sera seulement avec l’expiration des mille ans que la race aura pleinement atteint la mesure complète de vie perdue en Adam. Et puisque tout ce qui ne répond pas à la vie parfaite est une condition de mort partielle, il s’ensuit que, quoi que les mots susdits ne fassent pas partie de la Parole inspirée, il serait strictement vrai de dire que " le reste des morts ne revient point à la vie [ne regagne point la plénitude de vie perdue] jusqu’à ce que les mille ans [de rétablissement et de bénédiction] fussent accomplis "( trad. Oltramare).

 

A322

 

troupe ointe et glorifiée a devant soi nécessite son exaltation à la nature divine, qui seule est capable de l’accomplir. C’est une oeuvre qui ne regarde pas seulement ce monde-ci, mais toutes les choses au ciel et sur la terre, s’exécutant tant parmi les êtres spirituels que parmi les êtres humains. -Matth. 28:18 ; 1 Cor. 6:3 ; Eph. 1:10 ; Phil. 2:10 ; Col. 1:20. L’oeuvre du domaine terrestre du Royaume de Dieu se limitera à ce monde-ci et à l’humanité. Et ceux qui seront si hautement honorés au point d’y avoir une part seront les plus exaltés et les plus honorés de Dieu parmi les hommes. C’est la classe dont il est question au chapitre VIII (page 156), et dont le jour de jugement précéda l’âge de l’Evangile. Comme ceux qui en font partie ont été éprouvés et trouvés fidèles, ils ne sortiront pas pour venir de nouveau en jugement lors du réveil, mais ils recevront sur le champ le salaire de leur fidélité, -une résurrection

 

A323

 

instantanée à la perfection comme hommes. (Tous les autres, sauf ceux-ci et la classe spirituelle, ressusciteront ou seront élevés d’une manière graduelle à la perfection durant l’âge millénaire.) Ainsi cette classe sera prête tout de suite pour le grand oeuvre du rétablissement et de la bénédiction du reste de l’humanité, comme agents humains du Christ. De même que la nature spirituelle est nécessaire à l’accomplissement de l’oeuvre de Christ, ainsi la nature humaine parfaite est nécessaire à l’accomplissement futur de l’oeuvre qui doit se faire parmi les hommes. Ils fonctionneront parmi les hommes et seront vus par eux, et la gloire de leur perfection sera en même temps un exemple constant et un encouragement pour les autres gens afin de tâcher de parvenir à la même perfection. Ces anciens dignitaires seront dans la sphère humaine du royaume et seront vus du genre humain, cela est pleinement attesté par les paroles de Jésus aux Juifs incrédules qui étaient en

 

A324

 

train de le rejeter. Il leur dit: " Vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu. " Que l’on remarque aussi que le Maître ne fait point mention de lui et des apôtres comme étant visibles avec Abraham. Le genre humain verra le domaine terrestre du royaume et se mêlera avec ceux qui le composeront, cela se comprend de soi-même, mais ce n’est point le cas de la sphère spirituelle ; et ceux qui rejetèrent un si grand honneur seront sans doute douloureusement affectés quand ils apprendront ce qu’ils ont perdu. Aucun enseignement explicite ne nous est donné sur la manière exacte dont ces deux départements du royaume des cieux se comporteront ensemble ; mais nous avons une illustration de la manière dont ils peuvent coopérer dans la conduite de Dieu envers Israël au moyen de leurs représentants, Moïse, Aaron, Josué, les prophètes, etc., -sauf que les manifestations à venir excéderont de beaucoup celles de cet âge typique ; car l’oeuvre de l’âge à venir comprend la résurrection de tous les morts et le rétablissement de l’obéissant à la perfection. Cette oeuvre exige l’établissement d’ un gouvernement parfait parmi le genre humain, et cela à son tour réclame des hommes parfaits au pouvoir de l’empire, pour qu’ils puissent diriger comme il le faut les affaires d’état. Elle nécessite des voles et des moyens propres à l’éducation de l’homme, ainsi que toutes sortes de mesures philanthropiques. Et ce noble oeuvre d’élever la race à pas sûrs et réguliers (sous la direction des membres spirituels invisibles du même royaume), est le grand honneur auquel les anciens dignitaires sont désignés et pour lequel ils sortiront tout préparés des sépulcres, immédiatement après le naufrage définitif des royaumes de ce monde, après que Satan, leur prince, aura été enchaîné. Et en qualité de représentants

 

A325

 

divinement honorés du royaume céleste, ils recevront de bonne heure des preuves de respect et de coopération de la part de tous les hommes. Obtenir une place dans le domaine terrestre du royaume de Dieu, c’est satisfaire et répondre à chaque désir et à chaque ambition du coeur humain parfait. Ce sera une heureuse et glorieuse part au moment d’y entrer, et la gloire ira encore s’accentuant au fur et à mesure que le temps s’avancera et que l’oeuvre progressera. Et lorsque, à la fin d’un millénaire, l’oeuvre grandiose du rétablissement sera accompli par le Christ (en grande partie par l’intermédiaire de ces nobles coopérateurs humains) ; quand la race humaine entière (à l’exception des incorrigibles, Matth. 25:46 ; Apoc. 20:9) sera approuvée devant Dieu sans tache ni ride, ni rien de semblable, ceux qui auront été les instruments dans l’oeuvre brilleront parmi leurs semblables et devant Dieu, devant le Christ et devant les anges, comme " des étoiles à toujours et à perpétuité "( Dan. 12:3). Les oeuvres et le travail de leur charité ne seront jamais oubliés de leurs semblables reconnaissants. On s’en souviendra éternellement- " la mémoire du juste sera perpétuelle. "- Ps. 112:6. Mais si grande que soit la gloire croissante de ces hommes parfaits qui constitueront la sphère terrestre du royaume, la gloire de. la sphère céleste la surpassera de beaucoup. Tandis que ceux-là brilleront comme les étoiles, ceux-ci " brilleront comme la splendeur de l’étendue, "" comme le soleil "( Dan. 12:3 ; Matth. 13:43). Les honneurs des cieux ainsi que ceux de la terre seront déposés aux pieds du Christ. L’homme ne peut qu’imparfaitement se faire une idée de la gloire qui sera révélée dans le Christ à travers les âges innombrables de l’éternité, il ne peut la concevoir clairement. -Rom.8:18; Eph. 2:7-12. C’est au moyen de ces deux domaines du royaume que

 

A326

 

la promesse faite à Abraham doit se confirmer .-" toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta semence "," je ferai devenir ta semence comme le sable de la mer et comme les étoiles du ciel ",- une semence terrestre et une semence céleste, toutes deux l’instrument de Dieu lors de la bénédiction du monde. Les deux parties des promesses furent clairement prévues et projetées par Dieu dès le commencement, mais le domaine terrestre seul fut vu par Abraham. Dans l’accomplissement Dieu fit plus qu’Abraham n’attendait. Il choisit les principaux membres de la classe spirituelle (les apôtres et d’autres) hors de la semence légitime d’Abraham ; il offrit la principale bénédiction, la bénédiction spirituelle, à tous ceux de cette nation qui vécurent au propre temps de cet appel céleste, ce fut bien plus qu’Abraham ne vit dans l’alliance, -ce fut grâce sur grâce. Paul parle (dans Rom. 11:17) de l’Alliance abrahamique comme d’une racine d’où Israël selon la chair sortit d’une manière naturelle, mais sur laquelle les croyants des gentils furent entés lorsque les branches naturelles furent retranchées à cause de leur incrédulité. Cela montre le double accomplissement de la promesse dans le développement des deux semences, -de la semence terrestre (humaine) et de la semence céleste (spirituelle), -qui constitueront les deux domaines du royaume. Cette racine de l’alliance porte ces deux sortes de branches distinctes, dont chacune portera son propre genre de fruit, distinct et parfait, -la classe humaine et la classe spirituelle en possession de la puissance royale. Quant au temps de leur développement, le département naturel (terrestre) est le premier, puis vient celui des gouverneurs célestes ; mais en ce qui concerne la grandeur de la position et le temps de l’installation, le département spirituel sera le premier et ensuite viendra le département naturel ; et ainsi " il se trouvera des derniers

 

A327

 

qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. "- Luc 13:30 ; 16:16 ; Matth. 19:30. La promesse faite à Abraham, de laquelle Etienne fait mention (Act. 7:5), et dans l’espérance de laquelle Israël se reposait, était une promesse terrestre:elle se rapportait au pays. Dieu " promit de lui en donner la possession " dit Etienne. L’Eternel dit à Abraham: " Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident ; car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours. Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée. Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur ; car je te le donnerai "( Gen. 13:14-17). Etienne montre qu’il faut que cette promesse s’accomplisse encore ; car il déclare que Dieu ne donna à Abraham " aucune propriété en ce pays, pas même de quoi poser le pied. " L’apôtre, qui traite de cette même classe d’anciens dignitaires, entre autres d’Abraham, s’accorde avec Etienne à dire que la promesse faite à Abraham n’est pas encore accomplie ; il va même plus loin et démontre que ces promesses terrestres ne sauraient s’accomplir avant que les promesses encore plus élevées à l’égard du Christ (tête et corps) soient accomplies. Il dit d’eux et de leurs promesses: " Tous ceux-là, à la foi desquels il a été rendu témoignage, n’ont pas obtenu [l’accomplissement de] ce qui leur était promis. Dieu ayant en vue [ou pourvu] quelque chose de meilleur pour nous [le Christ], afin qu’ils ne parvinssent pas sans nous à la perfection "( Hébr. 11:39, 40). En cela, il est de nouveau démontré que le Rédempteur et le Restaurateur est d’ordre spirituel, qu’il a sacrifié la nature humaine comme une rançon pour tous, et que de cette classe spirituelle souverainement élevée toutes bénédictions doivent émaner, quelque soit d’ailleurs celui qui recevra

 

A328

 

l’honneur d’être employé comme instrument ou agent. Nous voyons donc que la section terrestre du royaume sera israélite ; et, autour de ce fait, se groupent ces nombreuses prophéties qui se rapportent à la prééminence de cette nation dans le plan de Dieu pour la bénédiction future du monde, quand son tabernacle tombé en ruines sera relevé et que Jérusalem sera rendue glorieuse et un sujet de louanges sur toute la terre. Nous trouvons ces déclarations autant chez les prophètes que chez les apôtres ; elles indiquent clairement qu’aux temps du rétablissement, Israël, comme nation, sera la première d’entre toutes les nations qui se mettra en harmonie avec le nouvel ordre de choses ; que la Jérusalem terrestre sera rebâtie sur son lieu élevé ; et que sa constitution communale sera rétablie comme autrefois sous des princes ou juges (Esaïe 1:26 ; Jér. 30:18 ; Ps. 45:17). En effet, pourrait-on attendre quelque chose de plus raisonnable que de voir cette nation se réjouir, la première entre toutes, de reconnaître les prophètes et les patriarches ? que de voir sa connaissance de la loi et sa longue discipline sous elle, la rendre propre à la docilité et à l’obéissance envers l’autorité du royaume futur ? Israël sera donc la première nation qui sera reconnue et bénie et il est encore écrit en sa faveur:- " l’Eternel sauvera premièrement les tentes de Juda. "- Zach. 12:7. Nous estimons peu important d’entrer en discussion sur ce que sont devenues les " tribus perdues " d’Israël, c’est à dire de savoir où l’on pourrait les trouver ? Est-il vrai ou ne l’est-il pas que l’on puisse, ainsi que plusieurs le prétendent, suivre leurs traces et trouver leurs descendants parmi certains peuples civilisés de nos jours ? Bien que certaines des preuves avancées ne soient pas dénuées de fondement, elles ne sont pourtant, somme toute, que des hypothèses et des conjectures. Mais encore dût-on réussir à démontrer clairement que quelques-unes des nations

 

A329

 

civilisées descendent des " tribus perdues ", cela ne prouverait aucun avantage pour elles quant à " l’appel céleste "; car, depuis leur rejet national, il n’est pas fait de distinction entre juif et grec, esclave et libre. Si jamais cette preuve était fournie (ce qui n’a pas eu lieu jusqu’ici), elle serait en parfait accord avec les prophéties et les promesses ayant rapport à cette nation, qui attend toujours leur accomplissement concernant le domaine terrestre du royaume. L’affection naturelle, ainsi qu’un reste de confiance encore survivante dans les promesses non accomplies d’il y a si longtemps, et tous ses préjugés naturels, pousseront Israël à l’acceptation générale et prompte des nouveaux gouverneurs ; pendant que sa coutume d’une certaine obéissance à la loi, fera de même que ce peuple entrera promptement dans la réalisation des principes du nouveau gouvernement. Comme Jérusalem était le siège de l’empire sous le Royaume typique de Dieu, elle occupera à nouveau la même position et sera " la ville du Grand Roi "( Ps. 48:2 ; Matth. 5:35). Une ville est le symbole d’un royaume ou d’une autorité, et c’est ainsi que le Royaume de Dieu est symbolisé par la nouvelle Jérusalem-le nouveau gouvernement venant du ciel sur la terre. Tout d’abord elle ne sera composée que de la classe spirituelle, l’Epouse de Christ, laquelle, telle que Jean la vit, descendra graduellement sur la terre ; c’est à dire qu’elle entrera peu à peu en possession du pouvoir, au fur et à mesure que les empires actuels se briseront en pièces, durant le jour de l’Eternel. Au temps fixé, toutefois, le département terrestre de cette ville ou de ce gouvernement sera établi, ses parties ou ses membres seront les anciens dignitaires. Il n’y aura pas deux villes (gouvernements), mais une ville, un gouvernement céleste, le gouvernement unique qu’Abraham attendait,

 

A330

 

" une cité qui a de solides fondements ",- un gouvernement érigé en justice, fondé fermement sur le roc de la justice de Christ, le Rédempteur, sur la valeur de la rançon pour l’humanité qu’il donna et sur la fermeté de la justice divine, qui ne peut pas condamner les rachetés comme auparavant elle ne pouvait excuser les coupables. -Rom. 8:31-34 ; 1 Cor. 3:11. Glorieuse cité de la paix ! dont les murailles signifient salut, protection et bénédiction à tous ceux qui y entrent, dont le fondement bâti sur la justice ne peut jamais être ébranlé et dont l’architecte et le constructeur est Dieu ! C’est à la lumière qui resplendira de cette glorieuse cité (royaume) de Dieu que les nations marcheront sur le grand chemin de la sainteté, vers la perfection et la pleine harmonie avec Dieu. -Apoc. 21:24 (1). Quand l’humanité aura atteint la perfection, à la clôture de l’âge du Millénium, comme nous venons de le voir, elle sera admise comme membre dans le Royaume de Dieu et elle recevra l’entière domination de la terre, qui lui était assignée dès le commencement, -chaque homme sera un souverain, un roi. Cela ressort clairement de la prophétie symbolique de Jean (Apoc. 21:24-26) ; car, dans la vision, il ne vit pas seulement le peuple marcher à la lumière de la cité, mais il vit les rois y entrer en gloire ; cependant aucun de ceux dont la présence aurait pu la souiller, n’osa entrer. Personne ne peut faire partie de cette cité s’il n’a pas été tout à fait éprouvé d’abord, ni aucun de ceux qui commettraient ou aimeraient commettre l’abomination et l’injustice ; il n’entrera que ceux que l’Agneau inscrira comme dignes de la vie éternelle et ceux auxquels il dira: " Venez vous qui êtes bénis de mon Père, possédez en héritage le royaume qui vous est préparé. "

 

——-

 

(1) Les mots dans ce verset " qui auront été sauvés ", et le mot " honneur " v. 26, -manquent dans les manuscrits les plus anciens et les plus authentiques ; ils sont également omis par Segond et dans toutes les nouvelles traductions.

 

A331

 

On ne devrait donc point perdre de vue que si la ville de Jérusalem doit être sans aucun doute rebâtie dans le sens littéral, et qu’elle doit devenir, probablement, la capitale du monde, plusieurs prophéties qui mentionnent Jérusalem et sa gloire future, s’en servent comme d’un symbole, pour décrire le Royaume de Dieu qui doit être établi en grande magnificence. Concernant la gloire future du domaine terrestre du royaume, représentée par le symbole de Jérusalem, les prophètes se servent, lorsqu’ils en parlent, d’expressions brûlantes, disant: " Eclatez ensemble en cris de joie ruines de Jérusalem ! Car l’Eternel console son peuple, il rachète Jérusalem. "" Car je vais créer Jérusalem pour l’allégresse, et son peuple pour la joie. "" Réjouissez-vous avec Jérusalem, faites d’elle le sujet de votre allégresse ;... afin que vous soyez nourris et rassasiés du lait de ses consolations, afin que vous savouriez avec bonheur la plénitude de sa gloire. Car ainsi parle l’Eternel:voici, je dirigerai vers elle la paix comme un fleuve, et la gloire des nations comme un torrent débordé. "" En ce temps-là, on appellera Jérusalem le trône de l’Eternel ; toutes les nations s’assembleront à Jérusalem... "" Des peuples s’y rendront en foule, et diront:venez et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion [du domaine spirituel] sortira la loi, et de Jérusalem [du domaine terrestre] la parole de l’Eternel. "- Esaïe 52:9 ; 65:18 ; 66:10-12 ; Jér. 3:17 ; Esaïe 2:3. Lorsque nous considérons les nombreuses et précieuses promesses de bénédictions futures, faites aux Israélites, et que nous en attendons un accomplissement à la lettre pour ce peuple, il ne faudrait pas oublier que, comme peuple, ils servirent aussi de types. A un certain point de vue

 

A332

 

ils furent les types de tout le genre humain ; et leur Alliance de la loi (laquelle impliquait la vie au pays de Canaan à la condition d’obéissance) fut le type de la nouvelle Alliance qui doit être établie avec le monde, durant l’age millénaire et les âges à venir. Le sang de propitiation sous leur Alliance typique et leur sacerdoce qui l’appliqua pour le plus grand intérêt de cette nation, étaient des types du sang de la nouvelle Alliance et de la prêtrise royale qui, durant le Millénium, appliquera ce sang pour la purification et la bénédiction de tout le monde. Ainsi leur prêtrise typifiait le Christ, et la nation typifiait tous ceux pour lesquels le sacrifice réel fut donné et auxquels les bénédictions réelles parviendront, -c’est à dire tous, tout le monde. Rappelons-nous donc que, s’il est vrai que les bénédictions futures semblables à celles du passé sont premièrement pour le Juif et ensuite pour le Grec, ce n’est que par rapport au temps que les Juifs auront la priorité dans les grâces divines ; et ce sera, comme nous l’avons démontré, la conséquence naturelle de leur éducation sous la loi, qui atteindra son but au temps prévu et les amènera à Christ. Quoique au premier avènement elle n’ait produit qu’une sélection [un résidu ou un reste] parmi eux, au second avènement elle les amènera comme peuple, et en cette qualité Israël deviendra les prémices d’entre les nations. Finalement chaque bénédiction promise à Israël, à l’exception de celles qui se rapportent aux classes élues, aura non seulement son accomplissement actuel pour ce peuple, mais aussi son accomplissement antitypique pour toutes les familles de la terre. Sous ce gouvernement-là, Dieu rendra à chacun selon ses oeuvres:- " Gloire, honneur et paix pour quiconque fait le bien, pour le Juif premièrement, puis pour le Grec ! Car devant Dieu il n’y a point d’acception de personnes. "- Rom. 2:6, 10, 11.

 

A333

 

L’apôtre Paul attire notre attention tout spécialement sur la certitude des promesses de Dieu faites aux Israélites pour l’avenir, et montre quelles grâces ils perdirent par leur incrédulité et quelles grâces leur sont encore réservées. Il dit que ce fut à cause de son orgueil, de la dureté de son coeur et de son incrédulité qu’Israël, comme peuple, n’a point obtenu ce qu’il cherchait, -la place principale dans la grâce et le service divins. Paul ne parle pas ici de toutes les générations d’Israël depuis Abraham, mais de la génération qui vécut à l’époque du premier avènement ; et ses paroles peuvent s’appliquer à toutes les générations qui vécurent durant l’âge de l’Evangile, âge dans lequel la grâce principale fut offerte, -l’appel céleste à la nature divine et à la cohérédité avec Jésus. Cette grâce, Israël perdit l’occasion de la reconnaître et de la saisir. Bien que dès lors Dieu visitât les Gentils et qu’il en appelât plusieurs au moyen de l’Evangile, la plupart d’entre eux aussi, comme Israël, négligent d’obtenir le prix céleste. Néanmoins, une classe, une élite, un petit troupeau d’entre tous les appelés, accepte l’appel, et, par l’obéissance et le sacrifice de soi-même, affermit sa vocation et son élection. Ainsi, ce qu’Israël dédaigna, et ce que l’église chrétienne de nom manque également d’obtenir, est donné à la classe élue ou choisie, au fidèle " corps du Christ ",- qui est élu ou choisi (selon la prescience de Dieu) par la sanctification de l’esprit et par la foi en la vérité. -2 Thess. 2:13 ; 1 Pierre 1:2 Quoique les Israélites aient perdu cette grâce spéciale par le rejet du Messie, cela ne prouve pas qu’ils étaient retranchés entièrement de la grâce ; ils avaient toujours le même privilège d’être entés en Christ et celui d’être participants des grâces spirituelles, comme le reste de l’humanité, si, durant le temps de l’appel, ils acceptaient ce dernier par la foi ; car, ainsi que le dit Paul, Dieu peut les enter

 

A334

 

à nouveau tout aussi bien qu’il put enter les branches sauvages, et il en a la volonté, s’ils ne persistent pas dans leur incrédulité. -Rom. 11:23-24. Paul démontre spécialement que, quoique Israël perdît la bénédiction principale, " ce qu’il cherchait ", la première place dans le royaume de Dieu, de grandes promesses doivent cependant encore être accomplies envers ce peuple, et qu’il faut qu’elles s’accomplissent. Dieu connaissait la fin dès le commencement ; il savait qu’Israël rejetterait le Messie, et des promesses non équivoques qu’il lui fit, nous pouvons conclure, étant donnée sa prescience, qu’il se servira encore des Juifs comme de missionnaires pour bénir le monde, -quoique ce peuple n’ait " point obtenu ce qu’il cherchait ", la grâce principale. Ensuite Paul continue à faire voir que l’alliance des promesses de Dieu aux Israélites, fut de telle nature qu’elle resta ouverte et indéfinie, à la condition que, comme peuple, ils formeraient la semence céleste ou la semence terrestre, qu’ils hériteraient et accompliraient le service plus ou moins élevé mentionné dans les promesses. Dieu tint secrète la grâce supérieure spirituelle, jusqu’ au temps convenable, et les promesses qui leur furent faites ne mentionnaient que la grâce terrestre, mais il les favorisa tout de même des grâces spirituelles, et leur offrit ainsi bien plus qu’il ne leur avait jamais promis. Bref, les promesses célestes étaient cachées dans les promesses terrestres. Paul dit que ces promesses ne .peuvent faillir et que l’offre des faveurs secrètes d’abord, et leur rejet de la part d’Israël dans son aveuglement, n’invalide ou n’annule en aucun sens l’autre partie de la promesse. Voilà pourquoi il déclare que bien qu’Israël comme nation soit retranchée de la grâce durant le temps où l’Epouse de Christ fut élue du milieu des Juifs et des Gentils, le temps viendra néanmoins, où, lorsque le Libérateur (le Christ, chef et corps) sera au complet, la grâce divine retournera

 

A335

 

à Israël selon la chair, et où le glorieux Libérateur détournera les impiétés de Jacob (1) ; et ainsi tout Israël sera sauvé [ramené à la grâce], comme il est écrit par le prophète. Les paroles de l’apôtre sont: " Je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère-ci, afin que vous ne soyez pas sages à vos propres yeux:c’est qu’un endurcissement [aveuglement] partiel est arrivé à Israël jusqu’à ce que la plénitude des nations soit entrée [jusqu’à ce que le nombre entier choisi parmi les Gentils soit au complet] ; et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu’il est écrit: " Le libérateur [le Christ tête et corps] viendra de Sion ; il détournera de Jacob les impiétés. Et c’est là l’alliance de ma part pour eux, lorsque j’ôterai leurs péchés. " En ce qui concerne l’Evangile [la Bonne Nouvelle], ils sont ennemis à cause de vous ; mais en ce qui concerne l’élection, ils sont bien-aimés à cause des frères. Car les dons de grâce et l’appel de Dieu sont sans repentir. Car comme vous [gentils] aussi vous avez été, autrefois, désobéissants à Dieu et que, maintenant, vous êtes devenus des objets de miséricorde par la désobéissance de ceux-ci, de même ceux-ci ainsi ont été maintenant désobéissants à votre miséricorde, afin qu’eux aussi deviennent des objets de miséricorde. Car Dieu les a tous renfermés (juifs et nations), dans la désobéissance, afin de faire miséricorde à tous [Comp. Rom. 5:17-19]. O profondeur des richesses et de la sagesse et de la connaissance de Dieu !"- Rom. 11:25-33.

 

Les Héritiers du Royaume.

 

" Qui est-ce qui montera en la montagne [symbole du royaume] de Jéhovah ? et qui se tiendra dans le lieu [le

 

——-

 

(1) L’Israël spirituel (l’Eglise de l’Evangile) n’est jamais appelé " Jacob ".

 

A336

 

temple] de sa sainteté ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur. "- Ps. 24:3, 4. La ville de Jérusalem était bâtie sur la cime d’une montagne, sur une double cime ; car elle était divisée en deux parties par la vallée de Tyropéon. Elle ne fut néanmoins qu’une ville, reliée par des ponts et entourée d’une muraille. C’est sur la plus haute cime de ces deux montagnes que le temple était bâti. Ainsi la ville typique symbolisa l’unique Royaume de Dieu avec ses dix domaines et fit voir la position supérieure du domaine spirituel, du temple spirituel, dont l’origine n’est point terrestre, mais d’une création nouvelle, céleste ou spirituelle (Hébr. 9:11), et qui est séparé du domaine terrestre tout en étant uni avec lui. David tait mention de ces deux places. C’était déjà un honneur d’être citoyen de la ville, et un plus grand bonheur encore d’oser monter dans le saint temple, dans l’enceinte sacrée, dont l’entrée n’était permise qu’aux prêtres. David démontre que la pureté de vie et l’honnêteté de coeur sont nécessaires à quiconque veut parvenir à un de ces honneurs. Ceux qui désirent faire partie de la Sacrificature Royale sont exhortés à la pureté (de même que le souverain sacrificateur que nous professons est pur), s’ils veulent être jugés dignes de cohérédité avec lui. Et quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur. C’est, comme nous l’avons déjà vu, une pureté d’intention et de pensée, qui est considérée comme pureté réelle, la pureté de Christ imputée suppléant à nos défauts inévitables et compensant nos faiblesses inévitables, parce que nous marchons selon l’esprit et non selon la chair. Mais n’oublions pas que la pureté, la sincérité et la consécration entière sont indispensables à tous ceux qui veulent entrer dans un des domaines du Royaume de Dieu. Il

 

A337

 

en était ainsi des anciens dignitaires qui, sous Christ, hériteront du département terrestre du royaume. Ils aimèrent la justice et haïrent l’iniquité:ils s’affligèrent et se repentirent profondément lorsqu’ils se virent en faute, ou qu’ils trébuchèrent par suite d’une faiblesse. Ainsi en fut-il des fidèles de l’âge de l’Evangile ; et il en sera de même de tous dans l’âge du Millénium, lorsque l’esprit de Dieu, l’esprit de vérité, sera répandu sur toute chair. Les vainqueurs de cet âge doivent également lutter afin de parvenir à la pureté de coeur et de vie, si, selon les règles de Dieu, ils veulent obtenir le droit d’entrer dans la ville, dans le royaume qui leur est préparé dès la fondation du monde, -la domination première restaurée.

 

Le Sceptre de fer.

 

Plusieurs croient à tort que lorsque le Royaume millénaire du Christ sera inauguré, tout le monde sera heureux de son règne. Mais il n’en sera pas ainsi. Ses règlements seront bien plus précis que ceux d’un gouvernement antérieur quelconque, et la liberté du peuple sera limitée à un degré qui froissera vraiment plusieurs de ceux qui demandent actuellement à grands cris une augmentation de liberté. La liberté de tromper, de calomnier, de duper et de faire du tort aux faibles, sera entièrement retranchée. La liberté d’abuser de soi-même et des autres dans le manger et le boire, ou de corrompre les bonnes moeurs en quelque façon que ce soit, sera refusée à tous. La liberté ou l’autorisation de faire le mal de n’importe quelle espèce ne sera accordée à personne. L’unique liberté qui sera accordée à tous, sera la vraie liberté de la gloire des fils de Dieu, la liberté de faire le bien, pour soi-même et pour d’autres, de toute façon et de toute manière ; il ne se fera ni tort ni dommage dans tout ce Royaume saint (Esaïe 11:9 ; Rom. 8:21).

 

A338

 

En conséquence, ce gouvernement paraîtra à plusieurs dur et sévère parce qu’ils auront à rompre avec toutes leurs habitudes et coutumes d’autrefois et à briser toutes les institutions fondées maintenant sur de vicieuses habitudes et des préjugés touchant la liberté. A cause de sa fermeté et de sa vigueur, il est appelé d’une manière symbolique un sceptre ou gouvernement de fer. - " Il les paîtra avec une verge de fer "( Comp. Apoc. 2:26, 27 ; Ps. 2:8-12 et 49:14). Aussi la déclaration s’accomplira: " Je ferai de la droiture une règle, et de la justice un niveau ; et la grêle [le juste jugement] emportera le refuge de la fausseté, et les eaux [les vérités] inonderont l’abri du mensonge, " et toutes choses cachées seront révélées. -Esaïe 28:17 ; Matth. 10:26.

 

Plusieurs se sentiront rebelles envers ce gouvernement parfait et équitable, parce qu’ils étaient accoutumés à dominer leurs semblables et à vivre complètement aux dépens des autres sans rendre le moindre service. Et nombreux et sévères seront les coups que la vie présente qui tendait à la satisfaction de soi-même et à l’intérêt personnel exigera et recevra naturellement sous ce règne, avant que les égoïstes aient appris les leçons de ce royaume, qui sont l’équité, la justice et la droiture (Ps. 89:33 ; Luc 12:47, 48). La génération actuelle viendra la première en jugement, et cela très prochainement. -Jacques 5. Cependant, heureuse pensée ! quand le Prince de la vie aura mis en vigueur, avec un sceptre de fer, les lois de droiture et d’équité, les masses qui composent le genre humain apprendront que " la justice élève une nation, mais [que] le péché est la honte des peuples "( Prov. 14:34). Ils apprendront qu’en fin de compte le plan et les lois de Dieu sont ce qu’il y a de mieux pour tous ceux que cela concerne, et, finalement, ils apprendront à aimer la justice et à haïr l’iniquité (Ps. 45:8 ; Hébr. 1:9). Tous ceux

 

A339

 

qui, sous ce règne, n’auront pas appris ce qui est juste seront jugés indignes de la vie éternelle et seront retranchés du milieu du peuple. -Act. 3:23 ; Apoc. 20:9 ; Ps. 11:5-7.

 

Le Royaume durera éternellement.

 

" L’Eternel sera roi sur toute la terre en ce jour-là, (Zach. 14:9). Le royaume qu’il établira et mettra dans les mains de Christ durant le Millénium sera le royaume de Jéhovah ; cependant il sera placé sous le gouvernement direct de Christ, son vice-gérant ; conduite semblable à bien des égards à celle des Etats-Unis envers les états du Sud après la rébellion. Pendant un certain temps il ne fut pas permis aux états du Sud de se gouverner eux-mêmes par l’élection de leurs propres fonctionnaires, dans la crainte qu’ils ne se conformassent pas aux lois constitutionnelles de l’Union ; mais des gouverneurs munis de pleins pouvoirs furent institués contrôleurs dans le but de reconstruire ces gouvernements d’états et de les ramener à un parfait accord avec le gouvernement central. Ainsi le règne spécial de Christ sur les affaires de la terre est pour un temps limité et pour un but particulier, et il atteindra sa fin avec l’accomplissement de ce but. Par sa rébellion, l’homme a porté atteinte aux droits reçus de Jéhovah, entre autres à celui de se gouverner soi-même conformément aux lois de Jéhovah. Dieu racheta tous ses droits au moyen de Christ, et assura à l’homme le droit de retourner à son état précédent, comme aussi à sa vocation précédente, à son rôle de roi de la terre. Mais l’oeuvre de ramener l’homme à Dieu, et cela de la façon qui conviendra le mieux pour lui donner avec fruit la leçon de l’expérience présente, c’est à dire en exigeant de lui qu’il fasse des efforts pour son propre recouvrement, réclame un parfait

 

A340

 

et puissant gouvernement. Et cet honneur d’accomplir le recouvrement de l’homme est conféré à Jésus qui mourut pour s’en assurer le droit ; et " il faut qu’il règne jusqu’à ce qu’il ait mis tous les ennemis sous ses pieds, "- jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne qui ne le reconnaisse et ne l’honore en lui obéissant. Puis, lorsqu’il aura accompli sa mission en ce qui regarde le rétablissement ou la restauration du genre humain, il remettra le royaume à celui qui est Dieu et père, et l’humanité traitera directement avec Jéhovah, comme primitivement, -la médiation de l’homme Jésus-Christ ayant accompli pleinement et complètement le grand oeuvre de réconciliation. -1 Cor. 15:25-28. Le royaume, lorsqu’il sera remis au père, restera toujours le Royaume de Dieu et les lois resteront toujours les même. Tout le genre humain parfaitement restauré sera alors capable de montrer une parfaite obéissance à la lettre ainsi qu’à l’esprit de la loi ; tandis que, maintenant, l’homme n’est capable d’observer les lois de Dieu que dans l’esprit d’obéissance ou par la volonté. La pleine lettre de cette loi parfaite le condamnerait à mort sur le champ (2 Cor. 3:6). Ce n’est que par le moyen de la rançon de Christ que nous sommes admissibles maintenant. " C’est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant, " avant la perfection réelle (Hébr. 10:31). Maintenant, et avant d’être réellement parfait, personne ne pourrait subsister devant la loi de la justice parfaite ; tous ont besoin de la miséricorde prévue si abondamment par le sacrifice et le mérite de Christ. Mais quand Christ remettra le royaume au père, il lui présentera l’humanité sans défaut, apte et propre à jouir de l’éternelle félicité sous la loi parfaite de Jéhovah. Toute appréhension aura disparu, et Jéhovah et ses créatures restaurées

 

A341

 

seront de nouveau en parfait accord, comme au commencement. C’est en la remettant dans les mains des hommes, qui étaient désignés pour cela dès le commencement comme les représentants du Père, que Christ remettra la domination de la terre au Père, à la fin de l’âge millénaire (1 Cor. 15:24 ; Matth. 25:34). Ainsi le Royaume de Dieu durera éternellement. " Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite [à ceux qui par obéissance et conformité auront atteint cette position de faveur durant le règne de mille ans] :Venez, les bénis de mon Père, possédez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. " Ce royaume et cet honneur qui sont préparés pour l’homme ne doivent pas être confondus avec le royaume et l’honneur encore plus élevés, préparés pour le Christ, et que " Dieu, avant les siècles, avait destinés pour notre gloire "( 1 Cor. 2:7) et, auxquels, nous fumes choisis en Christ avant la fondation du monde. Et quoique, comme nous venons de le dire, l’intervention spéciale et le règne de Christ sur la terre doivent avoir un terme, il n’ en faut pas conclure que la gloire, l’empire et la puissance du Christ cesseront aussi. Oh non ! Christ est revêtu à tout jamais de la gloire et de la puissance divines ; il est, pour toujours, associé à la droite de la faveur de Jéhovah ; et son Epouse et cohéritière participera à perpétuité à sa gloire croissante. Nous ne chercherons pas à décrire les oeuvres merveilleuses qui attendent, en d’autres mondes, la puissance de cet agent de Jéhovah si hautement exalté ; nous préférons simplement attirer l’attention sur l’infinité et l’activité de la puissance divine et l’immensité de l’univers. Ce Royaume sera l’accomplissement du " désir de toutes les nations ", dans quelque domaine que notre intérêt

 

A342

 

se concentre ; car tous les hommes y seront bénis. Aussi, tous peuvent avec ardeur soupirer après ce temps glorieux ; et tous font bien de dire en priant: " Ton règne vienne ; ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel !" C’est pour cela que, depuis longtemps, la création toute entière est dans le gémissement et dans l’expectative, -attendant la révélation des Fils de Dieu, le royaume, qui écrasera le mal et bénira et guérira toutes les nations. -Rom. 8:19 ; 16:20.

 

_______________

 

L’Aurore Millénaire.

 

Garde, dis-nous, la belle aurore, Resplendit-elle sur Sion ? Vois-tu sur mon sentier éclore Son aube et blanchir l’horizon ? Pèlerin, mais oui ! regarde ! Sa lumière brille partout. En robe d’Epouse, hasarde ! Le matin luit:debout ! debout !

 

Garde, est-ce de l’an millénaire, Cette lumière s’élevant ? Sont-ce du Règne sur la terre, Les voix que partout l’on entend ? Pèlerin, bien ! je vois blanc rose, De Canaan luire les tours ; Salem s’élève grandiose Et libre au ciel pur à toujours.

 

Pèlerin ! le pays paisible, S’approche avec constant Printemps:plus loin, vois ! comme il vient visible, L’Eden aux jardins fleurissants. Ecoute ! les choeurs qui Résonnent:gloire à Jésus, l’Agneau de Dieu ; Bonheur, grâce et paix ils entonnent, -A tous les hommes, en tout lieu.

Chapitre XV—LE JOUR DE JEHOVAH

 

A343

 

Le jour de Jéhovah, le " jour de la vengeance ", le " jour de la colère ".- Un temps de grande détresse. -Sa cause. -Le témoignage de la Bible sur ce jour. -Son feu et sa tempête, son ébranlement et sa fusion doivent être pris d’une manière symbolique. -Le témoignage de David. -Le témoignage de l’Apocalypse. -La situation présente et l’aspect futur, comme les voient les deux partis opposés des capitalistes et des ouvriers. -Un remède qui ne réussira pas. -Le voile levé et la lumière donnée juste au temps voulu. -La preuve de ce qui précède. -La position des saints durant le temps de la détresse et leur attitude convenable relativement à cela.

 

Le " jour de Jéhovah " est le nom de cette période durant laquelle le royaume de Dieu, sous Christ, sera érigé graduellement sur la terre, pendant que les royaumes de ce monde " passeront " et que le pouvoir et l’influence de Satan sur l’homme seront liés. Il est décrit partout comme un jour obscur, de trouble intense, de détresse et de perplexité parmi l’humanité. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une révolution si générale, et nécessitant de si grands changements, cause du trouble. De petites révolutions en ont causé dans chaque siècle ; et celle-ci, une révolution d’autant plus grande qu’aucune révolution précédente, sera " un temps de détresse, tel qu’il n’y en a point eu depuis qu il y a eu des nations jusqu’à ce temps-là, " et, comme " il n’y en aura jamais. "- Dan. 12:1 ; Matth. 24:21, 22. Il est appelé le " jour de Jéhovah ", parce que Christ,

 

A344

 

quoique revêtu d’un titre royal et de puissance royale, dirigera toutes choses durant ce temps de détresse plutôt comme le Maréchal de Jéhovah, s’assujettissant toutes choses, que comme le Prince de la paix bénissant tous les hommes. Simultanément avec l’écroulement des fausses doctrines et des systèmes faux et imparfaits, l’étendard du nouveau roi s’élèvera, et finalement celui-ci sera reconnu et proclamé par tous Roi des rois. Ainsi l’établissement de la domination de Christ est présenté par les prophètes comme l’oeuvre de Jéhovah. " Demande-moi et je te donnerai pour ton héritage les nations, et pour ta possession les extrémités de la terre "( Ps. 2:8). " Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume "( Dan. 2:44). L’Ancien des jours s’assit, et quelqu’un de semblable à un fils de l’homme vint et on le fit approcher de lui, et on lui donna la seigneurie, l’honneur et le règne, et tous les peuples de toutes langues durent le servir et lui obéir (Dans. 7:9, 13, 14, 22, 27). L’Apôtre Paul dit encore que, quand Christ aura atteint le but de son règne, " alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses. "- 1 Cor. 15:28. Cette période est appelée le " jour de la vengeance de notre Dieu " et le " jour de la colère "( Esaïe 61:2 ; 63:1-4 ; Ps. 110:5). Et, pourtant, celui qui ne songe qu’à la pensée de colère, ou suppose même de la malveillance divine, se trompe sérieusement. Dieu a établi certaines lois, il s’en tient là, et celui qui les contrarie, pour n’importe quelle raison, recueille le châtiment de sa propre conduite. Le conseil bienveillant de Dieu à l’égard des hommes a été continuellement rejeté par eux à l’exception du petit nombre ; et Dieu de son côté les laissa suivre leur propre chemin et renoncer à lui et à son conseil (Rom. 1:28). Il voua alors ses soins spéciaux à Abraham et à sa postérité, qui déclarèrent vouloir suivre ses voies et se

 

A345

 

consacrer à son service. La dureté de leur coeur et leur manque de sincérité envers Dieu, en tant que peuple, les empêchèrent non seulement de recevoir le Messie, mais, d’une façon toute naturelle, les jetèrent dans le trouble qui termina leur existence nationale. Et, ainsi, la lumière qui brilla dans le monde durant l’âge de l’Evangile, par la vraie Eglise de Christ (l’assemblée des premiers-nés inscrits dans les cieux), a rendu témoignage au monde civilisé de la différence qui existe entre le bien et le mal, et d’un temps à venir dans lequel l’un sera récompensé et l’autre puni (Jean 16:8-11 ; Act. 24:25). Si les hommes avaient suivi l’enseignement du Seigneur, cela aurait eu une influence immense sur eux. Mais, comme toujours, ils n’écoutèrent que leur propre volonté ; aussi ont-ils bien peu profité des avis des Ecritures, et l’affliction du jour de l’Eternel viendra comme conséquence de cette négligence. De nouveau on peut dire que c’est la colère de Dieu, pour autant qu’ elle vient par le mépris de ses conseils et comme un salaire de l’injustice. Néanmoins, envisagé sous un autre point de vue, le trouble se répandant dans le monde n’est que le résultat naturel, la conséquence du péché, que Dieu prévit et contre lesquels ses conseils auraient protégé les hommes, si ceux-ci avaient écouté. Tandis que le message de Dieu à l’Eglise a été: " Offrez vos corps en sacrifice vivant "( Rom. 12:1), le message au monde fut: " Garde ta langue du mal, et tes lèvres de parler avec tromperie. Détourne-toi du mal, et fais le bien ; cherche la paix et la poursuis "( Ps. 34:13, 14). Bien peu ont observé l’un ou l’autre de ces messages. Un petit troupeau seul se " sacrifia "; et pour ce qui concerne le monde, bien qu’il proclamât cette devise: " l’honnêteté est la meilleure politique ", il en négligea généralement la pratique. Il écouta plutôt la voix de l’avarice: " Attrape ce que

 

A346

 

tu peux, en fait de richesse, d’honneur et de pouvoir dans ce monde, qu’importe la manière dont tu obtiendras tout cela, et qu’importe si quelqu’un perd par ton gain ?" En un mot, l’affliction de ce jour de l’Eternel ne viendrait pas, ne pourrait pas venir, si les principes de la loi de Dieu avaient été quelque peu observés. Voici cette loi récapitulée: " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur et ton prochain comme toi-même "( Matth. 22:37-39). C’est parce que l’esprit ou le goût dépravé, loin d’y être soumis, est opposé à la loi de Dieu, que cette affliction vient comme conséquence naturelle, comme la moisson après les semailles. L’esprit charnel et dépravé, bien loin d’aimer son prochain comme soi-même, a toujours été égoïste et cupide, allant souvent même jusqu’à la violence et au meurtre pour entrer en possession du bien d’autrui. Quelle que soit la façon dont il est exercé, le principe égoïste reste toujours le même, et n’est gouverné que par les circonstances, la naissance, l’éducation et le milieu. Ce fut toujours le même principe dans chaque âge du monde, et il restera tel, jusqu’à ce que, par la force du sceptre de fer du Messie, l’amour, et non le pouvoir et l’avidité, décide ce qui est JUSTE et le prouve, jusqu’à ce qu’il ait été donné à tous de connaître la supériorité et les avantages du règne de justice et d’amour, en comparaison de celui de l’égoïsme et du pouvoir ; jusqu’à ce que, sous l’influence de la lumière du soleil de la vérité et de la justice, le coeur de pierre de l’homme égoïste devienne à nouveau ce que Dieu le déclara jadis, " très bon ", un coeur de chair. -Ez. 36:26. Si nous regardons en arrière, nous pouvons voir sans difficulté comment arriva le changement de la bonté et de l’amour divins en un dur égoïsme. Les circonstances, tendant à engendrer l’égoïsme, se présentèrent aussitôt que l’homme, par sa désobéissance, s’attira la disgrâce de

 

A347

 

Dieu et qu’il fut exilé de l’Eden, son chez-soi, où il avait abondamment de quoi suffire à tous ses besoins. Lorsque nos parents condamnés en sortirent, qu’ils commencèrent le combat pour la vie et cherchèrent à prolonger leur existence, ils rencontrèrent tout de suite des épines, des chardons et la terre stérile ; et leur lutte contre ces difficultés provoqua la fatigue et la sueur du visage, comme l’Eternel l’avait déclaré. Puis, insensiblement, les qualités mentales et morales commencèrent à s’étioler faute d’exercice, tandis que les qualités inférieures parvinrent à un plus complet perfectionnement grâce à un exercice continuel. L’entretien de soi-même devint le but principal et l’intérêt de la vie ; et la peine qu’il causa devint l’étalon de la valeur de tout. -Mammon devint le maître de l’homme. Pouvons-nous nous étonner si, en de pareilles circonstances, le genre humain est devenu égoïste, cupide et avide, chacun s’efforçant d’avoir la plus grande part, -premièrement pour les nécessités de la vie, et deuxièmement pour les honneurs et le luxe accordés à Mammon ? C’est la tendance naturelle que Satan ne fit qu’exploiter au détriment de l’homme. Durant les âges passés, à la suite de diverses circonstances (entre autres l’ignorance, les préjugés de races, la fierté nationale), les grandes richesses ont été généralement dans les mains de quelques-uns, -des seigneurs, -auxquels la multitude rendit servilement obéissance comme à ses représentants nationaux, dans l’opulence desquels elle plaçait son orgueil et son intérêt comme si elle était sienne. Mais lorsque s’approcha le temps que Jéhovah choisit pour bénir le monde par une restauration au moyen du Messie, le voile de l’ignorance et de la superstition commença à se déchirer, grâce aux facilités et aux inventions modernes ; celles-ci amenèrent l’élévation générale du peuple et la diminution du pouvoir des souverains terrestres

 

A348

 

La richesse du monde est maintenant principalement parmi les riches du peuple plutôt que dans les mains de ses monarques. Quoique la richesse engendre beaucoup de mal, elle n’est pas cependant sans bénédictions:les riches obtiennent une meilleure éducation, et, par conséquent, ils se voient élevés intellectuellement au-dessus des pauvres ; mais ils se croient, de ce chef, plus privilégiés que les autres et s’associent plus ou moins à la royauté. Et voilà l’aristocratie qui possède à la fois l’argent et l’éducation pour l’appuyer et la seconder dans les luttes ambitieuses qu’elle livre, pour s’emparer de tout ce qu’elle peut et pour se tenir à tout prix au premier rang. Mais maintenant que le domaine de l’intelligence s’étend et que le peuple profite des facilités d’éducation si abondantes, les gens commencent à penser pour eux-mêmes ; et avec l’égoïsme et l’estime de soi-même qui leur est propre, appuyés par une connaissance superficielle, c’est parfois une chose dangereuse que le demi savoir, ils s’imaginent avoir trouvé les voies et les moyens par lesquels les intérêts et la condition de tous les hommes, et spécialement les leurs, pourront être surélevés au détriment du petit nombre dans les mains duquel la richesse repose maintenant. Plusieurs d’entre eux, il n’y a pas de doute, croient honnêtement que les intérêts contraires des disciples de Mammon (d’un côté eux-mêmes et de l’autre les riches) peuvent être réglés aisément et loyalement ; et, indubitablement, ils pensent que s’ils étaient riches ils seraient extrêmement bienveillants et aimeraient volontiers leur prochain comme eux-mêmes. Mais ils s’abusent évidemment eux-mêmes ; car, à vrai dire, bien peu manifestent un tel esprit de charité dans leur condition présente, et celui qui n’est pas fidèle dans l’usage des menus biens de ce monde ne le serait pas non plus s’il possédait

 

A349

 

de grandes richesses. En effet, les circonstances le prouvent, plusieurs des plus durs de coeur et des plus égoïstes parmi ceux qui sont dans l’abondance, sont de ceux qui sont sortis soudain d’une humble condition. D’un autre côté, tout en n’excusant aucunement la convoitise et l’égoïsme avide de personne, il est juste de reconnaître que les établissements créés pour l’entretien et les soins des malades, des pauvres et de tous ceux qui sont délaissés, consistent en asiles, hôpitaux, hospices, maisons de retraite pour les pauvres, écoles, bibliothèques publiques, et en diverses autres entreprises pour le bien-être et la consolation des masses plutôt que pour les riches, sont soutenus principalement par les donations et les contributions des riches. Presque toutes ces institutions doivent leur existence à des coeurs miséricordieux et bienveillants parmi les riches ; ce sont des entreprises que les classes plus pauvres n’ont pas les moyens de mener à bien, comme elles n’auraient d’ailleurs, en général, ni l’éducation, ni la volonté nécessaires pour les accomplir. Néanmoins, nos jours sont témoins d’un conflit toujours plus aigu entre les classes opulentes et les classes ouvrières ; d’une amertume croissante de la part de la classe des travailleurs, et d’un sentiment croissant parmi les riches que seul le bras fort de la loi protègera ce qu’ils croient être leur droit. Pour cela les riches se tiennent du côté des gouvernements ; et la masse des ouvriers salariés commence à croire que les lois et les autorités n’existent que pour aider les riches et pour tenir les pauvres en échec ; elle se voit poussée dans les bras du communisme et de l’anarchisme, pensant que, ainsi, leurs intérêts seront mieux soutenus ; et elle oublie qu’après tout, le gouvernement le plus mauvais et le plus coûteux vaut bien mieux qu’aucun gouvernement du tout. Plusieurs passages de l’Ecriture démontrent clairement

 

A350

 

que telle sera la nature de la détresse que subiront les systèmes actuels, civils, sociaux et religieux:que tel sera le résultat auquel aboutira l’augmentation de la connaissance et de la liberté, à cause des imperfections:mentales, morales et physiques de l’homme. Nous rappellerons ces passages au moment opportun. Nous ne pouvons ici attirer l’attention que sur une petite partie des nombreux passages de l’Ecriture qui touchent à cet ordre d’idées. En attendant, nous aimerions prévenir nos lecteurs du fait que dans plusieurs des prophéties dans lesquelles l’Egypte, Babylone et Israël jouent un si grand rôle, il n’y a pas seulement en vue un accomplissement littéral, mais encore un second et plus complet accomplissement. Ainsi les prédictions au sujet de Babylone, etc., par exemple, devraient être considérées comme extravagantes et outrées, si nous ne savions pas qu’elles se rapportent à une Babylone symbolique et antitypique aussi bien qu’à la Babylone au sens littéral. Le livre de l’Apocalypse contient des prédictions qui y furent inscrites longtemps après que Babylone selon la lettre fut en ruines, et par conséquent elles ne sont applicables qu’à la Babylone symbolique ; et réellement la ressemblance frappante des paroles des prophètes, qui apparemment furent adressées directement à la Babylone littérale, montre qu’ils concernent la Babylone symbolique dans un sens spécial. Dans cet accomplissement plus large, l’Egypte représente le monde et, Babylone, l’Eglise nominale, la soi-disant chrétienté ; tandis qu’Israël, comme nous l’avons vu déjà plusieurs fois, représente le monde entier tel qu’il sera dans sa condition justifiée, sa glorieuse prêtrise royale, ses saints Lévites et son peuple dans la foi et dans l’adoration, tous justifiés par le sacrifice de propitiation et amenés à un état de réconciliation avec Dieu. A Israël sont promises les bénédictions, à l’Egypte les plaies, et à Babylone, la forte, une chute complète et

 

A351

 

merveilleuse qui durera toujours, comme une grande meule jetée dans la mer (Apoc. 18:21) ; elle ne se relèvera plus jamais, et sera en souvenir odieux à perpétuité. L’apôtre Jacques attire notre attention sur ce jour d’ affliction et en parle comme du résultat des conflits entre le capital et le travail. Il dit: " A vous maintenant, riches ! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries [ont perdu leur valeur], et vos vêtements sont rongés par les teignes. Votre or et votre argent sont rouillés ; et leur rouille s’élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans les derniers jours ! Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu’aux oreilles du Seigneur des armées "( Jac. 5:1-4). Il ajoute que la classe atteinte par la détresse a été accoutumée au luxe, obtenu en grande partie aux dépens d’autres gens, parmi lesquels il y avait quelques justes, et que, parce que ceux-ci ne résistèrent point, on alla jusqu’à leur pressurer la vie même. L’apôtre presse les " frères " de tout supporter patiemment, quoi qu’il puisse leur arriver, de regarder au delà de la détresse et d’attendre la délivrance par le Seigneur. C’est justement cette situation que nous voyons maintenant se créer à pas de géants ; et dans le monde, parmi ceux qui y sont attentifs, combien n’y en a-t-il pas qui sont " comme rendant l’âme de frayeur, dans l’attente des choses qui arrivent sur toute la terre "? Chacun sait que la tendance constante de notre temps est à l’abaissement des salaires pour le travail, à moins que les prix ne soient soutenus artificiellement ou élevés par des ligues ouvrières, grèves, etc. ; et avec les sentiments actuels de la masse tout le monde peut voir que ce n’est plus qu’une question de temps quand les limites supportables seront atteintes, et alors une révolte

 

A352

 

s’ensuivra sûrement. Cette révolte jettera l’alarme parmi le capital, qui se retirera du commerce et de l’industrie manufacturière, et on l’entassera dans les caveaux et dans les coffres-forts pour qu’il se consume lui-même dans l’improduction, avec les frais de sa conservation, au grand tourment des propriétaires. De ce fait résultera certainement la banqueroute, la panique financière et la ruine du commerce, attendu qu’aujourd’hui toutes les affaires importantes se font à crédit. Le résultat naturel de tout ce qui précède sera que des centaines de mille hommes, qui sont dépendants de leur salaire pour leur pain journalier, perdront leur gagne-pain, et le monde sera rempli de mendiants et de personnes que la nécessité poussera à braver toutes les lois. Alors il arrivera ce qui est décrit par le prophète (Ezéchiel 7:10-19) :Que l’acheteur n’a pas besoin de se réjouir, ni le vendeur de s’affliger, car la colère éclatera contre toute la multitude et il n’y aura plus de sécurité pour la propriété. Toutes les mains seront affaiblies et impuissantes à détourner la détresse. Ils jetteront leur argent dans les rues, et leur or sera pour eux un objet d’horreur ; ni leur argent ni leur or ne pourront les délivrer au jour de la fureur de l’Eternel. Il est vrai que les derniers quarante ans de l’existence d’Israël comme nation furent un jour de détresse, " un jour de vengeance " pour ce peuple, se terminant dans la complète destruction de sa nationalité ; mais il ne faut pas oublier que son jour de colère ne fut qu’une ombre ou une image faible d’une détresse encore bien plus grande et plus étendue qui se répandra sur la chrétienté de nom ; de même que l’histoire du passé d’Israël comme peuple durant l’Age de faveur, était un type de l’Age de l’Evangile, ainsi que nous le montrerons d’une manière décisive dans un volume suivant. Chacun verra alors pourquoi ces prophéties, concernant le jour de l’Eternel, durent être adressées,

 

A353

 

et le furent, plus ou moins directement à Israël et à Jérusalem, quoique la connexion démontre que, dans leur plein et entier accomplissement, se trouve compris tout le genre humain. Prenez un autre témoignage prophétique (Sophonie 1:7-9, 14-18) : " Silence devant le Seigneur, l’Eternel ! Car le jour de l’Eternel est proche, car l’Eternel a préparé le sacrifice, il a choisi ses conviés (comp. Apoc. 19:17). Au jour du sacrifice de l’Eternel, je châtierai les princes et les fils du roi, et tous ceux qui portent des vêtements étrangers. En ce jour-là, je châtierai [aussi] tous [les pilleurs], ceux qui sautent par-dessus le seuil, ceux qui remplissent de violence et de fraude la maison de leur maître [Cela prouve qu’il y aura non seulement un grand bouleversement de la richesse et du pouvoir dans ce temps de détresse, mais que ceux qui seront les instruments du ciel dans le renversement des systèmes présents, seront punis de même pour leur manière d’agir également injuste et inique ; car la détresse qui approche enveloppera toutes les classes et apportera de l’affliction sur toute la multitude]. " Le grand jour de l’Eternel est proche, il est proche, il arrive en toute hâte ; le jour de l’Eternel fait entendre sa voix ; là le héros pousse des cris amers. Ce jour est un jour de fureur, un jour de détresse et d’angoisse, un jour de ravage et de destruction, un jour de ténèbres et d’obscurité [d’incertitude et de pressentiment, ainsi que de misère présente], un jour de nuées [de troubles] et de brouillards, un jour où retentiront la trompette [la septième trompette symbolique retentira à travers tout ce jour de détresse, -elle est aussi appelée la trompette de Dieu, parce qu’elle est liée étroitement avec les événements de ce jour de l’Eternel] et les cris de guerre contre les villes fortes et les tours élevées [les déclarations ampoulées et contradictoires de gouvernements forts et fermement enracinés].

 

A354

 

Je mettrai les hommes dans la détresse, et ils marcheront comme des aveugles [trébuchant dans l’incertitude ne sachant pas quel chemin ils doivent prendre], parce qu’ils ont péché contre l’Eternel ; Je répandrai leur sang comme de la poussière, et leur chair comme de l’ordure. Ni leur argent ni leur or ne pourront les délivrer au jour de la fureur de l’Eternel [quoique précédemment la richesse pût fournir l’aisance et tout le luxe possible] ; Par le feu de sa jalousie tout le pays [toute la terre] sera consumé [ou dévoré] ; Car il détruira soudain tous les [riches] habitants du pays. " Cette destruction soudaine détruira plusieurs riches en ce sens qu’ils cesseront d’être riches, mais elle entraînera évidemment aussi la perte de plusieurs vies dans tous les rangs de la société. Nous n’essayerons pas de suivre les prophètes dans tous leurs détails sur l’affliction de ce jour qu’ils envisagèrent à divers points de vue, mais nous poursuivrons brièvement la dernière pensée suggérée par le prophète, c’est à dire celle du FEU de la jalousie de Dieu dévorant toute la terre. Ce même prophète fait allusion de nouveau au même feu, etc., lorsqu’il Dit:(soph. 3:8, 9), " Attendez-moi donc, dit l’Eternel, au jour où je me lèverai pour le butin ! Car j’ai résolu de rassembler les nations, de rassembler les royaumes, pour répandre sur eux ma fureur, toute l’ardeur de ma colère [le rassemblement des peuples de toutes les nations pour des intérêts communs en opposition aux gouvernements présents est croissant (preuve:le mouvement connu sous le nom de " l’Internationale "); et le résultat sera une union des royaumes pour la sauvegarde commune, de sorte que le trouble viendra par-dessus tous les royaumes qui, tous, tomberont] ; car par le feu de ma jalousie tout le pays [litt. Laus. toute la terre] sera consumé. Alors [après cette destruction des royaumes, après la ruine de l’ordre social

 

A355

 

existant, -dans le feu de l’ affliction] je donnerai aux peuples des lèvres pures [la Parole pure, non souillée par les traditions humaines], afin qu’ils invoquent tous le nom de l’Eternel, pour le servir d’un commun accord. " Ce feu de la jalousie de Dieu est un symbole, et un symbole très puissant, représentant l’intensité de la détresse et de la désolation qui enveloppera toute la terre. Il est évident que ce n’est pas un feu à la lettre, comme plusieurs le pensent, puisque après son ravage les peuples vivent encore et sont bénis. Il est évident aussi que les peuples survivants ne sont pas des saints, comme plusieurs veulent le faire croire, puisqu’ils doivent d’abord être convertis pour pouvoir servir le Seigneur, tandis que les saints sont déjà convertis et servent le Seigneur (1).  Dans toutes les Ecritures le mot terre représente ou signifie la société organisée, quand il est employé d’une manière symbolique ; montagnes signifie les royaumes, cieux, les puissances spirituelles dominantes, mer, la multitude des peuples agitée, turbulente et mécontente. Feu représente la destruction de tout ce qu’on brûle, l’ivraie, la scorie, la terre (l’ordre social), etc. Et si en symbole il est ajouté du soufre au feu, cela renforce la

 

——-

 

(1) Nous mentionnons ceci pour renverser l’argument avancé par quelques-uns, qui prennent ce feu à la lettre, c’est à dire pour un feu réel, et qui, ensuite, prétendent que la terre au sens littéral du mot sera consumée, etc. Pour les besoins de leur théorie, ils prétendent que " les peuples " mentionnés ici sont les saints qui retourneront sur la terre, après que cette dernière sera brûlée et se sera refroidie, qu’ils bâtiront des maisons et les habiteront, qu’ils planteront des vignes et en mangeront les fruits et qu’ils se réjouiront longtemps de l’oeuvre de leurs mains. Ils considèrent les quelques années qui restent encore comme une éducation ou préparation pour devenir dignes de l’héritage, et oublient que ce dernier se perdrait complètement dans les expériences aériennes des mille ans (ou plus) à attendre le refroidissement de la terre, -conformément à leur théorie. Cela est une sérieuse méprise, elle résulte d’une interprétation trop littérale des figures, similitudes, paraboles, symboles et discours obscurs du Seigneur, des apôtres et des prophètes. Poursuivant encore l’erreur, ils prétendent qu’après ce feu il n’y aura plus ni montagnes, ni mers, parce qu’ils ne voient pas que toutes ces expressions, ainsi que le feu, ce sont des symboles.

 

A356

 

pensée de destruction ; car rien n’est plus mortel à toute forme de vie que la vapeur sulfureuse. La prophétie symbolique de Pierre sur le jour de la colère s’accorde parfaitement avec cette pensée. Il dit: " Que pour ces choses le monde d’alors périt, submergé par l’eau [ce ne furent point les cieux et la terre littéralement parlant qui disparurent, mais l’économie antédiluvienne ou l’ordre de choses existant avant le déluge], tandis que, par la même parole (d’autorité divine), les cieux et la terre d’à présent [la présente économie ou l’ordre de choses actuel] sont gardés ou réservés pour le feu. " Le fait que l’eau est prise ici au sens exact du mot en porte quelques-uns à croire que le feu doit aussi être pris littéralement, mais cette conséquence ne s’ensuit nullement. Le temple de Dieu était en pierres, selon la lettre, mais cela n’empêche pas que l’église, le vrai temple, est une maison spirituelle, un temple saint, et n’est point formé de matériaux terrestres. L’arche de Noé en était aussi une au sens littéral, mais elle symbolisait Christ et la puissance qui est en lui, en vertu de laquelle il réorganisera et rétablira la société humaine. " Le jour du Seigneur viendra comme un voleur [inaperçu] ; en ce jour, les cieux [les puissances actuelles de l’air, dont Satan est le prince ou le chef] passeront avec fracas, les éléments embrasés se dissoudront, et la terre [l’ordre social existant] avec les oeuvres qu’elle renferme [fierté, distinctions d’ordres et de rangs, aristocratie et dignité royale] sera consumée, ... les cieux enflammés se dissoudront et les éléments embrasés se fondront. Mais nous attendons, selon sa promesse, de nouveaux cieux [le nouveau pouvoir spirituel, le royaume de Christ] et une nouvelle terre [la société terrestre organisée sur une nouvelle base ; sur la base de l’amour et de la justice, plutôt que sur celle du pouvoir et de l’oppression]. -2 Pierre 3:6, 7, 10-13.

 

A357

 

On doit se rappeler que quelques-uns des apôtres furent aussi des prophètes:notamment Pierre, Jean et Paul. Et pendant que, comme apôtres, ils furent les interprètes de Dieu pour expliquer les expressions des prophètes précédents et pour être ainsi utiles à l’Eglise, ils furent encore employés pour Dieu comme prophètes afin de prédire les choses à venir, lesquelles, aussitôt que le temps de leur accomplissement est arrivé, deviennent la " nourriture dans le temps qu’il faut ", destinée à la famille de la foi ; et Dieu suscite au moment convenable des serviteurs ou interprètes appropriés pour la distribuer. (Voyez les déclarations de notre Seigneur à ce sujet, -Mat. 24:45, 46). Comme prophètes les apôtres furent poussés à écrire des choses, qu’ils ne purent comprendre qu’imparfaitement, parce qu’elles n’étaient pas encore au temps convenable alors ; il en fut également ainsi des prophètes de l’Ancien Testament (1 Pierre 1:12, 13), quoique leurs paroles, comme celles des apôtres, fussent spécialement inspirées de Dieu ; elles ont ainsi une profondeur de pensée dont ils n’avaient point connaissance eux-mêmes lorsqu’ils écrivirent. De cette manière l’Eglise a été, au fond, toujours guidée par Dieu même, quels que soient ceux qui furent en quelque sorte ses interprètes ou ses canaux de communication. Plus on admettra cela, plus on sera conduit à une plus grande foi et à une confiance plus ferme en la parole de Dieu, malgré les imperfections de quelques-uns de ses interprètes. Le prophète Malachie (4, 1), parlant de ce jour de Jéhovah sous le même symbole, dit: " Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les méchants seront comme du chaume ; le jour qui vient les embrasera, dit l’Eternel des armées, il ne leur laissera ni racine ni rameau. " L’orgueil, l’humeur hautaine et toute autre cause de laquelle le faste, la fierté et l’oppression

 

A358

 

pourraient de nouveau prendre naissance, seront entièrement consumés par la grande affliction du jour de Jéhovah et par les châtiments qui surviendront encore durant le Millénium et dont le dernier est décrit dans Apoc. 20:9. Mais de ce que l’orgueil, détestable sous toutes ses formes, sera complètement exterminé, et de ce que tous les hautains et tous les méchants seront complètement détruits, il ne faut pas conclure qu’il n’y ait plus d’espoir d’amélioration parmi cette classe de gens. Non, Dieu soit béni ! En même temps que le feu de la juste indignation de Dieu brûlera, le Juge permettra qu’au moyen d’une occasion favorable plusieurs soient arrachés comme hors du feu (Jude 23) ; et ceux-là seuls qui refuseront ce moyen périront avec leur orgueil, parce qu’ils refuseront ainsi de s’en détacher et de se réformer. Le même prophète donne encore une autre description de ce jour (Mal. 3:1-3) ; il y montre de nouveau, comment les enfants du Seigneur seront purifiés par le " feu ", bénis et amenés auprès de lui au moyen de la destruction des scories de l’erreur:- " L’Ange de l’alliance en qui est votre affection, voici, il vient ! dit l’Eternel des armées. Mais qui soutiendra le jour de sa venue, et qui subsistera [devant l’épreuve] lors de son apparition ? Car Il est comme un feu de fondeur.... Il sera assis, fondant et purifiant l’argent, et il purifiera les fils de Lévi [types des croyants, dont les principaux sont ceux de la prêtrise royale] ; il les affinera [épurera] comme l’or et l’argent, et ils appartiendront à l’Eternel, présentant l’hommage [l’offrande] en justice ". Paul parle de ce même feu et de ce même procédé d’épuration touchant les croyants dans le jour de l’Eternel (1 Cor. 3:12-15), et, cela, d’une façon telle qu’il est hors de doute que le feu symbolique détruira chaque erreur et effectuera ainsi la purification de la foi. Après avoir déclaré

 

A359

 

qu’il ne parle que de ceux qui ont édifié leur foi sur le seul fondement reconnu, l’oeuvre achevée de la rédemption de Jésus-Christ, il dit: " Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, [les vérités de la révélation divine, ou avec] du bois, du foin, du chaume [les fausses doctrines d’opinions et de traditions humaines], l’oeuvre de chacun sera manifestée [sa vraie nature sera portée à la vue de tout le monde] ; car LE JOUR la fera connaître, parce qu’elle se révélera dans le FEU, et le feu éprouvera ce qu’est l’oeuvre [d’édification sur la foi] de chacun "( 2 Pierre 1:5-11). Même le plus prévenu est obligé d’admettre, à coup sûr, que le feu qui éprouve la foi d’un homme n’est pas un feu au sens littéral du mot ; mais le feu est un symbole grandiose pour dépeindre la destruction complète des erreurs de la foi, qui sont représentées ici par bois, foin et chaume, tandis que ce feu n’aura pas la puissance de détruire l’édifice de la foi, bâti avec l’or, l’argent et les pierres précieuses de divines vérités, et fondé sur le roc du sacrifice de la rançon de Christ. L’apôtre le montre en disant: " Si l’oeuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement [de Christ] subsiste, il recevra une récompense. [Sa récompense sera en proportion de sa fidélité dans la construction, -suivant qu’il a ignoré sa les traditions humaines et bâti d’après la parole de Dieu, la vérité]. Si l’oeuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense [à cause de son infidélité] ; pour lui, il sera sauvé, mais comme à travers du feu "- brûlé presque, desséché et effrayé. Celui qui bâtit sur le fondement du roc de la rançon de Christ est en sûreté, car quiconque se confie en sa justice, comme en ce qui le couvre, ne sera point confondu. Il n’y a que ceux qui le rejettent volontairement ainsi que son oeuvre, après être parvenus à une pleine connaissance, qui soient en danger

 

A360

 

de la seconde mort. -Hébr. 6:4-8 ; 10:26-31. Ce trouble du jour de l’Eternel est encore symboliquement décrit d’une autre manière. L’apôtre montre (Hébr. 12:26-29) que l’inauguration de l’alliance de la Loi au Sinaï fut le type de l’introduction de la nouvelle Alliance pour le monde lors de l’ouverture de l’âge du Millénium, ou du règne du royaume de Christ. Il dit que dans le type la voix ébranla la terre au sens littéral, mais que maintenant, il a fait la promesse, disant: " Une fois encore [une fois pour toutes, pour en finir] j’ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. " A cet égard l’apôtre ajoute tout en l’expliquant: " Or ces Mots:une fois encore indiquent le changement des choses ébranlées [muables] comme étant faites [c’est à dire des choses trouvées fausses, non conformes à la vérité], afin que les choses inébranlables [les choses vraies et justes] subsistent. C’est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car [comme il est écrit] notre Dieu est aussi un feu dévorant. " Nous voyons donc que l’apôtre symbolise sous l’image d’une tempête le trouble de ce jour de l’Eternel, auquel lui et d’autres font allusion ailleurs sous le symbole du feu:il mentionne les mêmes événements, savoir le balayement de toutes les erreurs des croyants ainsi que du monde, -des erreurs à l’égard du pian, des perfections et de la parole de Dieu, ainsi que des erreurs concernant les affaires sociales et civiles du monde. Ce sera en effet un bienfait pour tous d’être délivrés de ces choses " ayant été faites "[ de ces choses humaines] et qui vinrent en grande partie sur l’homme à cause de ses propres désirs dépravés, et de la ruse et de l’astuce de Satan, l’ennemi déclaré de la justice ; mais il en coûtera beaucoup à tous ceux que cela concerne pour en être débarrassés. Ce sera un feu

 

A361

 

terriblement ardent, une horrible tempête, une sombre nuit de troubles, qui précédera l’éclat glorieux de ce royaume de justice qui ne peut jamais être ébranlé, de ce jour millénaire dans lequel le Soleil de la Justice éclatera en splendeur et en puissance, bénissant et guérissant le monde malade et mortel, mais racheté. Comparez Mal. 4:2 et Matth. 13:43.

 

David, le prophète, par les Psaumes duquel il plut à Dieu de nous prédire tant de choses au sujet de notre Seigneur lors de son premier avènement, donne aussi quelques vives descriptions de ce jour de troubles par lequel son règne glorieux sera introduit ; et dans ses descriptions il se sert alternativement de ces divers symboles, -feu, tempête et Obscurité:ainsi il dit:par exemple, (Ps. 50:3) .." Il vient, notre Dieu, il ne reste pas en silence ; devant lui est un feu dévorant, autour de lui une violente tempête. " Encore (Ps. 97:2-6) :Les nuages et l’obscurité l’environnent, la justice et l’équité sont la base de son trône. Le feu marche devant lui, et embrase à l’entour ses adversaires. Ses éclairs illuminent le monde, la terre le voit et tremble ; les montagnes [les royaumes] se fondent comme la cire devant l’Eternel, devant le Seigneur de toute la terre. Les [nouveaux] cieux publient [alors] sa justice, et tous les peuples voient sa gloire. " Encore (Ps. 110:2-6) : " Domine au milieu de tes ennemis !... Le Seigneur, à ta droite, brise des rois au jour de sa colère. Il exerce la justice parmi les nations:tout est plein de cadavres ; il brise des têtes sur toute l’étendue du pays. " Et encore (Ps. 46:2-6) : " Dieu est pour nous un refuge.... C’est pourquoi nous sommes sans crainte quand la terre [l’ordre de choses établi] est bouleversée, et que les montagnes [les royaumes] chancellent au coeur des mers [sont englouties par les masses turbulentes], quand les flots de la mer mugissent, écument [deviennent furieux],

 

A362

 

se soulèvent jusqu’à faire trembler les montagnes. Il est un fleuve dont les courants réjouissent la cité de Dieu, ... Dieu la secourt [l’Epouse, le fidèle " petit troupeau "] dès l’aube du matin [du jour de mille ans]. " Et dans le même Psaume (7-11), les mêmes faits sont encore exposés sous d’autres symboles: " Des nations s’agitent, des royaumes s’ébranlent ; il fait entendre sa voix:la terre [la société] se fond d’épouvante. L’Eternel des armées est avec nous, le Dieu de Jacob est pour nous une haute retraite. " Puis, contemplant les résultats de ce temps de détresse maintenant passé, il ajoute: " Venez, contemplez les oeuvres de Jéhovah, les ravages qu’il a opérés sur la terre !... Arrêtez [dans vos voies précédentes, ô peuples] et sachez [venez à la connaissance] que je suis Dieu:je domine [je serai exalté] sur les nations, je domine sur la terre. " La " nouvelle terre ", ou la nouvelle organisation de la société, exaltera Dieu et sa loi qui dominera sur tous les hommes. Un autre témoignage qui prouve que le jour de l’Eternel sera un jour de grande détresse et de destruction pour chaque forme du mal [mais non un temps de combustion littérale de la terre], se trouve dans la dernière prophétie symbolique de la Bible. Faisant allusion à cette période, où le Seigneur mettra en oeuvre sa grande puissance et régnera, la tempête et le feu sont ainsi décrits: " Les nations se sont irritées ; et ta colère est venue "( Apoc.11:17, 18). Et encore: " De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants, pour frapper les nations ; il les paîtra avec une verge de fer ; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant... Et je vis la bête [symbolique], et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, ... Ils furent tous les deux jetés vivants

 

A363

 

dans l’étang ardent de feu et de soufre. "- Apoc. 19:15-20. Nous ne pouvons faire ici une digression et examiner tous ces symboles tels que " la bête "," le faux prophète "," l’image "," l’étang de feu "," le cheval ", etc., etc. Nous renvoyons le lecteur à un volume suivant (1). Pour le moment nous aimerions que chacun remarquât que la grande Bataille [ou la guerre] symbolique et la récolte du vin de la terre, décrites ici comme la clôture de l’âge présent et l’ouverture de l’âge millénaire (Apoc. 20:l-3), ne sont que d’autres symboles embrassant les mêmes grands événements de détresse, événements qui, ailleurs, sont appelés symboliquement feu, tempête, ébranlement, etc. Pour les figures de la guerre et de la cuve du vin de l’Apocalypse remarquez l’harmonie frappante de Joël 2:9-16 ; et d’Esaïe 13:1-11, dans la description des mêmes événements avec de semblables images. La variété de toutes les figures symboliques nous aide à apprécier et à comprendre plus clairement tous les traits de ce grand et illustre jour de l’Eternel.

 

La situation présente.

 

Nous laissons ici les déclarations prophétiques concernant ce jour, pour désigner plus particulièrement l’aspect actuel des affaires du monde, ainsi que nous les voyons maintenant se préparer pour le grand conflit qui s’approche avec rapidité, -conflit qui, lorsqu’il aura atteint son point culminant, doit nécessairement être de courte durée, autrement la race humaine serait exterminée. Les deux partis rivaux dans cette lutte sont déjà reconnaissables.

 

——-

 

(1) Trois autres volumes ont encore paru chez le même auteur:-vol. II " Le temps est proche, " vient de paraître en français ; vols. III et IV, " Ton Règne vienne " et " Jour de la Vengeance " sont déjà publiés en allemand et le seront également en français dès que les demandes l’exigeront.

 

A364

 

D’un côté, nous voyons l’opulence, l’arrogance et l’orgueil, et, de l’autre, une pauvreté très répandue, l’ignorance, un zèle fanatique et un sentiment aigu de l’injustice. L’un et l’autre, poussés par des motifs égoïstes, organisent maintenant leurs forces dans tout le monde civilisé. Avec nos yeux oints de la vérité nous pouvons voir, partout où nous regardons, que la mer et les flots commencent à mugir, écument et donnent contre les montagnes, ce qui exprime bien les menaces et les tentatives des anarchistes et des mécontents, dont le nombre s’accroît constamment ; et nous pouvons voir aussi que le frottement entre les divers éléments ou factions de la société sera bientôt dans l’état décrit par le prophète, où la terre [la société] sera en feu, et où les éléments fondront et se dissoudront dans la chaleur provoquée par ce contact. Il est naturellement difficile pour l’homme de se placer à un point de vue contraire à ses propres intérêts, à ses habitudes et à son éducation, quel que soit le parti dont il se réclame dans ce conflit. Les riches ont le sentiment qu’ils peuvent prétendre à plus qu’à leur part proportionnelle des biens de ce monde ; qu’ils sont en droit d’acquérir le produit du travail et chaque confort au plus bas prix possible ; qu’ils ont un droit aux fruits de leurs efforts, celui entre autres de faire usage de leur intelligence et de faire cheminer leurs affaires en sorte qu’elles leur rapportent pour augmenter leur richesse déjà entassée, et cela sans qu’ils aient à se demander si d’autres, par la force des circonstances, sont obligés de se contenter de moins de commodités ou ont à peine de quoi soutenir leur existence. Ils raisonnent Ainsi:c’est inévitable ; il faut que la loi de l’offre et de la demande règne ; il s’est toujours trouvé des riches et des pauvres dans le monde ; et si le matin la richesse était partagée également, avant la tombée de la nuit quelques-uns seraient de nouveau pauvres

 

A365

 

par suite de dissipation et d’imprévoyance, tandis que d’autres plus soigneux et plus prudents seraient riches. Au reste, diront-ils avec raison, pourrait-on s’attendre à ce que des hommes, ayant de grandes facultés intellectuelles, entreprennent de vastes entreprises, occupant des milliers d’hommes, avec le risque de grandes pertes, sans aucun espoir de profit et d’avantage ? L’artisan et l’ouvrier, par contre, Diront:nous voyons bien que le travail d’aujourd’hui jouit de plus d’avantages que précédemment, qu’il est mieux payé, et procure conséquemment plus de bien-être ; cependant, en tout cela, il ne jouit que d’un droit dont il a été privé longtemps jusqu’à un certain point ; et, il recueille ainsi à juste titre une part des avantages des inventions, des découvertes, de l’accroissement de connaissances, etc., de notre temps. Nous reconnaissons que le travail est honorable, et que s’il est accompagné du bon sens de l’éducation, de l’honnêteté et de principes équitables, il est aussi honorable et a autant de droits qu’aucune autre profession. Au contraire, certes, nous regardons l’oisiveté comme un déshonneur et une honte quels que puissent être le talent ou les occupations de celui qui s’y adonne. Tous devraient être utiles sous quelque rapport pour être appréciés et estimés. Mais bien que nous reconnaissions l’amélioration de notre sort ainsi que les progrès actuels, quant à la situation intellectuelle, sociale et financière, nous l’attribuons plutôt à la force des choses qu’à la volonté des hommes, soit de notre part, soit de celle de nos patrons. Car nous voyons que notre situation améliorée ainsi que celle de tous les hommes n’est que le résultat de la grande augmentation de connaissances, d’inventions, etc., qui a eu lieu particulièrement ces derniers cinquante ans. Tout cela est venu si rapidement que le travail comme le capital, soulevés par le flot rapide, ont été transportés à un niveau

 

A366

 

plus élevé ; et si nous avions une espérance que le flux continue à s’élever au profit de tous, nous serions satisfaits ; mais nous sommes dans l’inquiétude et dans l’anxiété maintenant, parce que nous voyons que tel n’est pas le cas. Nous voyons que la marée montante commence à s’arrêter, et tandis que plusieurs ont été, de ce chef, élevés très haut et enrichis, qu’ils sont en sûreté et à l’abri sur le rivage de l’aisance, de l’opulence et du luxe, les masses au contraire ne sont pas dans une situation assurée, mais en danger d’être transportées plus bas que jamais par le reflux, la marée descendante de maintenant. De là vient que nous sommes décidés à prendre des mesures pour assurer notre existence future avant qu’il soit trop tard. Pour exprimer la chose en d’autres Termes:nous (artisans et ouvriers) constatons que, tandis que tout le genre humain a grandement participé aux bénédictions de nos jours, plusieurs, en vertu de leur talent supérieur dans le commerce, ou par un héritage, par la fraude et l’improbité, sont devenus possesseurs de milliers et de millions de francs et n’ont pas uniquement cet avantage en plus, mais, aidés par les inventions mécaniques, etc., ils sont en état d’augmenter leur richesse croissante, en proportion de la baisse du salaire des ouvriers. Nous voyons que si nous ne faisons pas des démarches pour la protection du nombre croissant des artisans contre la puissance croissante du monopole combiné avec les machines économiques, etc., la loi de l’offre et de la demande nous engloutira complètement. C’est plutôt contre ce danger menaçant que contre les conditions présentes, que nous nous organisons et cherchons à nous protéger. Par l’augmentation naturelle et, en Amérique, par l’immigration, notre nombre grossit toujours plus visiblement ; et, presque chaque jour, se produisent de nouvelles machines économiques. Par

 

A367

 

conséquent, chaque jour augmente le nombre de ceux qui cherchent du travail et diminue la demande de travailleurs. C’est pourquoi la loi naturelle de l’offre et de la demande, si on lui permettait de suivre ainsi son cours, sans interruption, n’amènerait que trop vite le travail au point où il était il y a un siècle, et laisserait tous les avantages de notre période dans les mains du capital. C’est ce que nous cherchons à éviter. Il a été constaté, il y a longtemps, que bien des choses qui, en réalité, devraient apporter des bénédictions, se tourneront en mal, si on ne les maintient pas dans de justes limites par le frein de lois sages et équitables ; mais la rapidité avec laquelle une invention a succédé à une autre et la demande croissante de travailleurs pour fabriquer ces machines économiques, ont été si grandes que le résultat final, menaçant, a été perdu de vue ; au lieu de cela on s’est élancé à " pleines voiles "; une hausse des valeurs, des salaires, de la propriété, du crédit (des dettes) et des idées a eu lieu, et la réaction commence peu à peu à se faire sentir. Ces années dernières on a produit des machines agricoles de toutes sortes en quantités immenses, machines qui rendent un seul homme capable d’accomplir autant de travail que cinq autrefois. Il en résulte un double effet:d’abord, trois fois autant d’arpents de terre peuvent être travaillés, en employant trois ouvriers sur cinq ; ainsi deux doivent forcément chômer. Ensuite, les trois qui restent peuvent, en se servant de ces machines, produire une aussi grande récolte que quinze autres sans ces machines. Le même changement s’opère en d’autres domaines par des moyens semblables ; dans la fabrication du fer et de l’acier, par exemple. Son développement a été si énorme que le nombre des employés a considérablement augmenté, malgré le fait que les machines rendent un seul homme

 

A368

 

capable de faire presque autant de travail que douze autrefois. Il en résultera que dans un espace de temps très court la capacité de production, qui sera encore augmentée, suffira bien au delà du besoin aux demandes encore énormes du moment, et que les demandes au lieu de continuer à augmenter diminueront, car le monde est en bonne voie d’être pourvu de chemins de fer au delà du besoin actuel, et la moitié, ou moins encore, du nombre des établissements actuels suffira aux réparations et aux perfectionnements nécessaires.

 

Ainsi se présente l’état singulier d’une surproduction qui, à l’occasion, causera l’inaction du capital ainsi que du travail, tandis qu’en même temps un certain nombre sont privés de l’emploi qui les mettrait à même de se procurer le nécessaire et les articles de luxe, ce qui remédierait en partie à la surproduction. La tendance à la surproduction d’une part et au manque de travail de l’autre augmente toujours davantage ; elle réclame un remède que les médecins de la société cherchent avec zèle, mais dont le patient ne veut pas faire usage. Donc (continuent les ouvriers), nous le reconnaissons ; à mesure que l’offre commence à surpasser la demande, le profit du capital et des machines se réduit grandement par la concurrence ; partout les riches s’affligent de cette diminution de leurs profits, et, en plusieurs cas, cela leur cause une perte réelle au lieu d’un profit ; mais nous croyons que ceux qui ont profité le plus de la marée montante souffrent aussi proportionnellement de la réaction. C’est à cet effet, et pour ces raisons-là, que le parti ouvrier s’agite afin de parvenir aux résultats suivants, -si possible par la voie légale, mais aussi par la force et par des moyens illégaux dans des pays où, pour une cause ou pour une autre, les voix des masses ne sont pas écoutées et leurs intérêts foulés aux pieds:

 

A369

 

Nous proposons de diminuer les heures de travail en proportion de l’art ou de la difficulté du travail, sans réduction de salaire, pour occuper ainsi un plus grand nombre de gens sans augmenter le prix des produits, et, de cette manière, égaliser la surproduction future, en procurant des moyens d’achat à un plus grand nombre. Nous proposons de fixer et de limiter le taux de l’intérêt de l’argent à un taux bien moindre que le taux actuel, pour forcer ainsi les prêteurs à plus de condescendance envers les emprunteurs ou les classes pauvres, ou, autrement, pour produire l’inaction et la rouille de leur capital. Nous proposons soit que les chemins de fer deviennent la propriété du peuple, et qu’ils soient exploités par les serviteurs de celui-ci, comme employés du gouvernement, soit que la législation restreigne les privilèges des compagnies, qu’elle règle les tarifs, l’exploitation, etc., de façon à ce que les chemins de fer servent au mieux les intérêts du peuple. Nous en sommes venus à un point tel que les chemins de fer, construits durant un temps de hausse, au lieu de suivre le mouvement de rétrécissement ou de baisse générale, remarquée dans toutes les autres branches de commerce, ont multiplié encore deux ou trois fois leurs fonds ou capitaux par actions, déjà très grands à l’origine, sans qu’une valeur réelle y ait été ajoutée. De là vient que les grandes compagnies de chemin de fer veulent payer des dividendes et des intérêts sur des actions et des hypothèques, qui, en moyenne, sont quatre fois supérieures à la valeur que ces chemins de fer construits à neuf représentent en réalité aujourd’hui. La conséquence est que le public en souffre. Les paysans payent de lourds frais de transports pour leurs marchandises et trouvent, parfois, plus de profit à utiliser leur blé comme combustible ; et le prix de la nourriture est plus élevé pour le peuple sans être un avantage pour les paysans. On a proposé

 

A370

 

de remédier à cet état de choses en demandant que les chemins de fer paient à leurs actionnaires environ le 4% de leur réelle valeur actuelle, au lieu de 4-8% de trois ou quatre fois leur valeur réelle comme plusieurs le font maintenant, en ce qu’ils empêchent la concurrence par le moyen illégal de l’accaparement (coalition de tous les intéressés d’une affaire, autrement dit, de leur capital constitué). Nous savons bien, dit l’artisan, que cette réduction du profit de leur capital placé sera terrible aux yeux de ceux qui possèdent ces actions de chemins de fer, qu’il leur semblera qu’on leur arrache les entrailles, et qu’ils auront le sentiment qu’on foule odieusement aux pieds leur droit (?). Ce droit de se servir des lettres de franchise que le peuple leur a accordées, lettres de franchise leur permettant d’extraire de ce peuple d’immenses profits, basés sur des évaluations fictives. Ils résisteront de toutes leurs forces et par tous les moyens imaginables. Mais nous croyons qu’ils devraient être reconnaissants de ce que le public est si clément, et n’exige point d’eux la restitution des millions de dollars qu’ils ont déjà obtenus de cette manière. Nous croyons que le temps est arrivé pour les masses de participer d’une manière plus égale aux bénédictions de ce temps riche en bénédictions, et, afin que cela puisse avoir lieu, il est nécessaire de décréter des lois telles que toutes les corporations avides, engraissées par l’argent et le pouvoir-dérivant tous deux du peuple-soient restreintes forcées de servir le public à des prix raisonnables. C’est seulement ainsi que les bénédictions de la Providence se trouveront être un bienfait pour les masses. Donc, tout en reconnaissant que les corporations représentant le capital, sont, à plusieurs égards, une bénédiction et une bonne chose, nous voyons journellement qu’elles sont sorties de leur voie utilitaire et sont devenues les oppresseurs du peuple:et, pour peu qu’on les laisse ainsi sans frein, elles

 

A371

 

réduiront les ouvriers à la pénurie et à l’esclavage. Des corporations, se composent d’un certain nombre de gens plus ou moins riches, arrivent vite à occuper la même situation à l’égard de la grande masse du peuple de l’Amérique, que celle des lords de la Grande Bretagne et de la noblesse de l’Europe envers les masses de l’ancien continen